Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_PHW217 Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Jacques Prestreau > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jacques Prestreau
Classement des meilleurs critiques: 669
Votes utiles : 704

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jacques Prestreau (France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18
pixel
Soothing Flute Melodies - Deep Zen Meditation & Well Being, Instrumental Relaxing Music, New Age, Yoga Background Music
Soothing Flute Melodies - Deep Zen Meditation & Well Being, Instrumental Relaxing Music, New Age, Yoga Background Music
Prix : EUR 5,99

1.0 étoiles sur 5 Soporifique et pas la moindre trace d'inspiration indienne, 7 juillet 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Tout d'abord le nom de "Bansuri Flute Collection" est une tromperie : il n'y a pas la moindre trace de bansuri ni même de thème musical d'inspiration indienne dans cet album. J'en sais quelque chose, je suis moi-même musicien et entre autres joueur de bansuri (et aussi de flûtes chinoises et japonaises).

Ce n'est rien d'autre que de la musique soporifique au possible et probablement pas réalisée avec un vrai joueur de flûte mais tout simplement avec un sampleur (voyez le terme sampleur dans votre moteur de recherche préféré) reproduisant une flûte, d'ailleurs probablement une flûte traversière occidentale de type Boehm et non pas un bansuri (le timbre du bambou des bansuri n'a rien à voir avec le timbre du maillechort (alliage de cuivre, de nickel et de zinc) des flûtes traversières occidentales et là c'est bien le timbre du maillechort qu'on entend tout au long de cet album). Et un album de toute évidence fait de plus avec utilisation d'un sampleur on ne peut plus basique, très rudimentaire, loin des outils modernes (Kontakt, HAlion, Omnisphere, Falcon...) permettant une production musicale de véritable qualité, riche en sonorités et en variations par l'usage de round-robin, de vélocités diversifiées, etc. qui sont utilisés aujourd'hui avec talent par d'innombrables musiciens... même amateurs. En effet les phrases musicales servant aux compositions de cet album ne contiennent pas la moindre variation, pas la moindre expression humaine (!), pas la moindre nuance dans les vélocités (les musiciens et amateurs de musique me comprendront), rien, rien, rien... c'est d'une platitude effarante pendant une heure et demie!

Je ne m'en servirais même pas pour une méditation ou pour une séance de yoga... parce que c'est plutôt le genre de musique à mettre pour s'endormir le soir... surtout si on est insomniaque ou si on souhaite aider un bébé à s'endormir. Des musiques pour méditation, pour yoga ou pour une séance de massage doivent être belles et harmonieuses... mais en aucun cas soporifiques car le but de ces séances est justement de ne surtout pas endormir le corps et l'esprit mais au contraire de les éveiller à la pleine conscience. Voyez justement les magnifiques musiques méditatives du zen japonais, du chan chinois, du tao chinois, du bouddhisme tibétain, ou les chants de mantras et morceaux de ragas indiens (qui sont d'ailleurs eux-mêmes très mal compris de bien des producteurs occidentaux croyant "faire de la musique indienne").

Pour vous endormir ou endormir bébé, cet album est la perfection même. En revanche pour une séance de méditation, de relaxation, de yoga, de massage, etc. cet album produira l'effet inverse de ce qui est souhaité qui est d'éveiller à la pleine conscience du corps et de l'esprit. Car il n'aura qu'un seul effet, l'effet inverse : vous endormir.


Sleep Paralysis: A Guide to Hypnagogic Visions and Visitors of the Night (English Edition)
Sleep Paralysis: A Guide to Hypnagogic Visions and Visitors of the Night (English Edition)
Prix : EUR 5,49

