undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

1,5 sur 5 étoiles
2
1,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
1

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 décembre 2012
Il a fait rêver de nombreux ados dans les années 60 avec sa Ford Galaxie luttant contre la jaguar MKII de Bernard Consten au Tour de France Automobile. la première partie du bouquin est relativement intéressante car elle dépeint le sport auto en général dans les années 50/60. La suite est bien pitoyable avec des histoires perso et des exploits sexuels qui ne grandissent pas ce "loser". L.ecriture était peut être une façon de trouver la paix. Amen
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2011
Henri Greder m'a gêné tout au long de son bouquin, d'abord parce que ses histoires de cul et sa vie privée dissolue ne nous regardent pas, ensuite parce que c'est l'histoire d'une vie somme toute ratée, une suite de mauvais choix qui l'ont fait aller assez haut au début et très très bas à la fin. Ce manque de pudeur, sous couvert d'un refus de la langue de bois, finit par être fatiguant, tout comme le feuilleton DSK avec qui il partage les mêmes goûts en matière de sexe ! Ses ex-femmes, ex-compagnes et ex-camarades de partouze doivent être assez contentes de retrouver leurs noms dans ce bouquin ...

Le point positif de ce bouquin, c'est l'évocation de cette époque merveilleuse pour le sport automobile que furent les années 60 à 80. Là encore beaucoup de noms sont cités, certains ne sont pas ménagés, à tort ou à raison car on sent parfois de basses vengeances de la part d'un amant bafoué ...

Greder commence son livre en le dédiant à ses enfants, qui seront sûrement ravis d'apprendre en détails les "exploits" sexuels de leur père, et en disant que peu lui importe ce qu'on pensera de lui après l'avoir lu puisque qu'il ne veut rien cacher à ses lecteurs. Comme il a insisté auprès de son éditeur pour qu'il n'y ait pas de corrections, le texte est bourré de fautes d'orthographe, fautes de français, phrases inachevées ou avec des mots manquants; ça sent l'authenticité mais à force ce charabia est fatiguant.

Enfin, ayant la chance de côtoyer des personnes qui ont connu Greder, dont certaines sont cités dans ce livre, je peux affirmer que l'honnêteté dont Greder se pare tout au long de son livre n'est pas aussi évidente qu'il veut bien le dire, ses petites magouilles et ses nombreuses créances impayées ont été bien oubliées !

Pour finir, à l'heure où j'écris ces lignes, Henri Greder termine ses jours dans un hôpital du nord de la France dans une situation difficile, probablement assez seul, et cette triste fin de vie ne fait qu'ajouter à l'amertume qui se dégage à la fin de son bouquin.
22 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici