• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
La cantatrice chauve, sui... a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par neufoudoccaz
État: D'occasion: Très bon
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La cantatrice chauve, suivi de La leçon Poche – CLV, 26 octobre 1972

3.9 étoiles sur 5 30 commentaires client

Voir les 10 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, CLV, 26 octobre 1972
EUR 6,60
EUR 3,45 EUR 0,01
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La cantatrice chauve, suivi de La leçon
  • +
  • La Cantatrice chauve, suivi de "La leçon" d'Eugène Ionesco
  • +
  • En attendant Godot
Prix total: EUR 18,10
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Amazon.fr

Qu'importe que la cantatrice soit chauve puisqu'elle n'existe pas ! Dans cette petite "anti-pièce", première oeuvre dramatique de Ionesco, il n'est fait référence que deux fois à la cantatrice chauve, personnage dont on ne sait rien et qui n'apparaît jamais. Il s'agit bien là d'un Nouveau Théâtre, celui qui donne naissance à des pièces sans héros, sans sacro-sainte division en actes, sans action, sans intrigue, avec en guise de dénouement la quasi-répétition du début, et dont les traditionnelles retrouvailles sont remplacées par une parodie de reconnaissance d'une invraisemblance ahurissante. Les personnages, tout droit sortis d'un manuel de langue, ne s'expriment que par clichés, disent une chose pour aussitôt affirmer son contraire, trouvent une jubilation idiote à employer proverbes et maximes tout en les pervertissant sans même s'en apercevoir... Cependant, très vite, le langage s'"autonomise", se libère de toute contrainte, et l'on assiste avec plaisir au divorce du sens et du verbe. Il en résulte un petit chef-d'oeuvre comique, traité sur l'absurde, variation sur la bêtise et paradoxalement éloge du pouvoir du langage. --Sana Tang-Léopold Wauters --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Présentation de l'éditeur

«Mme Smith : Tiens, il est neuf heures. Nous avons mangé de la soupe, du poisson, des pommes de terre au lard, de la salade anglaise. Les enfants ont bu de l'eau anglaise. Nous avons bien mangé ce soir. C'est parce que nous habitons dans les environs de Londres et que notre nom est Smith...»

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Je ne vais pas raconter ni commenter la merveilleuse, et célèbre, pièce de Ionesco, en revanche je voudrais dire ma lassitude de tous ces éditeurs qui transforment les textes en des études scolaires pour collégiens plus ou moins illettrés.
Pourquoi ne peut on, aujourd'hui, acheter un "classique" sans être agressé par les notes, préfaces, introductions et postfaces des Herr Professor ? Ras le bol des commentaires. Je viens d'acheter pour le relire, "Pêcheurs d'Islande" de P. Loti : même topo, autant de notes que de texte de l'auteur.
C'est le plus sûr moyen de dégoûter de la lecture les jeunes et ça agace les autres.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Incognita TOP 1000 COMMENTATEURS le 9 février 2012
Format: Poche Achat vérifié
Ionesco décide d'apprendre l'anglais, et c'est en l'étudiant avec la méthode Assimil que l'idée lui vient de "La Cantatrice chauve" dont une partie du dialogue imite les phrases incohérentes d'un manuel de conversation courante en langue étrangère : un dialogue avec des phrases brèves, insérées de platitudes avec bien sûr un réseau de structure grammaticale. Ayant transcrit et relu les phrases de Assimil, Ionesco s'aperçoit de l'énorme quantité de clichés qui se trouvent dans ces textes et il eut alors une illumination. Il lui fallait communiquer à ses contemporains les vérités essentielles dont il avait pris conscience par le manuel franco-anglais. Assimil lui fournit les matériaux pour sa pièce : les personnages (sauf le capitaine pompier) et l'usage systématique des clichés.

L'outrance de l'emploi des lieux communs dans cet ouvrage et le sérieux qu'il faut mettre à les répéter constituent une source inépuisable de comique: "Ma femme est l'intelligence même. Elle est même plus intelligente que moi. En tout cas, elle est beaucoup plus féminine".

L'auteur passe des messages et des opinions à travers sa pièce de théâtre. Il veut notamment se moquer de la bourgeoisie anglaise de son époque, lorsqu'il met en scène des personnages incapables de communiquer entre eux. En utilisant le même nom pour ses personnages, tous des Bobby Watson, il utilise aussi une métaphore entre cette similitude et celle des gens de la bourgeoisie. Notons qu'Eugène Ionesco portait le même nom que son père et qu'ils avaient une relation difficile entre eux.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
si vous êtes comme moi et que vous préféré les livres de science fiction alors passez votre chemin, j'ai pris ce livre pour changer de registre mais bon je pense que je vais plutôt rester à l'ancien !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Je l'avais lu il y a quelques années lorsque j'étais au lycée comme mon fils... Je n'ai pas aimé... n'incite pas à aimer lire... mais tous les goûts sont dans la nature..
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Première pierre posée par Ionesco en 1950 dans l'élaboration de son oeuvre "anti théâtrale".
A travers des dialogues débridés, fantasques et incohérents entre les Smith et les Martin, Ionesco fait voler en éclat les codes traditionnels de la pièce de théâtre.

A force de propos insignifiants, de déclamations absurdes, de dictons faisandés et d'interjections impersonnelles, "la cantatrice chauve" révèle la vanité de la conversation mondaine et finit par suggérer que le langage n'est qu'un exutoire destiné à voiler l'angoisse existentielle.

Ionesco évoque également en deuxième rideau la question de l'identité.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Ce que j’ai trouvé à traversant ma tête pendant lisant La Cantatrice Chauve - ailleurs un beaucoup de points d'interrogation et des points d'exclamation - était comment le théâtre de l'absurde travaille sa magie dans un beaucoup de voies. La Cantatrice Chauve était la première œuvre littéraire Eugène Ionesco, mais il était à lui le plus influent et a été placé dans le genre absurde de théâtre dans les années suivantes, et contre de Camus et Kafka .
La Cantatrice Chauve a montré son absurdité dans un nombre de façons. Le plus évident est que le jeu est vraiment juste une conversation, il n’y a pas aventure, il reste dans les deux couples et deux personnages, et il n'y a pas de développement dans l'histoire .
Deuxièmement, ce que cette pièce explore également l'absurdité de la langue et comment la conversation polie, les traditions et les gestes de politesse, aussi, comment les mots perds leur définition et signifiance avant des répétitions constantes, qui était l'un des inspirations de Ionesco. Grâce à cette moquerie Ionesco se moque aussi des Anglais! Très subtile, Ionesco connecte son jeu avec l'Angleterre par des références à des fables d'Esope et le célèbre Sherlock Holmes. Ce jeu n’est pas certainement pour les peuples qui aiment une structurée dans un livre, mais pour les lecteurs qui veulent à explorer eux-mêmes et aussi la tradition et les structures que nos vies ont été construits sur à travers des événements loufoques et ridicules dans une seule soirée, ce livre est pour vous !
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents