Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Violence et le sacré Poche – 1 mars 1996

4.6 étoiles sur 5 15 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 44,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 26,00 EUR 25,00
Poche, 1 mars 1996
EUR 2,23

Harry Potter Harry Potter

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

« Comment les cultures archaïques se protégeaient-elles des rivalités mimétiques ? C’est pour répondre à cette question que j’ai écrit La violence et le sacré », explique René Girard.
Dans cet essai audacieux et percutant, il met l’accent sur le rôle de la « violence fondatrice » et sur celui de la « victime émissaire » pour expliquer les premières institutions culturelles et sociales. Une vaste culture ethnologique et des références incontestables permettent à l’auteur de construire une théorie nouvelle du sacré, et de donner une interprétation convaincante de nombreux thèmes mythiques et rituels (la fête, les jumeaux, les frères ennemis, l’inceste, le masque, etc.) dont la signification profonde n’apparaît ici avec tant d’évidence que parce qu’ils sont étudiés, pour la première fois, dans leur unité.
Enfin, le plus grand mérite de René Girard est peut-être dans la clarté et dans l’élégance de son exposé. Libéré de toutes les obscurités tenant aux jargons initiatiques, voici un livre d’une grande importance scientifique qui est aussi une magnifique œuvre littéraire.
 
 
René Girard a notamment publié dans la collection « Pluriel » Mensonge romantique et vérité romanesque, Les Origines de la culture et Celui par qui le scandale arrive.
--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Quatrième de couverture

Après Mensonge romantique et vérité romanesque, René Girard a entrepris, dans La Violence et le Sacré, de remonter aux origines de l'édifice culturel et social qui est au coeur de notre civilisation. S'appuyant à la fois sur une relecture très personnelle des tragiques grecs et sur une discussion serrée des principaux systèmes d'explication, en particulier la psychanalyse, cette enquête originale met l'accent sur le rôle fondamental de la violence fondatrice et de la victime émissaire. Le religieux, secrètement fondé sur l'unanimité violente et le sacrifice, trouve ainsi dans cet essai majeur une définition inédite. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Jean-paul Lacharme TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 23 décembre 2009
Format: Poche
Ce titre publié en 1972 est à l'origine de la carrière de l'auteur. Il y développe une thèse aussi originale que scandaleuse : la violence extrême et gratuite, celle qui pousse à l'homicide de masse, est fondatrice de la nature humaine et la religion est le mécanisme collectif et culturel le plus efficace qui permette non pas de supprimer cette violence, mais de la détourner, de la canaliser et d'en contrôler les effets : il n'y a pas de société sans religion parce que sans religion aucune société ne serait possible. Ainsi, violence et sacré sont les deux faces d'une même unité. Girard s'appuie largement sur la mythologie grecque (Œdipe, Dionysos) et sur les travaux d'ethnologues divers. Il apporte un point de vue critique original à « Totem et Tabou », de S. Freud. Pour l'auteur, Freud n'est pas passé loin de sa thèse, mais en privilégiant le meurtre collectif du « père » d'une horde primitive sans réalité scientifique pour assurer l'importance de l'inceste, il a méconnu celui de la victime émissaire afin de cadrer avec la théorie psychanalytique.
La thèse est intéressante et le raisonnement se suit sans trop de difficultés. La lecture ou la relecture préalable d' Œdipe roi, Œdipe à Colone de Sophocle, ainsi que les Bacchantes d'Euripide est fortement conseillée. C'est un grand livre.
Pour la critique négative, Girard a récemment été dégommé par R. Pommier : René Girard, un allumé qui se prend pour un phare (!) mais je n'ai pas lu.
Remarque sur ce commentaire 31 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
René Girard étudie dans ce livre les mythes, les rites sacrificiels, et fait apparaître le rôle de la violence collective dans l'emmergence du sacré, des institution religieuses et politiques, et plus ou moins directement dans tous les aspects de la culture et de la civilisation.

À première vue, pas grand chose à voir avec son premier livre, « Mensonge romantique et vérité romanesque », mais il y a bien une continuité entre les deux : la démarche est la même, il s'agit de comprendre les mécanismes qui régissent l'humanité, en tirant parti de ce que peuvent nous apprendre les grands auteurs (ici, les tragiques grecs, et dans une moindre mesure Shakespeare), et on conclut une nouvelle fois sur le rôle crucial du mimétisme.

Précisons que contrairement à ce qu'on peut lire ici ou là (en particulier sur la 4e de couverture de certains de ses livres), ce que propose Girard n'est pas un système philosophique mais bien une théorie anthropologique (il récuse tant le terme de système que celui de philosophe).

En première lecture, on peut avoir l'impression que sa théorie n'est pas suffisamment fondée et qu'il en exagère la portée. Il ne faut pas hésiter à lire ses livres suivants, comme « Des choses cachées depuis la fondation du monde » ou « Les origines de la culture », pour clarifier les choses.
Remarque sur ce commentaire 16 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 16 septembre 2007
Format: Poche
Cet ouvrage, le second après celui de "Mensonge romantique et vérité romanesque" prolonge la réflexion de René Girard sur la nature mimétique du désir. Le désir est mimétique ("je désire ce que désire le médiateur / le modèle / celui que je désire") ; la violence est également mimétique. Quelle était la signification du sacrifice dans les sociétés primitives ?

" Dans ces sociétés, les maux que la violence risque de déclencher sont si grands, et les remèdes si aléatoires, que l'accent porte sur la prévention. Et le domaine du préventif est avant tout religieux. La prévention religieuse peut avoir un caractère violent. La violence et le sacré sont inséparables. L'utilisation "rusée" de certaines propriétés de la violence, de son aptitude, notamment à se déplacer d'objet en objet se dissimule derrière l'appareil rigide du sacrifice rituel."

La violence se nourrit de la violence. Elle culmine dans les sociétés primitives à des niveaux qui peuvent la détruire. Le sacrifice de la victime émissaire permet à la société de se retrouver. René Girard développe son analyse de la violence fondatrice de la genèse des mythes et rituels à la critique de Freud et du complexe d'Oedipe au structuralisme de Levi-Strauss.

"Tout rituel religieux sort de la victime émissaire et les grandes institutions humaines, religieuses et profanes, sortent du rite.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
La thèse de René Girard, désormais incontournable, permet de comprendre comment la violence nous habite et structure notre vivre ensemble. Cette compréhension serait impossible si dans l'histoire n'avait pas surgi un chemin pour en sortir.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?