undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Caly > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Caly
Classement des meilleurs critiques: 1.076
Votes utiles : 1402

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Caly (Macôn)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
La Guerre de la Couronne, T1 : Forteresse Draconis
La Guerre de la Couronne, T1 : Forteresse Draconis
par Stackpole Michael
Edition : Poche

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sympathique mais avec quelques défauts, 6 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Guerre de la Couronne, T1 : Forteresse Draconis (Poche)
En commençant cette trilogie, ma première impression est que l'auteur Michael A. Stackpole aime la fantasy et le montre en créant une œuvre qui parle à un public contemporain. Ce premier tome en lui même n'est pas original et demeure de la high fantasy des plus classiques et jouer avec les noms ne changera rien. Pour autant, l'œuvre se démarque par un dynamisme sans borne et peu d'ennui en perspective avec des événements qui défilent à toute allure. Il faut dire que l'auteur évité les redondances de certaines séries à rallonges pour se concentrer sur la quête principale. Mais si le début est prometteur, j'avoue que l'nthousiasme c'est un peu fendillé par la suite.

Le début se concentre entièrement sur le héros Will et nous permet de découvrir ce monde. Pas toujours évidents de s'y retrouver d'ailleurs et un petit lexique n'aurait sans doute pas fait de mal aux lecteurs qui est un peu perdu avec les noms propres et la politique même si cela s'arrange par la suite. On suit donc les périple de Will, accompagné par Corbeau et Résolu et qui semble destiné à de grandes choses en tant qu'élu... sur le papier. Car si Will semble être le héros, c'est une tout autre musique passé le premier tiers ou ce dernier ne semble être qu'un sac à patate que l'on trimballe partout. On attend d'un héros qu'il vive des événements, s'investit, évolue... seulement très vite, ce dernier semble juste devenir une figure de proue et ce fait voler la vedette par la princesse Alexia et l'initié Kerrigan. Même le final ne change pas cet état de fait ou Corbeau, Alexia, Kerrigan et Cies brillent par leurs faits d'armes tandis que le héros ne fait que tenir un second rôle.
Manquant d'événements marquant qui le forge, Will devient dès lors très vite un personnage qui n'évolue que peu et n'arrive pas à véritablement acquérir la sympathie du lectorat. Ses motivations sont d'ailleurs assez superficiels pour le moment ce qui est un problème pour le héros du premier tome d'une trilogie. Un autre problème de ce premier ouvrage est que si le rythme est frénétique, la connivence des personnages est superficiels voir inexistante. Hormis Alexia et Corbeau, chacun semblent être dans son coin et ne donnent absolument pas l'impression d'une communauté qui marche de concert.

J'ai pris plaisir à lire ce livre avec un auteur qui n'est pas avare en scènes épiques et n'oublie pas les grandes batailles du Seigneur des Anneaux. Pour autant, je pense qu'il rate un peu le coche au niveau des personnages avec un héros sans consistance et ses compagnons qui manquent complètement de connivence entre eux pour être une vraie "communauté de l'anneau bis". espérons qu'il rattrapera tout cela sur le prochain tome "La Furie des Dragons".


Charley Davidson, Tome 1: Première tombe sur la droite
Charley Davidson, Tome 1: Première tombe sur la droite
par Darynda Jones
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent mais dommage que la romance fait dans la facilité, 29 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Charley Davidson, Tome 1: Première tombe sur la droite (Poche)
Cette série ne m'avait guère attiré de prime abord. Bien que j'aime assez bien la couverture, le synopsis du roman faisait retentir une alarme : "comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides". En une phrase, le livre étai de suite relégué à l'oubli. Pourtant, les avis enthousiastes et l'absence du logo "sexy" de Milady en 4éme de couverture m'ont fait changé d'avis.
Pour autant, les avis enthousiasmes n'ont pas réussi à enlever ce que je redoutais du récit en ce qui concerne la "romance". Je suis peut-être vieux jeu mais pour moi, une romance commence par ce connaitre l'un l'autre et pas par une partie de jambe en l'air. Pourtant, sans même réellement le connaitre, Charley est déjà cruellement amoureuse d'un homme divinement sexy à l'air dangereux et qui a semble t-il, mains mise sur la libido de cette dernière (amis du cliché, bonsoir...). Toute la production du genre est-elle tombé à ce point dans la facilité que les auteures ne savent plus écrire une véritable romance? Le lectorat est-il vraiment satisfait de tel raccourcis?

Le plus dommageable dans tout ça, c'est que le reste est vraiment bon. Charley est vraiment attachante avec de très bonnes réparties. Comment ne pas rire face au coup du "je fais semblant de téléphoner pour parler aux morts en public" et autres truc plus ou moins loufoque qui en font vraiment une héroïne originale. Il faut dire que la faculté de parlé au mort quand les autres ne le peuvent pas a de quoi créer quelques bonnes scènes cocasse et l'auteure retranscrit très bien l'utilité et la malédiction d'un tel don. Utilité pour l'aide que cela apporte à la police et à son oncle Ben), malédiction car elle devient alors en quelque sorte une paria. Charley le vis malgré tout avec philosophie même si l'auteure fendille la carapace de temps à autre. A ce sujet, le flashback vers la fin du roman est vraiment touchant et me fait un peu regretter que Darynda Jones n'est pas encore plus approfondis cette partie la de Charley.
L'intrigue policière pour sa part, sans être original, est plutôt bien structuré et suffisamment prenante pour qu'on désir en connaitre le dénouement. Quand à l'intrigue sur le mystérieux inconnu des rêves, les révélations finales offriront de belles perspectives pour la suite même si je crains du coup que cela parte trop dans le fantastique.

Ce tome 1 de Charley davidson est donc une bonne surprise et aurait méritait la note maximale sans cette facilité prise par l'auteure au niveau de la romance. Ce livre devrais toutefois plaire à tout fans de Bit-lit et je le recommande les yeux fermés.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 2, 2012 11:30 PM MEST


Queen Betsy, Tome 7: Vampire et Indigne
Queen Betsy, Tome 7: Vampire et Indigne
par MaryJanice Davidson
Edition : Poche

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Nouveau cycle qui commence, 22 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Queen Betsy, Tome 7: Vampire et Indigne (Poche)
Une note de l'auteure en début de tome annonce que d'une certaine manière, les 6 premiers tomes de la série formaient un premier cycle et que les 3 qui suivent en formeront un autre. Je n'ai pu m'empêcher de sourire en lisant cela car je me suis dit que les 3 tomes de ce cycle réunis en un seul aurait surement de quoi faire un livre "normal". Car oui, nouveau cycle pourquoi pas, mais le nombre de pages reste toujours inférieur au 300 et ce tome 7 se lit presque aussi vite que lorsqu'on regarde un film.

Avec ce nouveau cycle, peut on parler de renouveau? Pas vraiment avec une Betsy et son entourage toujours fidèles à eux mêmes. Les vannes fusent toujours autant mais il s'en dégage un aspect routinier. Cela reste plaisant à lire, tout comme les dialogue croustillant mais la petite fraicheur des premiers tomes s'est éteint depuis plusieurs tomes déjà et l'auteure peine à se renouveler. En revanche, je dois dire que je suis assez satisfait de l'intrigue. Sans être très profonde et restant d'un niveau inférieur au tome 6 (et du tome 1 il va s'en dire), cette dernière tient la route et permet de conserver un fil conducteur à l'ouvrage (ce qui ne fut pas toujours le cas dans les tomes précédents).
En faite, la surprise vient de 2 points. Le premier (et le moindre), c'est que l'auteure semble s'abstenir de rajouter une scène chaude puisque cette dernière se termine presque aussi vite qu'elle a commencé. Certes, la série n'a jamais été très envahissante (ou dérangeante) de ce coté la mais n'étant pas un grand fan de ce genre de passage (et encore moins du quota 1 scène/1 livre), je ne peux que me réjouir en espérant que ce n'est pas juste un oubli. Mais le point principal qui me surprend dans ce récit est son final. Le tome 6 était déjà un peu plus sombre que les précédant mais pour ce tome 7, l'auteure semble clairement nous dire que le Conte de fée est finie avec une fin bien amère.
Le précédent tome m'avait encouragé à continuer une série sur le déclin et ce tome 7, sans me rassurer entièrement pour autant, laisse présager que le meilleur n'est pas forcément derrière. Ce tome 7 annonce donc un nouveau cycle qui risque d'être un peu plus sombre que précédemment. C'est tout le mal que je lui souhaite car c'est ce qui faisait cruellement défaut à cette série jusqu'alors.


