undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de Nativelle Jean-luc > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Nativelle Jean-luc
Classement des meilleurs critiques: 1.916.993
Votes utiles : 9

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Nativelle Jean-luc
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Une Derniere Fois la Mer
Une Derniere Fois la Mer
par Pierrick/ Hamelin
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 De la littérature, 22 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une Derniere Fois la Mer (Broché)
Une dernière fois la mer est un roman où l'intrigue importe moins que les personnages ; l'auteur s'insinue dans les réflexions des uns et des autres, et crée une ambiance où l'on sent que tout peut arriver. Un style parfaitement maîtrisé, qui se met au service de situations particulières, parfois extrêmes : quels sentiments cela génère-t-il, d'avoir une arme à feu dans sa poche, alors qu'on est parmi les passants dans la rue ; en quoi peut-on prétendre que détruire des oeuvres d'art, participe à la création artistique elle-même, etc. Les phrases sont sinueuses, précises, et d'une élégance remarquable. On a affaire là à une vraie écriture, qui se fiche des modes et se met au service de l'oeuvre.
Ce roman est un très beau texte, qui vous hante longtemps après avoir refermé la dernière page.


Le dixième ciel
Le dixième ciel
par Etienne Barilier
Edition : Poche
Prix : EUR 9,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la littérature, 19 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le dixième ciel (Poche)
La vie de Pic de la Mirandole, à elle seule, est romanesque. Encore faut-il, après un tel constat, être capable d'écrire le roman qui en soit digne. "Le dixième ciel" y réussit à merveille. Dès les premières pages, on comprend que l'auteur a trouvé le ton qui convient, le style qui rend sensible l'esprit de la Renaissance, sans jamais en faire trop, sans jamais tomber dans un maniérisme qui le desservirait. Au-delà, le grand risque était de tomber dans des dialogues didactiques entre Pic et Marsile Ficin, Botticelli, ou Laurent de Medicis. L'auteur évite cet écueil avec une grande maîtrise. La pensée de Pic, les réflexions de Botticelli sur l'art et le rapport au modèle, les doutes et stratégies politiques de Laurent, tout est assimilé à la pâte du roman avec une finesse incroyable ; jamais le texte ne paraît être au service d'une démonstration, d'un exposé : tout y est fait pour que le roman soit constitué à égalité de passages dignes du roman d'aventure et d'autres où les personnages échangent des vues sur la philosophie, la peinture, la politique.
Voilà le genre de roman qu'on ne voit guère rencontrer le succès, dans la production d'aujourd'hui ; on n'y sent pas le souci de faire commerce avec les thématiques et les formes à la mode. Pourtant "Le dixième ciel" se lit avec une grande facilité, et entraîne le lecteur dans un monde qui n'est plus le sien, mais dont il comprend à mesure qu'il tourne les pages, qu'il lui parle au plus près parce qu'il en est l'héritier direct.
Il faut lire ce livre, parce qu'une fois qu'on l'a lu, on fait cette expérience devenue trop rare devant les livres qu'on nous donne à lire aujourd'hui : l'envie de le faire lire à d'autres ! La raison en est simple : ici, on a affaire à ce qui s'appelle de la littérature.


Sur la plage de Chesil
Sur la plage de Chesil
par Ian McEwan
Edition : Broché
Prix : EUR 17,15

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très bon, 20 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur la plage de Chesil (Broché)
Ian Mc Ewan construit une oeuvre d'une très grande force, notamment parce qu'il a le courage de ne pas réécrire le même roman à chaque fois. C'est même une volonté manifeste, chez lui, que de prendre le contrepied de beaucoup de ses contemporains, en cherchant à chaque fois à emmener le lecteur ailleurs que là où celui-ci s'attendrait peut-être à le suivre de nouveau.
"Sur la plage de Chesil" nous donne l'impression d'être écrit comme on écrivait à l'époque évoquée par le roman : le début des années 60. C'est un roman où la transition entre un monde pudibond et un monde de liberté sexuelle est mise en scène de manière très subtile et aussi très violente. L'histoire est d'une simplicité totale : les deux personnages du livre s'apprêtent à vivre leur nuit de noces. Le jeune homme est tout excité, la jeune femme est horrifiée. Ce sont deux conceptions de la sexualité qui s'opposent, c'est-à-dire plus généralement deux conceptions de l'autre et du monde, qui s'affrontent et se découvrent incompatibles.
Mc Ewan écrit un roman classique pour mieux nous interroger sur ce que nous sommes aujourd'hui, pour nous forcer à prendre du recul sur nous-mêmes afin de mieux voir comment nous avons évolué et ce que nous sommes devenus.
J'ai trouvé ce livre magnifiquement écrit comme souvent chez Mc Ewan, et exigeant dans sa lecture, parce qu'il nous amène à accepter une écriture décalée, presque anachronique, pour mieux nous dresser le portrait, en creux, de notre époque actuelle.
Dans le même genre, il reste que c'est "Samedi" mon livre préféré de Mc Ewan. Livre absolument remarquable, si on veut comprendre la subtilité et la ténuité de notre capacité d'analyse et d'appréhension de la réalité - affective, politique, sociale - qui nous entoure. Il faut lire Mc Ewan !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 4, 2011 9:53 AM MEST


Page : 1