• Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 1 à 3 semaines.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le feu, la vie Broché – 4 janvier 2007

2.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,00
EUR 10,00 EUR 2,28
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Du village, on distinguait mal les trois demeures qui se dressaient sur le promontoire, la leur, celle du professeur et le vieux palais en ruine, parce que la pinède les dissimulait en partie ; quant aux habitants, trop occupés à contempler la mer et le va-et-vient des pétroliers dans le port voisin, ils se tournaient rarement de ce côté. «Tant mieux», disait leur père à chacun de ses retours, «tant mieux» et «paix et silence». Puis il lançait dans l'air le mot Antarctique, les mots fjords et Caraïbes, racontait des anecdotes concernant des marins, des officiers, des passagers, illustrait ses qualités de commandant, décrivait les dangers qu'il avait su éviter. Leur distribuait des petits cadeaux inutiles, porte-clefs, cendriers, cravates, s'enfermait ensuite avec leur mère et réapparaissait, le torse couvert de bouclettes grises qui les dégoûtaient un peu. S'asseyait dans le jardin, répétait «paix et silence», rapportait qu'il avait rêvé de ce calme bien souvent au cours des dernières croisières, quand les voix des officiers et celles des passagers envahissaient son cerveau tel un gaz, sans y laisser un centimètre cube pour ses propres pensées, jamais il n'avait un instant de répit, pas même la nuit, oui, c'était un métier difficile, mais qui avait des avantages : il parcourait le monde entier une partie de l'année et retournait se reposer dans sa chère pinède, où seuls les bavardages de ses enfants et le chant des petits oiseaux s'insinuaient dans sa tête.
Les jours qui suivaient son arrivée, leur père passait de longues heures sur un transat à savourer le calme et le silence, à s'exclamer «Tiens, une mésange qui chante !», ou encore «Tiens, une salamandre dans les rosiers !», puis il leur annonçait qu'il allait se dégourdir les jambes et demandait qui voulait l'accompagner.

Revue de presse

Notre vie est de nature microscopique. Voilà un livre qui semble la mise en mots romanesque de cette phrase de Schopenhauer. Les événements y sont minuscules : un déjeuner, un goûter, une exposition de peinture, une promenade, une dispute, un dépit amoureux... La vie va, ne va nulle part, s'attarde et paraît longue, puis d'un seul coup décline, se précipite vers la destruction. Les jeunes cherchent un destin. Les vieux meurent (d'abord le professeur, la grand-mère, puis finalement le père). Les gens se cognent, s'embrassent puis se griffent. Tous les liens sont compliqués. Les êtres sont insaisissables. Tout peut s'effilocher si l'on ne jette pas sa volonté entière dans la bataille. (Alice Ferney - Le Figaro du 11 janvier 2007)

Dès les premières pages, on est jeté ailleurs, et c'est un des plus vifs plaisirs que peuvent donner les romans...
Nathalie Bauer, traductrice de l'italien, met en scène avec talent cette rencontre de deux univers en apparence si éloignés mais dont elle révèle la secrète connivence : l'inquiétude méridionale, liée à la situation historique du Mezzogiorno sous-développé et gangrené par la corruption, et la dinguerie slave, intemporelle, métaphysique. (Dominique Fernandez - Le Nouvel Observateur du 22 février 2007)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

2.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Format Kindle Achat vérifié
Comme l'écriture de cette femme est pesante. on étouffe dès le début et on a l'impression d'être enfermée dans l'histoire
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?