• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Wild,the Innocent & E Str... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par Round3FR
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié la jour prochaine á partir de GA, ETATS UNIS. Toutes les produits sont inspectée pour assurer la qualitié jouable (á l'exclusion de tout contenu numérique). Notre equipe sympathique et multilingue sera prêt et heureux de résoudre vos requêtes.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 8,99

Wild,the Innocent & E Street.. Import

4.4 étoiles sur 5 7 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
5 neufs à partir de EUR 11,86 11 d'occasion à partir de EUR 0,43
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bruce Springsteen


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Wild,the Innocent & E Street..
  • +
  • Greetings from Asbury Park, N.J.
  • +
  • Born To Run (Coffret 3 CD)
Prix total: EUR 38,34
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (25 octobre 1990)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000002513
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 593.291 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
4:27
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
5:34
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
7:05
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
4:41
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
7:44
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
7:00
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
9:58
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Critique

Après un début « prometteur » selon la formule consacrée, mais aux ventes réduites (23 000 copies aux U.S.A.), Bruce Springsteen met l’accent sur les guitares et propose un Rock ‘n’ Roll funky ambitieux huit mois plus tard seulement. Véritable glorification de la jeunesse arrogante typiquement américaine, notamment avec le lyrique « Rosalita » qui restera longtemps à son répertoire de scène, et l’unique document filmé disponible, jusqu’au vidéo-clip de « Dancing In The Dark », il réalise ici l’un des plus grands albums de l’histoire, et c’est seulement son deuxième ! Il en fera d’autres bien distincts, mais celui-ci renferme sept titres parmi les meilleurs de son répertoire, en particulier la suite « urbaine » : « Incident on 57th Street » - « Rosalita (Come Out Tonight) » - « New York City Serenade ». Il maîtrise son sujet, la poésie, la mélodie, l’instrumentation, et la variété sonore.

A l’époque, un seul homme dans l’industrie musicale croyait dans le potentiel de Bruce Springsteen en France où il était ignoré. Le regretté Michel Castric, découvreur de talents internationaux chez CBS (futur Sony/BMG). Il en fût récompensé un an plus tard avec l’explosion de Born To Run.

- Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Luc B. TOP 1000 COMMENTATEURS le 24 mai 2007
Format: CD
Deuxième album de Bruce Springsteen (et deuxième échec commercial), ce disque est le plus "soul" du Boss. Sept titres assez longs composent le disque, aux arrangements très rhythm'n'blues, dans la lignée de ce qu'il produisait avec STEEL MILL, son groupe précédent. Sauf que là, on rajoute des cuivres, histoire de faire fête foraine et Big band, comme le Joe Cocker et ses Englishmen. (le Bruce Springsteen Band a peu tourné avec tous les musiciens, ça coutait trop cher, parmi eux à l'harmonica, un certain Southside Johnny...). L'influence de Bob Dylan est encore présente dans les l'écriture textes, des histoires-fleuves aux rimes et allitérations très travaillées, comme celle de Van Morrison.

Parmi les titres, deux pépites, deux classiques de la scène, qui en concert peuvent être rallongées à volonté : "Kitty's back in town", très bluezy, avec solo d'orgue hammon et cuivre à gogo, un gros foutoir d'une redoutable efficacité, et au swingue impeccable ! Et puis le must : "Rosalita", 7 minutes d'intensité, d'énergie, de ruptures de rythmes, un des morceaux les plus réussis de l'auteur. Dans un registre plus folk, nous avons "Sandy" superbe ballade avec accordéon, "Wild Billy circus" et sa mini-fanfare, et pour conclure l'album "New York City serenade", chef d'oeuvre, longue chanson de 10 minutes, avec une très jolie intro au piano de David Sancious, et un développement original, sans doute un peu alambiqué, mais plus Springsteen plaçait des changements d'accords dans une chanson, plus il était content !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Tout d'abord balayons d'un "pouh pouh pouh pouh pouh" pas piqué des hannetons une idée fausse que certains musicologues de bastringue affectent de rabâcher un peu hâtivement comme s'ils étaient en mal de croupe facile à enfourcher afin de se rassurer sur leur connaissance du sujet : Bruce Springsteen n'a rien à voir avec Bob Dylan !
Le Zim n'a jamais été vraiment une influence pour lui . Springsteen n'a commencé à le citer en ayant l'air d'y croire qu'au moment de l'intronisation du maître au hall of fame , la maison de retraite des vieux rockeurs , que des malfaisants sans cervelle avaient eu l'idée saugrenue de lui confier ...
Faut voir la tête de l'impétrant lors de cette cérémonie , obligé d'en pousser une avec le "boss" qu'il a d'ailleurs l'air de soigneusement mépriser ( pour s'en convaincre un peu plus , regardez donc le concert en Australie avec Tom Petty quand Dylan , goguenard , demande au public si Bruce Springsteen fait partie de leurs héros , avec Mel Gibson , le tout fou de l'époque ... ) .
Bruce Springsteen , ses influences premières c'est Elvis Presley , Van Morrison et les girlie groups des années 60 qu'il écoutait la nuit à la radio sur le toit de son garage quand il faisait trop chaud , des trucs légers avec de la mélancolie dans la joie , la bande-son des pauvres et des vacanciers , comme dit Casey ... de la soul et du rock and roll !
Pour celui-ci , c'est Van Morrison , Gary US Bonds et un peu Little Anthony and The Imperials pour ceux qui n'hésitent pas à aller loin dans la recherche d'analogies ... les Drifters aussi , un peu de Shangri-las comme il se doit ... de Dylan , point !
Lire la suite ›
1 commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Springsteen publie son second album en septembre 1973 après le relatif échec commercial du précédent sorti en janvier de la même année. The Wild (...) se situe dans la continuité de Greetings From (...) en proposant une collection de chansons contant des tranches de vie quotidienne à Asbury Park, New-Jersey.

La production n'est toujours pas à la hauteur (Landau n'est pas encore aux manettes) mais ici encore, quelques titres tirent leur épingle du jeu et deviendront des classiques du répertoire du Boss : 4th Of July (Sandy), Kitty's Back, Incident On 57th Street, Rosalita...

Avec ce second album publié en 1973 et avec 35 ans de recul, on comprend aujourd'hui que Springsteen achevait alors son tour de chauffe avant de balancer à la face du monde le colossal Born To Run en 1975, lançant ainsi une carrière sans faute et faisant de lui l'un des rocker les plus crédibles et les plus respectables du XXème siècle.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Après le succès d'estime de Greetings from Asbury Park, N.J. paru au début de l'année 1973, Springsteen est soumis à une pression hallucinante; alors que lui et sa troupe arpentent bars et clubs pour bâtir leur renommée commune, Columbia exige conformément au contrat, sinon abusif à tout le moins léonin, la livraison d'un deuxième effort avant la fin de l'année. Retour donc à New York au studio 614 de Blauvelt où de nombreuses compositions ont déjà été captées précédemment puis écartées car trop introspectives. Bruce veut aller plus loin et emmener ses gars avec lui: selon ses termes, Greetings relevait de l'"enregistrement acoustique avec une section rythmique". Ce que le groupe doit maintenant ramener en studio est l'énergie bouillonnante qui le caractérise en live.

Voila donc notre E Street Band réuni à nouveau avec pour ambition de pondre du Rock N' Roll, efficace et direct. Mais l'expérience fait encore défaut au jeune auteur qui devra démêler ses principales influences du moment pour aboutir à un objet finalement plus étrange encore que le disque précédent. The Wild, the Innocent & the E Street Shuffle foisonne de références à la musique noire américaine des Sixties, de Verve à Motown, de la Soul au Funk en passant par le Jazz. A ce stade, la formation se prête bien à une orientation Jazz Rock, de fait le batteur Ernest "Boom" Carter est particulièrement à l'aise dans les registres Jazz et Rythm & Blues.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?