undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de jorginho > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par jorginho
Classement des meilleurs critiques: 1.005
Votes utiles : 1564

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
jorginho "gcrz2008" (Caen, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Scary Monsters
Scary Monsters
Prix : EUR 9,49

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tu retourneras à la poussière, 16 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scary Monsters (CD)
Cela fait plusieurs jours que je tourne autour de mon ordinateur à savoir quoi écrire au sujet de la mort de David BOWIE. Même taper ce p... de terme mort sur le clavier est en soit une souffrance. Le monde est un peu moins beau, en tout cas mon monde à moi.
Alors, ce jour, j'ai choisi de me souvenir de l'artiste caméléon par le biais de mon album préféré: SCARY MONSTERS AND SUPER CREEPS. Choix assumé et totalement subjectif au vu de la carrière du monsieur et de la quantité de chansons phares et inoubliables composées sur cinq décennies (Heroes, Life on Mars?, Young Americans, Space Oddity, China Girl et toutes les autres: tubes ou pas, certaines même très torturées) All the days of my life comme tu le dis sur DAYS que j'écoute en écrivant ces dérisoires lignes, le cœur gros, un peu paumé. Tous les jours de ma vie, ton art DAVID B. a rempli mon âme d'un peu de légèreté, m'a mis du baume au cœur dans certains moments difficiles. Tu es parti avec un peu de moi, une part de ma jeunesse et le rêve idiot que tu étais immortel. Un dieu en quelque sorte... ou l'artiste des artistes.
Lorsque je te découvris vraiment ce fut sous les traits d'un clown blanc, à la télévision dans un clip fantasmagorique et fascinant, aujourd'hui ces images sont cultes (merci David Mallet) et souvent montrées et critiquées... moi, le garçon de 13 ans que j'étais alors, fut frappé par cette vision et par les notes plus amères que douces de "Ashes", aujourd'hui les paroles je les comprends en partie même si globalement le message n'est pas si clair que les spécialistes se plaisent à le dire.
Ce disque, Scary Monsters, marque un tournant dans la carrière de David, encore un et ce ne sera pas le dernier... c'est un pont parfait entre la période expérimentale de LOW ou HEROES et les disques ouvertement grand public que seront LET'S DANCE et le TONIGHT tant décrié - moi j'adore Loving the Alien - un équilibre fragile entre compositions douces amères, parfois rock, parfois disco-funk, certains titres au son post-punk et new-wave et même un magnifique Teenage Wildlife, sorte de nouvel "Heroes" des temps à venir. Et cette guitare de Robert Fripp, souvent virtuose qui apporte au disque une touche d'originalité supplémentaire. La production de Bowie/Visconti se montre plus aboutie et moins brouillonne - je dirais plus propre - que sur le disque Lodger, il semblerait que David souhaitait devenir un artiste "mainstream" mais sans y perdre son âme d'auteur/compositeur pour autant. Le pari est réussi dans cet album à la pochette totalement iconique pour moi, au même titre que celle de Aladdin Sane ou de "Heroes". Même si tous les titres n'atteignent pas les cimes de Ashes to ashes, Fashion, Because you're Young ou Teenage Wildlife, le disque est globalement abouti, il traverse avec grâce les ans et me fascine toujours autant.
Comme beaucoup d'autres, je me sens orphelin depuis la nouvelle du 11 janvier dernier. Je n'ai pas pu retenir mes larmes - les garçons pleurent aussi - et il m'est impossible pour l'instant d'écouter dans son intégralité le "testament" discographique "mais pas que" de David Robert JONES, Blackstar. Les images de la vidéo LAZARUS hantent encore mon esprit, voir David sur son lit d'homme malade m'a été insupportable - jouant avec son état de mort en sursis - glaçant et beau. Le temps faisant, je me plongerai totalement dans cette œuvre qui a maintenant tout son sens... tristement et implacablement. Le malaise était déjà là depuis 2013 en fait dans le disque The Next Day, les signes que quelque chose se passait, rien qu'à la voix de l'artiste sur plusieurs morceaux dont le très touchant Where Are We Now ?. Fini les personnages, Bowie se met à nu, mais n'est-ce là pas encore une posture d'artiste ? ou bien une lettre d'adieu.
David est parti comme il le souhaitait... en cendres, dit-on dans les journaux "ashes". Un écho à la fois magnifique et terrible à ce tube éternel de 1980 et son clown blanc et triste qui marchait sur une plage de fin du monde accompagné d'une gentille vieille dame... Une sortie digne, loin du futile et de l’esbroufe médiatique, artiste jusqu'à la fin. La quintessence de l'artiste en soi.
Where are you now ? c'est moi qui te pose la question maintenant DAVID car tu me manques déjà terriblement. Toujours en moi par ton art, certainement.
Une étoile de plus au firmament mais pas NOIRE: brillante, aveuglante et pourquoi pas glam et exubérante comme l'habit du clown de Scary Monsters.
BOWIE pour toujours. David my HERO. Immortel car seule la musique compte et on ne la tue pas