Vérité Perdue: Vérité, T4
Vérité Perdue: Vérité, T4
Prix : EUR 5,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une excellente conclusion, 18 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vérité Perdue: Vérité, T4 (Format Kindle)
Avec ce tome 4, Dawn Cook mets fin aux aventure d'Alissa avec une série qui n'aura eu de cesse de se sublimer au fil des tomes. Ce tome mets en avant les Maitres qui avaient disparus avant la naissance d'Alissa et notamment Keribdis dont le nom est souvent revenu dans les précédents tomes sans que l'on sache vraiment qui est-ce. Cette dernière sera d'ailleurs le seul Maitre avec Yar-Taw et Silla à sortir du lot et n'aura de cesse de nous apparaitre antipathique. Ce tome sera d'ailleurs une confrontation d'idéologie entre une Keribdis orgueilleuse et Alissa et dont les échanges n'auront de cesses de s'envenimer jusqu'au point de non-retour.
Ce sera aussi l'occasion pour ce tome de conclure le triangle Alissa/Strell/Lodesh. Pas de véritable surprise dans ce domaine même si j'apprécie la vision du bonheur teinté d'amertume qui s'en dégage et qui évite le trop "Happy end".

La saga Vérité n'est pas une saga épique et n'en a pas les ambitions. Loin des grandes batailles et autres bravoures, elle se concentre sur une poignet de personnage et s'attache beaucoup à l'aspect humain avec d'excellent personnages tel Alissa, Bestiale, Redal-Stan, Serre... L'univers est lui aussi très travaillé avec une magie au système bien étudié et qui change du "simple" coup de baguette. Mais ce qui me frappe avec la fin de ce tome 4, c'est de voir à quel point l'auteure avait pensé à son cycle dès le début. Certaines réactions, certains détails du début de saga ne prendront signification que dans les dernières pages de la saga et prouve que Dawn Cook a toujours su ou elle allait dans le moindre détail.
Vérité n'est pas un cycle qui plaira à tout le monde, comme je l'ai dit, il en ressort souvent un coté intimiste avec des personnages qui sont tout sauf des va-t-en-guerre et des conclusions qui restent bien loin de feux d'artifices dont on a souvent l'habitude en Fantasy. Cela n'est absolument pas un défaut mais change de la fantasy classique et donc la vision que certains en ont. Ce serait toutefois dommage de ne pas laisser sa chance à une série dont les qualités ne cesse de grandir de tome en tome et avec un univers admirablement bien construit. Une série que je ne saurais donc que vous conseiller de par ses nombreuses qualités.


Vérité, Tome 4: Vérité perdue
Vérité, Tome 4: Vérité perdue
par Dawn Cook
Edition : Poche
Prix : EUR 8,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une excellente conclusion, 18 juillet 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vérité, Tome 4: Vérité perdue (Poche)
Avec ce tome 4, Dawn Cook mets fin aux aventure d'Alissa avec une série qui n'aura eu de cesse de se sublimer au fil des tomes. Ce tome mets en avant les Maitres qui avaient disparus avant la naissance d'Alissa et notamment Keribdis dont le nom est souvent revenu dans les précédents tomes sans que l'on sache vraiment qui est-ce. Cette dernière sera d'ailleurs le seul Maitre avec Yar-Taw et Silla à sortir du lot et n'aura de cesse de nous apparaitre antipathique. Ce tome sera d'ailleurs une confrontation d'idéologie entre une Keribdis orgueilleuse et Alissa et dont les échanges n'auront de cesses de s'envenimer jusqu'au point de non-retour.
Ce sera aussi l'occasion pour ce tome de conclure le triangle Alissa/Strell/Lodesh. Pas de véritable surprise dans ce domaine même si j'apprécie la vision du bonheur teinté d'amertume qui s'en dégage et qui évite le trop "Happy end".

La saga Vérité n'est pas une saga épique et n'en a pas les ambitions. Loin des grandes batailles et autres bravoures, elle se concentre sur une poignet de personnage et s'attache beaucoup à l'aspect humain avec d'excellent personnages tel Alissa, Bestiale, Redal-Stan, Serre... L'univers est lui aussi très travaillé avec une magie au système bien étudié et qui change du "simple" coup de baguette. Mais ce qui me frappe avec la fin de ce tome 4, c'est de voir à quel point l'auteure avait pensé à son cycle dès le début. Certaines réactions, certains détails du début de saga ne prendront signification que dans les dernières pages de la saga et prouve que Dawn Cook a toujours su ou elle allait dans le moindre détail.
Vérité n'est pas un cycle qui plaira à tout le monde, comme je l'ai dit, il en ressort souvent un coté intimiste avec des personnages qui sont tout sauf des va-t-en-guerre et des conclusions qui restent bien loin de feux d'artifices dont on a souvent l'habitude en Fantasy. Cela n'est absolument pas un défaut mais change de la fantasy classique et donc la vision que certains en ont. Ce serait toutefois dommage de ne pas laisser sa chance à une série dont les qualités ne cesse de grandir de tome en tome et avec un univers admirablement bien construit. Une série que je ne saurais donc que vous conseiller de par ses nombreuses qualités.


