• Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 4 à 5 jours.
Expédié et vendu par Les Livres du Château.
EUR 15,00 + EUR 28,00 Livraison en France métropolitaine
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Comme neuf | Détails
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Jamais lu. Envoi rapide et soigné dans enveloppe à bulles.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Théodore, le passager du rêve Broché – 1 mai 2013

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 1 mai 2013
EUR 15,00
EUR 15,00 EUR 7,00

Les succès de l'année 2017 Les succès de l'année 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Aristophane

Je vous salue, frères de la nuit... mes frères. Je vous en prie, soyez chics, reprenez vos conversations, allons, nous sommes entre vieilles chouettes. Et toi, l'accordéon, ne t'arrête pas, continue de sangloter. Ne me faites pas cette haie de silence étonné et ces yeux ronds effarés, vous saviez bien que je finirais par vous rejoindre un soir ou l'autre, tout comme vous savez par quoi je suis passé depuis que je suis arrivé ici pour y être passés vous aussi, chacun à votre tour. Je sais trop bien ce qui se dit dans la cité. Il finira par s'y faire le vieil Aristophane, avec le temps, comme nous tous. Il se fera à ce tas de wagons déglingués dans lesquels on nous range comme dans un cimetière. Oui, il se fera au silence, aux trains qui n'arrivent plus, aux voyageurs qui ne passent plus. Au début, il restera dans sa roulotte à regarder fixement ses vieux rideaux pourpres. Le jour il ne dormira plus, il pensera à «ses voyageurs», oui, ses voyageurs... Il pensera à la jeune chauve-souris qui a pris sa place quai 19, il y a trente-deux nuits, il y en a de plus en plus, des chauves-souris. On leur a aussi donné le travail des contrôleurs, la crise des chemins de fer, on vous l'a dit aussi, il paraît que leur système de navigation est plus sûr. Oui, il paraît. A vous aussi on vous a dit que vous vous étiez assoupis une ou deux fois pendant votre service. On dit que c'est à ce signe que l'on voit que les hulottes vieillissent.

Elle n'est pas belle notre médaille pour bons et nocturnes services ? Elle pend dans nos wagons comme le balancier de la grande horloge de la gare. Tac. Tac. Tac. Elle remonte le passé. Une médaille, voilà tout le prix de leur gratitude.

Oui, vous avez raison, il finira par se faire à tout cela, le vieil Aristophane, ou peut-être bien qu'il ne s'y fera pas. C'est cette idée affreuse qu'il n'est plus chef de gare, qu'il ne le sera jamais plus. Alors, oui, de temps en temps, il soufflera dans son sifflet, pour se rappeler le bruit que ça faisait, triiiittt... vous vous souvenez ? Et il s'imaginera entendre le pas des voyageurs de la gare ouest des Rêves.

Il vous manque à vous aussi, ce pas, léger parce que nu, ne dites pas le contraire, vous le ressuscitez certaines nuits lorsque la solitude est si grande qu'on rentrerait en nos ailes. Je vous entends depuis ma vieille roulotte, caché derrière mes rideaux épais, je vous entends tout comme j'entends, sous la lune blanche, le chant triste de ces bicoques qui ne rouleront plus.

Moi, c'est au pas de Théodore que je pense. Un pas plus bruyant que celui des autres voyageurs, un pas qui collait au quai, inhabituel, un pas d'Éveillé, oui, mes frères, un pas d'Éveillé !

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?