Cliquez ici Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



le 10 janvier 2004
N'ayons pas peur des mots.
Ce nouvel album de Air n'est ni plus ni moins qu'un chef d'oeuvre. Différent de Moon Safari et de 10000 Hz Legend, certaines chansons sont littéralement éblouissantes. Biological, Another Day et Mike Mills sont d'une puissance phénoménale. Cette fois ci, le groupe a chanté lui même, Jean Benoit Dunckel assurant les voix. Le résultat est aussi surprenant que réussi. De nouvelles sonorités s'ajoutent également par rapport aux projets précédents : le groupe utilise un instrument à cordes traditionnel chinois dans un disque ouvert vers l'Asie en plus des habituels arrangements de cordes (cette fois ci enregistrés par Michel Colombier, l'arrangeur notamment de Gainsbourg) et des sons électroniques.
En tout cas, tous les amateurs de Air retrouveront leur ambiance favorite, toujours si élevée et majestueuse, bien que certains titres soient plus minimalites que d'habitude.
Bravo à Air que n'en finit pas de nous surprendre. Car il est vraiment difficile de comparer Moon Safari, Virgin Suicides, 10 000 Hz Legend et Talkie Walkie.
A l'heure actuelle, il ne fait nul doute que Air est le meilleur groupe de musique électronique en France (dans un genre différent de Daft Punk), et peut etre du monde.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2004
Hé pas mal, pas mal, très bien meme en fait. L'"Air" de rien les petits frenchies continue un parcours discogrraphique sans faute commencé avec le dorénavant culte "Moon Safari" puis un "10 000 hz legend" moins plébiscité mais néanmoins excellent (sans oublier "Virgin suicide" et "1ers symptomes" pas mauvais non plus...). A l'évidence moins aventureux que leurs oeuvre précédente "Talkie Walkie" voit le "french band" se recentrer sur lui meme (l'album a été enregistré sans l'apport de musiciens exterieurs). La parfaite harmonie Godin et Dunkel l'ont donc cette fois trouvé en creusant à l'interieur d'eux meme ( d'ou le coté intimiste du disque ) et non au travers de grands voyages spatiaux à la recherche de nouveaux territoires ( ...musicaux ). En tout cas Air porte de mieux en mieux son nom tant leurs style s'épure d'avantage avec chaque album : ici ni morceaux progressifs facon "10 000 legend" ni synthés cheap à la "moon safari" mais une musique intelligente, légere, smart... Ce disque passe tout seul, vous pouvez le mettre n'importe où, n'importe quand, soir ou matin, qu'il fasse beau ou moche,dans un lieu calme ou agité, que vous soyez heureux ou déprimé... essayez! vous verrez il passe bien, toujours.
The soundtrack of our lifes en quelque sorte.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2004
Avec ce nouvel album, Air frappe de nouveau un grand coup. Talkie Walkie, c'est du bonheur à l'état pur. Partant pour un petit voyage au paradis? Pas de problème, la recette est simple. Allongez-vous dans le noir, seul, lancez Talkie Walkie, et laissez-vous juste aller... c'est parti pour une traversée fantastique du pays des merveilles. Talkie Walkie éveille vos sens, vous fait oublier tout le reste pour vous emmener loin, très loin... les images se bousculent dans votre tête... vous êtes sur Venus, sur Mars, sous l'eau, puis devenez soudain un oiseau... avant de s'envoler à dos de roquette... oui, c'est fou, c'est psychédélique, et tellement bon! Mention spéciale à Run, musique étrange, qui commencera par vous irriter légèrement, avant qu'un ange passe, et là...
On ne ressort pas indemne de Talkie Walkie, c'est incontestable. Messieurs Dunckel et Godin, ce que vous êtes capables de faire ne relève pas seulement du simple talent, mais de quelque chose de beaucoup plus rare qui s'appelle le génie... bravo!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2015
Après un titre des plus sympathiques « Venus », inspiré et reposant, l’album s’enfonce inexorablement dans les aspects les plus mous et les moins originaux du duo français. Pourtant une nouvelle fois bien entourés (Brian Reitzell à la batterie, produit par Nigel Godrich un proche de Radiohead), Talkie Walkie ne décolle jamais vraiment.

Le single « Cherry Blossom Girl » n’aide pas vraiment à captiver notre attention. L’original « Run » tente une percée, sans vrai effet. La suite est du même acabit. Il faut attendre « Surfin On A Rocket » pour que le rythme s’anime un peu et le titre qui suit « Another Day » nous ramène, lui aussi à des choses qu’on connaît et qu’on apprécie chez notre French Band.
Malheureusement, et à part le très bon dernier titre instrumental, l’album Talkie Walkie n’arrivera jamais à nous éveiller et à capter notre attention. Du easy-listening comme on en faisait à l’époque.

Et même si c’est sur cette tournée que je les ai vus pour la première fois (1h20 de concert, au Zénith, allez hop : emballé, c’est pesé), et même si cet album a une saveur personnelle particulière… je ne peux pas m’empêcher de me dire que ce n’est finalement pas un (très) bon album…
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 23 février 2010
Les Air font paraître « Talkie Walkie » après deux collaborations (l'une sur la B.O. du film « Virgin Suicides » de Sofia Coppola, l'autre avec l'Italien Alessandro Baricco pour l'accompagnement musical d'une performance théâtrale). Ce Cd a été conçu dans le studio personnel de Dunckel et Godin, avant une finalisation à New-York sous la conduite de Nigel Godrich, producteur attitré de Radiohead.
« Talkie Walkie » est un Cd fait de petits riens, d'une apparence simple voire simpliste ... qui pourrait passer pour un disque de new age quelconque, s'il n'était pas truffé de ces détails sonores (merci Godrich) qui attirent sans cesse l'attention et en font une oeuvre beaucoup plus sophistiquée qu'il n'y paraît. L'essentiel des titres est chanté par Jean-Benoît Dunckel avec l'aide de la trop méconnue Lisa Papineau ou de Jessica Banks sur le single « Cherry blossom girl ». Et en plus de Godrich, Michel Colombier (arrangeur sur quelques disques de Gainsbourg, et surtout connu pour sa collaboration avec Pierre Henry sur le fameux « Psyché rock », un des premiers titres qu'on peut qualifier de techno en 1967) supervise les cordes et joue du piano sur un titre (« Biological »).
La première partie du Cd est composée de titres contemplatifs, lents, émollients, éthérés, dominés par des nappes de synthés « climatiques » . Le final (un peu comme s'il s'agissait d'un vinyle avec deux faces musicalement différentes) contient des morceaux reposant davantage sur une assise rythmique plus conséquente. Un disque cependant très homogène, toujours en quête perpétuelle de beauté et de sophistication sonores.
Seuls trois titres se démarquent de l'ambiance d'ensemble. L'instrumental « Mike Mills », en hommage au réalisateur de clips (un homonyme du bassiste de R.E.M.), « Alpha Beta Gaga » plutôt une récréation humoristique comme le laisse entendre son titre, et le dernier morceau « Alone in Kyoto » le plus expérimental du Cd avec ses gimmicks japonisants, enregistré l'année d'avant pour la B.O. d'un autre film de Sofia Coppola, le fabuleux « Lost in translation ».
« Talkie Walkie » n'est pas la septième merveille du monde électronique, il ne le prétend pas d'ailleurs ... juste un des meilleurs de Air, ce qui n'est pas si mal ...
1010 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2004
Cet album s'insinue peu à peu dans nos oreilles délicates grâce ce coton musical que nous ont créés les Air.
C'est un joyau acoustique et électronique qu'ils nous délivrent avec "cherry blossom girl", "alone in kyoto", "univeral traveller" (ce dernier ayant été inspiré par Michel Colombier qui a fait la plupart des arrangements), le tout supervisé par Nigel Godrich (Radiohead, Travis, Beck, The Divine Comedy, etc...).
Play it cool!
PS: mon préféré: "surfin'on a rocket'.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2004
Ce duo versaillais, souvent critiqué chez nous, a su depuis ses débuts se remettre en question, essayer différentes approches et tenter des expérimentations risquées.
TALKIE WALKIE semble être l'album que le duo souhaitait réaliser. On y retrouve de manière directe ou indirecte des bouts de Moon Safari, de 10 000 Hz Legend, des Premiers Symptomes ou encore de Virgin Suicides, le tout avec une degré de maîtrise et de cohérence bien supérieur. Les arrangements sont superbes, le mixage et la production de Nigel Godrich aussi et écoute après écoute, on s'aperçoit que cet album est truffé de petites pépites décelables au fur et à mesure.
Légèreté, finesse, apesanteur sont des termes qui pourraient qualifier ces morceaux tous différents mais bien issus de l'imagination du duo.
Confirmation sur scène en mars de la beauté de cet album ? ! Sûrement, étant donné leurs prestations live de qualité, comme en témoigne d'ailleurs le dvd bonus superbement réalisé et monté présent dans ce collector.
Si vous vous fichez des étiquettes et des médisances que certains peuvent porter à AIR, jetez vous dessus, vous n'en serez pas déçus...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2003
Chaque nouvel album de ce groupe se fait attendre, et sait nous surprendre. Que de chemins parcourus entre Moon Safari et Talkie Walkie ! Même si ce nouvel opus aurait tendance à revenir (légerement) vers le safari lunaire... Ce qui est loin de nous déplaire. Comme à son habitude, Air crée un univers sonore totalement nouveau, tout en conservant une uniformité dans l'album, ce qui nous immerge dans une atmosphère absolument sublime. On écoute et réécoute cet album sans discontinuer, et on ne peut qu'admettre que le duo versaillais fait aujourd'hui partie de l'élite musicale. Personellement, mes titres préférés de l'album sont Run et Alpha Beta Gaga.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2004
Il y'a deux faces dans ce groupe : une face très pop, presque mielleuse, très bien développée dans l'album "Moon Safari", et une face plus expérimentale, plus aventureuse, plus avant-gardiste, incarnée par les premiers maxis du groupe (regroupés sous le titre "Premiers symptômes") et par la B.O. de l'excellent "Virgin Suicides".
Ce nouvel album est indiscutablement un rejeton direct de "Moon safari", un retour à la presque simplicité pop (malgré la production de Nigel Godrich) après les excès de "10 000 hz legend". Une très jolie collection de vignettes pop ("Cherry Blossom Girl", single idéal pour attendre le printemps), une bouffée d'Air pur. Et pourtant, l'air de rien, on reste un peu frustré : où sont passés les audaces sexy de "Casanova 70" et les clins d'oeils psychédéliques de "Dirty trip" ?
On sait que ce groupe peut être capable parfois de lâcher bien des choses.Peut être qu'au prochain album ils sauront enfin débrider leur musique comme elle le mérite ?
En attendant, préférez la version avec DVD : le concert est un régal: contrairement à une idée facile, ce groupe de studio s'avère également très à l'aise sur scène ! Une belle consolation ...
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2004
Il suffit de regarder la discographie des deux génies de Versailles pour savoir qu'Air n'aime pas se répéter. Après 'Baricco City Reading', le nouvel album continue dans la voie du minimalisme, cette fois-ci mis au service de pop songs touchant à la perfection. Ce sont des amis de Beck, et pour faire une comparaison avec ce dernier, cet album serait leur 'Sea Change'. Plus d'esbrouffe, pas plus que de délire space-rock. L'influence Gainsbourg de "L'Homme à Tête de Choux" semble s'être dissipée. Cette fois-ci, ils ont également décidé de chanter et leur manque de professionalisme dans ce domaine, loin d'être un défaut, rend l'album encore plus touchant. Dire que le disque est planant est un cliché : ce n'est pas ici que réside la principale qualité du groupe, mais dans sa capacité à toucher avec des émotions pures et une grande naïveté. Très loin du cynisme et de la hype, souvent associée à la French Touch. Si cet album risque de décevoir les fans de 10 000 Hz Legend, il devrait en revanche faire gagner aux groupes de nouveaux fans, et devenir l'album préféré d'une frange de leur public, ce qui est mon cas.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)