Blackstar
Blackstar
Proposé par BelgraviaTrade
Prix : EUR 14,25

7 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ASHES TO ASHES, 11 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blackstar (CD)
Repose en PAIX DAVID ... all the days of my life.... vers les étoiles Major Tom, mais pas noires. Éclatantes comme toi.
Le disque est l'effort jusqu'au dernier souffle d'un génie pop qui aura su rester créatif, fascinant, dérangeant, un rien morbide dans des compositions parfois complexes - à peine sept - qui ne se laissent pas apprécier facilement (un saxo omniprésent et une déstructuration plus ou moins affirmée des chansons) Il est loin le temps du tube accrocheur... BOWIE est nu dans ce disque - les paroles parlent d'elles-même - il s'offre sans écran ou personnage et sa fin certaine est habillée dans une œuvre d'art. Œuvre NOIRE comme cette étoile qui ici n'est autre que le symbole d'une maladie létale...
L'album n'est pas parfait mais reste hautement troublant et d'autant plus émouvant qu'il est le miroir de notre propre fin.
Merci monsieur Jones pour cet adieu d'une absolue dignité autant artistique qu'humaine.


Mad Max : Fury Road [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale] [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale]
Mad Max : Fury Road [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale] [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale]
DVD ~ Tom Hardy
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 13,72

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Il est libre Max, 13 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Oubliez les films de 1979, 1981 et même le médiocre Mad Max de 1985 ! Fini le côté artisanal et "low budget" des deux premiers opus... ce qui fait leur charme et qui est peut-être leur limite. Mais l'ambiance, le montage parfait des cascades et le charisme de Mel Gibson suffisaient à marquer pour longtemps le spectateur. En 2014, George Miller se voit offrir un pont d'or pour faire renaître de ses cendres une figure culte du cinéma de genre (les films d'anticipation dit dystopiques) : MAX le flic solitaire par la force des circonstances, miroir brisé d'une société où la survie est le seul mot d'ordre. L'eau et l'essence sont à la source de tous les conflits, rivalités et meurtres. Dans cet opus même le sang et le lait maternel sont des biens précieux. Des liquides dans un monde aride où seuls des corbeaux semblent avoir survécu.
Miller a donc les moyens ici de ses ambitions graphiques, esthétiques, pyrotechniques. La force du film - même si tout est très voire trop linéaire - c'est encore comme il y a plus de 30 ans - l'authenticité des courses poursuites, la folie nihiliste des situations (sublime scène de la tempête de sable). Miller suggère plus qu'il n'explique le pourquoi du comportement de ses personnages: Charlize Theron a une présence qui explose à l'écran avec trois lignes de dialogue: aidée par la photo du film et son look post-punk. Tom Hardy en Max n'est pas Gibson mais possède assez de talent pour camper à sa façon "le guerrier de la route". De toute façon, avant tout physique, son rôle demande quelque subtilité de jeu pour dire par les yeux ou les gestes ce qu'il y a dans la tête d'un gars qui au départ n'a aucun espoir.
A défaut d'être un film marquant dans l'histoire du cinéma (difficile de faire dans le cinéma australien indépendant qui puise son originalité dans son manque de moyens - en 1979), ce MAD MAX un peu digitalisé - mais pas trop - garde son grain de folie - par exemple l'assaut du camion de Max et Furiosa par des acrobates haut perchés - et donne aux personnages féminins une importance rarement présente au cinéma, même aujourd'hui. Le film pourrait s'intituler MAD FURIOSA qu'on ne le prendrait pas mal.
Visuellement époustouflante, cette version de l'ère informatique transporte et distrait sans temps morts le spectateur. Bien sûr il faut connaître les règles de cette série "déjantée" des Max pour apprécier la fureur et la fausse linéarité de l'histoire: partir et revenir à la source.
Blu-ray des grands jours: le son en V.O. est explosif, immersif et sublime la musique et que dire de l'image: presque chaque plan est un tableau de maître et un régal pour les yeux: parfois on dirait du William Turner dans cette utilisation des tons ocres, orangés, bruns, jaunes.
BR: 5/5
Film: 3/5 mais mention spéciale pour Charlize Theron: 5/5
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 9, 2016 2:36 PM CET


Samsung BD-E5300 Lecteur DVD Blu-Ray Noir
Samsung BD-E5300 Lecteur DVD Blu-Ray Noir

2.0 étoiles sur 5 Vite obsolète, 26 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samsung BD-E5300 Lecteur DVD Blu-Ray Noir (Appareils électroniques)
J'ai acheté ce lecteur en février 2013, aujourd'hui il commence à montrer de sérieux signes de faiblesse. Mis à jour régulièrement, il a bien fonctionné les premiers mois d'utilisation. Samsung ne propose plus depuis un an de mise à jour du firmware pour ce modèle ce qui est un comble ! de plus il a de plus en plus de mal à reconnaitre un blu-ray ! Il faut parfois 3 à 4 chargements avant que le disque soit accepté. J'avais eu le même problème avec un beau lecteur Panasonic de 2010 (acheté 250 euros) qui aujourd'hui ne lit plus que les DVD!
Bref il est inutile de mettre plus de 80 euros dans un lecteur blu-ray - donc plus de 800 euros c'est de l'arnaque totale... : car un jour il finira par ne plus vouloir lire vos galettes BR. J'ai donc deux lecteurs qui ne lisent presque plus les BR...
Voilà la technologie que l'on nous propose de nos jours: du prêt à jeter ! avec des machines de plus en plus light (poids) et de plus en plus toc (le côté pas fini). J'enrage...


1984 [Blu-ray]
1984 [Blu-ray]
DVD ~ John Hurt
Prix : EUR 12,49

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Gris, 6 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1984 [Blu-ray] (Blu-ray)
Et bien c'est simple: pour qui aurait déjà ce film en DVD (édition 2004), il est inutile d'investir dans ce blu-ray tout à fait médiocre. Les fonds de catalogue de FOX/MGM mal traités de la sorte !
L'image est à peine plus détaillée que sur la version précédente (un peu plus de couleur - scènes de campagne - dans un film aux tons majoritairement gris, bleus et bruns) et à la tache près (et il y en a des points blancs et autres "scories") c'est la même source image que pour l'édition de 2004.
Bref j'ai fait une erreur en achetant ce BR!
Le film, très fidèle au roman, garde lui sa force esthétique et son message pessimiste: vision terrible d'un monde totalitaire où l'homme ne peut plus penser par lui-même.
Acteurs excellents dont un John Hurt parfait en Winston SMITH et un Richard BURTON, glacial en O'Brien... (quelle présence en VO oblige !).
Il faudra être en forme pour visionner cette histoire au rythme lent et à l'ambiance mortifère (ruines, rouille et crasse pour un Londres de fin du monde).
Film: 4/5
Support: 2/5 - Image 2/5 (pas tout à fait stable, granuleuse et un peu trop "sale" - son mono d'origine (clair mais avec du souffle) 3/5
Aucun bonus de taille pour un film et un roman de cette mesure, une honte...


Space: 1999: the Complete First series - limited edition  [Blu-ray] [Import anglais]
Space: 1999: the Complete First series - limited edition [Blu-ray] [Import anglais]
DVD ~ Martin Landau
Proposé par A2ZSupplies
Prix : EUR 30,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 SPACE 1999: C'était demain..., 18 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
COSMOS 1999 - SAISON 1 intégrale - Quelle joie de revoir dans de si bonnes conditions l'une de mes séries préférées. Il faut être tombé dedans vers la fin des années 70 pour pouvoir apprécier toute l'ambition de ce petit bijou de la science-fiction 70's - plus de fiction que de science d'ailleurs... on peut sourire aux grosses approximations/théories mystico-scientifiques.
J'ai découvert les aventures de la Base Lunaire Alpha vers 1977, j'avais 10/11 ans, et bien quelle jubilation devant cette vision d'un futur si technologique et avancé (à l'époque, 1999 faisait vraiment loin dans l'avenir, la série marche un peu sur les pas de 2001 et précède Star Wars de 3 ans!). Bien sûr, aujourd'hui tout cela pourra paraître kistch aux yeux d'ados de 2015, mais en 1974/1975 il n'y avait pas une seule image de synthèse dans les effets spéciaux. Maquettes (très belles), explosions miniatures (assez réussies) et décors intérieurs plutôt impressionnants pour une série TV italo-britannique. Que voulez-vous cette vision du futur est ancrée dans la décennie qui l'imagine: accessoires au design pop-art, présence de la matière plastique très en vogue, uniformes au style "pyjama". Mais quand même présence de petits écrans - voire très petits - moniteurs certes en N&B mais représentant un vrai défi technique à l'époque, il y a plus de quarante ans!
La saison 1 (24 épisodes de 52 minutes environ) est bien sûr la seule regardable aujourd'hui même si tous les épisodes ne sont pas d'égale qualité - certains sont un peu soporifiques il est vrai. Le côté contemplatif n'accrocha pas le public américain: trop de dialogues un peu abscons mais qui faisaient le charme de la série. La saison 2 (dont on nous fait cadeau ici d'un épisode) est un ratage majuscule: encore plus "ringarde" que le plus "ringard" des épisodes de Star Trek, dix ans plus tôt! (décors carton-pâte, créatures extra-terrestres ridicules et acteurs qui n'y croyaient plus - la moitié du casting d'origine a disparu!). Pour plaire au public d'outre-atlantique on pervertit l'essence même de l'imaginaire des créateurs originaux: Gerry et Sylvia Anderson.
Ce blu-ray anglais "all zone" est un vrai cadeau pour les fans: restauration miraculeuse de l'image en 4/3 d'origine, VO remastérisée 5.1 - un peu artificielle - ou VO mono, mais qui fait oublier la VF québécoise et nasillarde des diffusions françaises. Générique (avec la sublime musique et le montage nerveux génial) nettoyé, musique en stéréo qu'on peut voir en boucle. Sous-titres en anglais pour malentendants (faciles à comprendre pour qui aurait les notions de base de l'anglais américain). BREF je n'ai pas acheté le coffret TF1 sorti il y quelques années et j'en suis fort aise.
Cette édition britannique de 2010 rend justice à cette série qui marqua l'histoire du petit écran par son avance formelle et son ambition scénaristique. A posséder !


Le Chien des Baskervilles
Le Chien des Baskervilles
DVD ~ Peter Cushing

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Hammer VS Conan Doyle, 13 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chien des Baskervilles (DVD)
Si le film a des qualités indéniables côté esthétique (photo, clairs-obscurs), l'histoire elle est un peu "revue et corrigée" façon petit budget de la Hammer. Les personnages sont bons surtout Christopher Lee par contre le dr. Watson est un peu fade c'est un faire-valoir dans ce film. On est loin du Watson courageux et combattant de versions cinéma plus récentes (années 2000).
Le DVD est correct mais pas dans les normes actuelles: pas de restauration, horrible format vidéo 4/3 - il faut donc zoomer l'image 1.66 pour l'avoir sur tout l'écran de la TV: on perd donc en définition.
On attendra donc une hypothétique édition digne de l’œuvre. Et pourquoi pas un blu-ray ! (il existe une édition australienne mais sans aucune piste ou sous-titre français).
MGM n'a plus qu'à revoir sa copie.
Film: 3.5 / 5
DVD: 2 / 5


Stand by Me (Édition 25ème Anniversaire) [Blu-ray] [Édition 25ème Anniversaire]
Stand by Me (Édition 25ème Anniversaire) [Blu-ray] [Édition 25ème Anniversaire]
DVD ~ Wil Wheaton
Prix : EUR 13,13

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Adieu enfance, 12 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce film de 1986 au demeurant modeste dans la forme est un petit bijou d'émotions tant il parle à tous. Nous qui sommes tous passés de l'enfance à l'adolescence pouvons nous identifier (en tout cas les garçons) aux quatre pré-ados de cette histoire à la métaphore évidente: plus les héros s'éloignent de leur petite ville - symbole du passé, de la souffrance, du rejet, du lien familial - plus ils deviennent conscients du changement qui s'opère en eux. Au bout de la voie ferrée: la mort - le corps sans vie d'un garçon de leur âge fauché à 12 ans par un train. Cette voie, est la ligne de la vie et le "corps" caché dans les buissons, l'inéluctabilité de notre propre fin.
Adapté d'une nouvelle de Stephen King, le métrage baigne dans une nostalgie poignante, Rob Reiner dirige de main de maître les très jeunes acteurs qui ont sur le tournage entre 11 et 14 ans. Bien sûr on pourra lui reprocher le caractère trop défini (le sensible, le petit gros, le dur à cuire, le psychotique) de chacun d'eux, mais au vu de la performance on passe outre. Ils crèvent l'écran, les dialogues assez osés sont peut-être même un peu trop adultes - les grossièretés fusent. La musique dont la chanson de Ben E. King enfonce encore le clou côté émotion. River Phoenix est admirable, une future star qui se brûlera les ailes au contact du monde fric et toc de Hollywood, il mourra 7 ans après la sortie de ce "Stand by me" où tout son potentiel dramatique explose ce sera aussi le cas dans "My Own Private Idaho". Lorsque à la fin du film il se sépare puis s'éloigne et disparaît tel un fantôme devant son ami Gordie, on a le coeur qui se serre et on voit là comme un terrible présage. On apprend dès le début de l'histoire le destin tragique de Chris Chambers.
Mélange subtil d'humour, de violence latente extérieure et intérieure et d'émotion, le film continue à provoquer en nous un indicible élan d'amour, il parle de choses essentielles et le fait bien.
Blu-ray de 2011 à la facture soignée - image de qualité bonne, propre et lumineuse - au vu du budget du film c'est acceptable. Format 1.78 respecté et son en 5.1 DTS HD-MA (le DVD se contentait en 2000 des pistes mono - peut-être le film a t- il été tourné en mono?).
Bonus identiques à ceux du DVD hormis l'excellent commentaire filmé du film - 2011 - par Rob Reiner, Whil Wheaton et Corey Feldman.
SINON le film ne se voit qu'en V.O. car tout passe par la voix, le jeu des gamins et les expressions et autres injures américaines! Le doublage français n'est vraiment pas à la hauteur !


Le Hobbit : La bataille des cinq armées [Combo Blu-ray 2D + DVD + Copie digitale]
Le Hobbit : La bataille des cinq armées [Combo Blu-ray 2D + DVD + Copie digitale]
DVD ~ Ian McKellen
Proposé par MEDIAZONE
Prix : EUR 7,40

