• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Le crépuscule d'un monde a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le crépuscule d'un monde Broché – 22 août 2013

Retrouvez toutes nos idées cadeaux Livres dans notre Boutique de Noël
3.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,50
EUR 21,50 EUR 6,88
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

1968.
A bien y regarder, le bordel a commencé en janvier de cette année. Au départ, on a cru à un simple mouvement d'humeur, une poussée de fièvre sans gravité, pareille à tant d'inévitables qui jalonnent l'histoire d'un pays sans forcément laisser plus de traces que ça. Une espèce de purge, profitable, bien que difficile à avaler. La télé, la radio, les «médias» (le mot n'allait pas tarder à faire fortune) évoquaient en «brèves» une certaine agitation dans les lycées. Verte expression de la jeunesse ou caprice d'enfants gâtés ? Défoulement plus ou moins sauvage et excessif ? Soif de lumière chez quelques glandeurs fout-la-merde qui n'ont eu, depuis le jour de leur naissance au lendemain d'une guerre qu'ils n'ont ni faite ni endurée, que la peine de vivre ? Ah bon Dieu, si tous ceux-là avaient seulement connu l'Occup, les privations et l'urgence de la débrouille ! Enfin, il suffisait d'attendre que ça se tasse. Et puis on passerait à autre chose.
Mais voilà, ça ne s'est pas tassé. Au contraire.
Prenant le contre-pied des pronostics trop optimistes, la première vague de manifestations étudiantes a déferlé sur les universités. Nanterre d'abord, Caen ensuite. Notre belle jeunesse manquait de place et de liberté derrière leurs enceintes étriquées ; d'autonomie, d'initiative. Elle souffrait de l'incompréhension et de l'autorité abusive d'un appareil enseignant rétrograde. En gros ou en détail, manquait et souffrait de tout. Commençait à vomir sur un procédé éducatif bon pour la casse. Tout ce sacré bazar préhistorique pensé et mis en place par de vieux cons toujours régnant. Apprendre soit, mais qu'on nous laisse décider de quelle manière, dans quels locaux, selon quels horaires, quels critères, dans quel but, au bénéfice de quelle société à réinventer. Parce que «votre» société...
Et puis aussi, et puis surtout, on manquait d'air, de place, d'espace. Logistique désastreuse, bien entendu. On devenait fruits secs dans l'atmosphère confinée de nos temples du Savoir. Apprendre soit, mais confort, mais plaisir, mais indépendance. Tout et n'importe quoi !
On s'étonnait qu'un problème banal au départ prenne autant d'ampleur et génère un tel fatras de revendications. Si vite. Brutal. Inattendu. Il n'y avait pas de mot. Ou trop de mots. Les potaches jusqu'ici s'étaient rarement mobilisés, que ce soit à propos des conditions de leur casernement ou de tout le reste. Ce reste qu'ils déballaient comme on vide les poubelles. Dire que l'on dormait tranquille à l'ombre sereine du Général, croyant que tout allait bien ! Et au fond, est-ce que tout allait vraiment aussi mal que ça ?
Au mois de mars, l'affaire a pris une nouvelle dimension. Les étudiants ont assailli la tour administrative de l'université de Nanterre. L'information est tombée dans une semi-indifférence populaire vaguement irritée. Il était temps d'en finir avec «leurs» enfantillages.
Le commando aurait dû inquiéter davantage. Il constituait la première occupation «illégale» de cénacles interdits, le premier viol de chapelles affectées à des rassemblements autres que ces espèces de bivouacs folklos et saccageurs, lesquels n'allaient plus tarder à répandre une immense tache d'huile sur le pays.

Revue de presse

L'entreprise d'Yves Turbergue, portée par une écriture au souffle puissant, ne manque assurément pas d'audace...
Yves Turbergue restitue un univers, avec sa culture et ses utopies contre la dureté des rapports de classes, qui va devoir bientôt subir la poussée conjointe de la mondialisation, de la désindustrialisation et des bas coûts (« une idée fixe nouvellement édictée »). Le récit captive par l'impression de réalité qui s'en dégage. Avec au centre la figure de David comme incarnation de tout ce qui craque et se cherche en ce temps de rupture...

À travers David se donnent en effet à voir les illusions 
et les abandons de l'époque. Également une mémoire maltraitée, mais pas tout à fait éteinte. Laissant dans ce crépuscule, au terme de ce récit de bout en bout bouleversant, discerner la petite lueur d'une fidélité. (Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 12 septembre 2013)

C'est un livre intense, le roman d'une vie. Une fresque éclatante et tourmentée sur le déclin du monde ouvrier. Un monde que l'auteur connaît bien pour y avoir toujours baigné...
Pas toujours sympathique mais attachant, ce David est un héros très actuel avec sa morale en berne, ses atermoiements sentimentaux et son refus des idéologies. A travers l'histoire de la famille Martin, Yves Turbergue brosse un pan d'une histoire contemporaine que la plupart des écrivains ignorent, lui préférant le drame bourgeois ou intimiste. Son écriture énergique dégage une colère et une sincérité salutaires. (Claire Julliard - Le Nouvel Observateur du 3 octobre 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Idées cadeaux de Noël
Idées cadeaux pour les enfants, les passionnés de high-tech...et plus encore! Retrouvez notre sélection rien que pour vous.

Détails sur le produit


Médias liés

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Belle histoire émouvante quoique un peu trop politique pour moi. Je retrouve bien le franc parler de l'auteur, que je connais bien (ami de la famille). C'est une roman que je conseille surtout au jeunes !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?