undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
10
4,2 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: Poche|Modifier
Prix:12,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 juin 2004
Une saga moscovite décrit la vie d'une famille décrit la vie d'une famille moscovite de 1922 à 1953. Au travers des différents memebres de la famille, Axionov décrit de manière émouvante les principales étapes de l'histoire soviétique, de la répression de la révolte des marins de Cronstadt, en passant par la lutte pour le pouvoir entre Staline et Troitsky, la NEP, la répression anti koulak, les purges staliniennes, la grande guerre patriotique et les dernièrss années de Staline. Le livre témoigne des espoirs, des sacrifices et des souffrances endurés par les russes durant cette page terrible de l'histoire russe. Il démonte le mode de domination du système stalinien sur les esprits, sa cruauté et son cynisme atroce, les lâchetés et le courage des personnages qui sont si humains. Un ouvrage essentiel pour comprendre la Russie d'aujourd'hui, son terrible héritage et la générosité et le goût de vivre des russes.
0Commentaire| 40 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cette saga (plus de 1600 pages sur 2 volumes) nous donne un aperçu de ce qu'à pu être l'existence dans le monde coercitif, inique et dictatorial du système soviétique qui a trouvé son acmé sous le petit père du peuple le géorgien Staline ; mais c'est avant tout un roman qui met en-scène trois générations de Gradov qui font partie des privilégiés (ils vivent dans une datcha "Le Bois d'Argent" avec jardin comme sous l'ancien régime tsariste) mais qui auront leurs lots de souffrance comme tout un chacun et qui ne passeront pas indemnes au travers des purges staliniennes... le grand-père -Boris III- est un imminent professeur de médecine et chirurgien, ses deux fils dont l'un -Kiril- un stalinien convaincu mais ce qui ne l'empêchera nullement de croupir dans un camps, l'autre -Nikita- un militaire brillant et efficace sera lui aussi arrêté, torturé et emprisonné avant d'être libéré grâce à l'agression des nazis et de devenir maréchal de l'empire, victorieux, adulé et "presque" intouchable, sa fille -Nina- est une poétesse trotskiste qui échappera bien involontairement à toutes arrestations Et son épouse une géorgienne douce et attachante, pianiste devant l'éternel... puis il y aura aussi la génération suivante au travers du fils du maréchal -Boris IV- et de la fille de la poétesse... évidemment comment résumé une saga qui marie si intelligemment et si vraisemblablement les personnages bien réels (les Staline, Béria et ainsi de suite) aux personnages imaginaires avec les quels on vibre, on souffre, on pleure, on saigne... c'est une merveilleuse appréhension de la Grande histoire au travers la petit histoire si divinement romanesque de ces Gradov, je ne l'ai guère lâché jusqu'au point final.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2008
Cette Saga démonte dans les moindres détails l'inexorable processus d'asservissement du peuple russe soumis à une féroce dictature, celle de Staline. Lire Evguénia Guinzburg, mère de Vassili Axionov, juste avec la Saga aide beaucoup. Quelques grands moments d'anthologie, à la fois drôles et glaçants, beaucoup de lyrisme et une petite pointe de confusion (bravo Lily Denis pour la traduction!)font de cette Moskovskaja Saga un livre inoubliable. Merci Monsieur Axionov.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2014
Je n'ai pas aimé du tout... et j'en suis d'autant plus désolée que le contenu historique, l'horreur de Staline, le courage de cette population, méritait qu'on en fasse un roman qui se lise avec fluidité. Or, là, des centaines de phrases incorrectes, mal traduites, ou disons sont traduites trop littéralement - quand ce ne sont pas des mots qu'on n'utilise plus dans le langage courant - ce qui prive le lecteur de l'intensité de l'action. Une syntaxe pénible qui oblige à relire 2 (voire 3) fois une phrase pour essayer d'en comprendre le sens.
Je sors d'avoir lu, sur fond d'histoire les 2 volumes (1800 pages) de Ken Follet, autrement plus captivant parce que mieux traduit. La partie qui concerne la Russie puis l'URSS chez cet auteur m'a plus appris que l'embrouillamini de ce livre-ci. A côté de Ken Follet, la traduction de La saga moscovite fait obstacle à l'envie de lire !! A croire que la traductrice a oublié de relire son texte en se mettant dans la peau du lecteur. On est dans une traduction "scolaire" avec plein d'erreurs de syntaxe, d'orthographe et pas seulement d'erreur comme celle citée par Mr Raphaël St Saens ci-dessous. Et ce ne sont pas mes 3 années de cours de russe qui le nieront. Il faut pouvoir s'écarter du texte d'origine pour rejoindre la culture de la langue dans laquelle on traduit (à moins de traduire des poètes ou de faire de l'analyse de texte) !
C'est dommage.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2016
La famille Gradov est une famille bourgeoise vivant à Moscou, composée de grands intellectuels et ayant déjà donné à la Russie de grands médecins.La révolution russe de 1917 a fait évoluer les mentalités et les plus jeunes des enfants Gradov sont très enthousiastes et prêts à soutenir ce nouveau régime qui prône l'égalité pour tous. De Nina, la future grande poétesse,à Nikita son frère aîné, futur général de l'Armée Rouge en passant par Kyrill fervent partisan de la ligne marxiste.Cependant , les années 1929 et surtout 1930 marquent le début d'une période sanglante pour la Russie avec les purges, la dékoulakisation, les grands procès de Moscou de 1936-1938 ainsi que la fin de toute opposition politique sous peine d'arrestations et de déportations. L'Histoire elle -même fait l'objet d'une falsification dans les manuels soviétiques.Scientifiques et médecins voient leurs découvertes confisquées ou détournées par le régime soviétique.

La peur s'installe chez tous les citoyens car tous peuvent être arrêtés la nuit par la Gépéou ,la police politique, sur simple dénonciation.

Aussi, chacun des membres de la famille Gradov incarne-t-il le sort terrible réservé à tout un peuple à travers les décisions absurdes du régime ce qui les amènera à côtoyer l'enfer des camps de la Kolyma , à subir les tortures ou à être enrôlés par l'armée allemande pour ensuite une fois libres être traités d'ennemi du peuple par les siens et être déportés dans des camps. Pour ceux qui survivent aux camps, le retour à la vie normale n'est jamais un soulagement, mais la certitude d'être désormais coupés d'eux-mêmes et des autres après avoir connu la déshumanisation et l'expérience de l'avilissement. Cette hypnose collective d'un peuple, qui se trouve dans l'incapacité de se révolter face à une idéologie mortifère, se retrouve également dans la fascination des partis de gauche espagnols et français de l'époque. L'aveuglement persiste malgré les publications des journalistes étrangers présents en Russie. Personne ne veut voir ni croire à cette réalité. Schizophrénie des dirigeants, Staline en tête, fustigeant et diabolisant les impérialistes que sont les Etats- Unis et le Royaume -Uni et ,dans un même temps,sollicitant leur aide militaire et alimentaire pour vaincre les troupes hitlériennes qu'ils avaient jusque -là soutenus.

C'est un roman tout à fait à part, vraiment captivant qui mérite qu'on s'y arrête parce qu'il nous donne une mine d'informations sur la vie quotidienne à Moscou et au Caucase . Et malgré l'horreur qui frappe les soviétiques, on découvre une vitalité, un amour de la littérature, du théâtre des arts et surtout de la poésie qui caractérise si bien le peuple russe. C'est incontestablement cet amour qui leur a permis pour bon nombre d'entre eux de tenir jusqu'à présent.

Même si le roman est souvent écrit dans une langue familière voire vulgaire , il faut y voir justement l'influence pernicieuse de l'idéologie communiste qui pervertit les sentiments qui les tire vers le bas comme l'a constaté Nikita après son séjour dans les camps.

Un grand merci à la traductrice car traduire un tel roman est un vrai challenge.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2015
Bonjour, Le livre m'est parvenu rapidement, mais j'ai dû payer une surtaxe de 4,51€, car il a été expédié au tarif lettre et non colis comme son épaisseur l'aurait requis.Moi qui avais radiné en achetant un exemplaire d'occasion!
Ceci dit, cette Saga Moscovite est passionnante, et nous rappelle, s'il en était besoin, les horreurs physiques et mentales du monde stalinien.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2010
Couvre la période 1924-1954: le stalinisme; se lit bien mais tout le monde n'est pas Dostoïevski ou Tolstoï. C'est cependant intéressant et comme cela raconte l'histoire d'une famille, le livre est un bon et long roman, légèrement décevant.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2011
Très bon livre, un peu court pourtant. Cette saga donne envie de connaître l'histoire de tous les jours des soviétiques.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2012
Livre conforme à sa description et à mon attente, à lire pour comprendre les ressemblances entre les totalitarismes nazi et stalinien
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2010
Un livre remarquable en revanche que de fautes d'orthographe. Il y a même du langage sms avec un "me demandé-je". Tout cela ne fait pas sérieux messieurs des Editions Gallimard.
44 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,60 €
12,20 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici