Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les cancans Broché – 13 juin 1997

Envie d'un livre ? Découvrez notre sélection pour la rentrée littéraire de janvier !

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 13 juin 1997

Rentrée littéraire de janvier Rentrée littéraire de janvier

Nos clients ont également consulté ces articles en stock
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Yves Carlevaris est comédien, metteur en scène, adaptateur, auteur.

Œil du Prince : Pourquoi avoir traduit et adapté I pette-golezzi délie donne, Les Cancans ?

Yves Carlevaris : J'aime la langue italienne, Goldoni, et tout particulièrement cette comédie avec son exceptionnel mélange de langages et de rythmes. La pièce se passe à Venise et Goldoni emploie toutes sortes de parlers : l'italien, bien sûr, mais aussi le vénitien, le napolitain, l'argot des rues, le galimatias d'Arlequin, sans oublier le style précieux des salons littéraires... J'ai eu envie de traduire au plus près toutes ces parlures qui, loin d'être disparates, se répondent harmonieusement comme les instruments d'une pièce de Vivaldi, génial inventeur de sonorités et de timbres inédits. Et puis, il y a une histoire personnelle : le peintre Lucas Carlevaris (1663-1730), un de mes ancêtres, était contemporain de Goldoni.

OdP : Qu'est-ce qui vous accroche chez Goldoni (1707-1793) ?

Y. C. : Sa liberté de ton, sa légèreté et sa joie de vivre. Il ne juge pas les gens. Il les accepte comme ils sont, à la différence d'un Molière qui voudrait à travers ses comédies corriger les hommes et leur caractère.

OdP : Comment Goldoni écrit-il Les Cancans ?

Y. C. : Nous sommes en 1751. Goldoni a quarante-quatre ans. Il a écrit plus d'une soixantaine d'oeuvres, tragédies, drames, comédies, livrets d'opéra, intermèdes, ou saynètes de carnaval. Il fait alors le pari de «pondre» seize pièces en une année. Vers la fin du carnaval, il a terminé sa quinzième pièce et il est en panne d'inspiration. Alors, selon son habitude, il parcourt les rues, observe les petits événements du quotidien, un beau regard de femme ou une trogne, qui pourraient l'inspirer. Soudain, miracle ! un pauvre hère est là. Un vendeur de pistaches ! Carlo le connaît : c'est Musa, un Juif arménien tout droit sorti du ghetto. C'est une des figures de la ville... Il l'a croisé mille fois et sans doute lui a-t-il déjà acheté de ses fruits secs... Alors Goldoni remplit ses oreilles du charabia italo-arménien de Musa et le soir même, se met au travail... Quelques jours plus tard, il a réussi son pari : sa comédie existe, vive, changeante, inattendue et sans afféterie. On est surpris par le naturel qui prévaut dans cette pièce et on songe à la réflexion de Goldoni sur son oeuvre : «En écrivant mes pièces, tout mon travail a consisté à ne pas abîmer la nature.»

OdP : Quel genre de comédie est-ce ? Une comédie de moeurs ?

Y. C. : Oui, mais Goldoni a commencé sa carrière d'auteur par la tragédie, et dans Les Cancans, si la comédie demeure souveraine, on est sur le fil du rasoir ; tout peut déraper à tout moment et basculer dans le drame. --Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Présentation de l'éditeur

Qui est le véritable père de Checchina, la jeune promise ? Le digne marchand Toni, un mystérieux personnage rescapé des pirates ou l affreux marchand de cacahuètes de la place Saint-Marc ?... À Venise, les cancans courent vite à travers les ruelles et les petits ponts. De la blanchisseuse à l élégante et noble cousine, chacune y va de son couplet, grossier ou précieux, mais toujours féroce.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

30 septembre 2013
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?