5.0 étoiles sur 5 Appel aux éditeurs : Une traduction en français serait vraiment passionnante !, 2 juillet 2017
Etant moi-même narcoleptique, maladie neurologique d'origine génétique dont le commun des mortels ne connaît généralement l'existence que d'un seul des 4 symptômes, les nombreux endormissements soudains dans la journée, et plus rarement l'existence d'un autre des 4 symptômes, les cataplexies c'est à dire les pertes soudaines de tonus musculaire avec maintien de la conscience (le corps s'endort soudain... mais pas l'esprit ! On a alors l'impression terrible d'être enfermé CONSCIENT dans un corps endormi, paralysé, aussi flasque que s'il venait de mourir), je suis ravi de découvrir un livre qui décrit les deux autres des manifestations effroyables de cette maladie neurologique (qui n'a rien à voir avec la pyschiatrie) : les paralysies du sommeil (c'est à dire les cataplexies cette fois nocturnes) et les hallucinations hypnagogiques (à l'endormissement) ou hypnopompiques (au réveil), hallucinations qui là encore n'ont rien à voir avec la psychiatrie puisqu'elles ne sont autre que les cauchemars habituels que tout le monde fait mais qui chez le narcoleptique COMMENCENT EN MEME TEMPS QUE L'ENDORMISSEMENT le soir ou PERSISTENT AU MOMENT DU REVEIL le matin. Ces cauchemars sont terribles car ils se superposent alors à la consience pas encore endormie (le soir) ou déjà éveillée (le matin) et peuvent durer plusieurs minutes. C'est un neuromédiateur (une hormone du cerveau et de la moelle épinière qui a une importance fondamentale dans les cycles de veille et de sommeil mais aussi dans une moindre mesure dans la digestion) qui est la cause de tout cela, le neuromédiateur appelé orexine (ou hypocrétine qui est un terme synonyme). Rien à voir donc avec la psychanalyse ou la psychiatrie, on est vraiment en plein coeur du domaine des neurosciences.

Cet aspect de la narcolepsie est profondément ignoré de la part du public... et hélas aussi de la part d'innombrables médecins généralistes qui ne connaissent de cette maladie que les deux premiers symptômes (et encore...).

J'ai 57 ans, j'ai eu la chance d'avoir un métier passionnant malgré une narcolepsie relativement modérée pendant les 40 premières années de ma vie, mais il y a quinze ans pour une raison restant inconnue cette maladie en l'espace de six mois est soudain devenue un enfer, les endormissements devenant innombrables dans la journée ainsi que les cataplexies... et ces hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques qui sont vécues comme un enfer car même en ayant un esprit très rationnel il ne faut pas oublier que lors du sommeil le rationnel n'existe pas et qu'il est donc impossible de maîtriser les émotions que suscitent ces hallucinations accompagnées d'une paralysie momentanée mais totale. J'en parle longuement dans ma page web (cherchez avec n'importe quel moteur de recherche à partir de mon prénom et mon nom). Et cette maladie est extrêmement difficile à soigner et chez de nombreuses personnes (c'est mon cas) les soins restent sans effet. D'ailleurs les médications existantes ne peuvent qu'apaiser les symptômes, la cause génétique étant définitivement irréparable.

J'adresse un très grand merci à cet auteur, Ryan Hurd, d'avoir fait découvrir au monde ces deux derniers symptômes bien trop méconnus de la narcolepsie. Mais je fais aussi un appel aux éditeurs français : pour l'amour du monde, je souhaite de tout coeur que l'un d'entre vous décide de traduire ce livre en français pour que les francophones ne connaissant pas la langue anglaise (médecins y compris !) puissent enfin découvrir ces deux manifestations beaucoup moins connues mais de loin les plus cauchemardesques (au sens propre du terme) de la narcolepsie.

Jacques


Lecteur MuseScore : Partitions
Lecteur MuseScore : Partitions
Prix : EUR 1,99

4.0 étoiles sur 5 Très très bon !, 27 mai 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lecteur MuseScore : Partitions (App)
Aucun problème non plus. Très, très bon logiciel de composition et de lecture de fichiers MIDI pour un prix défiant toute concurrence. Absolument aucun problème technique avec ma tablette Chuwi sous Android comme sous Windows. Parce que MuseScore n'est pas seulement pour Android, voyez la page de l'éditeur: (musescore point org)

Evidemment on e va pas le comparer à Sibelius ou à Finale ou à RapidComposer ou à Sundog Studio, mais vu le prix c'est un excellent logiciel et sans le moindre problème technique sur mes machines, le PC comme la tablette.

