• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 15 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Vendetta : Bandits et cri... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Vendetta : Bandits et crimes d'honneur en Corse au XIXe Broché – 18 juin 2015

A la recherche d'une idée cadeau ? Découvrez notre boutique idées cadeaux livres, organisée par tendances et catégories. Une large sélection pour tous les goûts !

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 18,00
EUR 18,00 EUR 11,29
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Le crime d'honneur peut se définir comme l'homicide commis en réparation d'une offense faite à l'honneur d'un individu ou de sa famille. Il comprend un large éventail de situations et de valeurs et reste une composante incontournable de la société insulaire du XIXe siècle. Élargi à la vendetta (enchaînement d'homicides opposant au moins deux familles ou deux clans et ayant pour but de laver par le sang les offenses) et au banditisme (phénomène relatif à la fuite, puis à la survie dans le maquis du hors-la-loi ayant tué par vengeance), le crime d'honneur recouvre tout un pan de l'histoire corse. L'administration française n'a eu de cesse d'endiguer ce mal, de réduire à néant ce que le continent, et une partie de l'île elle-même, considéraient comme une coutume honteuse, une maladie barbare.
Dès la fin du XVIIIe siècle, les Français du continent produisent un discours stéréotypé sur la Corse, ses habitants et leurs moeurs sanguinaires. La littérature officielle, nourrie des rapports de commissaires de police, de préfets et de parlementaires en mission sur l'île, véhicule cette sombre image et définit le crime d'honneur comme le droit coutumier des peuples barbares. Mais ce discours stéréotypé a désormais pour lui la rigueur et l'objectivité mathématiques de la statistique criminelle. Tout au long du XIXe siècle, la Corse est en tête pour la criminalité générale en France, et détient, avec la Sicile et la Papouasie, le taux de meurtres le plus élevé au monde. En 1870, le département compte 31 meurtres et assassinats (ou tentatives), soit près de deux fois plus que celui de la Seine, alors que la population est huit fois moindre sur l'île. Avec un taux d'homicides de 12 pour 100000 habitants, la Corse est quinze fois plus criminelle que le continent. Près d'un demi-siècle après, dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, le nombre annuel moyen de meurtres et d'assassinats (ou de tentatives) s'élève encore à 44 dans le département. Le relevé systématique des homicides commis dans le département et leur mise en tableau ont permis la comparaison et ont rendu visible aux contemporains un phénomène resté jusque-là légendaire.
Sur l'île, on prétend que cette violence est souvent liée à l'honneur, au refus catégorique de laisser un déshonneur impuni. Certes, des différences d'intensité et de nature dans la criminalité et le banditisme corses peuvent être observées entre les régions et selon le niveau social, l'âge et le sexe ; mais il est vrai que la vendetta continue de concerner au XIXe siècle, à des degrés divers, une grande partie de la population et des espaces de l'île. L'action des autorités y est globalement peu efficace.

«Le Corse oublie rarement le bien qu'il a reçu, jamais le mal. Comptant peu sur la justice des tribunaux, il ne se fie qu'à lui-même du succès de sa vengeance : il y croit son honneur intéressé. Que l'injure lui soit personnelle, ou qu'elle ait été faite à quelqu'un de ses parents jusqu'au quatrième degré, ou même jusqu'au cinquième, il faut également qu'il la venge. Toute famille serait déshonorée si elle ne prenait pas fait et cause pour chacun de ses membres.»

Présentation de l'éditeur

Le 29 février 1880, contrevenant aux ordres reçus, le pâtre G. laisse la chèvre de Charles-Pierre R. à l'étable. Furieux, ce dernier se rend aussitôt chez G. et, sans sommation, le tue d'un coup de fusil. En Corse, tout au long du XIXe siècle, la criminalité atteint des niveaux record, que l'on ne retrouve sur aucune partie du territoire national. Dès 1833, le procureur général nommé sur l'île s'inquiète de ce « fléau ». Pour lui, « la régénération de la Corse est plus qu'utile, elle est indispensable et urgente ». Mais si les différents gouvernements ont tenté de traiter le « cas corse » par tous les moyens, de l'interdiction du port d'armes par Napoléon III à l'envoi de brigades de gendarmerie et aux cérémonies de réconciliation officielles entre familles, ils n'ont jamais pu venir à bout de ce particularisme. De fait, le code de l'honneur qui anime les habitants de l'île, comme la plupart des sociétés méditerranéennes, demeure largement incompréhensible pour les contemporains. En 1932, André S., bandit activement recherché par les autorités, clôturait encore sa lettre à La Jeune Corse en ces termes : « Plutôt cent mille fois la mort qu'une seule fois le déshonneur »...

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 29 juin 2015
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?