• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Variations diabelli. diab... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
État: D'occasion: Très bon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 11,29

Variations diabelli. diabelli par czerny, hummel, kalkbrenner etc.

4.6 étoiles sur 5 5 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
22 neufs à partir de EUR 10,54 4 d'occasion à partir de EUR 10,55

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Andreas Staier


Détails sur le produit

  • Interprète: Andreas Staier
  • Compositeur: Carl Czerny, Conradin Kreutzer, Franz Liszt, Franz Schubert, Franz Xavier Wolfgang Mozart, et al.
  • CD (15 mai 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Harmonia Mundi France
  • ASIN : B006OW817C
  • Autres éditions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 5 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 76.349 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
0:54
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
1:06
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
1:11
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
1:05
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
1:07
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
1:03
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
0:59
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
0:59
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
9
30
1:30
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
10
30
1:17
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
11
30
1:36
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
12
30
3:20
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
13
30
0:50
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
14
30
1:49
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
15
30
0:49
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
16
30
1:14
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
17
30
1:03
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
18
30
0:58
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
19
30
1:35
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
20
30
1:10
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
21
30
1:38
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
22
30
1:46
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
23
30
0:36
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
24
30
0:58
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
25
30
0:44
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
26
30
1:07
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
27
30
3:31
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
28
30
0:33
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
29
30
0:57
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
30
30
1:00
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
31
30
1:07
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
32
30
0:56
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
33
30
2:33
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
34
30
1:06
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
35
30
0:48
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
36
30
0:56
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
37
30
2:50
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
38
30
0:54
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
39
30
1:03
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
40
30
0:56
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
41
30
1:04
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
42
30
1:14
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
43
30
2:14
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
44
30
3:56
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
45
30
3:06
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
46
30
4:04
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Description du produit

Fidèle à ses habitudes, Andreas Staier est revenu au manuscrit original de l'un des plus célèbres cycles de variations de l'histoire : les Variations Diabelli de Beethoven. Mais son travail ne s'est pas limité à cet enregistrement, puisque le disque commence par un choix de variations écrites par quelques-uns des 50 autres compositeurs sollicités par Diabelli. L'on découvrira avec délectation les toutes premières fulgurances de Liszt (onze ans...), la musique du fils de Mozart, les variations inatendues d'un Kreutzer ou d'un Kalkbrenner ou la variation Diabelli d'un certain Franz Schubert. Un voyage passionnant !

Critique

Spécialiste du répertoire classique interprété sur instrument d’époque, le pianofortiste Andreas Staier s’attaque aux Variations Diabelli opus 120 (1819-1823), œuvre monumentale pour piano de Ludwig van Beethoven qui fut initiée par le compositeur et éditeur Anton Diabelli. Celui-ci avait passé commande, en 1819, d’une variation unique sur un thème de sa propre composition, à cinquante compositeurs autrichiens issus de l’aristocratie viennoise afin de contribuer à l’édition d’un recueil collectif. En guise d’introduction au cycle beethovenien, Andreas Staier a sélectionné dix variations permettant de prendre la mesure de l’inventivité que des compositeurs peuvent déployer fugacement, à partir de cette courte valse. Ainsi Carl Czerny s’en tient au style de valse viennoise, Joseph Kerzkowsky s’en échappe avec délicatesse, quand Mozart fils en profite pour déployer toute sa virtuosité, et le jeune Franz Liszt s’en empare pour livrer un morceau de bravoure teinté de tragique. Franz Schubert, en mélodiste inspiré, laisse un petit bijou de sensibilité.

Se prenant au jeu avec la démesure et la fierté qui le caractérise, Ludwig van Beethoven ne se contente pas d’une seule variation, mais se lance dans un cycle de trente-trois variations qui restera le dernier chef-d’œuvre pour piano composé par un homme atteint de surdité. Chaque idée y est traitée jusqu’à l’épuisement des ressources harmoniques, ornementales ou rythmiques, subsumée dans un ensemble à l’architecture rigoureuse. Sécheresse majestueuse de la 1ère variation, accords alternés (n° 2), impétuosité fulgurante (n° 4), mordants dissonants au caractère grotesque (n° 9), mysticisme ascétique (n° 20), héroïsme (n° 21), ironie (n° 22), accords plaqués scandés avec brutalité (n° 23)… dépeignent les différentes facettes d’une personnalité complexe. L’émouvante 29ème variation évolue d’un renoncement douloureux à la lumière, la mélodie ornementée de la 31ème préfigure le style d’un Chopin. Le cycle s’achève non pas sur une traditionnelle fugue, placée à la 32ème variation, mais par un menuet dont la clarté marque, après un long périple dans des contrées musicales étonnantes, un retour au classicisme.

Puisant son inspiration à la source du manuscrit autographe, en une démarche érudite, Andreas Staier sert l’approche cérébrale d’un Beethoven à la puissance créative visionnaire, relevant ainsi un défi musical auquel de rares prédécesseurs se sont risqués. Exploitant de vastes palettes sonores qu’offrent les différentes pédales de l’instrument du facteur autrichien Conrad Graf, le pianofortiste fait une lecture qui estompe l’hermétisme apparent de l’œuvre pour offrir une interprétation musicalement inspirée, incarnée avec ferveur et pureté. - Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Il est clair, en regardant l'édition originale des Variations Diabelli, que Beethoven avait pensé à utiliser toutes les possibilités des pianoforte de l'époque. On attendait de les entendre sur un tel instrument. Les voici, sur une superbe copie de Graf, et dans une interprétation merveilleuse, magnifiquement construite, pleine d'invention et d'émotion, par le meilleur pianofortiste de notre époque. En prime, quelques variations d'autres compositeurs sur la valse de Diabelli, où l'on retiendra particulièrement celle d'un inconnu, Kerzowsky, celle du tout jeune Liszt et surtout celle, si poétique, de Schubert. Prise de son magnifique, c'est une révélation, précipitez vous !
1 commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Rappelons l'histoire : en 1819, le compositeur et éditeur Anton Diabelli adressa à un certain nombre de compositeurs et musiciens autrichiens un thème de valse qu'il avait composé en leur proposant de lui renvoyer chacun une variation pour piano sur ce thème. Une cinquantaine des destinataires répondirent, parmi lesquels : Schubert, Liszt (qui n'avait alors que 11 ans), Franz Xavier Wolfgang Mozart (le fils du grand Mozart), Carl Czerny, Conradin Kreutzer, etc. Ces cinquante variations (on en trouve la liste dans le livret de l'album) furent réunies en 1824 dans un recueil, le Vaterländischer Künstlerverein, qui comprenait également les variations composées par Beethoven, soit 83 variations au total.

Celui-ci avait en effet été évidemment destinataire de l'offre, mais avait répondu en composant non pas une variation, mais 33. Cet opus 120 est considéré comme le dernier grand chef d'œuvre pianistique de Beethoven qu'il écrivit entre 1819 et 1823. Il semble qu'il ait considéré le thème proposé par Diabelli comme assez pauvre, mais il ne s'en prit pas moins au jeu afin de montrer toutes les possibilités que l'on pouvait en tirer, l'ensemble de manière souvent ironique et parodique (écouter la variation 22 qui semble parodier Mozart).
Lire la suite ›
3 commentaires 16 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Voici un disque qui a pour principal avantage de nous faire découvrir une oeuvre très connue, sous un angle particulier. Tout l'intérêt de l'enregistrement réside en fait dans l'instrument utilisé: une copie réalisée d'après un Conrad Graf du début du dix-neuvième siècle. On sait que Conrad Graf fut un facteur d'instruments contemporain de Beethoven et Schubert. A ce titre, il poursuivit la fabrication des pianoforte comportant la mécanique à échappement simple dite "viennoise", telle qu'elle existait sur les instruments de Streicher et d'Anton Walter avant lui. La copie réalisée ici révèle un pianoforte possédant des basses et un médium riches en harmoniques. Ce qui se perçoit jusque dans le point d'orgue final. Mais le son, qui n'est absolument pas brillant, n'a pas grand-chose à voir avec celui d'un Steinway. Et c'est justement ce qui a incité l'interprète à proposer une vision de l'oeuvre axée sur la couleur du son.

Il se sert également des pédales supplémentaires à sa disposition pour créer des effets pittoresques. Tandis que dans le jeu sans pédale, la tenue des notes est beaucoup moins longue que sur un piano d'aujourd'hui. D'où un travail basé sur la couleur du son, à l'instar de la registration qui existait jadis, durant les siècles précédents, sur le clavecin et l'orgue. C'est pour cela que l'articulation du phrasé n'est pas aussi détaillée que dans les enregistrements de Brendel ou de Richter, pour ne citer qu'eux.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jacqueslefataliste COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURS le 2 juillet 2012
Format: CD
Ce disque est intéressant sur le plan musicologique et historique, mais, du seul point de vue musical, il n'égale pas selon moi les meilleures versions de ce chef-d'oeuvre tardif de Beethoven.

Je m'explique: il existe un certain nombre de versions des Variations Diabelli, mais presque aucune sur pianoforte. Cet enregistrement constitue donc une exception bienvenue, qui nous permet d'entendre cette oeuvre sur un instrument assez différent du piano, tant par sa sonorité que par la possibilité d'utiliser différentes pédales, comme la pédale de basson (cf. notamment les variations n° XXII et XXIII). Il est, d'autre part, exceptionnel d'entendre l'une ou l'autre des 50 variations sur la valse de Diabelli écrites par d'autres compositeurs que Beethoven. On est donc reconnaissant à Andreas Staier de nous donner ici 10 de ces 50 variations et en particulier celles de Czerny, Liszt et Schubert.

Néanmoins, à tort ou à raison, je trouve personnellement l'interprétation de Staier un peu terne. Où sont, ici, l'humour ravageur et la folie admirablement mis en valeur par Alfred Brendel dans chacun de ses quatre enregistrements (cf. 1964, 1976, 1988 et 2001)?
Lire la suite ›
7 commentaires 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?