Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La digue des veuves : Rescapée de l'enfer des Khmers rouges Broché – 7 avril 2005

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,95

Il y a une édition plus récente de cet article:


Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Après avoir témoigné au procès de Pot Pot en 1979, Denise Affonço a pu rejoindre la France. Elle est aujourd'hui remariée et travaille à Paris à l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne qui a pour mission de fournir des analyses et des recommandations utiles à l'élaboration de la Politique étrangère et de Sécurité commune (PESC).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
J'ai lu un bon nombre de témoignages de rescapés des quatre années du règne des khmers rouges au Cambodge. Je crois que le récit de Denise Affonço est celui qui exprime et fait ressentir le plus fortement et concrètement l'affreux calvaire vécu par les gens des villes déportés brutalement en pleine campagne. Totalement dépendant des distributions alimentaires des khmers rouges, ils étaient soumis à un régime de travaux forcés harassants tout en étant terriblement sous alimentés. Comme dans les camps nazis, les goulags staliniens et autres laogaï chinois, la hantise de la nourriture est un thème récurrent. Outre cela, au Cambodge, se plaindre était dangereux, c'était une manifestation d'opposition au régime qui pouvait conduire à l'élimination. La plupart desdéportés sont ainsi morts d'épuisement et de maladies. Avant cela, pour beaucoup, la pire des tortures était de voir leurs enfants dépérir peu à peu jusqu'à la mort.
Denise Affonço trace un tableau effrayant de ce que la folie idéologique humaine peut produire.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?