• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Veit Broché – 5 septembre 2013

A la recherche d'une idée cadeau ? Découvrez notre boutique idées cadeaux livres, organisée par tendances et catégories. Une large sélection pour tous les goûts !

2.3 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 15,00
EUR 15,00 EUR 4,69
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

L'histoire était courte. Elle l'était davantage, globalement, que toutes les histoires courtes dont elle se composait. La troisième d'entre elles constituait un épisode de la vie du chimiste et capitaine de vaisseau Helmut Blaurock.
En mars 1942, Blaurock arriva à Lublin, en Pologne orientale, missionné par l'Institut technologique de la police criminelle, dans le but d'y analyser l'eau potable. À Lublin, où mon père s'était rendu quelque temps plus tôt afin d'y trouver des figurants pour son film Le Juif Süss, Blaurock tomba sur le mécanicien et meurtrier de masse Erich Fuchs, qui reconnut aussitôt en lui son camarade Helmut Kallmeyer, aux côtés duquel il avait servi dans la marine impériale. Sans doute le matin du 15 mars, Blau-rock-Kallmeyer se fit livrer par transporteur quatre figurants et acteurs de petits rôles que Fuchs, comme l'avait fait mon père pour son film, avait sélectionnés. Il les enferma dans une salle de douche du camp de transit de Betzec et, le jour même, à deux heures de l'après-midi, il testa sur eux la mort par asphyxie au gaz.
Là, tandis que, sous l'effet de l'air se raréfiant toujours plus, les acteurs de cinéma perdaient sens et raison, ils continuaient de se tenir debout, de se dresser de toute leur hauteur et, se fondant déjà les uns dans les autres, se liquéfiant pour ainsi dire, déjà colonnes, déjà habitués au miracle d'être devenus couples d'amants, ne s'agenouillant pas encore, puis s'agenouillant enfin, se déroulant au sol, couchés bientôt dans le carbone, faisant leur deuil des appels à la clémence des oiseaux, proches de la divine extase, s'abandonnant dans leurs parties molles au bonheur suspendu de la fusion jusqu'à l'infini, anticipant les vents, dans ce corps double que rien ne pourra plus jamais séparer. Puis le silence se fit. La mort dans la salle de douche résonnait comme le caquètement des oies, dira Fuchs, plus tard.
Un an et demi plus tôt, le 5 septembre 1940, avait eu lieu à Venise la première du Juif Süss.

BIEN-AIMÉ, TÊTE CHENUE, BLANCHE COMME NEIGE, TÊTE EN L'AIR, PROSCRIT, SE CONFONDANT AVEC SES VICTIMES, DÉTACHÉ DE SA PROPRE HISTOIRE, PRODIGIEUX, INEXCUSABLEMENT MÉPRISÉ PAR SON FILS, INEXCUSABLEMENT TRAHI PAR SON FILS, SUAVE ENTRE TOUS, TENDREMENT ADORÉ, ÉCRASÉ PAR LE POIDS DE LA FAUTE, TOI DONT JE N'AI PAS SU ALLÉGER LA FAUTE, TOI QUE J'AI SOUPÇONNÉ DE NON-CULPABILITÉ DANS LA DÉTRESSE DU CRIME, CONDAMNANT CELUI QUE TU N'ÉTAIS PAS, CELUI QUE TU ES, CELUI AUPRÈS DUQUEL J'AI CHERCHÉ BÉNÉDICTION, PARDON, INDULGENCE, RÉPONSES À MES ACCUSATIONS, TOI QUE J'AI ACCABLÉ, TOI QUE J'AI ACCUSÉ D'AVOIR PRODUIT LES ARMES DU CRIME, MOI QUI AVOUE AVOIR MANQUÉ D'INDULGENCE, TU ES QUI TU ES, LE PLUS BEAU, ÉCRASÉ PAR DES MONTAGNES DE DETTES, INEXPUGNABLE DERRIÈRE CES PAROIS DE PIERRE, GEIGNANT DANS LE PRÉCIPICE, INCAPABLE D'AVEUX, TRÈS CHER, RABOUGRI, ANÉANTI, ÉTRANGER À LA VÉRITÉ, MENTEUR, GIROUETTE, FUYARD, TU PARLES DUNE SPLENDEUR, TOI QUI NE SAIS RIEN, TOI QUI N'AS CONSCIENCE DE RIEN, DIEU SAIT QUE TU SAIS, TOI QUI NIES, TOI QUI TE RENIES, INSAISISSABLE PARMI LES TUEURS, TYRAN INOPÉRANT IMPECCABLE COUPABLE, RETOURNANT AU NÉANT, ÉGARÉ, CHER ENTRE TOUS, TOI, MON PÈRE, TOI, ÉNUMÉRATION SANS FIN, TOI, INNOMBRABLE, TOI, MULTIPLE, TOI, MOURANT, TOI, UNIQUE, MALHEUREUX PÈRE CHÉRI, TOI, MALHEUREUX HOMME.

Tu n'as jamais parlé avec moi, voilà pourquoi j'écris, tu n'as jamais parlé avec moi, voilà pourquoi je t'écris. Tu t'es toujours uniquement adressé à moi, voilà pourquoi je t'écris, tu n'as rien dit, tu n'as jamais énoncé que contrevérités, voilà pourquoi je t'écris que tout cela ne valait rien, car tu as menti comme si de rien n'était, car tu as dit que c'était un crime d'avoir tourné Le Juif Süss, que ton démon en chef le ministre de l'Éducation du peuple et de la Propagande t'avait contraint à commettre ton crime, que ton ministre t'avait menacé de t'écraser comme une punaise sur le mur si tu refusais, et parce que c'était faux, car jamais tu n'aurais obligé ta femme, Kristina, que tu aimais plus que tout, plus que n'importe quel être au monde, à commettre un crime avec toi, voilà pourquoi je t'écris, parce que jamais tu ne lui aurais confié le rôle principal dans le film Le Juif Süss, à moins d'avoir voulu l'impliquer dans un crime, voilà pourquoi je t'écris, car personne ne t'a contraint à commettre ton crime, car ce que tu as fait, tu l'as fait de ton plein gré, car personne ne l'a fait, car tu as aimé commettre ton crime.

Revue de presse

Veit, c'est le prénom du père, que l'auteur, Thomas Harlan, interpelle dans ce texte écrit quelques mois avant sa mort, le 16 octobre 2010. Romancier, dramaturge, cinéaste, toute sa vie, Thomas Harlan est resté avant tout le fils du seul cinéaste inculpé de complicité de crime contre l'humanité dans l'exercice de son art. Ces pages brûlantes de fièvre sont un ultime effort pour porter ce fardeau jusqu'à son dernier jour. (Thomas Sotinel - Le Monde du 12 septembre 2013)

Il y a un texte, et il y a un livre. Le texte, c'est une sorte de «lettre au père» posthume de Thomas Harlan (1929-2010), fils de Veit Harlan (1899-1964), le réalisateur du film nazi le Juif Süss. Une lettre sur la culpabilité, l'amour, l'irrémédiable. Le livre, c'est ce même texte, assez bref, interrompu d'une série de longues notes, auxquelles renvoient non des numéros mais des soulignements, comme des liens hypertextes. Il s'agit la plupart du temps de précisions historiques. Cette discontinuité n'est pas gênante, au contraire, elle vient scander le texte de Thomas Harlan comme un travelling de pierres tombales, s'y ficher comme les stèles d'un mémorial de l'Holocauste dont elle rappelle les horreurs...
Veit s'ouvre par une litanie déchirante qui en livre la problématique : si le père n'a jamais, à aucun moment, «eu honte», le fils, lui, est coupable d'une double abjection : aimer son père et le trahir à la fois, le trouver coupable et ne pas croire à cette culpabilité. La société n'a jamais condamné Veit Harlan, ce qui aurait peut-être simplifié symboliquement les choses pour Thomas. Mais lui seul, de ses frères et soeurs, écrit-il, a appris que son père n'avait dû son acquittement d'une accusation de crimes contre l'humanité qu'au fait que le juge, Walter Tyrolf, n'était autre qu'un ancien procureur du tribunal d'exception nazi de Hambourg : «Je n'ai jamais osé en parler avec mon père.» (Eric Loret - Libération du 24 octobre 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

2,3 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 3 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 13 avril 2014
Format: Format Kindle|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2014
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2013
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?