Acheter d'occasion
EUR 22,43
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par KELINDO³
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Spécialisé en CD audio. Les produits sont expédiés depuis le Japon. Le délai moyen de livraison est compris entre deux et quatre semaines (un peu plus long pour les destinations internationales). Les CD non-japonais ne contiennent pas d'OBI. ''Vous recherchez une version japonaise ? Livraison impossible vers votre pays ?'' Merci de nous contacter et nous répondrons à vos questions dans les plus brefs délais.
2 d'occasion à partir de EUR 22,43
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Symphonie N°7

Découvrez la promotion tous les vinyles à -10%* avec le code VINYLE10 (offre reservée aux produits vendus et expédiés par Amazon.fr)
4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

2 d'occasion à partir de EUR 22,43
Promotion: CD à moins de 7.99€
Découvrez notre sélection de bestsellers CD à moins de 7.99€: M Pokora, Stromae, Nirvana, Sting etc. Cliquez ici

Offres spéciales et liens associés


Détails sur le produit

  • Interprète: Eduard van Beinum
  • Orchestre: Concertgebouw Orchestra
  • Chef d'orchestre: Eduard van Beinum
  • Compositeur: Gustav Mahler
  • CD (21 mars 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Blaricum
  • ASIN : B0074OZNQ6
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 259.175 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Descriptions du produit

SYMPHONIE N°7

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Achat vérifié
mais je n'irai pas cette fois ci jusqu'aux cinq étoiles que j'avais attribuées (après moultes réflexions et plusieurs écoutes) à la "troisième" de l'Orchestre National de l'ORTF sous la direction de Jean Martinon...et pourquoi donc, monsieur Grincheux, faites vous la fine oreille?
D'abord pour des raisons purement techniques. comme l'a signalé Denis Urval, il y a des saturations (elles sont assez gênantes dans le second mouvement) et la bande est défaillante à 11 minutes environ dans le finale rien de dramatique mais l'enregistrement de l'ORTF en 1973 était irréprochable sur ce plan.
Ensuite, je suis entièrement d'accord avec Denis sur le fait que les défaillances orchestrales inhérentes au "live" sont vraiment minimes (il y en a davantage dans le "live" de Kubelik chez Audite, ou même dans l'enregistrement de studio de Maurice Abravanel, pour prendre deux versions que j'aime beaucoup) avec tout de même la disparition inexplicable de deux mesures du solo de timbales qui ouvre le finale (dommage).
Pour ce qui est de l'interprétation de Van Beinum (et ici nous entrons dans le domaine de la subjectivité totale, que je revendique) je la trouve tout simplement géniale dans le premier mouvement (voir ce qu'en a dit Denis dans son commentaire, rien à ajouter) d'une justesse stylistique absolue dans la première Nachtmusik et dans le scherzo mais, pour moi, un rien précipitée dans la seconde Nachtmusik et dans le finale, ici encore c'est affaire de goût.
Lire la suite ›
1 commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Denis Urval COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 23 mars 2012
Achat vérifié
En découvrant la parution imminente de ce CD, j'ai été partagé entre l'espoir et l'inquiétude. Eduard van Beinum (1900-1959) dirigeant en concert l'orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam dans une symphonie de Mahler qu'il n'a pas enregistrée pour le disque, il n'y a que trois possibilités : soit c'est un faux (et ce n'en est pas un), soit la bande est absolument inécoutable, soit quelle que soit la qualité de celle-ci, c'est un événement.

Récapitulons la discographie mahlérienne du chef : en studio, la 4e symphonie (1952, que Universal pourrait tout de même rééditer autrement qu'en catimini) et le Chant de la Terre (1956) ainsi que les Lieder einer fahrenden Gesellen (1947, avec Eugenia Zareska)Lieder Early Recordings 1915-1949. En concert, une Troisième, une Sixième formidable du 7 décembre 1955 Bruckner: Symphonie N°8 - Mahler: Symphonie N°6(Tahra), et cette Septième du 4 juin 1958 qu'on pensait perdue, et qui devait valoir (dit la notice) au chef et à l'orchestre une Médaille de l'International Gustav Mahler Gesellschaft fondée par Alma Mahler et Bruno Walter.

Successeur de Mengelberg à la tête de ce somptueux orchestre, que Mahler aimait particulièrement, van Beinum mérite mieux que d'être pris pour un plat littéraliste qui serait venu après un chef imaginatif entre tous.
Lire la suite ›
9 commentaires Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?