Acheter d'occasion
EUR 5,98
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par worldofbooksfr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Votre article a déjà été utilisé mais il sera malgré tout en très bon état. Le disque se lira parfaitement, sans interruption mais il pourrait y avoir quelques signes d'usure sur le boîtier, la jaquette ou le livret.
4 d'occasion à partir de EUR 5,97
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 5,09

What Color Is Love [Import anglais] CD, Import

4.4 étoiles sur 5 14 commentaires client

4 d'occasion à partir de EUR 5,97
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés



Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • CD (27 octobre 2008)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : CD, Import
  • Label: Verve
  • ASIN : B000026HWR
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 14 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 280.959 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
9:01
Album uniquement
2
30
4:05
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
7:19
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:40
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
4:19
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
6:38
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
5:29
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

CALLIER TERRY

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Darko TOP 500 COMMENTATEURS le 2 juillet 2011
Format: CD
Une pochette magnifique, un format digipack, un prix modique et un immense artiste, il n'en fallait pas plus pour que je me décide à acquérir l'objet...

Terry Callier appartient à cette grande tradition des chanteurs-crooners noirs des années 60/70 : Sam Cooke, Donny Hathaway, Isaac Hayes, Curtis Mayfield..., mais pas seulement; on reconnait aussi chez lui des influences blanches, le folk de Simon & Garfunkel ou la pop soul d'une Carole King.

Je possède depuis longtemps son fabuleux 1er album " the new folk songs of Terry Callier" qui constitue à mes yeux l'un des disques les plus scandaleusement méconnus des années 60 . On retrouve sur "what color is love" certains éléments communs avec ce dernier (la qualité du chant et de l'instrumentation notamment), mais la production a évolué vers une plus grande sophistication, caractéristique de ce début des années 70. Si les interventions de la section cuivres demeurent sobres et efficaces dans la pure tradition soul, en revanche il n'en va pas de même de l'orchestration symphonique (les violons !) qui devient vite envahissante et même sombre dans un sentimentalisme excessif, rappelant les pire musiques d'ascenseurs; le summum de l'insupportable étant atteint avec le dernier morceau "you don't care", sur lequel Terry Callier ne chante d'ailleurs pas...Quant au morceau-titre, il aurait même pu être une vraie réussite s'il n'y avait derrière les violons de "la croisière s'amuse" ! un authentique gachi !

Heureusement, certains morceaux échappent au massacre violonesque, "Dancing girl" ou "you going' miss your Candyman" (au fabuleux jeu de basse!
Lire la suite ›
2 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par ecce.om TOP 100 COMMENTATEURS le 21 décembre 2013
Format: CD Achat vérifié
Belle, noire et envoûtante, lascive ou nerveuse, la musique de Terry Callier oscille entre Jazz (un peu), Folk (un peu) et Soul (beaucoup) pour donner un album habité de bout en bout.

Je suis tombé par hasard sur cette réédition (2008) de cet album de 1972 et voudrais bien pouvoir dire que la pochette n'est pour rien dans mon choix, mais ce serait mentir.
Quelle surprise de découvrir qu'en plus, se cachait à l'intérieur, un grand disque.

Faites un test chez vous : jouez le 1er titre "Dancing Girl" et observez les réactions. Convaincu ?
Ces morceaux sont dans la lignée des réussites Stax dont on retrouve les grandes composantes du son (comme ces violons que d'aucuns assimilent un peu rapidement à de la musique d'ascenseur -Darko, voyons ! Ce n'est pas parce qu'on évoque Otis, qu'il faut parler d'ascenseur quand même).

Seul bémol : la reproduction de la pochette intérieure est réservée à ceux qui ont 30/10èmes à chaque oeil.

41' de plaisir.
7 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 7 janvier 2006
Format: CD
C’est l’histoire d’un disque vinyl acheté il y a quelques années pour sa magnifique pochette.
C’est l’histoire d’un type qui croyait tout connaître de la soul alors qu’il était totalement passé à côté de Terry Callier. Quelle vanité ! Et surtout quel crime de lèse-majesté au regard du contenu du dit disque !
Du superbe « Dancing Girl » à l’instrumental « You don’t care », Terry Callier nous livre ici son plus parfait album. L’amour y a une couleur indéfinissable, magnifique, scintillante, apaisée, celle à la fois de la soul, du folk et du jazz.
« What color is love » est avec « Curtis/Live ! » et « Songs in the key of life » mon disque préféré de musique noire. Cela tient de la voix, de la qualité des compositions, de la beauté des arrangements, le tout dans un ensemble harmonieux, groovy et spirituel qui m’apporte, à chaque écoute, une immense paix intérieure.
Remarque sur ce commentaire 32 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
30 apres ses premiers albums, Terry Callier perce enfin sur la scene internationale (en partie grace à Mintos, compositeur de Urban Species, qui utilise beaucoup de sample de lui). Cet album qui date de 1973 est sans hesiter son meilleur de cette epoque la. On ne peut s'en lasser. Dommage qu'il soit si court.
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jean-claude TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 14 mai 2012
Format: CD
Un disque comme What Colour Is Love, si on l'a parmi ses vinyles, on n'est pas peu fier de l'exhiber. Terry Callier nous a composé une pépite, j'ai la chance de l'avoir depuis sa sortie et, faites-moi confiance, j'ai la pochette photographiée dans ma tronche jusqu'à la fin de mes jours pour avoir longtemps et souvent fantasmé sur la belle et plantureuse black recroquevillée dans son fauteuil. L'ado que j'étais alors a du se la taper des milliers de fois... en rêve. Le disque, je suis certain, par contre, de l'avoir usé jusqu'à la corde tant il a fait des allers-et-retours sur ma platine. Comment l'oublier ? Le début de carrière de Terry Callier, né à Chicago (1945), difficile à répertorier, définit le son et le style de l'artiste, du folk métissé de jazz, mais reste lettre morte, en dépit d'une évidente qualité (The New Folk Sound Of Terry Callier/1968). La première partie des années 70 est, par contre, jalonnée de témoignages discographiques que les critiques jugent exceptionnels, mais qui ne se traduisent pas en retombées commerciales. C'est souvent le cas. Occasional Rain (1972), What Colour Is Love (1973) et I Just Can't Help Myself (1974) tutoient les étoiles et personne ne le sait. Grâce aux rééditions, encore une fois, et à Acid Jazz Records vers la fin des années 80, la musique de Callier retrouve un regain d'audience. Callier, qui, depuis 1983, a décroché du milieu musical, écaeuré par l'industrie discographique, est devenu programmateur informatique dans le milieu universitaire.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents