• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Zone a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Zone Broché – 15 août 2008

3.2 étoiles sur 5 17 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 23,20
EUR 16,00 EUR 4,37
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 25,96
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Zone
  • +
  • Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants - PRIX GONCOURT DES LYCEENS 2010
  • +
  • La perfection du tir
Prix total: EUR 36,80
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Par une nuit décisive, un voyageur lourd de secrets prend le train de Milan pour Rome, muni d'un précieux viatique qu'il doit vendre le lendemain à un représentant du Vatican pour ensuite - si tout va bien - changer de vie. Quinze années d'activité comme agent de renseignements dans sa Zone (d'abord l'Algérie puis, progressivement, tout le Proche-Orient) ont livré à Francis Servain Mirkovic les noms et la mémoire de tous les acteurs de l'ombre (agitateurs et terroristes, marchands d'armes et trafiquants, commanditaires ou intermédiaires, cerveaux et exécutants, criminels de guerre en fuite...). Mais lui-même a accompli sa part de carnage lorsque la guerre en Croatie et en Bosnie l'a jeté dans le cycle enivrant de la violence. Trajet, réminiscences, aiguillages, aller-retour dans les arcanes de la colère des dieux. Zeus, Athéna aux yeux pers et Arès le furieux guident les souvenirs du passager de la nuit. Le train démarre et, avec lui, commence une immense phrase itérative, circulatoire et archéologique, qui explore l'espace-temps pour exhumer les tesselles de toutes les guerres méditerranéennes. Car peu à peu prend forme une fresque homérique où se mêlent bourreaux et victimes, héros et anonymes, peuples déportés ou génocidés, mercenaires et témoins, peintres et littérateurs, évangélistes et martyrs... Et aussi les Parques de sa vie intérieure : Intissar l'imaginaire, la paisible Marianne, la trop perspicace Stéphanie, la silencieuse Sashka... S'il fallait d'une image représenter la violence de tout un siècle, sans doute faudrait-il choisir un convoi, un transport d'armes, de troupes, d'hommes acheminés vers une œuvre de mort. Cinquante ans après La Modification de Michel Butor, le nouveau roman de Mathias Enard compose un palimpseste ferroviaire en vingt-quatre "chants" conduits d'un seul souffle et magistralement orchestrés, comme une Iliade de notre temps.

