Acheter d'occasion
EUR 15,88
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par livrelivre2
État: D'occasion: Comme neuf
5 d'occasion à partir de EUR 14,99
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le destin des Fabre - Tome 2: Les Serments Broché – 6 décembre 2014

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 14,99

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

- Une mort programmée -

Mercredi 22 août 1928
Le soleil cognait dur et Félicien ne pouvait retenir un «han» de fatigue à chaque fois que sa hache s'abattait sur le billot de bois. Il était préoccupé par la façon dont ses chèvres étaient massacrées. C'était la seconde fois ce mois-ci qu'il en avait retrouvé une égorgée, gisant à proximité du reste du petit troupeau qui broutait là-haut, tranquillement, dans les collines du Rove. Ce n'était pas une sale bestiole qui s'attaquait à elles, mais bien un saligaud qui prenait un malin plaisir à capturer une bête, à lui trancher la gorge et, assurément, à la regarder crever à petit feu. Il n'avait aucun doute là-dessus : les blessures étaient nettes, profondes, certainement faites avec un couteau bien tranchant. Et puis, les cadavres abandonnés étaient bien là pour attester que l'auteur de ces horreurs n'agissait pas pour se nourrir, mais bien par méchanceté ou pour toute autre raison sordide.
Il était aussi furieux parce que la perte de ses chèvres représentait pour lui un manque à gagner sur les petits fromages de brousse qu'il fabriquait. Son travail à temps plein sur le chantier naval de l'Estaque lui assurait un salaire, mais ce petit plus lui permettait de mettre un peu de beurre dans les épinards. Et puis, voir crever des bêtes comme ça, avec le mal qu'il s'était donné pour les acquérir, le mettait en rogne au plus haut point ! Avec ce cagnard, ce n'était pas vraiment l'heure de couper -du bois mais il y était obligé, pour se défouler et évacuer un tant soit peu sa colère.
Le soleil commençait à décliner lorsqu'il regagna la petite maison. Quand il entra, Ernestine s'affairait déjà derrière son fourneau.
- Salut, m'man.
- Alors ? Verdict ?
- Ce fumier m'a encore crevé une chèvre. Si je lui mets la main dessus, va savoir ce qui arrivera !
Ernestine hocha la tête. À cinquante-huit ans, elle était encore vaillante malgré les épreuves qui avaient traversé sa vie. Son mari, Justin, était mort en 1915 sur le front de la Somme. Son seul et unique amour, qu'elle n'avait connu que l'espace de quinze années de bonheur avant que la folie des hommes ne lui enlève son bien-aimé. Seule la présence de son Félicien lui avait donné l'envie de survivre, et il l'avait soutenue de toute la force de son adolescence au travers de la guerre. Ils en étaient sortis tous les deux meurtris, comme des millions de leurs compatriotes : elle d'avoir perdu son mari, lui d'avoir eu à grandir trop vite en plus d'avoir perdu son père. Ils vivaient toujours dans la petite maison de l'Estaque dans laquelle Félicien était né, et la vie s'écoulait lentement, paisiblement. Du moins jusqu'à ce que débute le massacre des chèvres.
- Ne fais pas de folies ! Laisse la police s'occuper de ça. Tu vas aller les voir ?

Présentation de l'éditeur

Marseille, 1928. Félicien Fabre, honnête menuisier de vingt-quatre ans, vit avec sa mère Ernestine dans une paisible maisonnette de l'Estaque, au coeur des collines du nord de Marseille.

Mais, depuis quelques temps, il est victime de persécutions qu'il ne s'explique pas. L'horreur atteint son paroxysme le jour où Ernestine est assassinée.

Désemparé, Félicien va alors s'immerger dans une période trouble du passé de ses parents, et surmonter les épreuves les plus dures pour découvrir une vérité qu'il n'aurait jamais pu soupçonner...

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

6 avril 2016
Format: Broché
Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?