Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Sur le chemin de Régordane : Du Puy-en-Velay à Saint-Gilles-du-Gard Broché – 20 septembre 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Et pourquoi ne pas vous laisser guider ? Découvrez des centaines de bonnes affaires GPS sur Amazon.fr.


  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

«Ils marchent, pressentant avec une tendre jubilation que peut-être une ère nouvelle va s'ouvrir sous leurs pas.»
M. Tournier, Gaspard, Melchior et Balthazar.

Extrait du prologue

23 avril 2009 Au cours de notre voyage en train, craintes et désirs s'équilibrent. Tandis qu'assis dans le sens de la marche, nous verrons s'éloigner les paysages familiers du Vaucluse et que s'estompent aussi dans nos têtes les préoccupations du quotidien. Nous irons maintenant, libérés des contraintes qui rendent tout départ difficile. Le Puy-en-Velay sera la ville du seul bonheur de partir.
Au commencement était le Puy, pourrions-nous dire. Nous y débarquons, sac au dos, pour la troisième fois.
La première fois, en partance pour Compostelle, il nous importait de trouver ici les premiers signes du Grand Chemin : coquilles, croix, effigies de saint Jacques. Nous étions pèlerins, étrangers. J'écrivais dans mon carnet : «Nous voici d'emblée en terre étrangère, pays des puys, des volcans, de la terre noire, des rues pavées de lave sombre, de la Vierge, noire aussi, somme toute à l'image du pays.»
Le second pèlerinage, sur les pas de Stevenson, était, lui, plus littéraire.
Aujourd'hui, dans cette ville qui ne nous est plus totalement inconnue, où nous nous retrouvons pour la troisième fois, c'est comme un retour aux sources, le sentiment de reconnaître une chose aimée. Parce que, tendu vers le but à atteindre, il est de règle que le pèlerin ne s'attarde pas, nous n'avons jamais séjourné au Puy. À chacun de nos passages, nous avons dû faire des choix, nous résigner à des renoncements. De ces projets inassouvis, de ces désirs de rendez-vous manques, chaque retour s'est enrichi.
Ce 23 avril, soleil et printemps ont éclaté sur la ville. Le temps très doux, sans un souffle, incite à la flânerie, alors bannissant toute visite trop sérieuse, nous faisons collection d'images et, pour l'heure, il n'y a qu'à se laisser aller, errer un peu, se perdre peut-être et se laisser surprendre par une superbe autant qu'inattendue façade Renaissance, par deux masques de pierre au Logis des Cornards, non point porteurs de cornes comme le sens du mot pourrait le laisser croire, mais simplement faiseurs de farces, par de nombreuses statuettes dans leur niche à l'angle des rues, par les vitrines de dentelles ajourées sur fond rouge ou noir, par d'anciennes demeures à porche voûté, par les boutiques de souvenirs et leurs étals de pacotille...
On croit aller sans but. Être seulement promeneur ou touriste d'un jour. C'est faux. Immanquablement, l'errance prend fin au pied du grand escalier de la cathédrale du Puy. Deux cents marches à gravir encore dans la lumière en se persuadant que si le coeur bat un peu vite, c'est le souffle qui manque, la chaleur qui se fait sentir.
«La beauté est un pressentiment du ciel», comme l'est aussi la façade de la basilique. Dans ces cinq étages d'architecture, où se superposent porches, baies, arcades et clochetons agencés en des mosaïques de pierre teintée d'ocre, de brun ou de blanc, se lisent une influence orientale mais aussi, admirable et magnifié, le style des clochers-murs d'Auvergne.

Présentation de l'éditeur

Le Puy-en-Velay marque, pour un grand nombre de pèlerins, le départ d'un des plus fameux chemins conduisant à Compostelle. Depuis longtemps, et aujourd'hui encore, d'autres marcheurs quittent Le Puy pour s'en aller plein sud, vers le Languedoc et la toute proche Méditerranée, leurs pas les portant jusqu'à Saint-Gilles-du-Gard, autre lieu de pèlerinage.
C'est ainsi que se déroule le chemin de Régordane, renommé depuis le XIIème siècle, ayant vu passer des marcheurs de Dieu, la soldatesque des Croisades, des marchands et leurs colonnes de mulets, des bergers et leurs moutons, camisards, saltimbanques et troubadours...
Moins connue que le chemin de Stevenson, la Régordane mérite pourtant toute l'attention des randonneurs : 230 km, 12 étapes passant par Langogne, Génolhac, Alès et Nîmes, traversant le haut Gévaudan et les Cévennes pour aboutir au milieu des vignes des Costières.
Les auteurs l'ont suivie non pas pour en tirer un guide mais pour en ramener un récit questionnant les lieux, leur étymologie, interrogeant sur le pourquoi et le comment de la marche, ramenant anecdotes et réflexions spirituelles, rapportant la beauté des pierres et des murs, des arbres et des prés, des ruisseaux et du ciel, des chapelles et du temps, des rencontres et des portes closes.
À partir de ce journal de marche, J.-P. Siréjol a, à son tour, emprunté le chemin de Régordane pour en ramener sa moisson d'images, ses regards et la mosaïque des lumières.
Au final, un album évoquant l'un des plus beaux itinéraires de randonnée du sud-est, construit comme un ensemble de petits «contes», clos par un tableau donnant les principaux points de passages des auteurs pour qui voudrait, à son tour, se laisser tenter par la Régordane.

En 1979, Jean-Pierre Siréjol s'installe en haute Ariège. Accompagnateur en montagne depuis 1986, il associe à cette pratique la passion de la photographie qui devient petit à petit une activité professionnelle. Il collabore régulièrement avec divers magazines et maisons d'édition.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?