• Prix conseillé : EUR 19,50
  • Économisez : EUR 7,92 (41%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par ~♥~TIP-TOP~♥­~.
EUR 11,58 + EUR 2,99 Livraison
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Édition lu en bon état avec traces d'utilisation.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 19,50
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Une certaine fatigue Broché – 22 août 2012

3.3 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 11,58
EUR 11,58 EUR 4,99

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Mon père a très mal vécu sa mort. Il est parti en colère, ne mourant qu'à regret et la rage au coeur. A soixante-treize ans, au regard de sa bonne tenue lui promettant un avenir confiant de nonagénaire, rien ne laissait présager une disparition soudaine. Comme certains, il aurait pu s'en aller dans son sommeil avec cette discrétion paisible et sans souffrance dont nous aimons imaginer qu'elle accompagnera notre propre mort. Ce fut presque le cas.
En ce dimanche de mars 2007, il manqua de nous fausser compagnie sans que nous ne nous en apercevions. Tous les quinze jours, avec Marie et les enfants, quand ceux-ci n'avaient pas d'autres urgences, nous cédions au traditionnel déjeuner dominical chez mes parents auquel étaient présents, ou pas, mes deux soeurs ainsi que leurs maris et enfants respectifs. Autour de midi, l'Audi A6 franchissait la grille de notre maison sise au coeur d'une rue bourgeoise de la ville et une trentaine de minutes plus tard arrivait devant la villa, dans cette commune mi-rurale où le temps s'écoule avec une quiétude rassurante. Ce dimanche-là, Thomas répétait avec son groupe de rock et Amandine révisait. Les soeurs aussi s'étaient fait porter pâle. Mes parents étaient un peu déçus, mais n'en laisseraient comme d'habitude rien paraître, sinon par quelques signes : des hors-d'oeuvre plus simples, l'impasse sur les fromages dont Amandine raffolait... Mon père tenait au rituel de l'apéritif, j'ouvrais la bouteille de rouge que nous avions apportée afin de l'aérer puis nous passions à table comme des millions de familles françaises à peu près au même moment. Le repas se déroulait gentiment. Papa allait chercher un Gaillac rugueux dont il s'approvisionnait chez le producteur, maman nous dispensait les nouvelles des voisins, de son club de lecture et de sa soeur, tante Léonie. Après le café, mon père allumait la télévision et cherchait un programme sportif susceptible d'accompagner sa sieste à venir.
À mon tour, je m'étais assoupi devant le match de rugby tandis que Marie et maman vaquaient. Lorsque j'émergeai, papa dormait toujours, la tête penchée sur son épaule droite, et je me levai sans bruit afin de retrouver nos femmes à l'étage. Elles échangeaient sur les vertus respectives de draps et de housses quand j'indiquai du geste universel de l'index pivotant au-dessus de mon poignet que le moment était venu de rentrer.
Dans le salon, mon père continuait sa longue sieste et ma mère lui secoua le bras en l'avertissant.
- Michel, ils vont partir, réveille-toi maintenant...
Papa ne broncha pas et maman rejoignit la cuisine en haussant le ton : «Allez, debout ! C'est pas possible, il dormirait jusqu'au dîner puis il ne voudra pas se coucher ce soir...» Marie se pencha sur lui et prit sa main gauche tombante. Elle eut la bonne réaction en appelant les urgences. Vingt minutes plus tard, après que nous eûmes essayé de ramener mon père à la conscience en lui parlant, en le touchant, en le pinçant, une ambulance l'emmenait au CHU le plus proche.

Revue de presse

Écrivain des jours heureux soudainement voilés par de gros nuages, Christian Authier - Prix Roger Nimier 2006 - est à ranger dans la catégorie des néo-Hussards entre Patrick Besson et Éric Neuhoff. Il n'importune pas ses lecteurs avec l'autofiction et sait dans une même phrase passer du rire aux larmes, des futilités à l'essentiel. (Jérôme Béglé - Le Point du 8 août 2012)

Un homme qui a vu la mort de près fait le bilan de sa vie. Avec élégance et drôlerie...
C'est le mélancolique retour sur soi d'un homme encore jeune mais qui n'est plus un jeune homme que propose Christian Authier dans cette comédie dramatique, drôle et profonde où l'on a l'impression que l'auteur souhaite prendre le lecteur à témoin, en faire une espèce de confident. À travers Patrick, on entend la voix de Christian Authier (à peu près le même âge que son héros, le même profil intellectuel et culturel) nous parler de ce qu'il aime, de ses rêves, de ses regrets. On se délecte de ses tableaux de moeurs du temps. On s'amuse de ses colères, de ses coups de gueule d'éternel étudiant qui ne s'est pas vu prendre de l'âge. La complicité s'établit. On est sous le charme. (Dominique Guiou - Le Figaro du 30 août 2012)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

30 septembre 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
21 avril 2013
Format: Broché|Achat vérifié
27 janvier 2016
Format: Broché
1 octobre 2012
Format: Broché
12 personnes ont trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?