undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de He oui c'est moi! > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par He oui c'est moi!
Classement des meilleurs critiques: 3.267
Votes utiles : 492

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
He oui c'est moi! (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Obscure Alternatives
Obscure Alternatives
Prix : EUR 15,68

3.0 étoiles sur 5 Moment charnière., 20 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Obscure Alternatives (CD)
Considéré par les fans comme l'album le plus faible du groupe (je n'ai pas dit mauvais!), "Obscure alternatives" a pourtant des atouts à revendre!
Sorti à la vite quelques mois après "Adolescent sex" en 1978 , époque où il fallait sortir rapidement une nouvelle galette, des fois qu'on vous oublie... et surtout après l'accueil mitigé reçu sur leurs propres terres, ce dernier reste bien évidemment dans la veine du premier opus même si on peut distinguer quelques différences notables.
Si "Automatic gun", "Love is infectious" ou "Sometimes I feel so low" restent toujours dans cette influence glam - hard rock FM sans surprises mais sympathiques au demeurant, Japan s'aspire à sortir des sentiers battus comme avec "....Rhodesia" étrange reggae semi-électro, "Obscure alternatives" plus sombre et envoûtante mais surtout "The tenant" signifiant le virage que va prendre le groupe désormais.
Finalement seuls "Deviation" et "Suburban berlin" sont un ton en dessous selon moi.
Etrangement snobés à leurs débuts et vite oubliés après, la discographie de Japan mérite pourtant le détour!
Pour ceux que ça intéressent...Foncez!
6/10*


Macrocosm Microcosm
Macrocosm Microcosm
Prix : EUR 15,07

5.0 étoiles sur 5 La relève est assurée!, 13 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Macrocosm Microcosm (CD)
Il faudra donc ajouter ce quatuor hollandais à la liste. Avec honneur, il relève, non pas le niveau (déjà assez haut), mais l' attention que je porte dorénavant à ce pays qui joue dans la cour des grands depuis quelques temps (Alamo race track, Jacco gardner).
Oui, depuis que la mode psychédélique à fait son retour il y a de ça quelques années, plusieurs artistes (Jacco gardner, Temples, Tame impala, ...) ont réussi à redonner une seconde jeunesse à ce mouvement cinquantenaire.
Néanmoins Pauw s'y démarque légèrement! On assiste plus ici à une orgie cosmico-stellaire, un espace d'imagination infini, une évasion d'esprit momentanée, qui donne tout le charme à la musique, si ce n'est le but ultime...
Des mystico-progressifs "Shambala" et "Abyss", aux planantes "Visions", "Memories", en passant par la mélodieuse "Glare" et tout le reste finalement, en font un opus digne de ce nom! Bravo!
Groupe et carrière à suivre...
8,5/10*


Right Down the Line
Right Down the Line
Prix : EUR 11,34

5.0 étoiles sur 5 Perfectionniste populaire!, 30 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Right Down the Line (CD)
Ca fait déjà un peu plus de cinq ans que Gerry Rafferty nous a quittés en toute discrétion (à son image), mais malgré tout il fera parti de ceux qui resteront dans les mémoires, ceux qui ont réussi à laisser une empreinte indélébile dans le monde musical.
C'est surtout vrai grâce à l'indémodable et mythique "Baker street" (#3 G.B. Avril 78) et son mémorable refrain au saxophone que l'on sifflotera à coup sûr pour un temps indéterminé, néanmoins on aurait tort d' oublier ses autres petites pépites plus ou moins célèbres comme "Night owl" (#5 G.B. Juillet 79), "Right down the line", "Get it right next time" (#30 G.B. Sept.79), "The garden of england", "The right moment", "Whathever's written in your heart" à l'allure gospel ou bien encore "Bring it all home" (#54 G.B. Avril 80) lorgnant sans conteste du côté d'un Supertramp au sommet.
Il est vrai que "Tired of talking" et "Shipyard town" sont moins enthousiasmantes mais c'est histoire de chercher la petite bête car ce best of représente parfaitement la carrière de ce mélophile trop discret.
8,5/10*


Moon safari
Moon safari
Prix : EUR 7,67

3.0 étoiles sur 5 Léger comme ...!, 14 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Moon safari (CD)
Pionniers entre autres de ce qu'on appellera la "french touch", Air se démarqua rapidement en proposant une musique légère et aérienne.
Et si l'on veut faire un parallèle avec l'autre duo électro célèbre du moment, je dirais qu'ils ont un certain raffinement en plus dans leur approche musicale, même si leur tube emblématique "Sexy boy" et "Kelly, watch the stars!" auraient très bien pu se retrouver sur un album de ces derniers.
Ici la part belle est donc faite aux sonorités rétro. (Moog et consorts), au vocodeur à tout va, et aux instru. ("Le voyage de pénélope", "La femme d'argent", "Talisman", "Ce matin là"). .
Oui, si vous êtes des admirateurs de la prose et de la rime, n'espérez pas y trouver votre bonheur ("Sexy boy", "Remember", "New star in the sky"), le duo versaillais préfère ses instruments aux feuilles blanches et il est toujours difficile d'avoir les deux...
Quoi qu'il en soit, "Moon safari" reste plaisant pratiquement 20 ans après, mais j'avoue toujours avoir un petit faible en plus pour la B.O. de "The virgin suicides" qui reste selon moi leur meilleur opus à ce jour.
6/10*


No Sense of Sin
No Sense of Sin
Prix : EUR 16,55

4.0 étoiles sur 5 Une certaine idée du raffinement., 3 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Sense of Sin (CD)
Groupe anglais éphémère à la notoriété peu élevée ici, et cependant si sa discographie est loin d'être riche, difficile de dire de même de cet album!
Considéré comme collector par une frange d'amateurs de pop british, The Lotus Eaters (incorporant l'ex bassiste des Cure et des Associates Mickael Dempsey) sortait du lot au moment où est apparu ce "No sense of sin". Englobés comme beaucoup dans le mouvement new wave, ils en étaient la frange la plus classique (peu de synthés) misant avant tout sur le côté mélodique et oserai-je dire romantique ("Put your touch on love", "When you look at boys", "Love still flows") un peu à l'image d'un Nick Heyward, et à un degré moindre du début des Smiths.
Si certains titres ont pris un coup de vieux ("You don't need someone new", ...), d'autres se réécoutent aisément ("Set me apart", "You fill me need", "German girl", "Out on your own", "It hurts",...
Porté par leur seul véritable tube "The first picture of you" (#15 G.B. Août 83), cet opus marquera de son empreinte le début des années 80 avant que le groupe ne se sépare rapidement...
7/10*


Beaute de l Idée (la)
Beaute de l Idée (la)
Prix : EUR 18,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Véto!, 14 juin 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beaute de l Idée (la) (CD)
Oui, je suis en total désaccord avec ce qui a été dit précédemment. J'ai même du mal à croire que tout le monde soit unanime pour cet album.
Alors bien entendu, je fût également enthousiaste en sachant que l'ex compositeur des belles années d'Indochine aller sortir un opus après tant d'années d'absence. Ca m'embête donc de dire du "mal", mais là...
Personnellement, je trouve peu de réjouissance à cette "Beauté de l'idée", à part peut-être "Une fois encore" et "Le soleil est comme toi" mais pour le reste c'est moins flatteur.
Déjà, et ce n'est pas une nouveauté, Dominik n'est pas chanteur à la base! Non pas qu'il chante faux, mais il n'a pas de voix, et cela ressemble souvent à du slam plus qu'à autre chose ("La balançoire", "Mon rêve"). A cela vous ajoutez une production datée d'une vingtaine d'années et des compositions loin d'être transcendantes ("Dis comme moi", "L'amour", "Instagram", "Légers comme l'air") avec en prime une reprise électro saccagée de "Sous quelle étoile suis-je né" de Polnareff, et vous avez un album fade dans son ensemble.
"La beauté de l'idée" est tout simplement une déception.
Désolé DomInik...
3,5/10*


Odessey & Oracle
Odessey & Oracle
Prix : EUR 21,34

5.0 étoiles sur 5 Déjà culte à sa sortie sans le savoir., 29 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Odessey & Oracle (CD)
Groupe malchanceux ou disque maudit, c'est selon! C'est vrai que les Zombies n'ont pas connu le succès mérité et surtout n'ont pu avoir une carrière digne de leur talent. Pour moi, Ils n'avaient rien à envier à leurs contemporains, Beatles et Beach boys en tête...
Mais le destin en a voulu autrement. A la sortie d' "Odyssey & oracle" en 1968, ils sont déjà séparés, déçus d'avoir été boudé par le public anglais et sentant le vent musical tourner, le flop du single "Care of cell 44" en sera la preuve.
D'ailleurs, il s'en est fallu de peu pour que ce disque passe aux oubliettes, sauvé par le succès de "Time of the season" sorti de l'autre côté de l'atlantique grâce une personne convaincue de son potentiel, mais malheureusement les membres étaient passés à autre chose.
Cela aurait été un sacrilège, les 12 pépites pop concernées sont admirables de cohésion vous plongeant dans cette ambiance typiquement sixties ("Maybe after he's gone", "I want her she wants me", "Beechwood park", "Hung up oa dream", "Butcher's tale", etc...), avec une mention spéciale pour "Time of the season" sorte de soul blanche dénotant avec le reste de l'album. Sublime!
Amateurs, précipitez-vous y! C'est un ordre!
9/10*


Distance Inbetween
Distance Inbetween
Prix : EUR 13,81

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enfin le début du succès?, 22 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Distance Inbetween (CD)
Malheureusement non! C'est pas faute d'avoir produit tout au long de leur carrière des albums tous, plus ou moins, excellents! Et si on pouvait leur reprocher de souvent tourner autour du pot, avec "Distance inbetween", les choses sont plus directes. D'ailleurs, dès le premier titre "Connector", The Coral affirme enfin son côté brut, il en va de même sur une bonne partie de l'album, et c'est une réussite...
Justement, pour son retour (après quelques années d'absence), la quintette british a misé sur un rock psyché très en vogue en ce moment. Les mélodies douces et soyeuses ne sont pas oubliées non plus ("Distance inbetween", "Beyond the sun", "It's you") mais justes reléguées au second plan car l'opus fait la part belle aux titres rock que j'oserai dire "couillus" ("Chasing the tail of a dream", "Miss fortune", "Million eyes", "Holly revolution", "Fear machine", "Connector")
Alors, ce dernier album aura une nouvelle fois des ventes décevantes, et pourtant il s'agit peut-être du plus accessible? En tout cas son aura se diffuse immédiatement...
Leur passage en avril dernier à Paris à plus que confirmer mon opinion!
Avis donc aux amateurs de rock qui s'ignorent ou non, faites une halte ici.
8,5/10*


Dance
Dance
Prix : EUR 12,96

3.0 étoiles sur 5 Porte mal son nom!, 14 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dance (CD)
1981, après une tournée triomphante et trois albums magistraux, Gary Numan décidera de s'éloigner de la scène et de changer de direction sans toutefois omettre ses projets studio. Sa garde rapproché partira, elle, fonder Dramatis au succès relatif, sauf Paul Gardiner qui tentera, lui, l'aventure en solo. Son seul fait d'armes honorable restera le sympathique single sorti sous son nom "Stormtrooper in drag" (#49 G.B. Août 81) co-écrit avec Gary Numan, jusqu'à son overdose en Février 84.
Pour "Dance" les choses changent, ce dernier élargi son horizon et plusieurs guests font leurs apparitions sur certains titres comme Roger Taylor de Queen, Rob Dean et surtout Mick Karn de Japan. D'ailleurs l'univers du groupe de David Sylvian n'avait pas dû le laisser de marbre...
Si cet opus a pointé tout de même en 3ème position, c'était surtout en conséquence du succès de sa trilogie passée, car "Dance" est tout sauf un album grand public. Tout juste "She's got claws"( #6 G.B. Sept.81) unique single pourra faire illusion!
L'exprimentation est poussée parfois à l'extrême "Slowcar to china", "A subway called you", "Cry the clock said", "Night talk" tout en restant attachante mais il vaut mieux savoir à quoi s'attendre! Plus abordables "You are, you are", "Crash", "Stories" et toute la suite des bonus tracks feront passer la pilule un peu plus aisément.
"Dance" aura donc été le point de départ du déclin commercial et critique, pourtant si tenté qu'on le laisse mûrir, il n'apparait pas si mauvais.
6/10*


Scissor Sisters
Scissor Sisters
Prix : EUR 27,81

4.0 étoiles sur 5 Bourrasque rétro!, 30 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scissor Sisters (Album vinyle)
Si aujourd'hui les "Soeurs ciseaux" (rien à voir avec Soeur sourire pour les plus anciens!) sont un peu parti aux oubliettes, à leur début, cet album éponyme avait fait son petit effet! Non pas que leur homosexualité revendiquée ait juste suffit à créer le buzz, tout juste dans la mouvance actuelle finalement... Non il s'agissait bien de la qualité de l'opus. Ouf! Il était d'ailleurs monté tout en haut des charts britannique.
Alors, il est vrai que c'est parfois un peu fourre-tout! Les influences fusent et s'emmêlent mais ça reste néanmoins très homogène.
"Tits on the radio" s'empreigne de disco funky, "Comfortably numb" (reprise des Pink Floyd) et "Filthy gorgeous" lorgnent eux vers l'électro actuelle, "Better luck" sonne très "poppy", sans oublier les très belles ballades que sont "Mary", "It can't come quickly enough", et "Return to oz", etc...
Dommage que les cinq new-yorkais n'ont pas su tenir la distance. Le second "Tah-dah" était tout aussi réussi mais par la suite le groupe perdra son inventivité et semble tourner en rond depuis...
7,5/10*


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20