• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Les contre-réactionnaires... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Bon marché et sécurisé. Articles d'occasion contrôlés.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les contre-réactionnaires: Le progressisme entre illusion et imposture Broché – 15 mars 2007

4.6 étoiles sur 5 5 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 15 mars 2007
"Veuillez réessayer"
EUR 28,40
EUR 27,92 EUR 17,55
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Revue de presse

Pierre-André Taguieff aggrave son cas. Il persiste et signe un livre qui va donner des boutons à ceux qui voient la pieuvre «réactionnaire» relever la tête et multiplier ses tentacules. Les Contre-réactionnaires, le progressisme entre illusion et imposture, tel est le titre provocant de son dernier ouvrage qui peut se lire comme une somme de plusieurs de ces livres précédents (Le Sens du progrès, L'Illusion populiste), la charge polémique en plus. Car il s'agit d'abord d'un essai virulent contre ceux qui mettent en cause le droit de défendre des idées de droite, ou simplement libérales dans ce pays. (Paul-François Paoli - Le Figaro du 22 mars 2007)

Présentation de l'éditeur

Ce livre est l'histoire d'une illusion devenue escroquerie : l'idéologie du progrès, ou progressisme.
Il montre comment fut dévoyée une authentique pensée de l'émancipation pour devenir l'alibi d'entreprises politiques parfois criminelles. La grande simplification eut lieu dès le milieu du XIXe siècle. où le progressisme se figea en une utopie futuriste et scientiste tournée vers les " lendemains qui chantent ". Dès lors, l'idéal de la libération de l'humanité, comme celui d'un bonheur pour tous dans une société plus juste, subit une falsification dévastatrice dont le stalinisme fut le point culminant.
Parallèlement, le progressisme n'a jamais cessé de justifier le productivisme et le culte de la croissance, responsables de la vandalisation de la planète. Le terrorisme intellectuel s'exerce aujourd'hui au nom de l'antifascisme, forme faible du progressisme, dans laquelle la visée d'émancipation a été remplacée par la pratique de la dénonciation. Lorsque l'antifascisme n'a plus de vrais fascismes à combattre, les campagnes de délation suppléent aux luttes de libération.
Les nouveaux progressistes se contentent de faire la chasse au Mal politique, incarné par les " puissants ", les " dominants " et les " réactionnaires ". Ils ne prétendent plus " créer l'homme nouveau " ni " changer la vie ", ils se donnent pour seule ambition de barrer la route à la " réaction " ou à la " barbarie " dont le nouveau nom est l'Amérique, avec son " impérialisme " et son " libéralisme sauvage ".
et bien sûr son diabolique allié, le " sionisme international ". Leur stock de slogans s'est enrichi de la mise en accusation des " néo-réacs ". Un nouveau conformisme s'est installé... Renouvelant en profondeur l'histoire des idées politiques, cet essai met au jour d'étranges filiations entre les totalitarismes d'hier et les pseudorésistances d'aujourd'hui.

Historien des idées, philosophe et politologue. Pierre-André Taguieff, né en 1946, est directeur de recherche au CNRS. Il est l'auteur de plus de vingt livres. parmi lesquels on peut citer La Force du préjugé (1988), Les Fins de l'antiracisme (1995), L'Effacement de l'avenir (2000), La Nouvelle Judéophobie (2002), L'Illusion populiste (2002). Le Sens du progrès (2004). Prêcheurs de haine (2004) et La République enlisée (2005).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Riche de son engagement dans les milieux dits "antifascistes" et "antiracistes", P.A Taguieff a décidé d'écrire ce livre, heurté par le constat ahurissant que les personnes engagées dans ces mouvements, comme dans ceux de "défense des droits de l'homme", ne se mobilisaient jamais contre les dictateurs en exercice, ni ne s'indignaient devant les régimes tyranniques qui privent des millions d'hommes de leur liberté.
Bien au contraire, ces tenants du "progressisme" sont nombreux à admirer des dictateurs comme Fidel Castro ou le colonel Khadafi, des chefs terroristes par exemple palestiniens, ou encore à avoir adulé des monstres sanguinaires tels Mao. A l'inverse, ils peuvent se montrer très violents à l'encontre de militants d'extrême-droite, traiter de fascistes des policiers en exercice opérant de banals contrôles d'identité ou qualifier de méthodes fascistes les mesures de sécurité d'un ministre de l'intérieur, procédant de manière générale beaucoup par amalgames.

Par progressisme, P.A Taguieff entend "tout ce qui se dit et se fait au nom du Progrès sans qu'en résultent des progrès observables". Il précise qu'"il constitue un moyen de combattre des adversaires politiques, il sert d'arme symbolique permettant de disqualifier les contradicteurs ou les interlocuteurs récalcitrants. L'invocation magique du mot "progrès" possède plus d'efficacité symbolique que n'importe quel argument rationnel. C'est un mot-massue, avec lequel il est facile d'assommer l'intrus, l'objecteur, le contradicteur, rejeté dans les ténèbres de la "réaction".
Lire la suite ›
2 commentaires 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par SIAM le 15 décembre 2007
Voici un ouvrage qui dénonce"ceux qui recourent au progressisme pour disqualifier leurs adversaires(...)excluant tout débat légitime". Par exemple si vos êtes contre l'adoption des enfants par les couples homosexuels vous serez traité de fasciste,contre l'islamisme d'islamophobe etc. Ce livre condamne les tenants de la pensée unique issue du post-modernisme qui se veulent les détenteurs du Bien, du Juste, du Vrai. Il démontre que la gauche actuelle faute de projet s'est engoufrée dans ce que l'auteur appelle l'immigrationnisme, c'est à dire la défense sans nuance de tout ce qui est immigré, même clandestin, ceux que les médias nomment "les sans-papiers",par ailleurs il met également en évidence la mollesse des démocraties occidentales lorsqu'il s'agit de défendre les valeurs héritées des Lumières face à l'islamisme. P.A. Taguieff remet en cause également la réthorique du métissage, le rejet de la nation assimilée à la xénophobie voire au racisme et les sirènes de la modernité nous vantant une citoyenneté qui désormais ne peut être que cosmopolite, post-nationale.Les nationalismes européens étant condamnés par la gauche altermondialiste mais ceux d'Amérique Latine ou du Proche-Orient glorifiés...Bref ce livre est un bol d'oxygène dans la pensée unique ambiante et je ne saurais que trop le recommander à tous ceux qui aiment le poil à gratter...
Remarque sur ce commentaire 29 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Achat vérifié
Il est indispensable, dans cette période ou le politiquement correct domine et nous entraine vers la perte de nos valeurs et de nos racines, de lire cet auteur. Totalement à l'abris de l'extremisme politique, Taguieff nous fait réfléchir sur les dérives mortelles de notre pensée médiatique qui nous amèneront dans une génération à vivre une nouvelle "yougoslavie" à l'intérieur de nos frontière. Devrait être quasi obligatoire pour ceux qui "font l'opinion"... (au lieu de lire de petits livrets écrit par des vieillards inconscients pétris de bonnes intentions mais naifs et dangereux...). Taguieff nous met en garde contre ces capitaines de Titanic, pour lesquels tout va bien e tout va s'arranger... On a vu ce que ça a donné.....
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Achat vérifié
A lire de toute urgence si vous souhaiter échapper au prêt à penser et au rouleau compresseur culturel que véhiculent complaisamment les médias dominants.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Achat vérifié
Les livres de Taguieff sont souvent longs et répétitifs, nonobstant leur intérêt. Il nous livre ici une synhtèse - déjà longue - sur ses travaux sur l'idéologie du progrès comme escroquerie au nom de laquelle ont été commises toutes les friponneries du XX° siècle. L'idéologie du progrès s'invente quant on n'y croit plus. Le XIX° siècle de la II° révolution industrielle a réellement cru au progrès qui aurait pu remédier aux dégats de la 1°. Mais tout s'effondre dans le cataclysme de la guerre de 14-18. D'humanisme, le progrès devient, sous la plume des marxistes, un "sens de l'histoire": aller de l'avant ne peut apporter que du bien. Il y a bien sûr un "parti du Bien" auquel s'oppose ceux qui gardent un regard critique sur ce nouveau culte, et qui sont bien sûr des "réactionnaires", le "parti du Mal". Ce culte béat n'a bien sûr plus aucun sens aujourd'hui avec les horreurs du communisme.
Il n'en reste pas moins que le fonds de commerce politique est resté et que la dénonciation des ennemis du progrès reste une activité politique rentable: ce sont les "contre-réactionnaires".
Ouvrage très bien écrit et très bien documenté qui se lit vite.
Si vous avez quelques doute sur le monde merveilleux que l'on nous construit dans la vénération obligatoire, sur le "mariage homo" et la famille homoparentale comme nouvel horizon pour l'humanité souffrante, si vous commencez toutes vos phrases par le besoin de dire un "non, je ne suis pas contre... le progrès" justificatif, ce livre est pour vous pour comprendre la mécanique philsosophique et intellectuelle, et tout le bric à brac d'escroquerie qui traîne sous l'idéologie du progrès.
2 commentaires 22 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?