Biographie de l'auteur

Né en 1972, Mathias Enard a étudié le persan et l'arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient. Il vit à Barcelone. Il a publié deux romans chez Actes Sud : La Perfection du tir (2003) - Prix des cinq continents de la francophonie, 2004- qui paraît en Babel, et Remonter l'Orénoque (2005). Ainsi que, chez Verticales, Bréviaire des artificiers (2007).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
C'est un bon livre et que ceux que la phrase unique pourrait rebuter prenne le temps de lire quelques pages et se fasse une opinion sur leur perméabilité à l'écriture de Mathias Enard. L'épreuve n'est pas insurmontable pour qui accepte de buter de temps en temps sur l'absence de ponctuation (et encore les virgules sont là). Ce qui en revanche m'a le plus gêné est la longueur du livre qui aurait gagné à être raccourci de quelques considérations géo-politico-dictatoriales, de quelques redites, de quelques références qui alourdissent le propos et rendent l'ensemble moins percutant. Or si l'auteur veut témoigner de la violence de notre temps, toute dilution fait perdre en force. Le personnage principal s'ennuie, se cherche, se souvient, boit, se projette mais il lui manque l'énergie qui nous le rendrait crédible et attachant.
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
D'abord contrairement à ce qu'affirment certains, ce roman n'est pas fait d'une seule phrase: les chapitres XIII et XX sont truffés de points...Quant au reste, une ponctuatuion inexistante ou réduite au minimum par la virgule, ce n'est pas génant, le texte a assez de musique en lui pour se laisser lire facilement...Voici un livre qui nous emmène à travers tout le pourtour méditerranéen et ses conflits: de la guerre de Troie à la bataille de Lépante, à la Bosnie en passant par les camps de la mort, où l'on croise les principaux protagonistes des fascistes espagnols aux Serbes, les grandes figures littéraires de Cevantes à Joyce et qui nous tient en haleine jusqu'à la fin! En plus il y a d'excellentes réflexions sur la vie:"Tout est plus difficile à l'âge d'homme, tout sonne plus faux, mais parfois les dieux vous offrent des éclairs de clairvoyance, des moments ou l'on contemple l'univers tout entier, la roue infinie des mondes, on se voit, de haut,quelques instants avant de repartir propulsé vers la suite, vers la fin (...)"
Bref, hautement recommandable!
Remarque sur ce commentaire 21 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Passé le tour de force de n'écrire qu'une phrase de 500 pages, que reste-t-il ? Certes de beaux passages, une vraie vision et un acharnement de l'auteur à réussir son exploit. Mais on souffre beaucoup tout de même. Un peu comme lorsqu'on voit un marathonien en fin de course : on l'admire et on le plaint à la fois (enfin ça dépend surtout s'il est premier ou dernier. Enard lui n'est pas encore dans le peloton de tête...mais ça viendra peut-être car le culot finit souvent pas payer...)
1 commentaire 29 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Ce livre narre la rêverie en train d'un mercenaire-espion du XXème siècle gravement malade. Il transporte une valise dont on apprend peu à peu qu'elle contient comme une "boîte noire" du siècle dernier: boîte noire au sens aéronautique du terme, mais dans lequel noire peut aussi qualifier la nature des informations qui y sont contenues (guerres meurtres etc etc...)

Sur le fond, est donc offert au lecteur un panorama du siècle dernier dans ses plus basses oeuvres, et ce dans la zone d'action de ce mercenaire espion (Proche/Moyen Orient et Europe orientale). On a donc le droit de lire les descriptions des violences des guerres de l'ex-Yougoslavie, la Shoah, les guerres civiles algériennes et libanaises et espagnoles etc etc...Sachant que, parfois, les récits se répètent au gré des obsessions du personnage. Cela devient parfois redondant, voire carrément ennuyant...

Cet ennui est renforcé par la forme de ce roman. Il est découpé en 24 chapitres qui composent une longue rêverie. La ponctuation est désarticulée et, pour "coller" au genre de la rêverie à travers la vitre, on passe parfois du coq à l'âne au gré de ce à quoi pense le personnage. Cela fait donc de Zone un roman parfois difficile à lire, d'une part par une absence de ponctuation qui scande le texte et d'autre part par ces multiples digressions. Il faut ajouter, néanmoins, que si le style était différent (ponctuation académique, construction rigoureuse etc...) il serait difficile de croire qu'il s'agit d'un vagabondage d'esprit certes, mais ce roman tombe parfois dans l'élucubration.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 25 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Les réflexions d'un ancien "chien de guerre" dans un train entre Lyon et Rome.Les visions hallucinées de certains combats au moment de l'éclatement de la Yougoslavie, ou des récits d'humains déchiquetés à Beyrouth, ou exécutés pendant la guerre d'Espagne, sentent le "vécu". Il y a du Bodard parfois dans la grandiloquence.
L'apprentissage d'agent de renseignement au boulevard Mortier est un excellent document en lui- même. Mais c'est noyé dans tel bombardement lyrique de toutes les guerres du pourtour méditerranéen appelée "la zone":depuis la bataille de Lépante jusqu'à la purification ethnique.. ça finit par lasser.
ça ressemble à une accumulation de toutes les cercles des horreurs de la guerre, sans distance..ce catalogue des moments d'enfer sont parfois entrecoupés de jolies descriptions de gares italiennes,(Bologne très bien) avec une histoire d'amour à Barcelone. pour décrire l'enfer, n'est pas Dante qui veut.
Ce qui frappe, au fond, c'est la monotonie lyrique.
2 commentaires 29 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?