undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
169
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 février 2006
J'ai moi-meme vecu au Japon plus de six annees et y ai travaille en local (comprenez, employee sur place, dans des entreprises japonaises souvent sans autre employe etranger), et bien que j'aime toujours beaucoup ce pays et travaille toujours avec des Japonais, j'ai retrouve dans ce livre des situations que j'avais vecues.
J'etais donc heureuse de voir qu'une personne ayant vecu des galeres ou situations ridicules similaires (attendre qu'on vous attribue une tache, etre harcelee sans que le patron qui vous estime pourtant ne fasse rien, etc.) avait eu le courage d'ecrire les choses telles qu'elles sont.
Le Japon est un pays fascinant, avec une culture raffinee et des traditions bien vivaces, tout en etant une civilisation tres moderne a la fois. La societe japonaise est exigeante, et le soi-disant respect des autres est surtout vrai envers les plus haut-places dans la societe. Fait moins connu et dont en fait l'auteure nous parle ici, l'usage courant de l'humiliation envers les subalternes est tout a fait choquant pour les Occidentaux (qui y mettent au moins un peu d'hypocrisie). Dans son experience, Amelie Nothomb a souffert moins d'etre occidentale, bien que le racisme soit a peine tabou dans cette societe hyper-conservatrice, que d'etre en bas de la hierarchie.
Par consequent, quiconque a vecu le Japon en visiteur prestigieux (expatries aux contrats juteux, artistes, hommes d'etat, businessmen invites, ou meme touristes) s'insurgeront de la description que ce livre fait des Japonais, car ceux-ci sont egalement capables du meilleur, de beaucoup de delicatesse et de petites attentions tres touchantes. D'ou ses souvenirs d'enfance.
Le probleme de ce livre est qu'il s'adresse a un grand public qui ne connait pas les belles facettes du Japon, car il est vrai que le milieu professionnel japonais n'est pas le plus flatteur aspect de ce pays. Du coup, il est normal de s'inquieter de son impact sur les lecteurs qui ne le connaissent pas assez pour ne pas en etre degoute a la lecture de ce recit. Pour cette raison, j'ai hesite a mettre 4, mais le style du livre le rend irresistible et remonte la note.
Enfin, ce livre traite aussi de passion decue pour un pays idealise, et a ce titre concerne tous ceux et celles qui adorent une culture tres differente de la leur, car la desillusion est souvent amerement vecue.
En conclusion, malgre le petit bemol, je ne peux m'empecher de recommander cette lecture a quiconque envisage de travailler avec des Japonais, tout en insistant sur le fait que ce n'est la qu'un aspect de la societe japonaise qu'il decrit. Endurez le choc et vous serez pare(e) pour vivre une longue histoire d'amour avec ce pays...
0Commentaire| 56 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Amélie Nothomb de nationalité Belge et fille d’ambassadeur, naît en 1967 au Japon et y vit durant sa prime enfance. Plus tard ayant atteint l’âge adulte, elle retournera dans ce pays en tant qu’interprète dans une grande entreprise. De cette expérience elle tirera matière à écrire son huitième roman Stupeur et tremblements paru en 1999, l’un de ses plus grands succès de librairie avec Hygiène de l’assassin qui lui date de 1992.
J’ai longtemps différé la lecture des bouquins de cet écrivain sans que je sache trop pourquoi. Ses apparitions à la télévision me sont sympathiques, même si parfois son mélange de candeur et d’image (ses chapeaux !) peuvent sembler des trucs de marketing. J’avais vu le film d’Alain Corneau tiré du roman avec Sylvie Testud dans le rôle de l’auteur et j’avais beaucoup aimé, me promettant de mettre le nez dans le roman et puis…. Enfin, c’est chose faite et je ne le regrette pas.
Début des années 90, Amélie la narratrice est embauchée chez Yumimoto une grosse boîte japonaise d’import-export. Là, elle va découvrir le monde du travail et qui plus est, du travail au Japon avec ses règles et ses comportements qui vus d’ici nous paraissent exotiques dans la version optimiste, particulièrement contraignants et rétrogrades dans la version pessimiste.
Une hiérarchie pesante, Amélie est sous les ordres de mademoiselle Fubuki Mori, qui elle dépend de Mr Saito, lequel obéit à Mr Omochi tandis que Mr Haneda régit tout le monde. Au-delà de la hiérarchie – en France aussi nous avons cela – ce sont les codes de vie en entreprise qui différent et paraissent invraisemblables à nous autres occidentaux. La soumission à l’autorité (voir l’étude de Stanley Milgram datant de 1974) atteint des sommets difficilement reproduisibles par chez nous. Les engueulades et les brimades endurées par Amélie dépassent l’entendement au point d’être assimilées à des supplices chinois, si j’osais cette astuce.
Le parcours d’Amélie est en fait une descente aux enfers. Après avoir commencé sa carrière en servant des cafés à ses supérieurs (bizutage) elle obtient un job sous l’autorité de Fubuki Mori mais qui tournera court, « J’eus droit à un savon mérité : je m’étais rendu coupable du grave crime d’initiative. » Dès lors elle va descendre l’échelle sociale de l’entreprise, multipliant les boulots les plus improbables, tourner la page des calendriers de ses collègues pour au bout de son calvaire, atterrir dans les toilettes, à récurer les lavabos et tenir des rouleaux de PQ toujours à disposition des usagers, hommes et femmes !
Il faut néanmoins reconnaître qu’Amélie n’est pas exempte de reproches, certains boulots administratifs ne paraissent pas aussi complexes qu’elle le dit et des erreurs de psychologie minimes pour nous, prendrons des proportions énormes là-bas. Mais ce qui surprend le plus le lecteur, c’est le caractère finalement assez souple de l’héroïne, elle ne souffre pas autant qu’on pourrait le croire, elle trouve même la situation presque drôle, « j’entrai dans une dimension autre de l’existence : l’univers de la dérision pure et simple. »
Au sortir de cette lecture très agréable où l’ironie et l’humour vont en couple que doit-on en retenir ? N’oublions pas qu’il s’agit d’un roman et non d’un essai sociologique, si de nombreux points sont certainement exacts, l’image du Japon ne sort guère des clichés habituels véhiculés par les esprits Occidentaux (« Au Japon, l’existence, c’est l’entreprise »). Où est la part du vrai et de l’inventé, cela n’a aucune importance en fait, puisqu’il s’agit d’un roman et qu’il est réussi. Concernant l’origine du titre, « Dans l’ancien protocole impérial nippon, il est stipulé que l’on s’adressera à l’Empereur avec « stupeur et tremblements »…

« Et en dehors de l’entreprise, qu’est-ce qui attendait les comptables au cerveau rincé par les nombres ? La bière obligatoire avec des collègues aussi trépanés qu’eux, des heures de métro bondé, une épouse déjà endormie, des enfants déjà lassés, le sommeil qui vous aspire comme un lavabo qui se vide, les rares vacances dont personnes ne connaît le mode d’emploi : rien qui mérite le nom de vie. Le pire, c’est de penser qu’à l’échelle mondiale ces gens sont des privilégiés. »
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2014
J'ai comme l'auteure travailler dans un etablissement ou j'etais la seule etrangere, et je trouve tout cela tres juste meme si le monde de l entreprise et la societe japonaise ont evolue , ce roman reflete bien le monde du travail nippon en general, les regles non ecrites, les bourdes a repetitions, les punitions indirectes, la soumission aveugle... Le livre est tres agreable a lire , je regrette de ne pas l 'avoir lu plus tot!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Dans l'ancien protocole impérial nippon, il est stipulé que l'on s'adresse à l'Empereur avec stupeur et tremblements" : c'est par ces mots, écrits presque à la fin du roman et qui donnent son titre au livre, que l'auteur apporte la confirmation que le Japon est un pays d'une différence culturelle incontestable, si on le compare à celles de nos civilisations européennes.
A travers son héroïne, Amélie-San, Amélie Nothomb parle d'un pays aussi attirant que surprenant, hermétique. Amélie-San est une jeune femme pleine de ressources et d'ambition, mais tout ne se passera pas comme elle l'avait espéré. Son désir et sa volonté de gravir les échelons la conduiront à comprendre qu'elle se trouve dans un pays où il va falloir faire avec le "protocole" à savoir la hiérarchie souveraine dans l'entreprise nippone d'une part et la mentalité et les traditions japonaises de l'autre. Une entreprise où il est difficile de se faire une place quand on est une femme, où il est indispensable de demander la permission même pour "mettre les calendriers à jour".
Le ton est plein d'humour ironique, le livre se lit facilement et rapidement, la caricature est bien ancrée, le thème est assez bien exploité mais ce n'est pas l'auteur que je préfère ni celui de ses livres qui m'a le plus plu.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2014
L'auteur a un style, un vocabulaire riche et choisi et sait distraire son lecteur.
Attention tout de même, le roman présenté ici n'est probablement pas autobiographique mais pure affabulation, comme la plupart de ses romans d'ailleurs, preuve d'une réelle imagination et d'un talent de conteuse indéniable.
Mais voilà, l'auteur se serait créé pour les besoins de sa carrière un personnage au parcours quelque peu remanié... Amélie-san, née Fabienne Claire Nothomb en Belgique, y aurait même passé le plus clair de son enfance et son adolescence, chez ses grands-parents, mis à part quelques séjours ça et là avec ses parents. Selon plusieurs sources concordantes, elle ne parle pas le japonais couramment et n'a jamais travaillé au Japon, mais dans une entreprise japonaise en Belgique, nuance. Si tout cela est avéré, le côté "documentaire" de l'ouvrage en prend un coup... A lire comme une fiction divertissante, c'est plus sûr !
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2014
J'ai dévoré le livre en même pas 3h.
Drôle et consternant.
Je conseille ce livre, cela fait bien relativiser des
situations.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mars 2012
Nous découvrons grâce à la plume chirurgicale de Amélie Nothomb quel peut être le quotidien d'un employé au Japon.
Le style est agréable, le roman divertissant et convaincant ; de quoi passer un agréable moment de lecture
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2013
Ayant travaillé 17 ans dans une entreprise japonaise, je pense que tout est vécu. Un récit fort bien écrit et une peinture incroyablement précise des individus, de l'entreprise et...de la société Japonaise.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai 13 ans seulement et j'ai dévoré ce livre qui est selon moi très accrocheur du début à la fin Ce livre est très facile à lire et est passionnant. L'auteur nous emmène dans son propre univers de cette entreprise japonaise. Ce livre est drôle, donne une certaine leçon de vie et nous apprend un mode de vie japonais qui n'est pas de tous les jours. Cependant, j'ai trouvé que la fin n'était pas à la mesure du livre en lui même.
En résumé je trouve ce livre excellent et je le conseille vivement à tout le monde, de tout âge.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2015
L'immersion dans ce japon , dans sa culture , son machisme , son rapport au travail est totale . Tout cela à travers les yeux d'un personnage remplie d'indulgence , et d'amour pour ce pays . Vraiment ce livre vous offre un billet pour une civilisation ou les codes de vie sont tellement différents des nôtres . Mais la grande leçon c'est A.N qui nous la délivre à travers "l' ambition ", celle qui sommeil tous en nous et qui doit traverser souvent des chemins chaotiques avant de se révéler au grand jour .
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici