undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:3,49 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 août 2009
Terry Riley est né en 1935 à Colfax, Californie (USA). Il étudie au Shasta College, à l'Université de San Francisco et au Conservatoire de San Francisco, avant d'être diplômé, en 1961, d'un « Master of Art » à l'Université de Berkeley, où il a comme professeurs Robert Erickson (1917-1997) et Seymour Shifrin (1926-1979). Durant les années 1960, il voyage fréquemment en Europe, mais son maître le plus influent est toutefois le Pandit Prân Nath (1918-1993), un maître du chant classique Indien, avec qui Terry Riley fait de nombreux voyages en Inde durant leur association, pour étudier mais aussi pour l'accompagner aux tablas, à la tampoura et au chant. C'est durant les années 1960 que Terry Riley inaugura les restés fameux "All-Night Concerts", durant lesquels il jouait de l'harmonium, essentiellement en improvisant, de la nuit tombée jusqu'au petit matin suivant. Il a fait partie du San Francisco Tape Music Center, en compagnie de Pauline Oliveros (née en 1932), de Morton Subotnick (né en 1933), de Ramon Sender né en 1934) et de Steve Reich (né en 1936), et il est considéré comme l'un des pères fondateurs de la musique minimaliste américaine. En 1971, il rejoint la faculté du Mills College, pour enseigner la musique classique indienne et, actuellement, il professe et interprète le chant râga indien et le piano ; Jin Hi Kim (née en 1957), Robert Davidson (né en 1965) et Noah Georgeson (né en 1975) sont au nombre de ses élèves.

Parmi les oeuvres majeures qu'il a composé à ce jour, on peut noter « In C » pour ensemble libre (1964), « Olson III » pour orchestre et choeur d'enfants (1967), « Poppy Nogood and the Phantom Band » pour saxophone, orgue et time lag accumulator 1967), « A Rainbow in Curved Air » (1969), « Persian Surgery Dervishes » (1972), « Shri Camel » pour orgue accordé en intonation juste et modifié par des délais traités numériquement (1980), « Cadenza on the Night Plain » (1984), « The Harp of New Albion » pour piano accordé en intonation juste (1986), « Salome Dances for Peace » (1989), « Jade Palace » (1991), « Requiem for Adam » (1998), « The Philosopher's Hand » (2000), « Sun Rings » pour quatuor à cordes (2002), ou bien encore « The Cusp of Magic » (2004).

Le « Requiem for Adam », pour quatuor à cordes et sons électroniques a été composé en mémoire d'Adam Harrington, fils de David et de Regan Harrington du Quatuor Kronos. Le premier mouvement « Ascending the Heaven Ladder », à l'allure désinvolte mais qui semble aussi être un hommage à Béla Bartók, est suivi du « Cortejo Funebre en el Monte Diablo », au sein duquel l'électronique tient une place très importante, qui laisse finalement place au très énergique troisième mouvement, « Requiem for Adam ».
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)