Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Trilogie bill douglass + livre [+ 1 Livre]

4.0 étoiles sur 5 2 commentaires client

Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Détails sur le produit

  • Acteurs : Stephen Archibald, Paul Kermack, Hughie Restorick, Jean Taylor Smith, Bernard McKenna
  • Réalisateurs : Stephen Archibald, Paul Kermack, Hughie Restorick, Jean Taylor Smith, Bernard McKenna
  • Format : Noir et blanc, Plein écran, Cinémascope, PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 2.0 Mono)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.).
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : UFO Distribution
  • Date de sortie du DVD : 19 novembre 2013
  • Durée : 175 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 2 commentaires client
  • ASIN: B00E8WL4UG
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 44.255 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Contenu additionnel

Documentaire sur Bill Douglas et son oeuvre (60').
Les 2 seules interviews de Bill Douglas encore disponibles(30').
Rencontre avec Mamoun Hassan, son producteur (15').
Rencontre avec Peter Jewell, son assistant et ami (14').
Court-métrage : Come Dancing, le court métrage de fin d'étude de Bill Douglas (13')

Descriptions du produit

Description du produit

Contient :
- My Childhood
- My Way Home
- My Ain Folk

Synopsis

Ce coffret contient 3 films :
- My Childhood :
Dans un village minier d'Ecosse, Jamie évoque son enfance et son adolescence face au monde adulte.
- My Way Home :
La grand-mère de Jamie et Tommy est enterrée. Tommy est confié à un orphelinat et Jamie doit vivre chez sa grand-mère paternelle, une femme violente qui accuse la mère de Jamie de ruiner son fils et ne montre d'affection que sous l'emprise de l'alcool.
- My Ain Folk :
Jamie est un bon élève à l'orphelinat. Mais son père le retire contre l'avis des ses professeurs. Ils sont mal accueillis par la famille de sa belle-mère et Jamie retourne chez sa grand-mère. Son père lui trouve du travail à la mine, mais Jamie veut être un artiste. Retour à l'orphelinat. La chance tourne quand Jamie, au cours de son service militaire en Egypte, fait la connaissance de Robert, un jeune Anglais qui l'initie à la lecture.

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par LD COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 17 novembre 2013
Il y a des jalons dans une vie de spectateur. Indéniablement, pour moi, la vision assez rapprochée au début des années 90 de deux films ayant en leur centre des personnages d'enfant, tournés dans un Noir & Blanc très contrasté et assez violemment expressionnistes, en est un. Deux astres noirs venus de contrées éloignées et réalisés par des cinéastes au tempérament bien différent - le Russe Vitali Kanevski pour Bouge pas, meurs et ressuscite, l'Ecossais Bill Douglas pour sa Trilogie - mais dont les points communs ne pouvaient que me frapper. Outre le choix du N&B, une proximité du créateur avec son enfance qui n'empêche ni sa reconstruction ni un travail formel élaboré, l'influence du muet et surtout des cinéastes soviétiques, la période (la guerre, même si l'on est loin du front), le côté désespérant du cadre contre lequel l'énergie vitale de l'enfant se cogne - avec un tempérament plus bouillonnant pour le garçon de chez Kanevski - mais aussi des points de rapprochement plus ponctuels et pourtant essentiels comme la présence d'un camp de prisonniers à proximité et l'amitié qui se noue entre l'enfant et un prisonnier de guerre (japonais chez Kanevski, allemand chez Douglas).

Né en 1934 et mort en 1991, le cinéaste écossais Bill Douglas est une figure essentielle du cinéma britannique des 40 dernières années.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Achat vérifié
intellectuellement stimulant mais esthétiquement décevant
de cette plongée dans un contexte social archipopulaire, l'auteur semble sortir par une esthétique quasi décadente (Bresson, Truffaut etc...)
Clash entre la simplicité biblique du sujet et l'artificiel du traitement laborieux
Je n'ai jamais ressenti la moindre émotion devant ces images d'un réel en soi bouleversant, mais j'ai au contraire toujours senti la présence d'un cinéaste prétentieux, qui sent qu'on le regarde.
Il n'y a pires intellectuels que certains autodidactes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?