Facebook Twitter Pinterest
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La France, la création du royaume «yougoslave» et la question croate, 1914-1929 Broché – 1 janvier 2001


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 94,00 EUR 50,00

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Présentation de l'éditeur

Note de lecture parue dans "Relations internationales, numéro 111, automne 2002", p. 413-415. par Renéo Lukic,Professeur agrégé au Département d'histoire de l'Université de Laval.

La présente monographie est issue d'une these de doctorat, soutenue par Miro Kovac a la Sorbonne en 1999. La these était dirigée par le professeur Jean-Claude Allain. Elle représente un travail de pionnier en ce qui a trait a l'histoire politique de la Croatie aux XIXe et XXe siecles. Nous pensons que ce livre opere un déplacement du regard de l'historien a partir d'un objet de recherche qui a monopolisé pendant des décennies les recherches historiques, a savoir la Yougoslavie, vers ses composantes, soit les États indépendants issus de la désintégration de la fédération.

L'objectif principal de cette monographie est de répondre a la question suivante: Pourquoi, au lendemain de la Premiere Guerre mondiale, alors que le principe des nationalités s'était imposé a la Conférence de paix a Versailles et que "les conditions pour l'émancipation politique des Croates par un "couplage" avec la France républicaine était théoriquement revenues", la France a-t-elle choisi la Serbie comme son alliée stratégique privilégiée dans les Balkans? La réponse a cette question est apportée dans la troisieme partie du livre: "La France et le Royaume SHS face a la question croate (1918-1929)" et nous y reviendrons.

La premiere partie du livre est consacrée aux origines historiques des Croates et a leur place en Europe centrale. Les premiers chapitres présentent l'histoire politique des Croates du Moyen Âge jusqu'a la Premiere Guerre mondiale. Les themes suivants sont abordés: l'union politique avec les Magyars, l'arrivée des Ottomans et l'association des Croates a la maison des Habsbourg. Un accent particulier est mis par l'auteur sur la formation au XIXe siecle de deux idéologies politico-nationales concurrentes, a savoir le "croatisme" et le "yougoslavisme", qui ont influencé d'une maniere décisive l'histoire politique des Croates durant cette période. Le "croatisme", incarné par Ante Starcevic, son fondateur, était une idéologie politique ayant pris forme au XIXe et qui prévoyait la création d'un État indépendant pour les Croates. Cependant, c'est l'adoption du "yougoslavisme" qui a influencé l'histoire politique des Croates au XXe siecle. La victoire du "yougoslavisme" au sein des élites politiques croates, a la veille de la Premiere Guerre mondiale, a ouvert la voie a la création du Royaume des Serbes, Croates et Slovenes créé en 1918. Le désenchantement des Croates apres 74 ans de vie commune avec les Serbes dans le cadre des États yougoslaves (de la monarchie a la république) et le retour des Croates au "croatisme" en 1990-1991, l'idéologie politique a la base des revendications des élites politiques croates visant la création d'un État-nation apres la fin de la division de l'Europe en 1989-1990, furent les points de ralliement de la majorité des Croates qui refusaient de vivre au sein d'un État multinational dominé par les Serbes. Le projet politique de Starcevic, adapté aux nouvelles circonstances historiques, a été repris par le président Tudjman et son parti, le HDZ, pour éloigner définitivement la Croatie du yougoslavisme qui venait de subir un coup mortel de la part du nationalisme ethnique serbe personnalisé par Slobodan Milosevic.

La deuxieme partie du livre couvre la période de la Premiere Guerre mondiale durant laquelle une intense activité diplomatique a été menée par des hommes politiques croates, notamment Frane Supilo et Ante Trumbic, dans l'objectif de trouver un terrain d'entente avec le président du Conseil serbe, Nikola Pasic, en vue de créer un État réunissant les Slaves du Sud. Cette partie du livre examine en détail l'attitude des principaux gouvernements alliés, en particulier celui de la France, vis-a-vis du futur État des Slaves du Sud.

La troisieme partie du livre, a mon avis la plus originale, explique les raisons qui ont empeché la réalisation de la rencontre historique entre les Français et les Croates. La France, en suivant ses objectifs politiques en Europe Centrale qui visaient a affaiblir l'hégémonie de la Monarchie austro-hongroise, avait poussé dans un premier temps les Hongrois, les Serbes et les Croates a s'unir politiquement pour ensuite choisir la Serbie comme son alliée principale dans la région. En définitive, les Croates ne faisaient pas le poids (politiquement) face a la Serbie qui, depuis le Congres de Berlin, était déja une puissance régionale. L'appui que la France a donné a l'Italie, également son alliée dans la région, au détriment des revendications des Croates dans l'affaire de la ville de Fiume, a rendu un partenariat politique entre la France et les Croates peu probable (p. 363). Cette partie du livre s'appuie presque entierement sur les documents diplomatiques français. Nous apprenons entre autres que la France a choisi la Serbie en tant qu'alliée privilégiée dans les Balkans parce que, selon les élites politiques françaises de l'époque, il incombait aux Serbes de "dégermaniser" (p. 360) les peuples du Royaume des Serbes, Croates et Slovenes, qui avaient vécu pendant des siecles en Autriche-Hongrie (les Croates et Slovenes).

Il est intéressant de constater que les memes objectifs qui ont favorisé le rapprochement franco-serbe durant les années 1920 et 1930, a savoir une orientation anti-germanique du Royaume des Serbes, des Croates et Slovenes, la co-fraternité d'armes entre Serbes et Français durant la Grande Guerre, la croyance en la valeur de l'armée serbe ainsi que le penchant français pour le centralisme (p. 367), étaient toujours présents en 1990/91 au moment de la désintégration de la Yougoslavie. En cette année fatidique pour la Yougoslavie, la France croyait a tort que l'Allemagne, en reconnaissant l'indépendance de la Croatie et de la Slovénie au mois de décembre 1991, désirait se tailler une sphere d'influence dans les Balkans au détriment des intérets de la France. Ce fut certainement la perception du président français François Mitterrand qui ne cacha jamais son aversion envers les Croates et son admiration pour les Serbes.

Cette monographie est riche et tres bien documentée. Une grande partie de la recherche a été effectuée a partir des Archives diplomatiques du Ministere français des Affaires étrangeres (ADMAE) et du Service historique de l'armée de terre (SHAT). Ce livre avec celui de Paul Garde (1), représente, selon nous, la meilleure introduction en langue française de l'histoire de la Croatie et de la Yougoslavie aux XIXe et XXe siecles.

(1) Paul GARDE, Vie et mort de la Yougoslavie, Paris, Fayard, 2000 (3e édition), 480 p.

The violent break-up of the former Yugoslavia attracted substantial international attention to this space. Many books about its history, geography, national myths, intervention of great powers in this space, etc. have been published during the last decade. It seems hard to come up with something new, but Miro Kovac managed to do so!

His book, written in French (being in fact the author's Ph.D. thesis, defended in Sorbonne in 1999) explores a still underresearched historical event: the role of France in the creation of the first Yugoslavia and the Croatian position towards the role of France. Although in the title the author mentions only the years 1914-29, the book is by no means restricted to this historical period. On the contrary, roughly one third of the book (the first part: "The Croatian condition before WWI" includes 3 chapters out of a total of 9) deals with the period before 1914. The author provides a good historical background for the reader who are not familiar with the topic. Kovac begins with the origins of the Croats, continues with the formation of the first medieval Croat state until the kingdom of Tomislav and analyzes the decline of the Croatian feudal state that led to its union with the Hungarian Crown in 1102. The author constantly reminds the reader that during the union with Hungary (and later with the Habsburgs) the autonomy, institutions and rights of the Croatian people were nevertheless preserved. In this part, Kovac pays special attention to historical contacts between Serbs and Croats, as well as to the political movements in Croatia after the "Nagodba" (the compromise with Hungary in 1868). Of interest is the author's analysis of the "pro-Yugoslav" political orientation of the majority of Croatian politicians (largely determined, in his opinion, by the ethnical heterogeneity of the Croat lands). He demonstrates how at the time the Croatian demands were assimilated to those of others South-Slavs living in Austria-Hungary and ultimately aspiring to the creation of a larger South-Slav political entity either inside the Double Monarchy, as the majority saw it feasible, or outside.

The second part of the book analyzes the diplomatic 'ballet' of the Croats inexile (especially Ante Trumbic and Frano Supilo), the Serbian government and the allied governments that led to the creation of the first Yugoslavia (called between 1918-29 " Kingdom of Serbs, Croats and Slovenes"). Kovac explains convincingly why the JO (the Yugoslav Committee), created in Paris in April 1915, was not recognized as a government-in-exile by the Entente. It was not only the strong and open opposition of Italy (because of its territorial claims to Istria and Dalmatia), but also the more discrete game of the government of Serbia, unwilling to share the benefits of the future victory and opposing any federal arrangement for the future South-Slav state. Despite some diplomatic successes, such as the "Geneva Declaration" (9 November 1918), signed by the JO and the Serbian PM, Nikola Pasic, the Serbian point of view finally prevailed in the internal organization of the new state.

The third part of the book covers the period between December 1918 and January 1929. In Croatia the initial enthusiasm for the liberation from Austria-Hungary passed very quickly after the loss of Istria, Rijeka and Zadar and the adoption of the Vidovdan Constitution (1921), which transformed the Kingdom SHS in a hyper-centralized state and stripped the Croats of their "historical-political rights" (the autonomy they have enjoyed before). The author considers that the Kingdom SHS was rather a Greater Serbia than a common state for all South-Slav people. The Croats were certainly disappointed with the new state of affairs and the expression of this dissatisfaction was the gathering of most Croats behind the peasant party and its leader Stjepan Radic. Radic's political activity between 1918-28 is particularly interesting and presented in great detail. In an objective manner, Kovac shows his successes and his mistakes, his adventures (in 1925 he passed in a few months from the jail to the Cabinet!) and his political thinking. Trying different tactics in order to obtain a federal solution for the SHS Kingdom (boycott of the Belgrade Parliament, various opposition alliances, cooperation with the government, appeals for foreign help, etc.) Radic was finally assassinated (mortally wounded) together with other Croatian MPs during a session of Belgrade Skupstina. His death in the summer of 1928 marks the end of hopes for a parliamentary democracy in the SHS Kingdom: in January 1929, King Aleksandar proclaimed the royal dictatorship.

Kovac's book is mostly interesting for the analysis of the French position during the war and after. Kovac argues that the permanent backing of "la France officielle" encouraged Belgrade to pursue its centralist policies until the very end. France wrongly believed that hyper-centralization would finally bring internal stability to its Balkan ally. The unrest in the provinces attached to the Kingdom after the war could convince neither France nor Belgrade about the necessity of change, which proved to be a fatal error in the eve of the WW II.

I will conclude by noting that Kovac's book is a good and useful lecture. The author uses many (mostly French) archive sources, the book being obviously the result of a serious and systematic research. The main shortcoming would be Kovac's sometimes passionate approach (nevertheless this does not imply the loss of scientific character) and his rather difficult style, which makes the book a bit hard to read by non-academics. Nevertheless, these criticisms are minor compared to the achievement of providing a good and detailed study that can be recommend to all those interested in the problem.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
    Apple
  • Android
    Android
  • Windows Phone
    Windows Phone
  • Click here to download from Amazon appstore
    Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

kcpAppSendButton


Détails sur le produit


Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client


Évaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com

Amazon.com: 4,0 sur 5 étoiles 1 commentaires
Amazon Customer
4,0 sur 5 étoilesBalkan Academic News Book Reviews 25/2002
31 janvier 2004 - Publié sur Amazon.com

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?