Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le bonheur philosophe. De Pythagore à Al Gore Broché – 1 février 2008

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 31,51

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Le bonheur est un objet de réflexion qui traverse toute l'histoire de la philosophie. D'ailleurs, non seulement a-t-il été perçu et expliqué de diverses manières, ce qu'on verra en détail, mais le mot même a pris plusieurs sens et formes. Bon heur veut dire, en français, bon augure ou bonne chance : avoir Y heur de plaire à quelqu'un, c'est avoir la chance ou le bonheur de lui être agréable. Ce bonheur peut renvoyer au plaisir et celui-ci à joie quand la satisfaction est complète et profonde, laquelle est, comme le ravissement, l'enchantement ou l'euphorie, plus que le simple bien-être, une sorte de béatitude ou & extase ou même de félicité. Chez les Grecs de l'Antiquité, des concepts précis définissent la nature du bonheur : ataraxie, utilisée par les stoïciens et les épicuriens, fait comprendre que le bonheur est d'abord une absence de douleur ou encore une disparition plus ou moins permanente des troubles du corps ou de l'âme; cette sérénité corporelle ou spirituelle serait le souverain bien ou le but de la vie humaine. Chez d'autres penseurs, c'est la contemplation intellectuelle qui procure le vrai bonheur, lequel est inaccessible sans la pratique de la vertu dont le sens varie de la force à la quiétude.
Mais le terme le plus surprenant, n'est-ce pas eudémonia (ou en grec eudaïmôn) qui, étymologiquement, veut dire «bon démon» ? Le bonheur serait donc, pour ces hommes imprégnés de mythes, le fait d'être habité intérieurement par un bon démon ou, en tout cas, par un esprit qui nous veut du bien.
Il y a aussi le Bonheur éternel, absolu, celui du Paradis, celui qui est la promesse faite par les prophètes, comme une espérance. Celui qui n'est pas de ce monde, celui qui exige la foi, celui qui est la satisfaction totale de tout ce que l'on désire. On croit, également, à un bonheur qui viendra comme un nouveau jour, bonheur à construire ensemble après le grand soir, après la révolution qui désaliénera tous les hommes. Plus près de nous et de notre temps, on nous annonce que le bonheur est une foule de petites choses que l'on achète au centre commercial et maintenant, en ligne, sur le marché mondial; ce bonheur qui nous comble jusqu'à la culpabilité ou jusqu'à la bêtise fait surtout le grand bonheur de quelques milliardaires. Il existe, «en plus», ainsi que le disent les slogans promotionnels, celui qui nous est imposé comme un devoir : le bonheur comme signe d'intégration sociale et comme indice de santé mentale.
Dans cette extravagance de significations données au bonheur, quel est le rôle du philosophe ? D'évaluer, de jauger et de juger avec le fléau de la balance qui est la vérité ? La philosophie, ce n'est pas le bonheur, bien sûr, mais certainement une excellente façon de le penser, de le chercher et même de le pratiquer.

Biographie de l'auteur

Jacques Senécal a enseigné la philosophie au collège, à Rimouski et à Montréal Egalement animateur d'ateliers de philosophie, il a publié chez Liber, Manières de dire, manières de penser et, chez Méridien, Jouir, faire jouir et s'en réjouir.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?