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La fin... enfin ?, 23 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
J'ai donc acheté cette édition "combo" de la troisième et dernière partie du HOBBIT. Il est vrai je l'admets que le montage du film est un peu étrange. Vouloir faire tenir cette partie de l'histoire sur 2h24 (dont au moins 10 minutes de générique) est pour le moins incompréhensible tant le film se veut être le chaînon avec les événements à venir (Sauron, l'anneau, Aragorn...). Du coup le développement ou les motivations des personnages s'en trouvent appauvries. Même les batailles sont un peu brouillonnes dans leur mise en image. On est loin de la lisibilité de la méga-bataille du "Retour du Roi". Le film demeure cependant tout à fait regardable par la magie des effets spéciaux, la beauté de certains plans et du jeu des acteurs - merci Martin Freeman - mais cette version est bancale... comme cette édition qui certes propose un DVD mais dont le packaging est d'une indigence rare. En trois films on est passé du boitier métal (Un Voyage Inattendu BR + DVD) au foureau carton brillant ouverture sur le côté et blu-ray boîtier marron (en harmonie avec l 'affiche - La Désolation de Smaug BR mais plus de DVD!) à cet horrible fourreau carton ouverture par glissement vertical et de plus boitier blu-ray bleu qui ne colle pas avec l'affiche - BR+DVD+ le truc ultra violet inutile). Bref aucune harmonie entre les éditions (je parle des BR des films en 2D). Warner: c'est du n'importe quoi ! La gageure serait pour Peter Jackson de remonter le "Hobbit" dans une version de 4h30 heures à partir des trois films (en supprimant les longueurs de certaines séquences d'actions - il y en a à la pelle - et aussi en supprimant le personnage - dont j'ai oublié le nom - supposément drôle du troisième volet !!!).
SINON le BR est à la hauteur des espérances techniques: c'est parfait. C'est la petite compensation...


The Fall Saison 1 [Blu-ray]
The Fall Saison 1 [Blu-ray]
DVD ~ Gillian Anderson
Prix : EUR 20,17

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La blonde et le tueur, 12 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Fall Saison 1 [Blu-ray] (Blu-ray)
Trois ou quatre étoiles ? J’ai eu un peu de mal, je l’avoue, à être séduit par cette mini-série (5 épisodes d’environ 1 heure) au bout du premier épisode : même si l’atmosphère particulière de Belfast fait en grande partie l’originalité de cette fiction. Je ne sais pas si cela venait du rythme lent (voulu je pense) du manque d’humour ou bien de la pesanteur psychologique provoquée par les meurtres commis par un père de famille pas vraiment très net.
Par contre on ne peut que saluer la performance des acteurs surtout celle de Gillian Anderson, en inspecteur de police à la relative froideur. C’est que sa présence crève l’écran, on en oublie même son personnage de la série X-files. Ici son jeu est plus subtil : comment provoquer une certaine empathie vis à vis du spectateur en conservant le côté énigmatique et faussement insensible du personnage ? Et bien Anderson y parvient très bien : elle porte la série sur ses épaules, on a envie de connaître mieux cette femme. Son antagoniste – le tueur - est bien campé aussi, même si Jamie Dornan joue un peu trop sur le « regard noir » et le « froncement de sourcils ». En tout cas il casse son image de mannequin pour interpréter un psy (tient donc, encore un !) de la classe moyenne qui a une vie somme toute banale de père attentionné, de mari plus ou moins aimant et de voisin ambigu vis à vis de sa baby-sitter de 15 ans. Ce qui m’a le plus remué c’est la façon dont le réalisateur s’attarde sur le modus operandi du tueur ; un vrai malaise s’installe tant « le meurtre » ritualisé prend des connotations sexuelles et pire, artistiques.
La mise en parallèle des rituels du tueur – Paul Spector – et de ceux de son chasseur – Stella Gibson - est souvent captivante et provoque souvent le malaise. La série ne fait pas dans le glamour, son côté chirurgical dû à la musique oppressante, à la photo désaturée et au rythme presque mortifère en fait un objet à la fois envoûtant et repoussant. Comme je le disais « The Fall » ne se fait pas aimer facilement.
Cette série irlandaise de qualité devrait marquer les esprits si elle ne dure pas trop. Car oui le « trop » de saisons est parfois l’ennemi de l’originalité.
Techniquement le blu-ray est un sans faute, mais il est dommage que le court documentaire soit si promotionnel.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20