Acheter d'occasion
EUR 59,90
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par silverdisc_fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Cet article et sera envoyé depuis l'Allemagne, dans un délai de un à deux jours après la commande.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Sweet Tea

5.0 étoiles sur 5 12 commentaires client

1 neuf à partir de EUR 63,71 4 d'occasion à partir de EUR 59,90
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Buddy Guy


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • CD (5 août 2003)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Silvertone
  • ASIN : B0000A0A4J
  • Autres éditions : CD |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 515.357 en CD & Vinyles (Voir les 100 premiers en CD & Vinyles)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
3:23
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
2
30
7:22
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
3
30
4:44
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
4
30
4:10
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
5
30
6:47
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
6
30
5:10
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
7
30
12:08
Album uniquement
8
30
4:55
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 
9
30
5:38
Ecouter Acheter : EUR 1,09
 

Description du produit

Amazon.fr

La guitare affûtée comme un sabre d'abordage, Buddy Guy passe à l'assaut sans ménagement. Et malgré son titre trompeur, Sweet Tea est une sacrée baffe. Malgré aussi les soixante-cinq printemps qu'il affiche au compteur d'une vie bien remplie. On sait que le temps affecte peu les bluesmen de cette trempe. Et Buddy Guy qui aura renouvelé le genre comme personne se montre ici sous le jour le plus vivace. Tout juste entouré du strict minimum (une basse, une batterie, quelques percussions, un peu de piano), Buddy va à l'essentiel. Et après un premier titre plein de tristesse et plus radical que jamais ("Done Get Old"), il déclenche les hostilités dès "Baby Please Don't Leave Me", pour ne plus lâcher prise jusqu'au bout de "It's A Jungle Out There". La voix rugueuse du vieil homme de la Louisiane libère des plaintes et des décharges sauvages avec une hargne et une soif de vie étourdissantes. Cet album permet de mesurer l'incontestable importance de cet homme dans la genèse et l'évolution du blues de Chicago, et c'est avec des titres comme "Tramp" ou le très étiré "I Gotta Try You Girl" que l'on repère le lignage d'un Jimi Hendrix. Sweet Tea affirme la suprématie de Buddy Guy sur la plupart des ses concurrents et congénères. --José Ruiz

Critique

Les gens ne sont jamais contents. Après avoir larmoyé une décennie durant sur le quasi-abandon dont souffrait Buddy Guy (plus de concerts, plus de disques), et s’être brièvement réjoui de la prise en charge par Eric Clapton de la deuxième carrière du guitariste américain, ils ont vitupéré sur le caractère trop normatif des premiers albums gravés pour son nouveau label Silvertone (Damn Right, I’ve Got the Blues, ou Heavy Love - là, ils avaient raison). Oubliant un peu vite qu’on vend des disques si on plaît, et qu’on plaît si on n’effraie pas.

En tout état de cause, Sweet Tea constitue une belle réponse aux détracteurs, et un splendide tour de passe-passe. Une belle réponse, car, après trois ans de silence, Guy revient avec le disque le plus enraciné qui soit, directe émanation des activistes du label Fat Possum. Ces chantres du blues viscéral, séminal, basique, et à forte teneur en alcool, ont en effet indubitablement influencé le projet. La majorité des chansons reprises ici est signée de la main d’artistes du label, et le climat développé dans la musique reste sous influence directe de bluesmen des bars de campagne que sont R.L. Burnside ou Junior Kimbrough.

L’équipe, resserrée autour du soliste, affiche peu de noms connus, même si on relève celui du pianiste blanc Bobby Whitlock, qui aura participé à trois double-albums majeurs de l’histoire de la pop et du rock, rien moins que Layla de Derek & the Dominoes, l’All Things Must Pass de George Harrison, et l’Exile On Main Steet des Rolling Stones. Un beau tour de passe-passe ensuite, car Buddy Guy n’a jamais sonné de pareille manière, trop électrique, et trop urbain dans l’âme, pour se limiter à la boue des campagnes. Mais, encore une fois, le guitariste démontre sa versatilité, faisant sien cet idiome rural, et cette inspiration hypnotique.

La preuve au sommet que Buddy Guy peut chanter, tout, et (presque) n’importe quoi, et enregistrer un nouveau chef d’œuvre : cet album est un parfait écomusée, aux reconstitutions idéales, et aux animations pertinentes. En 2001, Sweet Tea atteignit la première place des ventes d’albums de blues.

Christian Larrède - Copyright 2017 Music Story


Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
12
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 12 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 2 janvier 2006
Format: CD
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2013
Format: CD
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 17 février 2007
Format: CD
33 commentaires| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Vous voulez voir plus de commentaires sur cet article ?

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?