Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Voltaire Rousseau Broché – 1 juin 2007

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Octobre 1765, Voltaire est assis dans le cabinet de travail de son château de Ferney. Il fait face à une croisée qui laisse voir la campagne genevoise en automne. Sa main, qui tient la plume, est comme suspendue dans l'attente d'un trait nouveau à décocher qui ne vient pas.

Une voix : Monsieur, Monsieur de Voltaire... Un Monsieur Jean-Jacques Roubeau... Bourreau... Rousseau... est à la grille du parc. Il demande à être reçu. Il remonte l'allée, il arrive.

Voltaire : Mais faites-le entrer ! Qu'il entre !

(Voltaire se précipite vers un miroir pour arranger sa perruque. Après un temps, il aperçoit Rousseau qui est entré et qui s'est immobilisé dans le cadre de la porte. Jean-Jacques est habillé en Arménien. Il tient à la main un bouquet de fleurs des champs. Toute son attitude est rigide. Les deux hommes s'observent. Voltaire soudain ouvre grand les bras sans bouger d'un pouce vers Rousseau)

Ce cher ange...

Rousseau : Monsieur !

(Nouvelle attente. On se regarde. Rousseau tend brusquement le bouquet. Voltaire s'avance, souriant, et le prend)

Voltaire : Je vous remercie hmmm... beaucoup... très jolies fleurs...

Rousseau : C'est à moi, Monsieur, de vous remercier à tous égards... En vous offrant le fruit de mes tristes promenades, je ne prétends pas vous faire un présent digne de vous mais vous rendre l'hommage que nous vous devons tous comme à notre chef !

Voltaire : Asseyez-vous !

Rousseau : Ce sont des onopordons acanthiums. Cela vient de l'île Saint-Pierre.

Voltaire : Ah ! C'est de la flora petrinsularis !

Rousseau : Vulgairement des chardons d'Ecosse.

Voltaire : Cher ange, vous savez qu'en langage des fleurs, les chardons signifient représailles...

Rousseau : Je les ai cueillis en pensant à vous tout au long de mes promenades solitaires.

Voltaire : Cher ange, l'île Saint-Pierre est sur le lac de Bienne, je vous croyais encore à Môtiers-Travers !... Il est vrai qu'en voiture comme en littérature on a parfois du mal à vous suivre.

Rousseau : Je suis venu m'informer auprès de vous d'une question capitale.

Voltaire : On me dit que votre santé est assez mauvaise, mon cher philosophe. Venez passer quelques temps auprès de moi, venez la rétablir dans l'air natal, jouir de la liberté, boire avec moi du lait de nos vaches et brouter nos herbes !

Rousseau : Il court en ce moment une espèce de pamphlet anonyme - en huit pages imprimées. L'auteur a bien pris garde de se nommer : il s'exposerait au mépris de tous tant il s'y montre délateur et misérable dans les termes les plus grossiers. Cela s'appelle : Sentiment des citoyens.

Voltaire : Je ne l'ai pas lu.

Rousseau : Vous n'avez rien perdu !

Voltaire : De quoi s'agit-il ?

Rousseau : De moi !

Voltaire : Ah !... Vous trouverez Genève bien changée ; la Raison y fait des progrès dont on ne se doutait pas et votre Calvin n'y sera bientôt plus regardé que comme un cuistre malfaisant et intolérant.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?