undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Poignant > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Poignant
Classement des meilleurs critiques: 290
Votes utiles : 1402

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Poignant (Poitiers France)
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Violons & percussions
Violons & percussions
par Valérie Girault
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Coups de vent et SMS, 3 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Violons & percussions (Broché)
Virginie, la trentaine, vit avec son mari Louis et leurs deux enfants dans une petite ville du Sud-Ouest.
Son couple s’est installé dans la routine et le ronronnement du quotidien. Louis est un père remarquable mais un amant terne qui s’est empêtré dans la monotonie.
C’est ce qui va pousser Virginie à le tromper et à tout changer…

C’est une collègue de travail qui m’a fait découvrir ce premier roman de Valérie Girault, qui n’est autre que sa petite sœur.
Lire pour faire plaisir est une activité dangereuse. Mais pour ce roman, pas de souci.

V. Girault décortique le mal-être d’une jeune femme d’aujourd’hui et le slalom de l’ennui, du désir, de la culpabilité et de la souffrance vers une nouvelle vie.
Virginie est propulsée vers l’inconnu par l’énergie irrépressible de la recherche du bonheur et de l’épanouissement, quitte à pulvériser le cocon de confort qui l’entoure.

Cette description très réaliste de la crise du couple moderne est servie par une écriture dynamique et bien rythmée. Ce qui fait de « Violons & Percussions » une très bonne lecture.


Violons & Percussions
Violons & Percussions
Prix : EUR 8,00

5.0 étoiles sur 5 Coups de vent et SMS, 3 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Violons & Percussions (Format Kindle)
Virginie, la trentaine, vit avec son mari Louis et leurs deux enfants dans une petite ville du Sud-Ouest.
Son couple s’est installé dans la routine et le ronronnement du quotidien. Louis est un père remarquable mais un amant terne qui s’est empêtré dans la monotonie.
C’est ce qui va pousser Virginie à le tromper et à tout changer…

C’est une collègue de travail qui m’a fait découvrir ce premier roman de Valérie Girault, qui n’est autre que sa petite sœur.
Lire pour faire plaisir est une activité dangereuse. Mais pour ce roman, pas de souci.

V. Girault décortique le mal-être d’une jeune femme d’aujourd’hui et le slalom de l’ennui, du désir, de la culpabilité et de la souffrance vers une nouvelle vie.
Virginie est propulsée vers l’inconnu par l’énergie irrépressible de la recherche du bonheur et de l’épanouissement, quitte à pulvériser le cocon de confort qui l’entoure.

Cette description très réaliste de la crise du couple moderne est servie par une écriture dynamique et bien rythmée. Ce qui fait de « Violons & Percussions » une très bonne lecture. .


Samsung Galaxy J1 4G (Ecran: 4,5 Pouces - 8 Go - Simple Micro-SIM - Android 5.1 Lollipop) Or
Samsung Galaxy J1 4G (Ecran: 4,5 Pouces - 8 Go - Simple Micro-SIM - Android 5.1 Lollipop) Or
Proposé par HEARTBIT
Prix : EUR 152,80

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bon portable pour un prix raisonnable, 29 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le J1 2ème génération remplace dans la gamme Samsung le Core Prime.
Les dimensions sont identiques avec quelques avancées techniques.
Au bout de 8 jours, mon fils de 15 ans pour qui je l'ai acheté est totalement satisfait tant en rapidité, fluidité qu'autonomie.
Que demander de plus pour ce Samsung d'entrée de gamme?


La guerre de Vendée : 1793-1800
La guerre de Vendée : 1793-1800
par Jean-Clément Martin
Edition : Poche
Prix : EUR 8,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Relativiser le mythe?, 29 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La guerre de Vendée : 1793-1800 (Poche)
Je descends de combattants vendéens par mes quatre grands parents. La guerre de Vendée est donc pour moi un sujet particulièrement sensible.
Les passions que déchaînent encore ces événements vieux de 220 ans, je les comprends parce que lire l’histoire à travers la mort de ses ancêtres, c’est quand même particulier. Mais je suis à la fois révolté et consterné par les récupérations idéologiques et politiques qui se produisent encore.
La Vendée est toujours pour une partie de la droite le prélude des crimes totalitaristes communistes. C’est toujours pour une partie de la gauche la révolte de paysans illettrés manipulés par des forces obscurantistes.

II y a depuis les années 1980 au sujet de la Vendée une querelle d’historiens autour du terme « Génocide ».
J’ai déjà découvert l’essentiel des écrits de Reynald Sécher, champion du « Il y a eu génocide », qui a payé ses opinions de sa carrière à l’université.
Je découvre son opposant Jean-Clément Martin, universitaire reconnu, champion du « Il n’y a pas eu génocide même s’il y a eu d’abominables massacres ».
Je ne désignerai pas de vainqueur. Ce n’est pas le sujet et de toute façon il y a du bon et du moins bon des deux côtés.

