1 d'occasion à partir de EUR 54,00
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus

Onze films de Carlos Saura, cinéaste de la mémoire Broché – 15 octobre 2006


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 54,00

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Extrait de l'avant-propos :

Pourquoi un livre sur Carlos Saura, ou plutôt sur le cinéma de Carlos Saura ?
Avant tout parce que ce cinéaste à la stature internationale qui a reçu il y a quelques mois à Barcelone un hommage pour l'ensemble de son travail est aujourd'hui méconnu du public français, occulté qu'il est par des figures plus médiatiques : Pedro Almodovar, Fernando Trueba, mais aussi leurs cadets Alejandro Amenábar ou encore Alex de La Iglesia. Il est symptomatique, à cet égard, qu'un excellent article de synthèse sur "le cinéma espagnol" récemment paru ne lui consacre que quelques lignes '. Et il suffit de se promener dans les rayons des boutiques les mieux achalandées pour prendre la mesure de l'indigence du matériau disponible sur le marché : très peu de films de Saura sont commercialisés en format Vidéo ou DVD, défaut particulièrement flagrant pour les plus anciens. La littérature critique, quant à elle, est tout aussi indigente : mis à part quelques études ponctuelles soignées comme celle que Nancy Berthier a consacrée à ; Ay Carmela !, aucun ouvrage véritablement marquant n'a été publié en français depuis le Carlos Saura de Marcel Oms 3, quasiment introuvable aujourd'hui.
Cette oeuvre cinématographique abondante et dense qui s'est développée dans trois principales directions - la fiction, l'essai consacré à un personnage célèbre et le film musical - me semble traversée par une problématique fondamentale, déclinée avec autant de fidélité que de diversité : celle de la mémoire.
De quoi s'agit-il ? De mémoire individuelle, tout d'abord. La plupart des personnages des films de Saura entretiennent avec leur mémoire - "l'immense et compliqué palimpseste de la mémoire", pour reprendre la belle métaphore de Baudelaire - une relation complexe, trouble voire équivoque. À cet égard, même si la bio­graphie du créateur n'est pas au centre de mon propos, même si cette étude ne relève pas du genre monographique, on ne pourra faire l'économie du traumatisme de la guerre civile qui marqua le cinéaste en ses toutes jeunes années, dans la mesure où il contribue à éclairer son oeuvre.

Présentation de l'éditeur

Né en 1932, Carlos Saura, le plus productif et le plus constant de tous les cinéastes espagnols depuis le début des années 60, est paradoxalement l'un des moins connus du public français contemporain. Cette étude qui ne relève ni de la biographie ni de la théorie cinématographique voudrait contri­buer à réparer cette injustice à travers l'examen d'un échantillon choisi regroupant, dans un ordre chronologique, onze de ses plus grands films - de La caza (1965) à Goya en Burdeos (1999).
Qu'il s'agisse de ses fictions, de ses évocations de figures historiques et même de ses productions musicales, toutes ses oeuvres tournent autour de la problématique de la mémoire, des diverses modalités d'une mémoire individuelle mais aussi collective que le cinéaste articule d'une manière toute personnelle. Inséparables du traumatisme de la Guerre Civile dont ils sont l'écho indéfiniment prolongé, ses films, réalisés dans le contexte oppressant du franquisme ou dans le climat plus favorable d'une Espagne renouant avec la liberté, disent la transmutation réussie de données psychologiques et politiques en geste créatif. Par son refus de toute complaisance et son exemplaire sobriété, Saura, indifférent aux modes, se livre à travers eux à une authentique et émouvante réflexion sur l'hispanité et, au-delà, sur l'essence de la condition humaine.

Agrégé d'espagnol, François Géal est Maître de Conférences à l'École Normale Supérieure. Spécialiste de l'Espagne classique, il a publié chez H. Champion un volumineux ouvrage intitulé : Figures de la bibliothèque dans l'imaginaire espagnol du Siècle d'Or. Il est également traducteur de textes hispaniques anciens et modernes (G. Gil Polo, G. Miro, P. Neruda, ou encore J. R. Ribeyro).
Il travaille actuellement sur l'écriture de l'Espagne dans l'oeuvre de Prosper Mérimée.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?