Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici TopNYP Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Difficile de rebondir après avoir terminé l'arc narratif précédent, d'ailleurs la Flotte retrouvée s'appelle toujours la Flotte perdue, artifice commercial amusant.

Cette nouvelle série commence donc très doucement avec Black Jack Geary dans le rôle de la patate chaude dont les politiciens civils (qui ont le bon goût de ne pas être tous corrompus ou incompétents, le gros point noir de la SF militariste classique) cherchent à se débarrasser, plus ou moins habilement.
Ils n'ont pas compris, ou ne peuvent comprendre, un homme venu finalement d'une autre culture où la soumission du militaire au pouvoir civil est tellement évidente qu'elle n'en est même pas un enjeu. Il serait d'ailleurs intéressant que l'auteur mette en place le processus inéluctable de corruption de Black Jack que le pouvoir dépourvu de contre-pouvoir amène toujours.

Vous assisterez donc pendant un bon tiers du roman à ces manœuvres politiques dans laquelle Jack Campbell apporte une légère touche kafkaïenne dans sa description des relations absurdes entre une Administration Navale prétendant contrôler les moindres aspects de la vie de la Flotte Spatiale et des Opérationnels ayant programmé leur ordinateur pour transmettre des rapports automatisés parfaitement conformes aux exigences absurdes de cette Administration.
J'ai beaucoup ri ... jaune, c'est beaucoup trop réaliste !

Reste un second tiers relatant la progression de la Flotte dans l'espace Syndic et les différentes réactions des autorités auto-proclamés, toujours une forme de politique mais incarnée dans un rapport de force parfois assez subtil.

Enfin la troisième partie qui m'a vraiment surpris, l'Alien n'est pas une version déformée de l'Humanité, j'en suis encore baba d'étonnement ! Hélas ce ne serait pas sympa de ma part de vous révéler quoi que ce soit, sachez juste que la narration limitée à un seul point de vue révèle ici toute sa force, nous ne savons de l'Alien que ce que savent les protagonistes, au contraire de La paille dans l'oeil de Dieu.
Et moi ça me fascine. On pourrait dire que le recours aux Aliens est une sorte de Deus Ex Machina autorisé voire adulé par l'amateur de SF en quête d'altérité. C'est fort possible.
Alea Jacta Est.
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2011
J'avais adoré Lost Fleet, j'ai lu deux fois les 6 tomes avec le même plaisir, et je les relirai. J'attendais donc Dreadnaught, qui en est la suite, avec impatience. Je suis un peu déçu, Campbell est heureux de retrouver Geary, Desjani et ses lecteurs, et les 200 premières pages sont un peu répétitives par rapport à Lost Fleet, on retrouve les blagues sur les avocats, sur les agents littéraires, sur les Marines, sur les politiciens, et il ne se passe pas grand chose, pas assez vite (là où Lost Fleet nous mettait directement dans le feu de l'action). La seconde moitié du livre est plus intéressante, avec notamment de nouveaux personnages amusants, les médecins et les experts en aliens, mais vous serez frustré en arrivant à la dernière page: c'est là que l'histoire commence vraiment. Bref, un préambule un peu longuet, par rapport à la série précédente - j'attends néanmoins la suite, parce qu'on s'y attache, à ce John Geary ! Et, en attendant, Campbell ressort, sous son vrai non (Hemry) la série "Stark's war", je viens d'en commander le premier tome, en espérant que ce soit aussi sympa !
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2011
Pour tout ceux qui ont apprécié les épisodes précédents, vous ne serez vraiment pas déçus.

action, politique, space opéra, ET, tactique militaire, voyage, intrigue et un suspense incroyable... c'est une réussite
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2013
Space opera efficace, bonne lecture de détente! Je n'avais pas lu les précédents, mais ce n'était pas indispensable. Dépaysement et action garantis. Peut-être même que cela vous rajeunit :-)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2012
Un héro mort, c'est bien pratique, mais un héro vivant cela devient vite encombrant. Après avoir permis à l'Alliance de remporter la guerre qui l'opposait aux Syndics, le capitaine John Geary se voit affecté une nouvelle mission, découvrir qui sont ces aliens à la frontière des Syndics, entrer en contact avec eux et récupérer les humains, s'il en reste, disparus sur leur territoire. Une mission difficile mais pas impossible pour Jack "Black" Geary.

On prend les mêmes et on recommence. Jack Campbell tisse une nouvelle intrigue, met en place ses personnages et déroule les événements.
Rythme, exploits militaires, détonations silencieuses dans le vide de l'espace avec un brin d'humour totalement américain.
Distrayant au possible.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2012
Ce nouvel opus s'inscrit parfaitement dans la ligne suivie avec grand succès au cours des 6 premiers épisodes de "The Lost Fleet". Jack Campbell réussit à renouveler les conditions du combat de la flotte sans nuire au suspense et aux rebondissements de l'intrigue. Ce nouvel épisode "Dreadnaught" est un vrai plaisir à dévorer sans modération.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici