Acheter d'occasion
EUR 6,36
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La dette publique, une affaire rentable : A qui profite le système ? Broché – 19 mai 2008

3.9 étoiles sur 5 11 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 7,99 EUR 6,36

Il y a une édition plus récente de cet article:


Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Présentation de l'éditeur

" II faut réduire la dette! ". On crie à la faillite ! Tel un père qui demande instamment à ses enfants d'aller ranger leur chambre, notre gouvernement nous dit : " Assez de cette gabegie ! Il est temps de devenir sérieux, remettez vos prétentions sociales au tiroir, l'heure est au travail et aux économies ". Ce qu'on ne nous dit pas, c'est qu'il y a une quarantaine d'années, l'État français n'était pas endetté, à l'instar de la plupart des autres nations, d'ailleurs. En moins de quarante ans nous avons accumulé une dette colossale qui avoisine les 1200 milliards d'euros ! Pourquoi ? S'est-il produit quelque chose qui a fait que l'on ait soudain besoin de recourir à l'emprunt, alors qu'auparavant on se suffisait à nous-mêmes? Et si tel est le cas, qui en bénéficie vraiment ? Qui émet la monnaie ? André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder nous disent les vraies raisons de la dette et dénoncent les mécanismes destructeurs scrupuleusement occultés. Vulgarisateurs de la "chose économique", leur but est de permettre aux citoyens de "savoir ", afin qu'ils ne se laissent pas impressionner par les épouvantails que l'on agite sous leur nez. Afin de comprendre surtout que nous avons tout pour relever l'immense défi humain et écologique de notre temps et que la dette et l'argent ne sont que " vrais-faux " problèmes.

Biographie de l'auteur

André-Jacques Holbecq, " économiste citoyen ", est très impliqué dans le mouvement altermondialiste depuis plusieurs années.Philippe Derudder, son expérience de chef d'entreprise l'a conduit à s'interroger sur les contradictions du système. Il démissionne alors et partage depuis lors le fruit de ses recherches et expériences dans ses livres, conférences et ateliers. Étienne Chouard a été un des principaux artisans, par son blog, de la prise de conscience ayant mené au NON au Traité Constitutionnel Européen en 2005.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.9 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 30 janvier 2010
Format: Broché Achat vérifié
Ce livre est stupéfiant.
Versé dans mes études sur les questions monétaires, je me méfiais "instinctivement" d'un auteur (cf. interview sur youtube) qui déclarait, non sans une solide argumentation, que nous citoyens français, étions les victimes d'une servitude imposée depuis 1973 par des représentants d'une classe riche. Le propos n'est pourtant pas marxisant; du tout. Aucun lien. Il est celui émanant d'une analyse remarquable de la création monétaire, du système monétaire par lequel notre économie se finance et au-dessus de tout, par lequel l'Etat, c'est-à-dire nous, se finance.

Je croyais, tant était abyssale mon inculture, que l'Etat jusqu'au traité de Maastricht (article 104, et acté dans le Traité de Lisbonne) avait conservé le droit de battre monnaie. Que nenni !

L'Etat, depuis 1973, a délégué la création monétaire aux agents privés (les banques) contre rémunération d'un intérêt !

Fabuleuse histoire. L'Etat pour financer les projets, la croissance, crée de la dette. Car contrairement aux idées reçues, ce sont les crédits qui permettent les dépôts et non l'inverse.

Explication (p.
Lire la suite ›
45 commentaires 40 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Ce petit livre est indispensable pour comprendre des choses dont on ne parle jamais à la télé, ni dans les journaux.
La France , l'Etat Français et la Banque Centrale, n'a plus le droit de créer de la monnaie depuis 1973 grace à Pompidou et VGD (comme presque tous les autres pays)
La monnaie est crée uniquement par les banques par un jeu d'écriture à travers les crédits accordés.

Tout le monde croit que lorsque une Banque te prête 100 000 €, elle possède ces 100 000 € (grace aux dépôts des épargnants ) et vous les donne. C'est faux.
En fait elle inscrit au passif les 100 000 € qu'elle vous donne
et inscrit à l'actif 100 000 € justifiés uniquement par les garanties (hypothèques, etc..) que vous lui donnez.
Donc au total elle a créé ex-nihilo 100 000 € de monnaie à partir de rien, juste un jeux d'écriture comptable.
C'est exactement comme si on créé de la fausse monnaie, ce qui est interdit pour vous, mais autorisé pour les banques !
Lorsque le crédit est remboursé, cette monnaie scripturale disparait (sauf les intérêts : >)

Pire que ça :
Quand vous prêtez (déposez) sur une banque 100 000 € et qu'elle vous donne "généreusement » 2% d'intérêts sur ces 100 000€
vous pensez que la banque utilise uniquement vos 100 000 € pour spéculer. C'est faux.
Comme elle ne doit garder en fond que quelques pourcent de cette somme (8,5% en France), vos 100 000 € lui permettent de spéculer à hauteur de 1 250 000 € !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
J'ai acheté ce bouquin dès que Latour 007 - notre justicier à tous - nous en a intimé l'ordre.
L'analyse du déficit est bien menée est juste et n'est pas nouvelle (il y a les articles de Mathieu Plane de l'OFCE et de Jacques Sapir), mais là c'est mené de manière très pédagogique et les chifres donnés sont exacts.
Le scandale dénoncé doit l'être, car toutes les crapuleries politiques actuelles - tant par la droite que par la gauche - le sont au nom de cette mythologie du déficit.
La fin du bouquin est moins intéressante: on retombe dans la mythologie régressive et culcul des altermondialistes et le retour à un état rousseauiste idéal, sans grand intérêt.
Car la question est celle de la caste de nouveaux super-riches qui contrôle l'économie financière... et le pouvoir politique.
7 commentaires 27 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
J'ai lu quelque part une étude sociologique et historique qui parvenait à la conclusion que les révolutions se produisent quand un nombre suffisant de gens devenaient plus instruits/informés/etc. J'imagine qu'après la crise financière que nous venons de traverser, si une majorité de gens étaient au courant de ce que ce livre révèle, une condition d'une nouvelle révolution se mettrait en place. Pour faire court : nous contribuables, payons toujours plus d'intérêts à des banques privées pour les emprunts de l'état. La fameuse DETTE, contrairement à ce qu'on nous suggère continuellement, n'est pas due au fonctionnaires en surnombre et au gaspillage des gouvernements précédents, parcequ'en réalité les emprunts de l'état sont restés stables durant ces dernières décennies. Mais a partir des années 70, on a discrètement interdit à l'état de s'emprnter à lui-même à 0%. Depuis l'état doit emprunter aux banques privées avec intérêt. Le poids grandissant insurmontable de la dette ne provient que de ces intérêts. Et quand on sait à quoi utilisent ces banques cet argent indument gagné... et qui doit ensuite les renflouer...
Remarque sur ce commentaire 39 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents