Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici WBD Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici Acheter Fire En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Claire > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Claire
Classement des meilleurs critiques: 43.556
Votes utiles : 58

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Claire

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
#Bleue
#Bleue
par Florence Hinckel
Edition : Broché
Prix : EUR 15,95

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ode aux passions versus l'ataraxie, 1 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : #Bleue (Broché)
Dans ce roman d'anticipation, on imagine que la douleur liée à nos émotions n'existe plus. Le rêve pour un philosophe stoïcien ou un bouddhiste ! Et bien non suppose l'auteur, cela rend les hommes passifs, incapable de compassions et comme absents d'eux-mêmes. Voilà pour le contexte. Les deux jeunes gens sont des tourtereaux romantique à souhait. Un très bon moment de lecture et à offrir à un ado !


Victor London : L'ordre Coruscant
Victor London : L'ordre Coruscant
par Patrick McSpare
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ca décoiffe !, 1 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Victor London : L'ordre Coruscant (Broché)
Tout d'abord ce livre a du rythme, intense, et navigue entre aventure, magie, steampunk et roman à mystères. Le héros est très attachant et les autres personnages sont mystérieux à souhaits. C'est également très bien écrit et l'on apprend des foules de choses sur le Londres du XIXe siècle. A lire donc que vous soyez ado ou adulte.


L'Emprise des rêves
L'Emprise des rêves

5.0 étoiles sur 5 Un superbe anneau de Moebius en guise de trajectoire !, 5 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Emprise des rêves (Format Kindle)
L’emprise des rêves est peut être de la SF. Je dis « peut être » car d’une part la notion de multivers pourrait aussi bien relever du fantastique que de la science-fiction, d’autre part il se pourrait bien que ce soit réel… Oui, c’est une question philosophique à laquelle nous sommes confrontés avec cette notion : partant du postulat que chacun de nos choix modifie en conséquence notre univers, y a-t-il un monde parallèle où l’on a choisi une autre option ? S’il peut y avoir deux univers, alors il pourrait y en avoir des milliers, des milliards ? Chaque choix créant une bifurcation et donc un dédoublement… Voilà le multivers. On pourrait alors catégoriser ce roman en philo-fiction ?
Non seulement il y a à prendre en compte l’influence des actes et des choix de chaque humain, mais Simon Sanahujas ajoute encore les rêves et les fictions imaginés par chacun…qui créent autant d’univers. Là où l’on passe clairement dans la fiction et l’on est plus dans la philo, c’est lorsque l’auteur imagine entre ces mondes possibles des « portails » par lesquels ils se joindraient. Voici le cadre posé, et nous y suivrons Abyaël et Zoé, entre autres personnages, chacun lancé dans une aventure où ils évoluent de monde en monde grâce à leur codex du Multivers. Abyaël a pour mission de préserver Zoé d’un danger imminent, Zoé cherche à déjouer un complot et à retrouver une personne qui peut l’aider (et plus si affinité…)
Les mondes traversés sont soit des variantes de la terre (U19), soit des mondes imaginaires, souvent inspirés de fictions, voire d’œuvres picturales comme SD4, qui rend hommage à Dali avec ses éléphants aux pattes d’araignées et ses pluies de montres molles. Le personnage de Dalem évolue dans un monde médiéval et guerrier, et celui de Vinhyu est une légère variable de notre monde actuel. Pourquoi parlè-je d’anneau de Moëbius dans le titre ? Et bien parce que la double aventure, avec sauts de monde en monde des principaux protagonistes, se trouve n’en faire qu’une seule. L’auteur nous laisse penser qu’il y a deux faces à la narration…et nous révèle in fine, qu’il n’y a qu’une seule face que l’on peut suivre du doigt, comme sur un anneau de Moëbius. Rappelez-vous l’expérience : prenez une languette de papier, faites lui faire une torsion et faites se toucher les bouts : si vous suivez du doigt un face…c’est infini. C’est pourquoi le 8 couché représente l’infini. Cela me rappelle la nouvelle de Arthur H. Clarke, Le mur des ténèbres. C’est en grande partie grâce à un travail méticuleux sur la temporalité que le prodige a lieu.
L’autre point fascinant du récit est la scène encadrant le récit (prélude et postlude comme dirait l’auteur). Il y met en scène sa propre fin, ou celle de son double écrivain, selon comment vous l’interpréterez. On pourrait penser que tout le récit ne sert qu’à justifier la possibilité de cette scène : l’existence du Multivers et les voyages inter-monde rendent possible cette scène de pur fantasme pour tout auteur : la visite d’un se ses personnage.

Un roman troublant et pensant, qui n’oublie pas de nous faire rêver.


Les héritiers de l'aube, Tome 3 : Hantise
Les héritiers de l'aube, Tome 3 : Hantise
par Patrick McSpare
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

5.0 étoiles sur 5 La fin en apothéose !, 26 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les héritiers de l'aube, Tome 3 : Hantise (Broché)
Dans son style flamboyant coutumier, Patrick Mc Spare clôt ici sa nouvelle série. La couverture de Miguel Coimbra est de nouveau magnifique.
Obnubilé par son amour pour Mme de Maintenont, Louis XIV ne voit pas que certains membres de sa cour ont des mœurs bien dépravés. On est en pleine affaire des poisons : chantages, meurtres et messes noires ! Tom et Alba ont fort à faire : Alex est passé à l’ennemi, Laure est très gravement blessée. Le titre « Hantise », renvoie à un ennemi puissant qui vient s’ajouter au duo Hermès/Alex : un esprit frappeur tente en effet lui aussi de s’approprier la Pierre dont il a entrevu la puissance. Le fantôme en question a également quelques comptes à régler avec ceux qui l’ont assassiné (ses anciens acolytes, les dépravés organisant des messes noires justement) et n’est pas commode. Les scènes où il intervient sont assez « glaçantes » et mortelles.
La véritable clôture de l’aventure se passe à une autre époque et cet épilogue, s’intitule « La fin de la quête ». La scène finale avec l’affrontement inévitable entre les Héritiers et Hermès est rejouée plusieurs fois ! Grâce à un « deus ex machina », ils se déplacent dans le temps et les lieux, se rapprochant toujours plus du point crucial, celui qui décide de tout.
J’ai versé quelques larmes d’émotions dans les dernières pages. En refermant l’ouvrage, l’on se prend à songer au fameux personnage intervenu lors du chapitre 1 et qui vient du futur. Ses paroles résonnent comme l’ultime révélation de l’univers mis en place par Patrick Mc Spare.


Oracle T4 - Le Malformé
Oracle T4 - Le Malformé
par Patrice Lesparre
Edition : Album
Prix : EUR 14,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur épidose de la géniale série de chez Soleil, 8 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oracle T4 - Le Malformé (Album)
Le tome 4 d’Oracle tient toutes ses promesses. Gardant un ton très adulte, l’histoire contient violence, démence et scènes crues, mais cela sans aucune facilité : chaque élément, chaque case est au service de la tragédie qui se noue.

Melos est rendu monstrueux par Apollon. Sa disgrâce va à la fois l’élever car il deviendra un cuisinier hors pair, à l’égal d’un dieu, et le faire chuter comme le plus méprisable des hommes. Complètement obsédé par la conquête d’Aphrodite qu’il pense aimer sincèrement, et en même temps par sa revanche sur Apollon…, il sera amené à aller toujours plus loin dans l’ignominie. L’obsession et l’instinct de possession, dans un amour à sens unique, sont décortiqués dans cette fable psychologique.

Si l’histoire est tragique et fascinante, le dessin, lui, est absolument somptueux ! Le travail de Nicolas Demare, c’est du grand art ! Les plans très rapprochés, avec un souci du détail incroyable, permettent de faire ressentir la moindre émotion grâce à l’expression des visages. Les plans plus larges donnent un cadre magique au récit que ce soit dans la forêt de Corinthe, très luxuriante, ou bien dans les pays étrangers traversés par Melos. De l’Égypte (double planche qui fait rêver) à la lointaine Asie, on voyage beaucoup grâce à ce coup de crayon. Les auteurs nous gratifient de mises en pages très imaginatives, je pense en particulier à celle où Mélos se contemple dans la fontaine, ou bien à la page du "miroir éclaté".

En résumé, on a là un tome absolument envoûtant à tout point de vue !!! Même ceux qui n’ont pas lu les épisodes précédents peuvent s’y plonger, car rappelons que les récits sont indépendants. Ne boudez pas votre plaisir et foncez découvrir cette pépite de chez Soleil !


Réseau(x) - Tome 2
Réseau(x) - Tome 2
par Vincent Villeminot
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

5.0 étoiles sur 5 Fin d'un diptyque explosif !, 30 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Réseau(x) - Tome 2 (Broché)
Attention, accrochez-vous : roman qui file à cent à l’heure, à l’aune des mégabits des réseaux !
Un certains nombre de personnages essentiels sont sacrifiés dans cette histoire et le ton est toujours aussi sombre. Contrairement au premier livre dans lequel on pouvait avoir l’impression de se perdre avec les nombreuses composantes de l’intrigues et les personnages, ici tout est lisible. On avance pas à pas et le fil se dénoue. Ou peut-être est-ce parce que l’on s’est habitué au style particulier du livre, mélange de paragraphes consacrés à différents persos, avec inserts de publications des réseaux… Quoi qu’il en soit, on accroche ! Impossible de se détacher du récit.

Théo fait évoluer les clowns noirs : de l’armée, à la fraternité puis à la communauté. Le jeune homme, héros de plus en plus torturé, aux responsabilités écrasantes léguées de force par son frère, veut continuer mais à sa manière. Il n’en est que plus attachant et l’acharnement policier devient encore plus oppressant. L’autre personnage fort du livre est Alice, l’ex-commissaire, radiée suite à la tournure des évènements précédents. Elle cherche avant tout à faire éclater la vérité, comme nombre de clowns noirs et d’étudiants. Or Nada#1 s’est rendu, et le juge Henkel demande à Alice d’être son auxiliaire pour le faire parler. Celle-ci accepte et chaque rencontre entre ces deux fortes personnalités donne lieu à des scènes truculentes.
On a bien vite fini de dévorer ce petit pavé ; repus et satisfaits de connaître tout les tenants et aboutissants, vaguement abasourdis par la maestria des entrelacs des intrigues… et se demandant si la fin ouverte permettra de retrouver certains personnages un jour ! Destiné à un public mur, Réseau(x), comparé à Instinct qui est une très bonne série jeunesse du même auteur, est clairement un cran au-dessus !
En conclusion, ce tome 2 donne toute son ampleur à la série qui est à la fois très originale, addictive et bien écrite.


Martyrs, Tome 2 :
Martyrs, Tome 2 :
par Olivier Peru
Edition : Poche
Prix : EUR 16,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est encore meilleur que le premier !, 23 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Martyrs, Tome 2 : (Poche)
J’ai adoré !
L’écriture est toujours pleine d’allant et l’intrigue parfaitement agencée ne nous laisse pas souffler une minute. J’ai dévoré le pavé de 638 pages ; j’avais vraiment du mal à m’en détacher et à revenir au monde réel. C’est une lecture grisante où l’on se sent soi-même créateur de ce domaine imaginaire : tout est fait pour que les éléments s'agencent progressivement.
Vraiment du bel ouvrage : nul doute que Martyrs sera la série française de fantaisie qui restera !


La Maitresse de guerre
La Maitresse de guerre
par Gabriel Katz
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

5.0 étoiles sur 5 La maîtresse de guerre : plongez dans l'action avec Kaëlyn, 16 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Maitresse de guerre (Broché)
Et bien voilà une lecture passionnante ! Après avoir fort apprécié la plume de l'auteur dans Le puits des mémoires, je me suis lancée avec plaisir dans les aventures de Kaëlyn.

La scène d'introduction est très drôle, au second degré, et nous installe dans un univers d'inspiration médiévale, tout ce qu'il y a de plus misogyne. Le parti pris de choisir une héroïne sonne comme un challenge. Il est vrai que dans Le Puits (en tout cas le premier tome), les femmes ne servaient pas à grand chose. Pari relevé M. Katz ?

Le côté "guerre et batailles" m'inquiétait un peu je l'avoue, les scènes du gouffre de Helm ou de la bataille de Minas Tirith étant ce que m'a le plus fait bailler dans l’œuvre géniale de Tolkien. Mais non, La Maîtresse de guerre évoque sans cesse la guerre, mais sans aucune longueur dans une description de bataille. Ouf ! J'ai trouvé la première scène, Kaëlys à peine débarquée, hyperviolente mais surtout déroutante. Elle introduit le personnage du Maître de guerre, mais nous coupe aussi l'herbe sous le pied car rien ne semble prendre la direction attendue. Et finalement celle qui rêve d'être une grande guerrière, l'égale d'un homme, ne combat pas et ne doit sa survie qu'au fait d'être femme (et donc servante potentielle).

Du fait du développement de l'histoire, la plupart des combats auxquels on assiste sont des duels, qui servent à aguerrir Kaelyn pendant sa formation. L'écriture, très visuelle permet vraiment de s'imaginer ces affrontements. Et un duel est beaucoup plus intéressant à décrire ou à lire, à mon avis, qu'une scène de bataille. Nous y aurons tout de même droit avec la prise du fort, mais celle-ci sera rondement menée ce qui allège l'écriture.

L'univers d'Azman, notamment Damnas, qui se déploie peu à peu, au rythme où notre héroïne le découvre, est riche et intrigant. Il est fort agréable d'apprendre peu à peu les us et coutumes de ce royaume du Sud. On rêve de se balader sur ces marchés qui ont sans doute les senteurs de l'Orient. Un des élément clé du roman est le jeu sur le renversement de point de vue de Kaëlyn. Venue pour combattre des barbares, elle découvre une culture raffinée qui finira par lui paraître plus juste et plus belle, au point de combattre pour sa sauvegarde.

Ce roman apparait certes comme un écho des croisades, mais peut être est-il plus proche qu'on ne le croit de notre actualité. Observons : un occident arrogant et sûr de sa supériorité prétend au nom de la liberté, valeur universelle, aller faire sa loi dans un lointain pays oriental. Cela étant, en réalité, prétexte à faire main basse sur des ressources... Sans qu'il y ait forcément un message dans l’œuvre, on sent chez l'auteur une volonté d'ouvrir les esprits à plusieurs manières d'appréhender le monde.


Le Livre de Saskia - Tome 1 : Le Réveil
Le Livre de Saskia - Tome 1 : Le Réveil
par Marie Pavlenko
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

5.0 étoiles sur 5 Très bon roman fantastique pour tous, 23 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Livre de Saskia - Tome 1 : Le Réveil (Broché)
Ce genre de ce livre dépasse de loin la "romance fantastique". Tout d’abord il y a un vrai plaisir à ne basculer que très lentement dans le surnaturel. Aucun évènement "incroyable" à l’horizon avant le sixième chapitre. Ce qui nous laisse tout le temps de faire la rencontre de Saskia et de connaître ses habitudes (balade en forêt avec son chien, plateau TV avec sa mère, trajets en vélo…) C’est une fille qui pense (voyez ici un avis très remonté contre Bella et Katniss, les têtes vides). L’angoisse qui monte dans l’introduction tient au fait que le jeune fille est suivie, puis agressée dans le train de banlieue. Le choix de Paris comme lieu des dangers m’a semblé judicieux. Ensuite la romance n’est pas au premier plan, mais l’action oui !
Le voile sur les capacités et spécificités des Enkidars ne se lève que petit à petit, ce qui est frustrant pour l’héroïne et délicieux pour le lecteur. L’accélération finale des cinq derniers chapitres tient en haleine et à partir de "la disparition" il est impossible de reposer le livre sans l’avoir terminé. On s’attendait plus ou moins à ce départ dans un pays lointain car l’auteur a semé des jalons mais pas dans ces conditions. Pour les sensibles comme moi, fin à haute teneur lacrymale. J’ai adhéré au livre de Saskia et n’ai qu’une envie : lire la suite.
Et je ne vous ai pas encore parlé du style, le style mes amis ! C’est un délice : des phrases harmonieuses, bien pesées, tout coule de source. Aucune difficulté pour des ados pour autant. Des touches d’humour quand il faut. Du grand art !


Oracle T02: l'Esclave
Oracle T02: l'Esclave
par Ronan Lebreton
Edition : Album
Prix : EUR 14,95

5.0 étoiles sur 5 Très agréablement surprise !, 23 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oracle T02: l'Esclave (Album)
J'avais adoré le tome 1, et la couverture du 2 m'inspirait moins. Pourtant c'est toujours aussi bien. En fan de la mythologie je me suis régalée. Une série à continuer !


Page : 1 | 2 | 3