Acheter d'occasion
EUR 9,94
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

De la boxe Broché – 30 novembre 2001

4.6 étoiles sur 5 5 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 30 novembre 2001
EUR 9,94

Romans et littérature
--Ce texte fait référence à l'édition Poche.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

La boxe passionne Joyce Carol Oates depuis son adolescence. Elle a vu son premier combat dans les années 1950, en compagnie de son père. "Cela a touché, dit-elle, quelque chose de très profond en moi. Il y a là un mystère que j'essaie de percer."

Méditation profonde, nourrie par la vision des combats et les paroles saisissantes des athlètes eux-mêmes - De la Boxe est aussi une évocation historique, depuis les gladiateurs romains jusqu'aux boxeurs actuels: le style de vie monastique de Rocky Marciano avant un match, la grâce d'un Mohamed Ali en pleine gloire, la violence dévastatrice de Myke Tyson, dernier grand champion dans l'histoire de ce sport - et de cet art.

"La boxe, écrit Joyce Carol Oates, est notre théâtre tragique. L'individu réduit à lui-même."

--Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
D’abord, cet opus 3 d’une nouvelle collection poche initiée par les éditions Tristram est un bel objet (rappelant les Culte fictions des éditions La Découverte, 34 volumes entre 2003 et 2006) : la couverture est élégante, douce au toucher, le papier, beau. Vraiment un bel objet. La collection porte bien son titre, pour le contenant comme pour le contenu : « souple ». (J’ai aussi sur ma table de chevet deux autres volumes, la nouvelle traduction de Tom Sawyer et le Hunter Thompson à Honolulu).

Quelle belle idée d’éditer enfin ce texte de Joyce Carol Oates, introuvable jusqu’ici en français. Comment dire avec plus de finesse et de discernement la fascination qu’exerce la boxe ? Hemingway, Mailer, Tosches – des machos. Rien de tel avec J.C. Oates. A la fois intellectuelle et ayant une connaissance parfaite de l’histoire de la boxe américaine, elle est tout sauf une groupie attirée par la virilité masculine.

La boxe évoquée ici est exclusivement étatsunienne. Muhammad Ali, Mike Tyson, Jack Johnson, Joe Louis, Sonny Liston, Jack Demsey, Jake La Motta sont les personnages principaux (aussi Rocky Marciano, Marvin Hagler, les deux Ray Sugar – Robinson et Leonard) de cette épopée disséquée ici. Georges Carpentier ou Marcel Cerdan sont totalement absents, et à peine voit en fugitivement Roberto Duran ou Hector Camacho. Non, nous sommes exclusivement aux Etats-Unis, entre Atlantic City et Las Vegas, puisqu’il s’agit de la boxe comme spectacle américain, comme forme de combat ritualisée à l’américaine.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
« De la boxe » est un essai de Joyce Carol Oates sur ce sport si brutal et si masculin qu’enfant elle aimait suivre avec son père. La plus part des lecteurs connaissent l’auteure pour son roman sur Marylin Monroe, « Blonde », et parce que son nom est régulièrement cité pour le Nobel de Littérature. Publié aux Etats-Unis en 1987, cet essai tente de cerner l’étrange engouement que suscite la boxe, entre fanatisme et controverses. Décrié, dénigré, surmédiatisé, un combat de boxe, même visionné à la télévision, ne laisse pas indifférent. Est-ce parce que l’on sait tous au fond de nous que ce n’est pas parce que l’on détourne les yeux que la violence disparaît de ce monde ? interroge Joyce Carol Oates. Car c’est avant tout bien de violence qu’il s’agit. Qu’elle soit ritualisée, encadrée, elle est toujours risque de mort. L’auteure rappelle d’ailleurs quelques combats marquants pour leurs fins tragiques, celui de Lupe Pintor/Johnny Owen en 1982, et celui de Ray Mancini/Duk Koom Kim la même année par exemple. Un boxeur doit-il avoir envie de tuer pour gagner ? Joyce Carol Oates a rencontré dans les années 80 celui qui n’était encore alors qu’un jeune champion plein d’avenir, Mike Tyson. Il lui a expliqué vouloir enfoncer le nez de son adversaire dans son cerveau lorsqu’il combattait… Aimer la boxe, est-ce encourager un spot de gladiateur ? Cette passion vient-elle chercher une pulsion de voyeurisme, qui viendrait exciter notre propre agressivité, bridée par la société ?Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Qu'on aime ou pas la boxe, c'est une lecture précieuse et d'une redoutable intelligence sur la boxe comme art et comme mythe. Si on aime la boxe, c'est une bible, LE livre majeur. Où donc cette extraordinaire femme écrivain si prolixe trouve t'elle le temps de se pencher si finement sur cette discipline?
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skinner le 18 novembre 2014
Format: Poche Achat vérifié
Avec "de la boxe" Joyce Carol Oates, romancière américaine de grande qualité, nous fait partager sa passion pour le noble art et s'interroge sur les raisons d'une telle fascination. Pourquoi cette discipline qui peut paraître au premier abord violente, inhumaine et à l'encontre des valeurs de civilités, nous charme tant. Sommes nous sadique ? est ce la part la plus sombre et primitive de notre nature qui s'exprime dans cette passion ? ou derrière cette brutalité apparente, serait ce au contraire une recherche de pureté, de violence certe mais de violence finalement plus juste? car la boxe n'est-elle pas finalement moins violente et cruelle que la vie. "Sur un ring vous ne recevez que ce que vous méritez" remarque la romancière américaine...contrairement à l'existence...Ou peut être faut il être plus léger, ne pas chercher d'explications dans la nature humaine, sa face sombre ou ses rêves mais analyser les choses de manière plus prosaique. C'est un divertissement palpitant, il y a de la technique, de la stratégie, des frissons, de l'esthétisme, de la fanfaronnade sans oublier les petits truquages et autres roublardises...certes des gars prennent des coups, parfois très violent, mais la grande majorité se relève et maintenant les boxeurs, du moins les boxeurs stars qu'on voit dans les matchs télévisés, sont payé des sommes incroyables pour ça...alors on va pas les plaindre....Il y a peut être une part de vrai dans toutes ces analyses possibles. Certains lecteurs seront donc moins sensible au regard de Joyce Carol Oates sur le noble art.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?