Vérité Oubliée: Vérité, T3
Vérité Oubliée: Vérité, T3
Prix : EUR 5,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Encore mieux que les précédents, 18 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vérité Oubliée: Vérité, T3 (Format Kindle)
Une chose est sure, il n'aura pas fallu longtemps à ce tome 3 pour être attractive. Si le tome 2 mettait fin à l'intrigue du tome 1, ce tome 3 offre plus une aparté mais qui n'en oubli pas d'être passionnant. Ainsi, Alissa retourne dans le passée et pas n'importe quand puisque c'est quelques années avant les événements tragiques d'Ese' Nawoer. Certaines identités comme le couple maudit de la malédiction seront révélées ainsi que bien d'autres éléments qui éclairciront le présent. Le nombre de personnage fait la aussi un bond avec plein de nouveau dont Redal-Stan, Connen-Neute ou Sati. Toutefois, cette dernière n'a malheureusement pas toute l'attention qu'elle aurait du avoir. Il faut dire que toute la souffrance qu'elle emmagasine de par son statu de Shaduf (le fait de connaitre sa propre mort et celle des autres) méritait, à mon sens, un traitement beaucoup plus approfondi que n'en a fait l'auteure. De même, l'intrigue du roman s'en retrouve, quand à elle, encore plus modeste que les 2 précédents tomes.
Ne faisons toutefois pas la fine bouche puisque à défaut d'une véritable intrigue (Alissa doit juste retourner dans son temps), c'est tout un pan passionnant de cet univers qui nous est comté, faisant de ce récit un roman encore plus addictif que les précédents. L'interaction d'Alissa avec les personnages du passé est d'ailleurs très touchants avec deux trois scènes cocasses et sympathiques.
Au final, ce tome 3 n'en oubli pas son coté un brin intimiste mais ce révèle encore plus passionnant à lire de part les mystères qu'il révèle. J'ai maintenant hâte de lire le tome 4 qui mettra un terme aux aventures d'Alissa.


Vérité, Tome 3: Vérité oubliée
Vérité, Tome 3: Vérité oubliée
par Dawn Cook
Edition : Poche
Prix : EUR 8,00

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Encore mieux que les précédents, 15 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vérité, Tome 3: Vérité oubliée (Poche)
Une chose est sure, il n'aura pas fallu longtemps à ce tome 3 pour être attractive. Si le tome 2 mettait fin à l'intrigue du tome 1, ce tome 3 offre plus une aparté mais qui n'en oubli pas d'être passionnant. Ainsi, Alissa retourne dans le passée et pas n'importe quand puisque c'est quelques années avant les événements tragiques d'Ese' Nawoer. Certaines identités comme le couple maudit de la malédiction seront révélées ainsi que bien d'autres éléments qui éclairciront le présent. Le nombre de personnage fait la aussi un bond avec plein de nouveau dont Redal-Stan, Connen-Neute ou Sati. Toutefois, cette dernière n'a malheureusement pas toute l'attention qu'elle aurait du avoir. Il faut dire que toute la souffrance qu'elle emmagasine de par son statu de Shaduf (le fait de connaitre sa propre mort et celle des autres) méritait, à mon sens, un traitement beaucoup plus approfondi que n'en a fait l'auteure. De même, l'intrigue du roman s'en retrouve, quand à elle, encore plus modeste que les 2 précédents tomes.
Ne faisons toutefois pas la fine bouche puisque à défaut d'une véritable intrigue (Alissa doit juste retourner dans son temps), c'est tout un pan passionnant de cet univers qui nous est comté, faisant de ce récit un roman encore plus addictif que les précédents. L'interaction d'Alissa avec les personnages du passé est d'ailleurs très touchants avec deux trois scènes cocasses et sympathiques.
Au final, ce tome 3 n'en oubli pas son coté un brin intimiste mais ce révèle encore plus passionnant à lire de part les mystères qu'il révèle. J'ai maintenant hâte de lire le tome 4 qui mettra un terme aux aventures d'Alissa.


Vérité Cachée: Vérité, T2
Vérité Cachée: Vérité, T2
Prix : EUR 5,99

4.0 étoiles sur 5 Une bonne suite, 15 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vérité Cachée: Vérité, T2 (Format Kindle)
Ce tome 2 montre que j'ai eu raison de poursuivre la lecture après le tome 1. Ci ce dernier manquait de rythme, cela s'arrange grandement sur ce second volume. Ce n'est pas une action effrénée pour ainsi dire mais la lecture est facile et les éléments intrigant afflux. On prend plaisir à voir Alissa évoluer dans l'apprentissage de la magie et dans sa relation avec les autres. Les explications de la magie sont toujours de la partie et on prend gout à découvrir ce système bien construit et cohérent d'autant que les prédisposition d'Alissa ne cesse d'intriguer le lecteur quand a savoir ce qu'elle est.
Le nombre de personnage du roman demeure toutefois très restreint (tout juste 4) mais permet une très bonne connivence entre chacun avec une mention pour le personnage d'Inutile qui est celui qui intrigue le plus. Ses dialogues avec Alissa sont d'ailleurs savoureux et ont sourit plus d'une fois quand à "leurs" livre.

Ce second tome sera aussi l'occasion de mettre un terme aux événements du premier tome mais attention toutefois, Vérité n'est pas une saga épique et se joue très souvent à théâtre fermée. Les dialogue et les relations prédominent sur l'action qui, bien que présente, peu décevoir. Le final par exemple manque énormément de grandeur (même si les enjeux sont bien là) et devrait frustrer les fans de high fantasy à la recherche de grandes batailles. Ce n'est pas un mauvais livre, loin de la mais présente une autre ambition que les romans de fantasy classique. On peut aimer ou détester ce genre presque intimiste mais il serait dommage d'arrêter au tome 1 tant le tome 2 s'améliore et que tout le monde est d'accord pour dire que la suite est encore mieux. Pour ma part, j'ai déjà le tome 3 à coté de moi.


Les Vampires de Chicago, Tome 5: Morsures en eaux troubles
Les Vampires de Chicago, Tome 5: Morsures en eaux troubles
par Chloe Neill
Edition : Poche

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Toujours sympas mais une fin qui fait dans la facilité, 14 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Vampires de Chicago, Tome 5: Morsures en eaux troubles (Poche)
Premier constat avant d'entamer la lecture, la couverture. On ne peux pas dire que la série ait brillé dans ce domaine mais on vire désormais dans le grand n'importe quoi. Si je n'ai rien contre la jolie jeune femme de la couverture, franchement, une jupe écossaise? Et ne parlons pas du katana qu'elle tient comme une machette ni de l'intégration (vive photoshop!). Anne-Claire Payet nous avait habitué à bien mieux en matière de couverture donc message à Milady : les lecteurs ne vont pas s'enfuir en courant si vous leurs proposez de belles couvertures (surtout qu'on est maintenant au tome 5)!

Pour en venir à l'histoire, on suit les événements quelques peu après le drame à la fin du tome 4. L'ouvrage ne propose d'ailleurs guère de grand changement vis-à-vis des autres romans. On a donc toujours cette aspect politique qui m'est cher et une intrigue posé. Comprenez par la que nous n'avons pas de grand coup d'éclats et que Merit, bien que forte, ne fait guère montre de démonstration de ses capacité en terrassant 10 ennemis.
L'intrigue se concentrera avant tout sur l'enquête des perturbations des éléments (Eau, air...) de la ville de Chicago et en déterminer l'origine. Enquêtes qui permettra d'en apprendre un peu plus sur les nymphes, les sirènes et les mages. Dommage en revanche que les métamorphes soit absents de l'ouvrage même si éviter le "défilé des seconds rôles" n'est pas un mauvais choix pour autant.
Mais le meilleur aspect de l'ouvrage demeure les événements qui se déroule dans la maison Cadogan ou les choses vont de mal en pis et s'ajoutent à la tension de l'intrigue. Les seconds rôles comme Luc, Malik... sont, bien entendus, de la partie et on appréciera de les côtoyer une fois de plus. En faite, mon regret vient plutôt de la fin de l'ouvrage. Si l'auteure avait frappée comme la foudre à la fin du tome 4, voici que le tome 5 prend le partie de la facilité et de ne pas décevoir les fans. Je trouve vraiment dommage le manque d'audace d'autant qu'on rajoute à cela le revirement d'un personnage beaucoup trop abrupte et la scène climax, encore une fois, beaucoup trop vite expédiée.

J'ai pris plaisir à lire ce tome 5 mais j'avoue que la fin m'a laissé un avis mitigé. Non qu'elle soit mauvaise mais j'espérais que Chloe Neill ne prendrait pas le chemin de la facilité comme c'est pourtant le cas ici. Note toutefois que beaucoup devront être ravis de cet fin.


Succubus T06 Succubus Revealed
Succubus T06 Succubus Revealed
par Richelle Mead
Edition : Broché
Prix : EUR 20,99

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une très bonne fin, 13 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Succubus T06 Succubus Revealed (Broché)
Comme souvent dans cette série, bien que avare en révélation, la fin du tome 5 avait laissé sous-entendre qu'il existe peut-être un espoir de sauver l'âme de Georgina de l'enfer. Bien que nous ignorons encore de quoi il s'agit, on se doute que pour ce dernier tome, nous aurons les réponses à nos questions mais quand à savoir si la fin sera heureuse et si l'amour triomphera...

Alors que tout semble s'arranger dans la vie de Georgina et qu'elle accepte enfin une relation sans compromis avec celui qu'elle aime, un message de l'enfer va venir tout chambouler. Cette dernière se voit donc transférer de Seattle à Las Vegas. Pas d'inquiétude toutefois, la majeure partie du livre se passe bien à Seattle et nous retrouverons tout les personnages que l'on connait. En faite, ce transfert fait surtout figure d'ultimatum au récit (Seth se retrouve donc entre 2 feux, celle qu'il aime à Las Vegas et sa famille qui a grand besoin de lui à Seattle).
Un transfert qui, lors de sa visite professionnel de 2 jours à Las Vegas prend une vision idyllique : un endroit de rêve pour Succube rattaché à l'archidémon qu'elle préfère et secondée par son ami incube de toujours : Bastien. Elle décroche même le poste de danseuse dont elle a toujours rêvé. Une vision sans doute un peu trop idyllique justement...

Mais la véritable star de l'intrigue dans ce tome, c'est Roman. Ce dernier se décarcasse comme un fou pour découvrir se qui se cache derrière les manoeuvres de l'enfer et j'avoue qu'il est dommage de voir Georgina passif de ce coté la. C'est ce dernier qui va découvrir la vérité qui se cache derrière les dernières paroles d'Erik et tout faire pour sauver l'âme de celle qu'il aime. Le point culminant revenant au "jugement" qui sera stressant au possible et d'une intensité rare.

Les personnages ne seront pas en reste car si Georgina reste un peu en retrait sur l'intrigue, elle a quoi faire avec les relations. La mère de Seth et le jeune frère de ce dernier arrivent en ville pour aider. Une relation Succube/Belle mère, voila qui a de quoi intriguer mais hormis un ou deux passages sympathiques, cela reste trop anecdotique à mon gout. Je prend toutefois toujours autant de plaisir à voir la relation qu'entretien Georgina avec la famille Mortensen. Une famille que j'aime vraiment avec toutes ces petites filles adorables avec une mention pour Kayla.
Les amis immortelles ne sont pas en reste et j'avoue que c'est la première fois que Hugh va enfin m'apparaitre par ses bon cotés et véritablement justifié son amitié avec Georgina. Mais l'immortel que l'on retiendra surtout, c'est Carter une fois de plus. La relation qu'il a avec Georgina est toujours aussi touchante et sérieusement, j'ai adoré la scène ou il joue le Père Noel.

Avec ce tome, nous concluons donc l'histoire de Georgina Kincaid. Un peu dommage que l'épilogue soit un peu court mais je retiendrais surtout de cet oeuvre sa protagoniste. Rarement je n'ai eu d'héroïne aussi touchante et qui m'a mis les larmes aux yeux. Le personnage de Seth n'est d'ailleurs pas en reste et j'ai énormément apprécié son coté humain qui fait tant défaut aux autres "amants" dans ce genre de bouquin. C'est un peu avec peine que je les quittes mais l'auteur finit d'une bien belle façon. Richelle Mead conserve toutefois une corde à son arc pour un éventuel spin of mais qui, si il voit le jour, n'aura certainement rien a voir avec notre Succube.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 18, 2012 9:21 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20