Cliquez ici Cliquez ici hallogno. CoopPocheEtoilesContraires Cloud Drive Photos En savoir plus nav_Renewed Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Oasis cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
133
4,6 sur 5 étoiles
The Fault in Our Stars
Format: Broché|Modifier
Prix:8,92 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


le 21 juin 2017
Très facile à lire ! Mon niveau d'anglais est intermédiaire, et je n'ai pas eu de problème à lire ce livre en 3 jours seulement en le lisant de temps en temps !
Très belle et émouvante histoire mais qui ne sombre pas complètement dans le pathos. Personnages attachants qui ont beaucoup d'humour !
Parfait aussi pour travailler un peu son anglais. Je recommande donc vivement ce livre !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2017
Y'a même pas besoin de faire un commentaire sur ce livre... il est parfait... je le préfère au film!
La livraison amazon ne me déçois jamais! A chaque fois que je commande un livre je choisis le vendeur Amazon, c'est le meilleur!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2017
Acheté à sa sortie, j'ai beaucoup aimé cette romance adolescente. Très touchant. Facile à lire en anglais, je pense que c'est un très bon livre pour les personnes cherchant à entretenir ou améliorer leur niveau.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2017
Slightly adapted excerpt from the book !
Being hurt is being real. Feelings both love and pain can hurt. This story and the truth of the characters made me laugh and cry. It is so authentic that some parts came up in the most important moments I have lived after reading it.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2014
You gotta read it.
No matter if it is a "teens book" or whatever. I really really loved it !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 25 mai 2014
-
"The fault in our stars" rencontre un succès prodigieux, en particulier auprès des jeunes lecteurs, et je ne voulais pas passer à côté d’un tel enthousiaste, malgré mon peu d’attrait, a priori, pour un thème aussi déprimant, qui reflète une réalité si présente autour de nous.

Pourquoi raconter une telle histoire ? Pourquoi raconter quelques mois de l'existence d'une jeune fille condamnée à court terme ? (ce n'est pas un spoiler, les choses sont claires d'emblée, Hazel est en rémission miraculeuse, son cancer n'attend que la moindre occasion pour bondir à l’assaut de son corps et la submerger).
Eh bien sans doute parce que ce roman, dans son existence et sa personnalité, est une parfaite métaphore d'une personne atteinte d'un cancer : la maladie ne devrait jamais définir une personne malade de A à Z. Une personne très malade, mourante même, devrait avoir le droit de rester elle-même, avec ses défauts, ses qualités, ses opinions, ses projets, ses décisions - et ceci même si la maladie régit le moindre de ses moments. Ce roman, qui raconte la rencontre de deux jeunes gens malades d'un cancer, est bien plus qu'un roman sur le thème de la maladie : c'est une vraie histoire, qui existe par ce thème mais aussi bien au-delà.

Cette histoire, écrite à la première personne du singulier par une jeune fille de 16 ans (l'auteur disparaît complètement, une prouesse) est brillante, drôle, délicieuse, généreusement et terriblement émouvante.
C'est aussi un récit méticuleusement réaliste : aucun cliché, aucun lieu commun et une immersion que je n'ai peut-être jamais encore rencontré à un tel niveau dans aucune de mes lectures (le parallèle le plus fort qui m'est venu à la lecture de ce roman, en manière de ressenti, est la visualisation du reportage de Terry Prattchet sur l'euthanasie).

La tonalité du récit est néanmoins extrêmement proche de celui d'Among Others, un roman que je conseille à tous ceux qui ont tombés amoureux de l’âme si pure d’Hazel, son pragmatisme, son humour, son esprit acéré.

L’un des nombreux atouts du roman tient dans le fait que les affres des premiers temps ne nous sont pas contées. L’horreur, l’incrédulité, le déni, la colère, le sentiment d’injustice, d’incompréhension – tout ça a déjà intégré par Hazel et ses proches. Désormais la situation est, tout simplement ; dans sa cruauté et son inéluctabilité. Sans être pour autant résignée, chaque personne de ce roman sait à quoi s’en tenir et tâche, avec plus ou moins de succès, de vivre cette réalité intenable, avec son quotidien misérable mais pourtant si précieux. Hazel est jeune fille exceptionnelle, d’une intelligence supérieure à la normale, d’une lucidité et d’une générosité exceptionnelles, mais aussi une simple jeune fille de 16 ans.
L'éclairage de l'entourage à travers les yeux d’Hazel, en particulier de ses parents, est tout simplement remarquable.

J'ai beaucoup apprécié l’humour et la lucidité de l'histoire dans l'histoire, alors que la jeune fille se passionne pour un roman écrit par une jeune elle aussi atteinte d'un cancer (roman écrit par un homme adulte), cherchant désespérément à joindre l’auteur pour savoir ce qu’il advient des personnages ensuite. Le traitement et le rapport à l'auteur (qui n’est idéalisé en rien !) sont étonnants.
D'une manière générale cette histoire, pourtant si terriblement triste et désespérée, nous fait souvent rire aux éclats : une prouesse et une démonstration...

La relation entre Hazel et Augustus est pleine d'une maturité hors d’âge mais aussi de la fraîcheur de leur âge ; elle est illuminée par leur intelligence hors norme, leur humour délicieux, souvent bien noir, leurs personnalités si poignantes. Cette histoire d’amour éphémère mais d’une sincérité et d’une maturité étonnantes, sans une once de mièvrerie ni le moindre stéréotype, atteint la perfection.

Les idées, nombreuses et passionnantes, développées par ces deux jeunes personnes confrontées si injustement tôt à la mort, sont intrigantes, riches et traitant de thèmes qui nous ne peuvent manquer de toucher le lecteur, lui-même condamné à mort dès son premier souffle. Aucun remplissage, un texte dense dans sa simplicité.

Cette lecture, malgré ses attraits et ses qualités littéraires (c’est un vrai page-turner, une lecture limpide) a été particulièrement éprouvante ; on pourrait ainsi s'interroger sur la pertinence à s’immerger ainsi dans une histoire, aussi remarquable soit-elle, si le prix à payer est d'être aussi profondément bouleversé et perturbé à la fin du roman.

La réponse est sans doute dans le thème même du roman : Vaut-il mieux ne rien vivre, ne s'attacher à rien et ne s'intéresser à rien puisque l'on va tout perdre à la fin, ou profiter de tout, au mieux, chaque instant, puisque chaque instant pourrait bien être le dernier ?...
1010 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2016
J'ai acheté ce roman sous la forme "relié" et je ne suis pas déçue de cet achat. Quel magnifique roman et le roman relié est vraiment très beau avec sa couverture rigide.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 février 2012
My first John Green read and wow, what a novel!
A story of kids with cancer will sound scary to many but life, death, love and all existential questions manage to be touched in this book in a way that is at times funny, and at times obviously moving or sad. I couldn't put this book down and finished it in one day. Definitely worth it.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 août 2014
Dès le début du livre, l’auteur jour carte sur table et nous prépare à une fin que l’on sait déjà tragique!
La lecture de ce roman est aisée et rapide, l’anglais facile, la typographie large.
J’ai particulièrement apprécié le titre, clin d’œil à Shakespeare dont la tirade originale est extraite de la pièce Jules César ( Julius Cesar).
L’histoire est ponctuée de beaucoup d’humour et d’une certaine joie de vivre bien que le thème de la mort reste une constante.
J’ai passé ma dernière heure de lecture à pleurer comme une madeleine. Cœurs sensibles, prévoyez une boîte de mouchoir !
Un bon roman donc mais à éviter peut-être en cette période estivale ou l’on a envie de lire des choses plus…légères !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2012
[Lu en anglais.] Hazel, l'adolescente qui narre ce roman, souffre d'un cancer. Elle peine à respirer et doit traîner un ballon d'oxygène partout où elle va. Pour apprendre à mieux gérer sa maladie, elle participe à une thérapie de groupe. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un jeune homme qui a perdu une jambe à cause du cancer. Suivant leur rencontre, les deux jeunes conversent sur divers sujets tels la mort et la postérité. J'ai aimé que ces deux adolescents s'acceptent réciproquement malgré leurs imperfections. Quel beau message dans un monde où la publicité véhicule sans cesse l'idée qu'on doit être parfait pour ne pas aboutir seul!

J'ai lu ce livre parce que j'avais aimé le premier roman de John Green, Qui es-tu Alaska? Au départ, j'étais critique : je me disais que les personnages n'étaient pas aussi rebelles que dans le premier livre et je croyais relever certaines invraisemblances. Mais plus je m'avançais dans le livre, plus je me mettais à admirer ce que Green était en train d'accomplir. Au bout du compte, The Fault in Our Stars m'a tour à tour ému, surpris, fait réfléchir et, malgré le sujet morbide, fait sourire.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus