Acheter d'occasion
EUR 3,32
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

De la Traite et de l'Esclavage des Noirs Poche – 10 mai 2007

Retrouvez toute notre sélection de livres à paraître, précommandez dès maintenant !

4.0 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les 8 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche, 10 mai 2007
EUR 34,50 EUR 3,32

Il y a une édition plus récente de cet article:


Top NYP 2017 Top NYP 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Extrait du discours d'inauguration de la place de l'Abbé-Grégoire par Aimé Césaire :

Un jour, à Sainte-Hélène, parlant d'un prêtre français à qui les puissants du jour n'épargnaient pas les tracasseries, Napoléon disait : «S'ils le chassent de France, il doit aller se réfugier à Saint-Domingue. L'ami, l'avocat, le panégyriste des Noirs sera un dieu, un saint parmi eux.»
Qui était donc cet homme, ce Blanc, ce prêtre que les Noirs, au sentiment de Napoléon, devaient considérer comme un dieu ?
Il s'agissait de l'homme à qui la municipalité et le peuple de Fort-de-France rendent aujourd'hui un solennel hommage : Henri Grégoire, ancien évêque de Blois. Henri Grégoire, qui se nommait lui-même l'ami des hommes de toutes les couleurs. Henri Grégoire, universellement connu et respecté sous le nom d'Abbé Grégoire.
Il n'est pas facile de lui rendre hommage. C'est un géant qui dépasse toutes les toises. Pas facile de le camper, il déborde tous les cadres. Pas aisé non plus de le saisir tant il est multiple. Parler de lui, même, n'est pas commode : il faudrait raconter presque toute la Révolution.
Homme politique, homme d'Église, professeur, agronome, ethnographe, bâtisseur d'écoles et d'universités, toujours à la pointe, on le retrouve en chacune des allées de cette Révolution à laquelle il contribua si puissamment. On le retrouve chaque fois qu'une idée hardie est à défendre, une pensée généreuse à promouvoir, une méthode nouvelle à lancer, une attitude énergique à prendre. Homme d'avant-garde, il fut chantre de la démocratie, dont il prononça quelques-uns des maîtres-mots, et surtout champion de la fraternité humaine.
Que Grégoire, pendant plus de quarante ans, ait fait de la question coloniale son affaire ; des souffrances endurées par les Nègres sa «passion», de la lutte contre l'esclavage et le colonialisme sa lutte, il y a déjà là quelque chose qui frappe et émeut. Car il ne saurait être question, ici, d'influence du milieu, ni de déterminisme géographique. L'abbé n'est point de Nantes, ni de Bordeaux ; il n'est pas un habitué du commerce des îles ; il n'est pas non plus un soldat, ni un marin, ces hommes ouverts sur le large. Terrien jusqu'au bout des ongles, paysan, lorrain, rien, dans ce grand drame qui l'occupera toute sa vie, ne le prépare à être acteur. Rien, sinon son immense culture. Rien, sinon son imagination, sa puissance de sympathie sans égales. Rien, dans sa vie, sinon, peut-être, le fait d'avoir vécu à Metz, où il eut le temps de plonger son regard dans le ghetto et d'en rapporter la première analyse matérialiste de la question juive que l'on connaisse.
«Est-il moyen de rendre les juifs plus utiles et plus heureux en France ?»

Présentation de l'éditeur

De la chaire aux tribunes de la Révolution, Henri Grégoire a mené un combat sans concession pour l'égalité de tous les hommes, jusqu'au décret du 16 pluviôse an II (5 février 1794) :
«La Convention nationale déclare aboli l'esclavage des Nègres dans toutes les colonies. En conséquence, elle décrète que tous les hommes sans distinction de couleurs, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouissent de tous les droits assurés par la Constitution.»

Ces pages suffisent à montrer la force de conviction et l'humanité de cet évêque hors du commun, et offrent un bel exemple de son style vigoureux.

Aimé Césaire le rappelle avec gravité : les paroles d'Henri Grégoire sont de celles qu'un petit-fils d'esclave ne peut relire sans émotion.

Présenté par Aimé Césaire

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 14 mai 2007
Format: Poche
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2011
Format: Poche
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?