Acheter d'occasion
EUR 20,96
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les faiseurs d'anges Broché – 20 septembre 2007

3.0 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00

bonnes résolutions 2017 bonnes résolutions 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Le vent venant du lac Michigan s'engouffrait dans les rues vides du Loop1. La douceur de l'après-midi s'était depuis longtemps évanouie et avait cédé la place à la fraîcheur de la nuit en ce début de printemps.
Laura Hathaway et moi quittâmes le Sherman House Hôtel pour nous retrouver au milieu d'une foule de gens, discutant et riant. Ils parlaient du concert d'Ella Fitzgerald et semblaient se moquer de la raison qui nous avait tous réunis pour ce gala de charité.
Le concert avait été donné au profit du nouveau comité de l'Illinois Children's Home and Aid Society, le Comité pour l'adoption des bébés de couleur. Ce genre d'événements avait toujours pour effet de me bouleverser. Écouter les malheurs de tous ces gens - de tous ces enfants - me donnait envie de les aider, tous autant qu'ils étaient. Je devais sans doute être le seul pour qui cette aide ne devait pas se résumer à traiter leurs problèmes en leur donnant de l'argent. Malheureusement, je ne voyais pas de solution pour tous ces orphelins et tous ces enfants abandonnés, en tout cas pas de solution acceptable.
Apparemment, les quatre cent quatre-vingt-dix-neuf autres convives ne se sentaient pas plus à l'aise que moi. Le concert et le dîner avaient permis de récolter un peu plus de quinze mille dollars grâce à la vente des billets d'entrée et aux dons, mais aucune des conversations ne faisait mention de ce profit, non plus que des enfants.
Et nous, pas plus. Laura et moi restâmes silencieux en descendant les marches jusqu'au trottoir. Obéissant à une vieille habitude, je jetai un coup d'oeil par-dessus mon épaule, mais le Loop ne m'inspirait plus le même sentiment d'inquiétude qu'autrefois. Tous les gens qui m'entouraient, à l'exception de Laura, étaient noirs. Pour la première fois, je me sentais chez moi dans cette partie de la ville.
Je passai mon bras autour des épaules de Laura pour la protéger du froid. Elle se raidit, évitant de se blottir contre moi comme elle le faisait d'habitude lorsque nous étions seuls.
Je ne savais pas si elle réagissait de la sorte parce que nous nous trouvions en public ou à cause du concert de charité. Nous évitions d'avoir des contacts physiques lorsque nous étions en présence d'autres personnes - tout bêtement parce que cela provoquait trop de problèmes -, mais, ici, je ne me sentais pas vraiment en public.
Peut-être que, pour Laura, c'était le contraire. Ou encore était-elle toujours vexée par les réactions qu'elle avait susci­tées dans l'hôtel. Au cours du dîner, elle avait été elle-même, et cela m'avait mis dans une situation embarrassante. Elle avait perçu mon trouble. Et pourtant, je n'étais pas certain qu'elle eût compris ce qu'elle avait fait de travers.
Elle semblait fragile à côté de moi, bien que ce ne fut absolument pas le cas. Elle portait ses cheveux blonds rele­vés, ce qui la grandissait. Avec ses talons hauts et sa coiffure compliquée, elle paraissait presque aussi grande que moi.
Bien que, pieds nus, elle fût très loin d atteindre mon mètre quatre-vingt-quatre.
La lumière des lampadaires se reflétait sur sa peau blanche. Les traits de son visage, rendus plus pâles encore par le maquillage, dessinaient une moue contrariée.
Une dizaine de taxis, certains de trouver des clients en ce dimanche de Pâques, s'alignaient devant l'entrée du Sherman House sur Clark Street. Des convives, souvent ivres, se mettaient à rire chaque fois que le portier sifflait pour faire signe au véhicule suivant de s'avancer.
Nous marchâmes jusqu'à notre voiture. Laura s'était garée près de la synagogue du Loop. On pouvait distinguer la sculpture de Hands Of Peace sur la façade du bâtiment. Des «mains secourables», ce qui me sembla un signe approprié ; je faillis faire part de ma réflexion à Laura. Mais un nouveau coup d'oeil à l'expression qui animait son visage me convainquit de garder le silence.
Sa Mercedes 280 SL était le seul véhicule garé dans ce pâté de maisons. On aurait dit que les Mains de la Paix se tendaient vers lui.

Revue de presse

A chaque fois que Kris Nelscott rencontre de nouveaux lecteurs, c'est la stupéfaction...
Mais les aventures de Smokey Dalton sont surtout l'occasion de décrire les conditions de vie de la communauté noire dans les années 1970. En l'occurrence, dans cet épisode est détaillée la situation des femmes à travers le problème de l'avortement. Les affrontements entre bandes rivales dans les quartiers sud de Chicago, que tous surnomment "la bande de Gaza", les agissements d'une police corrompue et raciste servent de toile de fond aux aventures de Smokey Dalton qui, avec ses contradictions, son acharnement, son humanité, est une des incarnations les plus réussies du classique privé américain. (Gérard Meudal - Le Monde du 12 octobre 2007 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Patricia BS TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 3 février 2008
Format: Broché
J'ai beaucoup apprécié la peinture de cette société américaine qui n'en finit pas d'en finir avec son passé ségrégationniste. J'ai aimé vivre "en vrai" par le biais de la littérature cette époque où la société noire américaine devait panser ses plaies (assassinat de Martin Luther King) et affronter l'émergence d'une nouvelle époque, plus revendicative et plus violente (le recrutement des enfants par les gangs sous couvert de les protéger et les éduquer). Grâce à ce roman, j'ai compris à que c'était à ce moment-charnière que c'était mis en place le monde que nous connaissons aujourd'hui aux USA - et ailleurs. Pour le reste, l'intrigue policière ne m'a pas complètement convaincue mais à la limite, c'était secondaire tant la peinture sociale et sociologique était intéressante.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Laure COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 9 février 2008
Format: Broché
Kristine Kathryn Rusch écrit sous le pseudonyme de Kris Nescott des polars fréquemment récompensés aux Etats-Unis. Les faiseurs d'anges est la quatrième aventure de Smokey Dalton, mais nul n'est besoin d'avoir lu les 3 précédents pour s'y retrouver, c'est l'avantage.
Un an après l'assassinat de Martin Luther King (nous sommes donc en 1969), Smokey vit à Chicago, sous un nom d'emprunt, pour protéger son fils adoptif, Jimmy, seul témoin de l'assassin du leader Luther King. Noir, il fréquente une femme blanche, Laura Hathaway. Alors qu'ils rentrent un soir dans l'immeuble de Smokey, ils entendent les pleurs d'une femme entre la vie et la mort, qui se vide de son sang. Ils la conduisent à l'hôpital où les médecins refusent d'intervenir tant qu'ils ne savent pas s'il s'agit d'une fausse couche ou d'un avortement clandestin. Pratique alors bien évidemment condamnée. Smokey va se lancer dans une enquête pour retrouver l'avorteur qui a raté son travail, et qui contre une somme d'argent, est protégé par la police.
J'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre, tant l'intrigue y est d'une lenteur ennuyeuse et très éloignée de ce que l'on peut attendre d'un polar. L'enquête n'a ici aucune importance, seuls les faits historiques et sociologiques s'y inscrivent, lentement, parfois de façon intéressante, pour qui voudrait comprendre les querelles sanguinaires des gangs américains. Pourquoi s'intéresser à la misère d'une famille squatteuse pour ne plus lui accorder de place ensuite dans le récit ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?