• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Les filles voilées parlen... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Suivre ces auteurs

Toutes les rubriques :
Une erreur est survenue. Veuillez renouveler votre requête plus tard.


Les filles voilées parlent Broché – 21 mars 2008

5.0 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 18,30
EUR 18,30 EUR 12,33
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Prologue a trois voix : une parole étouffée

Pierre : Tout, n'importe quoi et son contraire a déjà été dit et écrit à propos du voile et des femmes qui le portent. L'encre a coulé, les arguments se sont opposés, les invectives ont proliféré, mais dans ce déluge de paroles, une chose a manqué : la voix des principales concernées. Que ce soit dans les grands médias ou dans les débats internes au monde politique, syndical et associatif, et même à la «Commission Stasi», les femmes qui portent le foulard n'ont pas eu voix au chapitre - et les adolescentes encore moins ! Avant la loi du 15 mars 2004, prohibant le port du voile à l'école, et avant les centaines d'exclusions et de dévoilements forcés qu'elle a entraînées, la première injustice est là : dans cette distribution inégale de la parole, dans cette discrimination entre ceux qui ont le droit de parler et celles qui ne l'ont pas. C'est de ce constat qu'est venue l'idée de ce livre.

Ismahane : Oui, le plus urgent était pour nous de reprendre la parole, ou plutôt de la prendre ! Dans ce procès qui nous est fait continuellement, il fallait redonner la parole non pas à la défense, mais à l'accusée elle-même. Mieux que ça : il fallait sortir de ce dispositif accusatoire, ou le renverser. Les femmes qui s'expriment dans ce livre savaient que nous ne les présumions coupables de rien : ni d'intégrisme, ni d'arriération, ni d'atteinte à la laïcité... Nous les avons invitées au contraire à parler en toute tranquillité, en toute confiance, et à dire tout ce qu'elles avaient à dire, ce qu'elles avaient sur le coeur, quitte à accuser ou interpeller à leur tour qui ou quoi bon leur semble. Notre objectif était que des femmes se réapproprient la parole, et qu'elles réaffirment par là même leur humanité et leur dignité. Qu'elles cessent d'être de purs objets de discours, pour s'affirmer comme sujets. Comme des sujets libres de leurs choix, et libres de leur parole.

Pierre : Effectivement, toutes les femmes que nous avons rencontrées nous ont fait part de ce besoin de parler, de «témoigner» - c'est un mot qui est souvent revenu. Elles nous ont dit à quel point elles avaient souffert de cette confiscation de la parole, en particulier à l'époque où tout le monde, sauf elles, passait son temps à parler d'elles dans les médias. Cela dit, beaucoup étaient partagées entre le besoin de parler, de «témoigner», de «vider leur sac», et une très forte inhibition, qu'elles avaient parfois du mal à expliquer... Il faut savoir que pour chaque femme qui acceptait de témoigner, nous en avons approché une dizaine qui refusait, tout en nous disant : «J'en aurais, des choses à raconter !»

Ismahane. Oui. Beaucoup ont refusé par peur de s'exposer, y compris sous couvert d'anonymat. Beaucoup, même parmi celles qui ont fini par accepter de participer au livre, ont exprimé d'emblée de la méfiance, ou en tout cas une peur de voir leur parole déformée. Pourtant, elles voyaient bien que nous ne leur étions pas hostiles, que Malika et moi portions le foulard, et que nous nous étions battues contre la loi antivoile. Elles savaient, car nous le leur avons expliqué, que notre projet était justement de leur donner la parole, en leur laissant à la fois le temps, l'espace, le choix des questions abordées et, dans le cas des entretiens enregistrés, un droit de regard final sur les retranscriptions. Bref, tout le contraire du traitement médiatique ordinaire ! Eh bien, malgré cela, la méfiance l'a souvent emporté. Pas forcément une méfiance à notre égard, d'ailleurs. Ce qui leur faisait peur, ce n'était pas tant la manière dont leur parole allait être retranscrite, mais plutôt la manière dont elle risquait d'être comprise - ou incomprise.

Présentation de l'éditeur

Mona : «L'argument du voile "symbole d'oppression des femmes", je pose la question : oppression pour qui ? Pas pour moi. Je suis libre de mes choix, et si j'ai choisi de porter le foulard, c'est une expression de ma liberté.» Nadjer : «À peine arrivée, quand ils m'ont vue avec mon voile, ils m'ont dit que la place était prise.» Malika : «Elle s'est exclamée "Vous comptez donc trouver un emploi avec ce que vous avez sur la tête ?" Je me suis levée, je lui ai rappelé les lois de la république.» Khadidja : «Notre exclusion était à l'ordre du jour, et je voyais des militants des Verts ou des JCR, ou même des féministes, qui me psychanalysaient ou qui faisaient de l'exégèse du Coran !» Ismahane : «Nous étions plusieurs Féministes pour l'égalité à défiler, dont Malika et moi qui portions le voile, et un bonhomme furibard nous a apostrophées, parce que "Ni Dieu ni maître". J'ai répliqué :"OK, mais alors toi, tu n'es pas mon maître !" (rires).» Ce livre ne traite pas de «la question du voile». Les trois personnages qui l'ont conduit - dont deux sont des femmes voilées - n'ont pas cherché à mener une enquête sociologique. On pourrait même dire, au contraire : celles qui parlent ici ne sont pas des objets d'étude, mais des sujets -il n'y pas de féminin à ce mot. Elles peuvent être drôles et insolentes, elles peuvent être en colère ou découragées, mais de témoignage en témoignage, au-delà de la diversité des tempéraments, des origines sociales, des contextes familiaux, des itinéraires spirituels et des parcours scolaires et professionnels, ce qui relie toutes ces filles et ces femmes, c'est l'expérience intime et violente de la stigmatisation.

Pierre Tevanian enseigne la philosophie à Drancy. Il coanime le collectif «Les mots sont importants» (www.lmsi.net) et a publié plusieurs livres, dont Le Dictionnaire de la lepénisation des esprits (L'Esprit frappeur, 2002), Le Ministère de la peur (L'Esprit frappeur, 2004), Le Voile médiatique (Raisons d'agir, 2005) et La République du mépris (La Découverte. 2007).

Ismahane Chouder est membre du collectif «Une école pour tou-te-s» et ancien­nement vice-présidente du collectif des «Féministes pour l'égalité». File a par ailleurs contribué à l'ouvrage collectif Le Livre noir de la condition des femmes (XO Éditions. 2006).

Malika Latrèche s'investit dans «Une école pour tou-te-s» et défend les mamans exclues des sorties scolaires. Depuis octobre 2006, elle copréside le collectif des «Féministes pour l'égalité».

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
    Apple
  • Android
    Android
  • Windows Phone
    Windows Phone
  • Click here to download from Amazon appstore
    Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

kcpAppSendButton


Détails sur le produit


6 commentaires client

5,0 sur 5 étoiles

Évaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres clients

17 avril 2017
Format: BrochéAchat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
19 novembre 2013
Format: BrochéAchat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
16 mai 2008
Format: BrochéAchat vérifié
18 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
8 août 2009
Format: Broché
18 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
20 décembre 2008
Format: Broché
16 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
31 juillet 2008
Format: Broché
18 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus