Acheter d'occasion
EUR 6,34
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Édition lu en bon état avec traces d'utilisation.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le bestiaire fermier : Petites et grandes histoires des animaux domestiques Broché – 21 avril 2011

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 8,00 EUR 6,34

Idées cadeaux livres 2017 Idées cadeaux livres 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

LA DOMESTICATION

UNE HISTOIRE D'HOMMES ET DE BÊTES

«Le cheval solipède paît dans les plaines, la vache pesante au fond des vallées, la brebis légère sur la croupe des collines, la chèvre grimpante sur les flancs des rochers ; le porc, armé d'un groin, fouille les racines des marais ; l'oie et le canard mangent les herbes fluviatiles ; la poule ramasse tout ce qui se perd dans les champs ; l'abeille aux quatre ailes butine les poussières des fleurs ; et le pigeon rapide va glaner les semences qui se perdent dans les rochers inaccessibles. Tous ces animaux, après avoir occupé pendant le jour les différents sites de la végétation, reviennent le soir à l'habitation de l'homme, avec des bêlements, des murmures et des cris de joie, en lui rapportant les doux tributs des plantes changées, par une métamorphose inconcevable, en miel, en lait, en beurre, en oeufs et en crème.»

DES ÉLEVAGES DE TOUTE NATURE

LA RÉVOLUTION DE L'ÉLEVAGE
Il y a 10 000 ans, dans la région située entre les contreforts du Caucase et les déserts d'Arabie, se produisit un événement en apparence anodin, mais qui allait changer la face du monde. Évidemment, le petit groupe de chasseurs qui avait eu cette idée n'imaginait pas les conséquences qu'elle aurait pour le village. Ils avaient décidé de capturer quelques jeunes chèvres, celles qui étaient si nombreuses dans les collines aux alentours. D'habitude, ils en tuaient une dizaine, ce qui était plutôt facile, mais il fallait ensuite les transporter jusqu'au village, en découper la viande, la faire sécher pour la conserver et enfin préparer au plus vite les peaux pour éviter qu'elles ne s'abîment... Ils avaient donc conçu le projet de capturer les chèvres vivantes. Ils n'auraient pas besoin de les porter et pourraient les garder sur pied, attachées à des arbres, ou même dans un enclos, comme celui qui protégeait leurs potagers des sangliers. Si par hasard l'une d'entre elle, était pleine, ils pourraient même en obtenir de délicieux chevreaux. Et, qui sait ? peut-être pourraient-ils favoriser les naissances en associant chèvres et boucs... Il y a 10 000 ans, il n'y avait pas vraiment de raison pour se mettre à élever des animaux, sinon un vague sentiment que la chasse était un peu moins facile qu'à l'époque de leurs ancêtres, les gens un peu plus nombreux au village, et qu'il fallait bien nourrir tout le monde sans pour autant y passer ses journées...

On peut imaginer ainsi ce grand tournant, cette révolution, qu'a représenté dans l'histoire de l'humanité le passage d'une existence fondée sur la chasse, la pêche et la cueillette des plantes sauvages à un mode de vie villageois. Cette période, le Néolithique, a connu une révolution lente, qui a duré plusieurs milliers d'années, mais qui a très vite provoqué un bouleversement de la relation qui liait l'homme et son environnement, l'humain et l'animal. En les domestiquant, les premiers agriculteurs ont rapidement transformé les plantes et les animaux en fonction de leurs besoins. Mais ils ont alors aussi changé leur regard sur le monde. L'animal n'était plus le gibier que l'on traque et que l'on tue, mais que l'on respecte pour nous avoir ainsi permis de nous nourrir de sa chair. Il s'était rapproché de l'humain, à tel point qu'il faisait presque partie de la famille. On donnait au veau le nom de l'enfant qui venait de naître et l'on révérait la vache, ou le taureau, selon les régions et les religions.

Présentation de l'éditeur

Des sacs de laine, des harnais en cuir, de vieux outils et une odeur de foin... pas de doute, vous voilà à la ferme.

Poussez la porte de l'étable pour découvrir l'histoire de la domestication des animaux de ferme. Des histoires de poules, de canards, de vaches mais aussi d'autruches et de lamas. Que ce soit à la campagne ou à la ville, les animaux font intimement partie de notre quotidien. Pour nous nourrir évidemment mais également pour nous assister dans les travaux de force, nous fournir quantité de laine, plumes, soies et fourrure qui garnissent les chapeaux des dames et ornent nos vêtements.

L'histoire de la domestication montre comment l'homme a profondément transformé les races selon ses besoins. Des vaches laitières plus productives, des chats hypoallergéniques sans poils, des cochons à jambon... En retour, les animaux investissent notre vie, forcent nos habitudes et s'invitent dans notre langage par des expressions imagées. Au final, de l'homme ou de la bête, qui façonne le plus l'autre ?

Après avoir obtenu une maîtrise de génétique, une agrégation de sciences naturelles, un doctorat en océanologie biologique et une licence de cinéma, Jean-Baptiste DE PANAFIEU enseigne au collège avant de se consacrer à l'écriture d'ouvrages scientifiques pour enfants, notamment chez Gallimard, Hachette, Nathan, et à la réalisation de films documentaires pour le CNDP et La Cinquième. Il dirige la collection Sauvegarde chez Gulf Stream Éditeur.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?