Donc en 300 pages, J-C Martin évoque d’une façon synthétique les événements dramatiques et complexes qui ont déchiré la Vendée militaire à partir de 1792. .
Globalement ce résumé est sous de nombreux aspects de bonne qualité, plutôt objectif, et embrasse bien tous les événements. Mais comme ils ne sont pas toujours décrits avec une approche chronologique stricte, et que certains points ne sont que survolés, je ne suis pas sûr que ce livre soit la meilleure façon pour un non initié de découvrir les guerres de Vendée.

Ce qui est très intéressant, c’est que l’auteur sait élargir son approche en évoquant les multiples révoltes qui ont ensanglanté la France à partir de 1792. La Vendée n’est pas unique, et c’est utile de le rappeler.
Pour J-C Martin, la notoriété de la Vendée est liée à un contexte politique particulier à Paris qui a amené une « sur médiatisation » de la révolte à ses débuts.
Si elle va suivre ce parcours funeste si particulier, c’est parce que les victoires des insurgés se produisent face à une Convention affaiblie par d’incessantes luttes de clans et de pouvoirs, face à des armées bleues insuffisantes, dirigées par des incapables.
J-C Martin souhaite prendre de la hauteur par rapport aux événements, ce qui est à son actif. Il positionne son livre comme un travail universitaire rigoureux qui écarte toutes les informations non vérifiées
Le souci, à mon sens, c’est que quand on est très haut, il y a moins de relief.
On sent J-C Martin peu en empathie avec les victimes. Il relativise beaucoup, ce qui fait qu’il n’y a aucune critique virulente des dérapages meurtriers d’un régime révolutionnaire qui était censé représenter une avancée morale et sociale.
Cette approche froide fait qu’à mon avis ce livre manque « d’âme ».

J-C Martin est identifié par ses critiques comme le représentant d’un certain « establishment » universitaire qui partage des sympathies jacobines. Il faut bien avouer que certains partis pris de l’auteur sont surprenants, et s’éloignent d’une objectivité rigoureuse.
Page 46, titre de sous chapitre « La répression insuffisante », sans guillemets dans le texte. Bref, si les armées républicaines avaient bien maté les premières révoltes, on n’en serait pas arrivé là.
Page 78, « Le choix adopté par le curé engendre des troubles métaphysiques (même si ce vocable peut sembler incongru quand on pense aux concepts dont disposaient les fidèles) ». Des paysans illettrés ne peuvent pas avoir de problèmes de conscience ?
Je m’arrête là sur ces détails agaçants.

J-C Martin termine son livre en affichant sa position « il n’y a pas eu génocide ».
Oui des crimes de guerre abominables ont eu lieu. Mais ils sont le fruit d’une guerre civile. La répression est dans la lignée de celle des révoltes paysannes de l’ancien régime.

D’accord, le pouvoir révolutionnaire était miné par des luttes de clans. La faiblesse de ce pouvoir est une des causes des massacres. Oui, après Thermidor, on a chargé la barque de certains responsables révolutionnaires pour se débarrasser d’eux.
Mais les dérives meurtrières du pouvoir en place sont arrivées très tôt. Les lois de mars 1793 sur les commissions militaires et leur justice expéditive, même si elles sont la transcription de pratiques d’ancien régime, légitiment ce que nous appelons aujourd’hui des crimes de guerre.
Aucun des ténors de la Convention, qui savaient dissimuler leurs excès derrière un rideau fleuri de liberté et de fraternité, n’a lutté contre cette déchéance des valeurs humanistes énoncées dans la déclaration des droits de l’homme.
Il y a bien à mon sens une responsabilité collective de tous ceux qui ont eu une once de pouvoir à cette période.
Que les exécutions sommaires de combattants désarmés soient des crimes de guerre, d’accord. Mais les massacres de femmes, d’enfants et de vieillards sur un territoire bien identifié par des soldats qui avaient des ordres, c’est quoi ?
Le terme de génocide n’est peut-être pas le bon. Mais l’argumentation générale dans ce livre contre ce terme ne m’a pas convaincu. Le débat reste donc ouvert.

Bref, en passionné, j’ai dévoré ce bouquin. Si vous êtes comme moi, il est à lire.
C’est un travail universitaire de qualité mais parfois décevant, avec des positions qui ne m’ont pas convaincu. .
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 7, 2016 2:06 PM MEST


Magellan
Magellan
par Stefan Zweig
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

5.0 étoiles sur 5 Le tour du monde en 1000 jours, 17 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Magellan (Poche)
Stefan Zweig, c’est cet extraordinaire auteur de nouvelles qui sait créer en quelques pages une atmosphère qui ne vous lâche plus.
C’est cet intellectuel viennois hypersensible qui a décrit la destruction par la guerre et le nazisme de son univers cosmopolite et raffiné.
Mais c’est aussi l’auteur de biographies qui savent aller à l’essentiel pour faire connaitre au plus grand nombre des personnages historiques.
Ce « Magellan » fait partie de cette série.
Stefan Sweig est en quelque sorte un précurseur de notre Stéphane Bern. Il sait nous faire plonger dans l’histoire avec un style raffiné et agréable tout en allant à l'essentiel sans détours superflus.
A mon sens, ces biographies historiques sont d’excellentes lectures de vacances et je vous les recommande.


La Petite Eglise: Essai Historique Sur Le Schisme Anticoncordataire ......
La Petite Eglise: Essai Historique Sur Le Schisme Anticoncordataire ......
par Jean-Emmanuel B Drochon
Edition : Broché
Prix : EUR 34,38

3.0 étoiles sur 5 Premier ouvrage sur la petite église, 4 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Il existe sur la petite église deux-sévrienne deux ouvrages majeurs. Celui d’Auguste Billaud, paru en 1962, qui est la référence absolue. Celui du père Drochon, paru en 1894 qui est le premier ouvrage conséquent à s’intéresser à ce phénomène religieux unique.
Drochon, curé de l’Absie doté d’une bonne plume, a réuni dans cet ouvrage un ensemble de sources religieuses considérables. Elles forment un pamphlet anti dissidence qui prétend prouver l’égarement des fidèles de la schismatique petite église. Ce culte catholique d’avant 1789 perdure alors depuis 50 ans sans prêtre au cœur de la Vendée militaire poitevine. Plein de zèle évangélique, Drochon dépense une énergie folle pour convaincre les brebis égarées de rejoindre le grand troupeau. Ce sera en vain.

Ce livre a bien vieilli et semble aujourd’hui presque folklorique. Combien reste-t-il de dissidents à Courlay ? Qui se soucie désormais de ces querelles religieuses deux fois centenaires ?
Ce curieux ouvrage missionnaire garde le mérite d’être le premier à avoir traité du dernier phénomène issu des guerres de Vendée. Mais il reste bien pâle si on le compare à l’œuvre d’Auguste Billaud.

Cette réédition d’origine anglaise est en fait une pure copie de qualité moyenne. Elle n’intègre même pas la carte de l’original.
A réserver uniquement aux inconditionnels d’histoire locale.


Samsung Galaxy Core Prime G360 - Portefeuille en cuir pochette couvercle de carter Flip + Stylus Stylet Stylo protecteur d'écran + & Chiffon à polir ( Rouge )
Samsung Galaxy Core Prime G360 - Portefeuille en cuir pochette couvercle de carter Flip + Stylus Stylet Stylo protecteur d'écran + & Chiffon à polir ( Rouge )
Proposé par GB Online Sales
Prix : EUR 0,01

5.0 étoiles sur 5 Bon rapport qualité prix, 31 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Etui d'un beau rouge. La qualité du cuir est correcte et le support est bien adapté au téléphone. Bon achat.


Samsung 3700587428835 Kit Piéton stéréo filaire pour Samsung Galaxy Smartphone Blanc
Samsung 3700587428835 Kit Piéton stéréo filaire pour Samsung Galaxy Smartphone Blanc
Prix : EUR 4,64

5.0 étoiles sur 5 Qualité correcte pour un bon prix, 31 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Materiel acheté pour mes fils après des oreillettes Marley qui avaient rendu l'âme.
Pour un prix bien moindre, l'usage est le même et je n'ai entendu aucune plainte de la part de mes enfants sur la qualité du son.
Si tout le monde est content pour un prix très abordable, que demander de plus?


Les guerres de Vendée
Les guerres de Vendée
par Gabory Emile
Edition : Broché
Prix : EUR 32,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bonne référence, 21 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les guerres de Vendée (Broché)
« Les guerres de Vendée », sujet toujours sensible qui déchaîne des passions embrouillées par des considérations politiques contemporaines.
Quand on descend comme moi de combattants vendéens par ses quatre grands parents, ce n'est pas facile de s'extraire de la lutte entre les deux extrêmes que sont les ultras "vendéens" d'un côté et les intégristes « montagnards » de l'autre.

