Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 8,99

Économisez
EUR 0,21 (2%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

La double mort du roi Louis XIII par [Hildesheimer, Françoise]
Publicité sur l'appli Kindle

La double mort du roi Louis XIII Format Kindle

5.0 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 8,99

Longueur : 422 pages

Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Jeune, beau, séduisant... voilà comment apparaît Louis XIII peint par Rubens au début des années 1620. Le portrait, qui figure en couverture de ce livre, étonne : à Louis, malencontreusement coincé entre deux souverains plus brillants, son père, Henri IV, et son fils, Louis XIV, on n'a pas coutume d'attribuer un si vif éclat. En sa présence, les historiens eux-mêmes sont avares de louanges, qu'ils réservent plutôt à son principal ministre, Richelieu, génie de leur couple politique. Au cardinal, la raisonnable passion de la «grande» politique ; au roi, que Voltaire décrit «malade, triste, sombre, insupportable à lui-même», une vie languissante émaillée d'épisodes puérils. Quand Richelieu occupe ses jours et ses nuits à dicter dépêches et mémoires où se joue le destin de la France, Louis, incapable de donner un dauphin à son royaume, se ridiculise par d'enfantines idylles platoniques. Là où le cardinal est admirable, le roi fait morne figure ! Souvenons-nous de la scène rapportée par Tallemant des Réaux, dont les protagonistes sont Louis et Mme de Hautefort, l'une de ses belles égéries : «Un jour, Mme de Hautefort tenait un billet. Il le voulut voir, elle ne voulut pas. Enfin, il fit effort pour l'avoir ; elle, qui le connaissait bien, se le mit dans le sein et lui dit : "Si vous le voulez, vous le prendrez donc là ?" Savez-vous bien ce qu'il fit ? Il prit les pincettes de la cheminée, de peur de toucher la gorge de cette belle fille.»
Triste sire et cardinal flamboyant, le cliché romantique versifié par Hugo dans Marion Delorme semble toujours d'actualité :
«Il est le flambeau. Le Roi c'est la lanterne
Qui le sauve du vent sous sa vitre un peu terne.»
Alors, le portrait de Rubens : paradoxe d'éditeur ou che­minement d'historien ? Pour en juger, une fois n'est pas coutume, on me permettra de déroger aux usages convenus, et de m'expliquer à la première personne sur le choix singulier du sujet de ce livre. J'ai écrit, en 2004, une biographie de Richelieu à laquelle le public a bien voulu prêter attention. Tout au long de ce travail, j'ai, bien sûr, continûment côtoyé Louis XIII, une fréquentation assidue qui m'a conduite à repenser le couple qu'il formait avec le cardinal : contrairement à une légende tenace, Richelieu s'est révélé non pas le maître du roi, mais sa créature dévouée, toujours menacée de disgrâce. C'est bien Louis qui décidait de la politique inspirée et mise en oeuvre par le principal ministre.
Cette constatation faite, le mystère restait entier. Qui était le vrai Louis XIII ? Le beau jeune homme de Rubens ou le cacochyme vieillard des historiens ? Où le trouver ? Car c'est essentiellement à travers la documentation accumulée par Son Éminence qu'on connaît le roi, comme s'il devait demeurer prisonnier des mots du cardinal et de leur agencement rhétorique. Comment faire disparaître l'omniprésent Richelieu pour accéder au roi, son maître ?

Revue de presse

La longue agonie qui permit à Louis XIII de préparer la régence fut aussi son triomphe : une thèse défendue - brillamment - par Françoise Hildesheimer...
Pour la chartiste, qui ne cachait pas dans son Richelieu (2004) qu'il faut rendre à Louis XIII ce qui lui revient, c'est au soir de sa vie que, déjà réputé courageux, le roi montra plus que ses talents de chasseur, de guerrier ou de musicien...
C'est avec une virtuosité de dramaturge, autant dire haut la main, que Françoise Hildesheimer touche bientôt au but qu'elle s'était fixé : faire gagner à Louis XIII le titre de grand roi et l'estime de son lecteur. (Philippe Delaroche - L'Express du 23 novembre 2007)

Les fins de règne ont souvent suscité des jugements sévères de la part des contemporains comme des historiens, prompts à observer l'usure du pouvoir et la fragilité de l'édifice absolutiste. Le premier mérite de ce nouveau livre de Françoise Hildesheimer est de restituer toute la complexité de la plus significative, peut-être, de ces fins de règne, celle de Louis XIII, entre la mort de son principal ministre, Richelieu, le 4 décembre 1642, et sa propre disparition le 14 mai 1643. "Chronique d'une mort annoncée" pour le roi malade, dont l'état de santé fait l'objet de mille observations et supputations, chronique d'une régence inévitable, également, puisque le dauphin n'a que 4 ans. Certes, mais surtout période décisive où sous l'apparente reconstitution des clientèles nobiliaires et des partis, sous la liquidation progressive des héritiers du cardinal-ministre, le roi réussit à poursuivre un projet politique précis de continuation de la guerre contre l'Espagne et de préparation de sa succession. Ce qui semblait a priori une parenthèse difficile dans l'histoire de la monarchie s'avère en avoir été en fait l'un des moments de construction. (Olivier Christin - Le Monde du 23 novembre 2007)

La fin d'un règne, surtout quand elle s'accompagne de la lente agonie de son souverain et de la perspective incertaine d'une régence, a quelque chose de pathétique. C'est un monde qui s'en va, tragiquement suspendu au souffle fragile du mourant, alors que le devenir du royaume n'apparaît pas encore. La cour, comme une fourmilière culbutée, est en émoi, effrayée à l'idée du changement ; les intrigues et les luttes d'influence se multiplient, et la crainte se mêle à l'espoir...
Avec cette chronique érudite et minutieuse, Françoise Hildesheimer réalise un travail novateur, pesant et soupesant la pertinence des sources collectées (beaucoup sont fournies en annexe), faisant ainsi pénétrer son lecteur dans cet «atelier de l'histoire» où l'alchimie de l'écriture rejoint dans son creuset magique le talent de l'historien. (Jean-Christian Petitfils - Le Figaro du 6 décembre 2007)

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 2480 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 422 pages
  • Editeur : Flammarion (30 septembre 2011)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B005UPRYYA
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Non activé
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 2 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°183.697 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?

click to open popover

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

TEMPLE DE LA RENOMMEE50 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 14 mai 2012
Format: Poche
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2009
Format: Broché
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?