Pas du tout une escroquerie comme le prétend un autre commentateur. Ce logiciel est très sérieux, et pour un prix dérisoire il remplit parfaitement le rôle qu'on attend de lui.


Ambient - Ep
Ambient - Ep
Prix : EUR 5,94

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Méditatif, extraordinaire, merveilleux ! Les mots me manquent..., 26 janvier 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ambient - Ep (Téléchargement MP3)
Un extraordinaire voyage intersidéral !

Si vous avez déjà entendu les musiques de fond des petites vidéos documentaires de l'ESA (l'Agence Spatiale Européenne) eh bien... c'est exactement cela !

Cet album vous transporte dans un voyage à travers les étoiles.

Des pads, des pads, rien que des pads... mais de toute beauté ! Les plus beaux pads que j'aie jamais entendu dans le genre musique cosmique.

Seul le dernier morceau, très court (4 minutes) diffère un peu, ne contenant pas de pads mais un très doux rythme aux sonorités naturelles. On a vraiment l'impression que votre vaisseaux spatial vient d'atterrir sur une planète inconnue, vierge de toute violence, mais pourtant vivante, naturelle, et accueillante. La décision est alors prise : on restera sur cette planète tellement elle est belle, accueillante et tranquille.

Un merveilleux voyage lent et mélodieux de 44 minutes à travers les étoiles et les nébuleuses comme dans un rêve pour trouver une planète qui sera un paradis. Et ce paradis est trouvé quatre minutes avant la fin de l'album, juste assez pour nous donner l'envie d'y rester vivre, une forêt d'acacias (donc probablement aussi de miel et d'animaux tranquilles) comme le suggère l'image de la couverture de l'album.

Cet album est donc non seulement un immense plaisir pour les oreilles mais aussi un extraordinaire support pour une méditation bouddhiste ou taoïste... ou pour une séance de massage par exemple.

Dans le genre musique d'accompagnement de méditation, d'accompagnement à une séance de yoga, ou tout simplement invitant à une petite heure de rêve, cet album sorti en décembre 2015 a été pour moi l'a révélation de l'année 2016.


Machines of Desire
Machines of Desire
Prix : EUR 20,00

5.0 étoiles sur 5 Grandiose !, 28 décembre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Machines of Desire (CD)
Grandiose !

Cet album nous replonge dans les délices du Krautrock de la grande Ecole de Berlin des années 1972 à 1977, avec d'extraordinaires orchestrations dignes des Tangerine Dream auxquels Peter Baumann et Christopher Franke participaient à l'époque. Si vous avez aimé "Phaedra", "Rubycon", "Ricochet", "Stratosfear", "Encore", "Romance 76", "Trans harmonic nights", "Koek", "Welcome to Joyland", "Repeat Repeat", "Strangers in the Night", "Aqua", "Epsilon in Malaysian Pale" et les meilleurs titres de Klaus Schulze de la même époque ("Moondawn", "Timewind", "Mirage", "X", "irrlicht"...) ou ceux du moins connu mais tout aussi prestigieux Robert Schroeder ("Brain Voyager", "Paradise", et surtout les très vieux "D.MO 1", D.MO 2" et "D.MO 3" des années 75) alors vous aimerez "Machine of Desire" qui est une sorte de quintessence de tous ces anciens albums de légende de la musique "cosmique" nous faisant voyager dans les plus beaux mondes du rêve !


Odyssey of Love - A Tranquil Flame of Soothing, Instrumental Tracks
Odyssey of Love - A Tranquil Flame of Soothing, Instrumental Tracks
Prix : EUR 9,99

5.0 étoiles sur 5 Splendide album de "new age des sables" à la fois indien et iranien, 11 novembre 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Splendide album de "new age des sables" (c'est ainsi que je qualifierais cet album).

Kaanchman Babbar (ou Kanchman Babbar selon la transcription en caractères européens) est un extraordinaire flûtiste !

Tous ces morceaux sont de toute beauté !

Ce n'est pas à proprement parler de la musique arabe ni de la musique indienne. C'est un peu des deux à la fois, un genre de musique un peu iranienne et un peu des déserts du Rajasthan indien, en arrangements modernes. Et tout l'album est instrumental. C'est vraiment une musique à la fois moderne et profondément traditionnelle, essentiellement faite de la longue flûte douce persique (le Ney ou Nay) sur certains morceaux et de bansuri (la flûte de bambou indienne) sur d'autres, flûte toujours accompagnée de lancinantes percussions (des rythmes fabuleux) et de santoor indien. Pas de synthé, pas de guitares... on est plongé dans la musique la plus profonde pour l'âme.

Il s'en dégage une atmosphère langoureuse extraordinaire, une véritable élévation spirituelle. Magnifique ! Et chaque morceau est un air totalement différent des autres, et chacun est assez long pour se prolonger dans une nouvelle ambiance mais aussi assez court pour ne pas du tout lasser le mélomane. On ferme les yeux et on imagine volontiers une longue balade à dos d'éléphant ou de chameau ou on utilise cet album pour accompagner une longue, merveilleuse et langoureuse séance... de kama-sûtra ! Le titre est donc particulièrement bien choisi : "L'Odyssée de l'amour".

Un détail pourtant : le dernier morceau (Wedding Souls) s'arrête brutalement comme si le morceau n'était pas complet. Bizarre... Mais même malgré cette bizarrerie je recommande très, très hautement cet extraordinaire album d'une très grande profondeur tant pour les passionnés du vrai tantrisme que les amateurs de musique langoureuse !


Tahiti: Voices of Paradise
Tahiti: Voices of Paradise
Prix : EUR 8,99

4.0 étoiles sur 5 Sympa et très beau... pour une soirée de Noël !, 10 novembre 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tahiti: Voices of Paradise (Téléchargement MP3)
Très beau disque de chants tranquilles et calmes... pour une soirée de Noël !

Non, non, je parle bien de l'album Tahiti: Voices of Paradise ! Il n'y a pas d'erreur !

Certes tous les chants sont en tahitien... mais c'est tout en ce qui concerne le rapport avec Tahiti. On est en fait totalement dans le registre des chants traditionnels catholiques à la messe. D'ailleurs l'un des morceaux n'est autre que l'air du traditionnel "Gloria in excelsis deo", un autre air un peu plus loin n'est autre que... "Douce Nuit Sainte Nuit", et un peu plus loin quelque chose qui ressemble fortement à... "Mon beau sapin" ! Etc.

Je ne suis pas sûr qu'il y ait des sapins à Tahiti...

Mais cet album est vraiment très beau ! On ne peut absolument pas le nier.

Ce sont de très belles voix (des choeurs et une soliste) sur fond musical très doux. Parfait pour une soirée de Noël faisant un peu exotique par la langue utilisée, le tahitien à la place du français. Mais rigoureusement aucun instrument tahitien n'a été utilisé pour l'album (quasiment tout l'accompagnement musical est fait de nappes de synthé et de quelques notes de piano ou de guitare sèche faisant un peu "dobro" ça et là), ni aucun air traditionnel tahitien, ni même aucun style polynésien, ni aucun rythme des îles. On est vraiment dans le registre "Choeurs religieux dans le style chants de Noël traditionnel de la France métropolitaine ou de Grande Bretagne ou des Etats-Unis" mais tout simplement chantés lentement en tahitien dans un style "angélique". Disque absolument parfait pour imaginer une Messe de Minuit à Tahiti !


Le Wajiz ou le Sommaire de la Jurisprudence
Le Wajiz ou le Sommaire de la Jurisprudence
par Shaykh Abdeladhim Ibn Badaoui
Edition : Cartonné

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Attention ! Livre prônant ouvertement le djihad et le meurtre des chrétiens et des juifs !, 29 septembre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Wajiz ou le Sommaire de la Jurisprudence (Cartonné)
Attention ! Livre prônant ouvertement le djihad et le meurtre des chrétiens et des juifs !

Maitre Gilles-William Goldanel a pour le compte de l’association Avocats Sans Frontières a saisi la justice pour faire cesser la diffusion de ce livre !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 12, 2016 3:32 PM CET


Tenkujin
Tenkujin
Prix : EUR 7,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Inspiré de la grande époque de Camel entre 1974 et 1977. Kitaro et Akira Ito sont partis, mais l'album est grandiose !, 26 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tenkujin (Téléchargement MP3)
Cet album est le quatrième et dernier du groupe Far East Family Band, groupe qui fut la "rampe de lancement" d'un ultra-célèbre multri-instrumentiste de "new age" : Kitaro. Les deux premiers albums étaient coproduits par Klaus Schulze puis le troisième album fut produit directement par Klaus Schulze lui-même. Klaus Schulze qui au passage fut d'ailleurs celui qui initia Kitaro aux synthétiseurs.

Chacun des quatre albums possède une inspiration différente dans les styles d'autres groupes de prog rock américains et européens de l'époque, même les deux premiers albums qui étaient une version japonaise et une version internationale d'une même oeuvre mais s'avèrent en fait totalement différents l'un de l'autre (voir les commentaires que j'ai rédigés pour chacun des trois premiers albums du groupe).

Dans ce quatrième et dernier opus du groupe, cette fois-ci c'est Camel qui sert de toute évidence d'inspiration principale à ce dernier album du groupe. Chants (quelques uns en japonais, les autres en anglais) accompagnés de magnifiques longs solos à la guitare électrique ainsi qu'au Minimoog et aux premiers synthés de la marque Korg (qui est aussi ma marque préférée à titre de claviériste amateur), et de très nombreux effets au Minimoog et des bruitages (une splendide atmosphère de bord de mer à la fin de "From Far East" par exemple). Le morceau "Ascension" qui termine l'album d'origine est un magnifique solo de Fumio Miyashita aux synthés (accompagné d'un orchestre de violons et d'une chorale). Eh oui... le guitariste et claviériste Masanori Takahashi a quitté le groupe une fois le troisième album publié de façon à se consacrer au lancement de sa nouvelle carrière sous le surnom que lui avaient donné ses copains : Kitaro. Cet album est un excellent équilibre entre morceaux contenant quelques paroles et morceaux entièrement instrumentaux. La guitare électrique est très présente dans les 34 minutes initiales de cet album et ressemble bigrement à celle d'Andy Latimer... tout comme les solos au Minimoog de ces 6 morceaux font bigrement penser à ceux de Peter Bardens. L'ambiance est donc très proche de celle des albums de Camel des mêmes années (les albums "Mirage", "Moonmadness", "Rain Dances", "Breathless" et "I can see your house from here", l'album "Snow Goose" étant un album totalement "new age" et presque pas "prog rock").

Pour cette réédition de "Tenkujin" ont été ajoutés trois morceaux qui sont chacun choisi dans l'un des trois précédents albums du groupe... ces trois morceaux étant parmi ceux qui avaient la plus importante "patte" de Kitaro dans la partie instrumentale des morceaux (tant aux guitares électriques où il excelle qu'aux synthés où il est magistral). Ces trois morceaux supplémentaires sont donc une sorte de mini-compilation de trois morceaux (dont l'un est le plus long du groupe, 30 mn à lui seul) en hommage à leur copain, trois morceaux extrêmement bien choisis pour compléter la réédition de ce quatrième album à l'origine court (6 morceaux, 34 minutes). Ces trois derniers morceaux ajoutés en complément dans cette réédition vous donneront envie d'écouter la totalité des trois précédents albums du groupe : "The Cave Down to the Earth" en 1974, "Nipponjin" en 1975, "Parallel World" en 1976.

Qui a participé très précisément à ce quatrième et dernier album (pour les 6 morceaux d'origine, donc les 6 premiers de cette réédition) ? Eh bien voilà :
- Fumio Miyashita : chants, guitares électriques et acoustiques, shinobue (la flûte traversière japonaise), tous les synthétiseurs
- Hirohito Fukushima : guitare électrique rythmique, koto (la harpe horizontale japonaise), choriste
- Yujin Harada : batterie et percussions
- Akira Fukakusa : guitare basse
- Violons : Mitsuo Miyamoto
- Fumio Miyashita : Producteur (Klaus Schulze est parti aussi)

Quels sont les claviers utilisés ? Ce sont : Teisco 100F, Hillwood SY1800 Combo, Basky & Rockyboard, Korg 700S, Mellotron, Solina String Ensemble.

Kitaro est évidemment "lead guitar" et "lead synth" dans la mini-compilation des trois morceaux ajoutés à la fin de l'album pour cette réédition, puisqu'ils sont ajoutés en son hommage.

Il est utile aussi de noter qu'en plus de Masanori Takahashi (le futur Kitaro)... l'autre grand claviériste de l'équipe à lui aussi quitté le groupe après le troisième album pour se lancer dans une carrière en solo dans le registre de la musique "new age" de 1978 à 1986, période au cour de laquelle il a produit 13 albums en solo qui font fortement penser à la musique de Kitaro avec sensiblement les mêmes synthétiseurs et le même "esprit de la tradition asiatique et de l'harmonie musicale moderne" mais avec une présence plus importante d'instruments traditionnels asiatiques en accompagnement de ses synthétiseurs. Il s'agit d'Akira Ito, l'auteur notamment du magnifique album "Japanesque", produit la première fois en 1981 (c'était son quatrième album en solo). Voici la liste complète de ses 13 albums dont Amazon France n'a retenu qu'un seul, contrairement à Amazon USA et Amazon Japon : "Inner Light Of Life / やすらぎを、君に。" (1978), "Yasuragi" (1979), "Bosatu & Mugen" (1979-80), "Japanesque / やすらぎの道 心気" (1981), "Mugenko" (1982), "Buddha / ブッダ" (1982), "Hi Izuru Tokoro No Tenshi / 日出処の天子" (1982), "Nayuta" (1983), "Bremen 5" (1985), "Marine Flowers" (1986), "Prayers" (1986), "Four Corners Of The Water" (1986), et "Hopi Prophecies" (1986).


Parallel World
Parallel World
Prix : EUR 3,96

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre quasi-entièrement instrumental, la fois jazzy, psychédélique et space-rock.. et les sons du futur célèbre Kitaro, 25 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Parallel World (Téléchargement MP3)
Le premier morceau, de 4 mn 44 s, est un rythme de percussion joué au taiko (le gros tambour japonais) avec un fond d'orgue et un effet "de caoutchouc" obtenu au synthé. Morceau très rythmique.

Le deuxième morceau qui dure 16 mn nous fait entrer de plain pied dans le monde du futur extraordinaire Kitaro. Le morceau commence pianissimo avec des effets de synthé allant crescendo durant 5 mn sans jamais atteindre un volume puissant, puis apparaissent d'abord une ligne de basse et quelques "héé héééé" d'une voix lointaine, puis le rythme entre dans la danse avec une très grande richesse croissante mêlant une douce guitare électrique et les synthétiseurs. L'ambiance est très psychédélique et fait énormément penser au très célèbre album "New Age of Earth" d'Ashra Tempel (qui fut lui aussi un musicien compagnon de Klaus Schulze dans les années 70, et cet album sortit d'ailleurs la même année) ainsi qu'aux ambiances que produisait Klaus Schulze lui-même dans "Timewind", "Moondawn", "Mirage", "X"... Rappelons au passage que c'est Klaus Schulze qui a initié Kitaro aux synthétiseurs (auparavant il ne jouait que de la guitare, de l'orgue, des flûtes et des percussions) et c'est aussi lui qui est le producteur des deux derniers albums du groupe "Far East Family Band" (après avoir été simplement coproducteur des deux premiers albums du groupe). Vers le milieu du morceau la batterie apparaît peu à peu et se fait crescendo à son tour dans un rythme absolument envoûtant. Le morceau se termine en véritable ambiance psychédélique digne de Pink Floyd dans "Ummagumma" ou "Obscured by Clouds". 15 mn 50 de musique magistrale... et toujours pas de chant. Mis à part de rares et très discrètes vocalises le morceau est entièrement instrumental comme était le premier morceau.

Le troisième morceau qui dure 9 mn commence avec de douces nappes de synthétiseur, puis l'apparition d'une voix vers le début de la deuxième minute, entonnant un splendide slow, voix accompagnée d'une douce guitare et d'une ligne de basse, un slow du Japon moderne qui pourrait rivaliser avec les meilleurs slows connus sur les pistes de danse américaines et européennes des années 65-75. Grandiose solo de guitare à partir de 3 mn 30, puis retour au chant, et second solo aux émotions intenses d'une guitare semblant cette fois pleurer de la 7ème minute jusqu'à la fin. Un slow de toute beauté ! Le titre "Kokoro" (qui signifie "Coeur" en japonais, avec le même sinogramme que "Shin" qui signifie la même chose en chinois) est magnifiquement choisi. C'est le seul morceau de l'album à contenir quelques vraies mais rares paroles.

Le quatrième et dernier morceau dure pas moins d'une demi-heure (30 mn 07 s exactement). On commence par une douce ambiance de gouttes multicolores tombant dans une grotte, donnant un sentiment d'éternité. Mais une éternité qui ne va pas rester statique et va au contraire peu à peu s'animer. Apparition lente d'une première nappe de synthé puis d'un riff de basse précédant une progressive complexification de la musique mêlant la basse d'Akira Fukakusa et le haut du manche d'une guitare électrique d'Hirohito Fukushima avec un rythme envoûtant obtenu par ces deux instruments sur fond de variations à la batterie. A la quatrième minute des sortes de "pizzicatos" à la guitare... et un très court chant apparaît, qu'on peut guère appeler un chant d'ailleurs tant il est court. Une ambiance à la fois jazz-fusion et psychédélique à souhait ! Plusieurs solos de synthés sur des modes différents et avec des réglages de timbres différents, solos de guitares, ligne de basse jazzy, batterie lancinante, nombreux breaks, effets hallucinants au synthés... "Free your mind, free your mind..." ("Libère ton esprit, libère ton esprit...) Cette fois la musique ressemble à certains des meilleurs morceaux de... Gong ! Pensez aussi à la meilleure époque de Popol Vuh. Vers la quinzième minute on retrouve une ambiance apaisée, avec quelques brèves voix lointainement inspirées de mantras des temples bouddhistes (tous les musiciens du groupe sont à la fois bouddhistes zen et shintoïstes, au coeur du Japon moderne), puis le retour des gouttes multicolores de la minute initiale, de douces nappes de Mellotron (alors qu'il était l'instrument principal de Nipponjin, dans ce nouvel album il n'apparaît qu'ici), de synthés et d'un orgue Farfisa Syntorchestra (probablement l'un de ceux de Klaus Schulze, producteur de l'album et qui l'a abondamment utilisé dans ses premiers albums, un instrument que je connais bien puisque j'en joue moi-même), dans une ambiance à la fois gothique et "médiévo-japonaise". Et soudain, à la 24ème minute, avec une tranquille transition on entre désormais totalement dans le monde du futur Kitaro avec la découverte pour la première fois de plusieurs de ses célébrissimes futurs timbres favoris au synthétiseur Korg, sa marque depuis toujours favorite. Le morceau se termine par quelques arpèges très doux à la guitare pendant l'extinction lente des claviers. Amazon ne le précise pas, mais ce quatrième et dernier morceau se subdivise en 6 parties qui s'enchaînent:
- Amanezcan
- Origin
- Zen
- Reality
- New Lights
- In The Year 2000

Cet album de musique quasi-entièrement instrumental, à la fois jazzy, psychédélique et space-rock, est d'une richesse incroyable pour un groupe qui est resté totalement inconnu en dehors du Japon. On peut aussi résolument dire que musicalement c'est vraiment le premier album de Kitaro.

Les musiciens de cet album :
- Fumio Miyashita : guitare, claviers, les quelques très rares voix
- Hirohito Fukushima : guitare
- Masanori Takahashi (le futur grand Kitaro) : claviers
- Akira Ito : claviers
- Akira Fukakusa : basse
- Shizuo Takasaki : batterie et percussions
- Klaus Schulze : producteur, ingénieur du son et mixage


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18