Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_PHW217 Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
175
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 juin 2017
Si vous êtes fan du Dr Destouches il faut avoir ce livre; c'est tout simplement extraordinaire de pouvoir disposer d'une copie d'aussi bonne qualité de ce manuscrit mythique.
N'hésitez pas, cela peut paraître cher mais c'est assurément un futur objet de collection!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juillet 2017
Mon livre de chevet, on ne sort pas de sa lecture indemne, dommage que ce fut un personnage sordide.....mais quel écrivain!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voyage au bout de la nuit/Louis Ferdinand Céline/Prix Renaudot 1932
La Grande Guerre, l’Afrique, l’Amérique et le retour en France : Ferdinand Bardamu va tout connaître et nous conter ses aventures et pérégrinations tout au long des 500 pages de ce délicieux et picaresque récit.
Des horreurs de la guerre il nous parle dans son langage imagé et cru, évoquant ses illusions perdues, lui l’innocent pacifiste qui revient brisé par ce qu’il a vécu.
Du colonialisme en Afrique, il dénonce l’immoralité et la cruauté. Militaires, fonctionnaires et commerçants se côtoient à la colonie, mais l’élément militaire est encore plus abruti que les deux autres, et bouffe de la gloire coloniale …Le gouverneur dont l’ inexpiable muflerie forme le fond de la grande conversation apéritive, en prend pour son grade.
De l’Amérique, il souligne les contradictions du capitalisme. Dans ce pays où il ne faut pas être malchanceux, il tente de survivre d’expédients tout en côtoyant la généreuse Molly, une jeune prostituée.
« On se demande comment le lendemain on trouvera assez de force pour continuer à faire ce qu’on a fait la veille et depuis déjà tellement trop longtemps, comment on trouvera la force pour ces démarches imbéciles, ces mille projets qui n’aboutissent à rien, ces tentatives pour sortir de l’accablante nécessité, tentatives qui toujours avortent, et toutes pour aller se convaincre une fois de plus que le destin est insurmontable, qu’il faut retomber au bas de la muraille, chaque soir, sous l’angoisse de ce lendemain, toujours plus précaire, plus sordide. »
Et puis la France où il exerce la médecine en banlieue. Sans se leurrer.
« La médecine, c’est ingrat. Quand on se fait honorer par les riches, on a l’air d’un larbin, par les pauvres on a tout du voleur. »
Ce long voyage sur les chemins de la misère humaine touche par l’humanisme de Bardamu qui ne ferme jamais les yeux sur les pires vices des hommes et qui n’aime ni les vétilleux ni les hâbleurs.
Des soldats, des rançonnés de la vie, il met en lumière la précarité, eux les couillons de la vie, les battus, les transpirant de toujours, et les prévient que quand les grands de ce monde se mettent à les aimer, c’est qu’ils vont les tourner en saucissons de bataille.
La puissance du style atteint parfois des sommets :
« Les vieillards de l’hospice s’en allaient crachoter leurs cancans avec leurs caries d’une salle à l’autre, porteurs de petits bouts de ragots et médisances éculées. Ici cloîtrés dans leur misère officielle comme au fond d’un enclos baveux, les vieux travailleurs broutaient toute la fiente qui dépose autour des âmes à l’issue des longues années de servitude. »
Alors, parvenu au terme de ce récit d’une grande qualité littéraire, on ne peut éviter se poser la question : peut-on tenir ainsi des propos nettement racistes, xénophobes, homophobes et parfois antisémites ? Bardamu est –il vraiment Céline ? Qui peut répondre ? Il convient peut-être de replacer cette œuvre dans le contexte d’une époque qui suivit juste la crise de 1929.
Quoiqu’il en soit, c’est un livre qui vous prend aux tripes et que vous n’oublierez jamais. Provocateur lucide, Céline ne mâche pas ses mots.
Un mot sur la forme : le style de Céline est populaire et imagé, cru et outrancier, provocateur et sans concession presque un style parlé avec sa syntaxe et sa grammaire particulières, mais avec quelques beaux subjonctifs imparfaits issus du respect constant de la concordance des temps. Les mots sont habilement choisis, avec leur truculence et leur pittoresque. Le foisonnement d’idées et d’histoires qui se succèdent rappelle parfois Gabriel Garcia Marquez dans « Cent ans de solitude. »
Certains passages sont des moments d’anthologie, tel cette narration des ébats de Bardamu enseignant le français à Sophie la belle et sculpturale masseuse slovaque de la maison de fous, dont la seule présence ressemblait à une audace dans cette maison boudeuse, craintive et louche. Sophie, ignorante de la somme des abandons croupissants de Bardamu et des autres ratés de son espèce. Ce qui fait dire à Bardamu : « On peut baiser tout ça. C’est bien agréable de toucher ce moment où la matière devient la vie. »
Mais il sait en toute occasion rester lucide : « Amoureux ce n’est rien c’est tenir ensemble qui est difficile… Ce corps à nous, travesti de molécules agitées et banales, tout le temps se révolte contre cette farce atroce de durer…Notre torture chérie est enfermée là, atomique, dans notre peau même, avec notre orgueil. »
Un pessimisme foncier quand il dit : « La vie c’est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit. » Avec des lueurs : « Le bonheur sur terre ça serait de mourir avec plaisir, dans du plaisir… Une petite femme un peu violente et un peu vicieuse, y a pas à dire, ça vous transforme un homme à pas le reconnaître. …Le reste c’est rien du tout, c’est de la peur qu’on n’ose pas avouer, c’est de l’art ... »
Un grand livre.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2015
J'ai 53ans je ne suis pas une intellectuelle je n'avais jamais lu Celine le sulfureux, puis ai attendu parler de lui par un acteur connu F.L pour.ne pas le citer .et j'ai essayé et j'ai aimé aimé... moi pourtant qui n'aime pas l'argot qui adore le français d'Anatole France.je l'ai lu en trois jours si les caractères n'étaient pas si petits un seul aurait suffit (il me faut des lunettes)lire Celine dérangeant et sublime bien sur j'ai commande mort a credit.je vais tous les lire
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2011
Difficile de concilier l'homme et l'oeuvre : Céline est certainement un écrivain de génie, brutal et provoquant, autopsiant sans fioritures, sans états d'âme, avec une précision chirurgicale (il fut d'abord médecin) la noirceur, la misère des hommes, de leur société et de leur vies.
Blessé, dévasté par la Grande Guerre de 14-18, Céline distille sa rancoeur de vivre un XXème siècle monstrueux et bascule dans une haine antisémite et un racisme inqualifiables aujourd'hui. Mais quel angoissant "Voyage", décrit dans un style novateur, truffé d'étonnantes formules langagières.
Céline : un écrivain majeur qui ne cessera de hanter, longtemps encore, l'histoire politique et littéraire françaises.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2017
Sur un exemplaire imprimé en 2016, je suis étonné de retrouver la typographie des vieux livres de poche : ligatures pour "ct" et "st", Q majuscule à queue allongée... Dans "Mort à crédit" de la même collection folio, imprimé en 1995, on avait supprimé ces fioritures qui, personnellement, me gênent... D'autre part, certaines pages sont imprimées moins noir que d'autres, ce que l'on constate hélas de plus en plus fréquemment dans les livres récents...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2017
L' émotion en caractères d'imprimerie.
Il ne faut pas tenir compte de la réputation sulfureuse de l'auteur pour ce livre, ni d'ailleurs pour pour la plupart des autres, il faut juste le lire.
Drôle, émouvant, passionnant, affreux, sale et méchant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2017
edition en très petits caractères ...cela m'a un peu génée.... je possédais déjà une vieille édition et je pensais que les plus récentes auraient un graphisme plus grand
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2017
Un livre construit comme une odissée, le verbe de Louis Ferdinand Céline est parfois cru mais non dénué de charme. Un livre à lire absolument.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2017
d.avoir attendu ausi longtrmps pour lire celine. c est de dans le top vraiment. actuellement il n y a que jean d ormesson que dieu lui garde vie pour continuer. humblement je vais continuet celine qui nous décrit la vie debut du siecle et cette horrible guerre . les mots me manquent pour vous dire de l acheter. n hesitez pas et gardez le dans la bibliothécaire kindle
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus