Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Taillandier Relié – 27 octobre 2006

A la recherche d'une idée cadeau ? Découvrez notre boutique idées cadeaux livres, organisée par tendances et catégories. Une large sélection pour tous les goûts !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
EUR 60,00

Idées cadeaux livres 2017 Idées cadeaux livres 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Quand la critique d'art débouche sur la culture des mythes

Yvon Taillandier, Critique d'art, s'intègre totalement au climat de réflexion et de Visitation d'une esthétique agressée par une culture de la barbarie qui vient à peine d'être remise en question. Le Salon de Mai sert de tribune à ce courant tumultueux de recherches artistiques menées sous le signe de la plus grande liberté individuelle. Les grands artistes consacrés avant-guerre viennent y retrouver ceux qui représentent le bilan affectif vis-à-vis d'un événement aussi déterminant dans leur existence. Yvon Taillandier y observe le passionnant spectacle d'un retour à une conscience globale de l'être dans le respect des données médiates et immédiates de la nature. Salon après salon, le critique a su enregistrer les progrès de cet humanisme retrouvé et en porter témoignage à travers ses propres investigations dans le domaine du surréalisme ou de l'expressionnisme d'après-guerre. Son respect pour l'homme créateur était sans failles et sa propre conviction était toute naturelle. Il a toujours voulu aller à l'essentiel d'une démarche sans se préoccuper des mouvements et des étiquettes. Et cette quête continue de l'authenticité de l'identité de l'individu dans le phénomène créateur, il l'a menée en cordiale ouverture au monde et sans mesquine rigueur. Cette affectivité humaine de base est une constante dans l'oeuvre d'Yvon Taillandier et est toujours présente lorsque l'écrivain, ou surtout le peintre, succède au critique. La charge humaniste trouve son écho dans les références mythiques. Lorsqu'en 1970 le critique a donné libre cours à sa vocation de peintre, il l'a assumée dans le cadre de la bande dessinée et de l'art pauvre, dans les monuments de carton et surtout dans la perspective de la «nocrida», cette nouvelle méthode d'analyse visionnaire, créatrice d'une tératologie en constante évolution. Les monstres mythiques issus de l'imaginaire de Taillandier incarnent toutes les contradictions et les espoirs d'une humanité qui se retrouve devant son propre miroir. Et cette mythologie est une mythologie de bon augure, un antidote contre le poison du malheur. Dans cette époque où la critique d'art, une fois débarrassée de la nostalgie du passé, a essayé de surmonter sa panique du changement et le pressentiment de l'avenir, Yvon Taillandier a su bâtir une mythologie dont les nouveaux dieux incarnaient les mythes d'un humanisme toujours remis en question. Et c'est à travers ce «délire tempéré» de l'imagination que se perpétue une véritable aura de la bonne fortune. Cette mythologie est porteuse d'une espérance infinie et je suis reconnaissant à Yvon Taillandier de nous donner de bonnes raisons de croire en l'homme.

Pierre RESTANY, Paris, avril 2003

Un mot de l'auteur

Je peins pour faire partager aux autres le plaisir que j'éprouve à la simple action de regarder et de voir. Comme mon ami Giacometti, je me suis aperçu que le travail qui consiste à créer une image peinte, sculptée ou dessinée améliorait considérablement la faculté de vision.

Telle est une des raisons pour lesquelles je m'adonne à la peinture.
Une autre raison est qu'elle me permet de satisfaire la passion que j'éprouve pour le dessin. La couleur que l'on oppose souvent au dessin m'est longtemps apparue comme la chose que Gauguin qualifiait de mystérieuse et qu'il fallait, disait-il, utiliser mystérieusement. Toutefois, je ne partage plus cette opinion.
Je me contente de constater que la couleur solidifie les lignes qui, sans elle, sont d'une extrême fragilité.

Or, le graphisme me permet de donner forme à des personnages que j'invente et que je qualifie de progressifs. Très simples à certains endroits, ils se compliquent et s'élargissent jusqu'à occuper et animer toute la surface de la toile, n'y laissant que des vides très réduits. J'ai opté pour des couleurs simples, pures et gaies parce que mes tableaux, si chargés qu'ils semblent parfois, refusent de paraître lourds et se veulent des chants joyeux, voire des hymnes à la joie.
Je voudrais qu'ils disent aux spectateurs : «nous vous aimons et la vie que nous vous montrons mérite d'être vécue avec ingéniosité et allégresse.»

Yvon Taillandier

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?