Donc, si vous voulez découvrir cette période épouvantable de notre histoire et vous documenter sur les faits sans subir tout cela, lire cette réédition d'Emile Gabory est une bonne solution.
Pourquoi ?
- parce que l'œuvre de Gabory a 100 ans et se dégage donc du climat actuel
- elle a cependant suffisamment de recul sur les évènements pour ne pas virer instantanément au bleu ou au blanc
- elle est écrite par quelqu'un né dans la zone des combats, conscient de la gravité du sujet et de l'ampleur de la souffrance générée. Il n'y a donc pas cette condescendance insupportable constatée trop souvent dans le genre « ces malheureux paysans ignorants égarés par leurs curés fanatiques et leurs nobles réactionnaires »

Cette réédition dans la collection « Bouquins » des 4 livres « Vendéens » de cet historien est très inégale.
Le livre 1 « La révolution et la Vendée » est de très loin le meilleur et le plus important. En environ 500 pages, l'essentiel est évoqué avec objectivité. C'est vraiment une excellente façon de découvrir les événements.
L'état des connaissances actuelles met bien en avant quelques erreurs. Mais les commentaires des éditeurs, très pertinents, vous les précisent.
Certains sujets ne sont à mon goût pas assez développés. Par exemple, Gabory positionne bien les « colonnes infernales » comme un crime inexpiable. Mais il le traite en seulement 16 pages sur plus de 1400...

Les livres suivants sur Napoléon, puis les Bourbon, sont vraiment d'un niveau très inférieur. Le rapport intérêt nombre de pages est réellement décevant. L'auteur tourne en rond sur des événements secondaires.
L'idéalisation de Napoléon est surprenante. Oui, il est le pacificateur définitif en 1799-1800. Oui, il n'a pas caché son admiration pour les vendéens. Mais une visite expresse de 2 jours méritent-elles de tels éloges ? Surtout quand on sait comment cela s'est terminé. On peut facilement s'endormir... Seul émerge en fait de tout cela le personnage de la duchesse de Berry !!!

Le dernier livre sur la Vendée et les anglais est plus intéressant. Il relate avec beaucoup de précisions l'expédition de Quiberon et met en avant les intrigues des partisans du futur louis XVIII comme cause de l'échec. Les Bourbon n'étaient sans doute pas à la hauteur des sacrifices des Vendéens et des chouans...

Bref, tout n'est pas parfait. Mais je crois que cette réédition compilation permet à toute personne honnête de découvrir les événements dramatiques de la Vendée avec une grande objectivité. Et aussi de saisir que cette guerre civile fut une tragédie grecque avec ses héros, ses salauds, ses mesquineries et ses moments de bravoure.
Elle pourrait mériter son « Illiade ». Bon, Gabory n'est pas Homère, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire le premier et une partie du dernier livre. Le reste n'a que peu d'intérêt.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 19, 2016 10:08 PM MEST


Les dissidents du bocage, de la révolution à la petite église
Les dissidents du bocage, de la révolution à la petite église
par Pierre Dane
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Abordable par tous, 16 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les dissidents du bocage, de la révolution à la petite église (Broché)
Si vous êtes un fan d'histoire en train de découvrir les guerres de Vendée et leur impact, il faudra tôt ou tard vous pencher sur l'histoire de la petite église.
Sur ce sujet deux possibilités s'offrent vous :
- Soit vous allez vers la référence absolue sur le sujet. Il s'agit de « La petite église dans la Vendée et les Deux-Sèvres » d'Auguste Billaud. C'est un pavé phénoménal, mais pas forcément accessible pour l'amateur ou le novice.
- Soit vous allez vers un ouvrage plus léger, plus abordable, mais qui regroupe quand même l'essentiel. Dans ce cas, l'ouvrage de Pierre Dane peut vous suffire.

Comme j'appartiens à la première catégorie de lecteurs, j'ai trouvé « Les dissidents du bocage » un peu insipide.
En fait, ce qui m'a particulièrement agacé, c'est une certaine forme de paternalisme qui ressort de l'auteur dans certains paragraphes. Il est bienveillant à l'égard de ces braves dissidents, mais il faut bien avouer qu'ils étaient un peu arriérés'
Page 13 : « Que savaient ces bocains de l'extérieur de leur domaine ? Peu de choses sans doute. Avaient-ils même une notion de ce qu'était la France ? »
Mais au nom du ciel ! Mes ancêtres savaient lire et écrire pour bon nombre d'entre eux. Et ils se sont révoltés, ont versé leur sang pour Dieu et le roi, sont devenus dissidents non pas parce qu'ils étaient des benêts, mais parce qu'ils ont estimé que certaines lois de la révolution violaient leurs valeurs et leur liberté de conscience !

Bon, il fallait que cela sorte' Pour le reste, il s'agit d'un bon ouvrage de vulgarisation, facile à lire et complet.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20