undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de GALLO > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par GALLO
Classement des meilleurs critiques: 129.760
Votes utiles : 143

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
GALLO "angus240570" (France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Repentless CD + DVD
Repentless CD + DVD
Prix : EUR 21,69

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Number one...forever, 24 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Repentless CD + DVD (CD)
6 ans déjà depuis "World Painted Blood" que j'avais personnellement adoré, notamment du fait du jeu météoritique de Lombardo. J'aurais bien aimé à l'épqque que cet album soit leur dernier, de peur que l'âge ne vienne les rattraper. Ce n'est pas l'âge qui les a rattrapés, mais bien deux coups du sort. Jeff, la machine à riff, a succombé selon les versions à une cirrhose ou aux complications liées une morsure d'araignée. Peut-être les deux. Exit Jeff, remplacé par une autre machine à riff, Gary Holt, du mythique Exodus qui semble retrouver une seconde jeunesse depuis quelques années Dave est parti après une énième dispute, remplacé par cette brute épaisse de Paul Bostaph qui m'a particulièrement impressionné sur "Undispputed Attitude" et "God Hates Us All".
ET ALOORRRSSSS????
Cet album déchire tout!!!
Intro sympa, lourde à souhait, le son Slayer (celui de la guitare de King en fait) parfaitement identifiable. Et puis "Repentless". Bostaph cogne très très dur, c'est sec, ça bastonne. Les guitares sont aiguisées comme des lames de rasoir, jusqu'au petit chorus de King, avec ce son biscornu reconnaissable entre mille. Superbe solo de Holt, et ça continue de taper dur, même si sur les roulements Bostaph est beaucoup moins aérien que ce génie de Lombardo. Tom est déjà sur un second souffle et crache son venin avec un dynamisme de jeune premier. ce titre est déjà un must pour tous les headbangers de la terre, d'hier et d'aujourd'hui.

"Take control" enchaîne sur un riff très speed mais plus cristallin, jusqu'au refrain qui s'appuie sur un riff ultra heavy, version rouleau compresseur. ce n'est pas de mon point de vue le meilleur titre de l'album mais ça fait quand même très mal.
"Vices" attaque sur un tempo moins énervé mais plus lourd. Et vas-y que je t'assomme de double grosse caisse mon Paulo. Un air de déjà entendu 50000 fois, et ça fonctionne toujours. Petit break du milieu avec un riff très slayérien, Kerry fait son solo habituel à 10 cents et re-break. Le son est monstrueux, le refrain très puissant. Tom est en voix.
"Cast the first stone" commence par un riff très identifiable chez Slayer, mid tempo, la batterie arrive très tranquillement et ensuite ça fait tomber les oreilles. Les cous n'ont plus d'âge quand vous entendez ça, ou alors ils ont toujours 15 ans :-). Et vas-y que je t'assomme à coup de riff ultra heavy, double grosse caisse, le petit break slayérien qui nous réjouit toujours autant, comme le solo dissonnant de Kerry (qui aurait pu laisser plus de place à Gary sur les solos au passage...). Très très heavy. Et Bostaph est vraiement une brute.
"When The Stiullness Comes" début par un riff dans la veine de "Seasons In The Abyss" avec une montée en charge de Paul sur les cymbales. Ambiance malsaine à souhait et un riff de plomb en attaque dont on devine qu'il va faire mal. Gagné! C'est TRES lourd. On aimerait bien que ça re-speede un petit coup d'ailleurs à ce moment de l'album mais dès que le morceau est en place, batterie/voix et guitares sont à l'unisson pour délivrer un rouleau compresseur sonore dont seul Slayer a le secret. Juste jouissif. Petit moment de répit avant la reprise du riff et l'accélération de fin qui détruit tout sur son passage. Super riff bien appuyé par Bostaph la brute qui déploie tous ses talents jusqu'à la fin du morceau.
"Chasing Death" début par un très bon riff, Kerry a été très inspiré jusqu'à maintenant. Ce n'e'st pas hyper speed mais ça se tient bien. Euh je corrige, l'énervement n'est jamais loin chez Slayer. Super refrain, super chant. J'ai quand même l'impression que la machine à riffer a repris du poil de la bête, c'est plus subtil en moyenne que sur le précédent album, moins direct, plus sournois et le son est juste ENOOORRRMMMEEE. Et on finit sur la double grosse caisse et les cris de Tom (quel cinglé celui-là), appuyés par un riff ultra brutal.
"Implode" commence par un riff assez banal, j'ai eu l'impression que j'allais un peu m'ennuyer avec ce titre, démarrant sur un faux rythme et accélérant brutalement. Headbanging intensif requis sur ce titre, avec une reprise de riff qui me fait penser à du Exodus (bondissant) au milieu du morceau. Kerry nous refait son solo standard, donc atroce mais derrière la rythmique de Gary renvoie aux meilleurs moments d'Exodus, ça speede avec une belle intensité. Le riff de fin est excellent.
"Piano Wire", ou comment faire du Slayer avec un groove digne des Black Crowes (des deux premiers albums, et à qui on aurait jeté des gouttes d'acide chlorydrique). Vous allez remuer du popotin là-dessus je vous le garantis, et vous n'aurez pas honte tant le son et la brutalité du riff renvoient au final à du Slayer pur jus. Qu'est-ce que c'est bon cette accélération et le final "never surrender"!!!
"Atrocity Vendor", bonne attaque et un riff très slayérien version "Reign in Blood, l'album". Si vous n'avez pas pensé à vous faire masser la nuque avant écoute, vous allez couiner. C'est très intense, et Bostaph tape encore très dur. C'est moins aérien et délicat (???) que Lombardo mais ça fait très mal. tacatactactac!!!
"You against you", mon préféré. Riff de plomb en attaque, pour défricher et préparer le terrain. Ensuite c'est une boucherie, ça fait du bien un vrai solo de temps en temps pour décrasser (merci Gary). Tacatacatactac. Pas facile d'écrire une chronique en alternant air batterie, air guitar et headbanging sauvage. Enormissime. Ce titre justifie à lui tout seul non seulement l'achat de l'album, mais dans toutes ses versions (pour être sûr d'en avoir toujours une après usure des autres. Moi c'est la version Iron Eagle (superbe). Break imparable, re-Gary et ....ça s'arrête d'un coup. Vandales!!!!!
"Pride in Prejudice" termine l'album sur un gros riff mid-tempo, énorme "groove", ça va forcément accélérer.... On y est, Paulo la brute ressort la double pédale pour offrir un écrin de titane au solo. C'est très lourd, Tom chante très bien. Ah quand même ça repart, tacatacatactac et ça se termine non pas enfin mais déjà.
Pour finir la chronique, je me remets "Repentless" histoire de rester dans l'ambiance. Cet album est comme une bénédiction pour les fans, surtout sans une moitié du groupe "historique". Dave marque tellement le son Slayer que l'on peut remercier Paul d'assurer dans un registre plus rustique mais aussi plus brutal (la batterie sonne vraiment bien et claque de manière redoutable). On reconnaîtra de manière très discrète quelques manières de riffer à la Exodus sur les rythmiques rapides ou plus "groovy", et j'espère que Gary contribuera davantage au prochain album. Tom chante super bien, avec beaucoup d'agressivité et Kerry porte cet album par ses riffs acérés et plutôt inspirés, dans un esprit proche effectivement des premiers albums comme l'ont bien souligné quelques commentaires précédents.
SLAYER, c'est number one, aujourd'hui comme hier et après-demain comme demain. Cet album est là pour prouver une fois de plus qu'ils sont non seulement inégalés, mais surtout inégalables. C'est brutal, parfois très brutal, heavy, "slayerement" heavy. On aime toujours autant entendre les solos tout pourris de Kerry, parce qu'en rythmique sa science du riff est niveau Prix Nobel. Enorme.
On se donne tous RDV au Zénith pour célébrer comme il se doit ses géants ultimes de notre musique préférée, les seuls capables de délivrer le temps d'un album autant d'intensité (et depuis autant d'années). RIP Jeff, and come back Dave for the next album :-)
Respect et dévotion.


No More Hell to Pay
No More Hell to Pay
Prix : EUR 8,26

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Au nom du (stry) per, du fils et du saint esprit du heavy metal, 22 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : No More Hell to Pay (CD)
Préambule : j'ai réellement découvert Stryper avec "second coming"!. Moi aussi (pourtant de 1970!) j'ai tout raté de Stryper dans les années 1980. Après ce best of survitaminé (grosse prod, grosses grattes, grosse batterie, grosse voix), je guettais la sortie de leur nouveau méfait.

Retour réussi! Les influences très évidentes (maiden période powerslave, Dio, Dokken , Ratt, le tout sur les années 1980, leurs meilleures années ne gâchent aucunement le plaisir d'écouter enfin de vraies chansons, aux refrains entrainants, avec des chorus et soli de gratte qui ressemblent à quelque chose (le néo-métal a contribué au massacre des soli de guitare), des riffs - parfois de plomb - qui incitent au headbanging le plus sauvage, une batterie superbe - frappe et feeling - bref : oubliez vos potentielles réserves sur feu le glam rock. les papis (Ratt, Dokken, Stryper donc) reviennent et ça envoie du lourd (Mötely Crûe, où es-tu???). Entre le dernier megadeth et un des derniers Dimmu Borgir, Stryper trouvera bien sa place, il le mérite en tous cas.

je ne sais pas pour vous, mais moi ça fait longtemps que je n'ai pas écouté un truc neuf et rafraichissant dans ce courant qu'on appelle "hard rock", à part peut être "Unblackened" de Black Label Society (énorme). En attendant le prochain System of a Down, essayez donc une soi-disant vieillerie, Stryper. C'est pensé jusqu'au moindre break, orienté vers l'efficacité maximum, mais ça marche!!!

Un top 10 de l'année, sans nul doute.

Bonnes fêtes à toutes et tous


Le Grand Amour (CD + Livre) - Edition limitée
Le Grand Amour (CD + Livre) - Edition limitée
Proposé par teki
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 obispo est de retour, 22 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Grand Amour (CD + Livre) - Edition limitée (CD)
Quel bonheur que ce retour de Pascal Obispo à ce qu'il sait faire de mieux : des chansons intimistes, aux arrangements dépouillés. Juste quelques guitares, beaucoup de piano et cette voix magnifique qui ne fait pas regretter à ceux et celles nés (ées)après 1975 (ce n'est malheureusement pas mon cas!) de ne pas avoir connu la grande époque de Polnareff.
L'album d'avant m'avait laissé circonspect, il faut bien que les artistes se fassent plaisir surtout à eux mêmes de temps en temps.
Avec celui-ci, qui va tourner en boucle pendant plusieurs mois, Obispo reprend là où il s'était arrêté aux "fleurs du mal". Sublimes mélodies, un peu d'électronique mais pas trop, des guitares (jamais assez depuis "Fan"), une voix unique et des textes parfois un peu redondants mais qui marquent la patte Obispo.

Un pur et vrai bonheur. Là où pagny essaie de revenir avec un album stylé "savoir aimé" sans pouvoir égaler l'original, Obispo fait ce qu'il veut quand il veut. Cela s'appelle le génie. Quand est-ce que ce mec là va enfin être considéré comme les grands dans la lignée desquels il s'inscrit (Polnareff, Gainsbourg etc...). C'est une chose de bien chanter, c'en est une autre d'être capable de composer, décennie après décennie, des choses superbes.

Merci pascal, pour ce superbe cadeau de fin d'année!


Peg Perego - véhicule electrique - Gaucho Rockin - 4x4 2 places   12 volts
Peg Perego - véhicule electrique - Gaucho Rockin - 4x4 2 places 12 volts
Proposé par TOYSLAND_ONLINE
Prix : EUR 575,00

87 internautes sur 98 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 A lire absolument avant d'acheter, 19 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Peg Perego - véhicule electrique - Gaucho Rockin - 4x4 2 places 12 volts (Jouet)
Bonjour,

Après avoir rêvé devant ces petites merveilles à 400 euros (40% d'un SMIC mensuel net), j'ai malheureusement un jour franchi le pas.

Comme vous pourrez le constater en allant un peu sur les forums de discussion (mots clés : 4X4 Gaucho en panne) ou en allant chercher du côté des occas' sur les sites comme le bon coin, ce type de véhicule a deux types de problèmes récurrents :

- un sélecteur de vitesse qui oublie vite la position marche arrière (qui est en fait sur le devant du sélecteur)et oublie également vite qu'il a deux vitesses de marche. Le bricoleur même de base se rendra compte en démontant la "boîte de vitesse" (2 vis à retirer après avoir enlevé les deux sièges, ce n'est pas sorcier)que cette fameuse boîte n'est pas faite pour résister longtemps aux gamins (entre 3 et 8 ans ça gigote). Le levier de vitesse en plastique est prolongée par une sorte de potence (elle-même en plastique) qui à l'usage finit par se déformer et ne plus entrainer avec lui le fameux sélecteur. On ne peut pas changer seulement le sélecteur, il faut racheter la boîte entière pour la modique somme de 35 euros + frais de port (facile à trouver sur internet)
- les problèmes électriques, qu'ils soient associés à la batterie, ou de fonctionnement des lampes, ou de moteur. Là encore, en cas de pb vous pouvez toujours acheter l'intégralité du faisceau pour la modique somme de 80 euros, ou une autre batterie pour 70-80 euros.

Franchement je suis dégoûté. En plus je viens de tomber par hasard sur un tableau Excel détaillant le prix des pièces détachées (en 2007). Par exemple, un jeu de pneux avant coûtait 20 euros (les deux), et il est vendu à plus de 70 euros prix public. Prix multiplié par 3 en 3 ans? Non, juste une bonne grosse marge pour les revendeurs. On se croirait dans le business des vraies voitures.Cette bagnole, c'est une Porsche pour les petits!En coût d'entretien, pas en performance en tous cas!

Si l'on ajoute à cela un SAV qui ne fait que vous renvoyer sur les revendeurs, vous aurez compris que ce type de voiture pour enfants est parfait pour la frime mais ne dure pas très longtemps. Une marque italienne quoi (clin d'oeil au pays de Ferrari!)

A ne conseiller qu'aux plus riches d'entre nous, sur ce que l'on pourrait appeler de la consommation ostentatoire pour enfants. C'est vraiment dommage parce que l'idée de lancer des gammes de véhicules électriques entièrement modulaires (faciles à monter et démonter) et avec un look sympa est assez géniale. Mais la qualité n'est pas au RDV.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 11, 2014 9:23 AM CET


World Painted Blood
World Painted Blood

20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Personne ne veut y aller les gars?, 4 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : World Painted Blood (CD)
En effet, je suis étonné qu'un seul jour après la sortie de l'album, personne n'y soit allé de son commentaire.
En même temps, à quoi sert de poster un commentaire sur le nouvel album de Slayer?
Moi comme les autres, cela fait bien 4 ou 5 jours que je l'ai récupéré (les morceaux, gissé avec les mains moites dns le lecteur, et écouté religieusement au seuil de douleur sur ma chaîne hifi.
Etre un fan de Slayer, c'est être forcémen un ultra-fan, un "freak", un vieux schnok quoi, qui avait 12-13 ans à la sortie de "Show No Mercy", et à qui la jeune génération va expliquer que "l'on peut trouver beaucoup mieux sur le marché de la brutalité musicale du 21ème siècle".
Ca veut dire quoi au juste "mieux"? Thrash metal, death metal, black metal, ce n'est pas parce que les mecs hurlent plus fort avec des voix rincées à l'eau de javel, que les doubles grosses caisses vont plus vite, que l'on ajouté des claviers pour faire gothique que c'est plus BRUTAL! Passez vous Michel Sardou au maximum de la capacité de votre chaîne hifi je suis sûr que cela va vous agresser les oreilles.
Là n'est pas la question.

Le nouveau Slayer 2009, c'est tout ce qu'on aime entendre et écouter depuis que Slayer existe : un Tom Arraya qui s'arrache, Kerry et Jeff qui grattent à s'en péter les poignets, et un Lombardo qui est la star de l'album : tout y passe dans l'éventail de la technique en batterie. Vous avez aimé la fin de "Angel Of death", avec la double grosse caisse annonçant la furie finale? Vos oreilles vont saigner, il y a des passages où j'ai l'impression qu'ils ont piqué le batteur de la grande époque de Fear Factory. Oufffffff. Dave est le dieu des batteurs, cet album est SON album, la classe absolue.

Et pour le reste? Des riffs qu'on a l'impression d'avoir entendu mille fois (période Reign In Blood et Seasons In The Abyss), et alors? Qui fait mieux que Slayer sur ce type de riffs? Personne, ce groupe est l'essence du Thrash old school.
C'est tout? Non, quelques belles trouvailles, des riffs plus clairs sur certains morceaux(AC/DC version For Those About To Rock, le titre pas l'album, genre Jihad si vous préférez, mais au bout de 1 minute les oreilles tombent), plus oppressants que sur les derniers albums (les deux derniers sont des tueries).
Un bon mix de ce qu'ils ont fait de mieux en fait (ce serait un parfait dernier album), avec aussi une bonne dose de riffs punks qui n'auraient pas démérité sur Undisputed attitude, avec le son Slayer quand même. Beaucoup de solos. Je les ai toujours trouvé pathétiques leurs solos, leur dissonance, leur pseudo technicité. Par contre les rythmiques, c'est du béton armé, du titane, de l'alliage anti-nucléaire, et dans cet album ça ne rigole pas : les vieilles vertèbres cervicales ne vont pas résister au bouquet final, World Painted Blood, déjà en écoute depuis longtemps et officiellement sur le net. Slayer n'est jamais aussi dangereux que lorsqu'il ralentit (pas trop quand même) les tempos. Ce son de gratte, cette batterie, cette basse, cette voix, c'est l'essence de tout ce qu'on aime dans cette musique appelée de manière générique hard rock.
j'ai un certain nombre de potes blasés qui me disent "ouais c'est du Slayer" mais justement, la source se tarit, il faut profiter de ces dernières gouttes d'ambroisie métalllique : Slayer c'est LE groupe, un roc, une démarche, une intégrité (un calcul commercial diront certains)dans un style donné. C'est incroyable la dose d'agressivité que cs mecs charrient à resque 50 balais. le dernier Megadeth, c'est bien, mais quand vous aurez pris à niveau sonore équivalent ce World Painted Blood, après vous être farci (l'excellent) dernier Metallica (pour avoir bonne conscience, et le dernier (excellent aussi) Immortal, et tout ce que vous trouverez au passage, vous saurez que le groupe ultime de ces presque 30 dernières années, c'est Slayer. Et cet album le prouve encore une fois de manière magistrale. Soyez tous au Bataclan début décembre, vous avez RDV avec les dieux du métal (ne déconnez pas, je ne parle pas de MANOWAR), j'espère qu'ils vont nous faire péter des DVDs de cette tournée dans tous les sens avant de tirer leur référence.

Slayyyyyeeeeeerrrrrrrrr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 11, 2009 10:12 PM CET


American Soldier
American Soldier
Proposé par Fulfillment Express
Prix : EUR 16,53

1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 le retour de Queensryche la classe, 5 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : American Soldier (CD)
Ouaouh!!!!

J'ai aimé TOUS les albums de Queensryche, y compris ceux décriés par les commentaires ci-dessus. Superbe voix, guitares aériennes, section rythmique impeccable, on retrouve tout cela sur chaque album. Celui-ci a en plus le souffle épique qui a tant charmé les vieux fans à l'époque d'Empire ou Opération Mindcrime.
La section rythmique est redevenue ENORME (la basse..).On se trémousse sur chaque titre, porté par un groove dont le groupe a le secret. Les 60' passent très très vite, ça dégage sec. Je regrette juste l'absence d'un titre un peu speed du style "Spreading The Disease".
Je n'ai qu'une chose à dire : courrez acheter ce disque!


13 A Table
13 A Table

14 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Arrêtez tout les gars!, 25 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : 13 A Table (CD)
Trois choses :
1) Bravo à ceux qui ont aimé ce disque et qui en ont fait des commentaires élogieux. je ne me sens pas la force de faire de même, votre avis est tout à fait respectable.
2) Ne comptez plus sur moi pour acheter leurs disques ou aller à leurs concerts. Trop c'est trop, quand on galvaude à ce point le nom d'un groupe mythique que l'on a monté et développé à la sueur de son front...
3) Cet album est le truc le plus naze que j'ai écouté depuis 25 ans maintenant que j'écoute ce qu'on appelle du hard (de Cinderella à Dimmu Borgir). Trust avait fait le malin une première fois avec "Rock'n'Roll". Il y avait encore dans "Europes et haines" et l'album suivant des éléments un peu denses, tant au niveau de la musique que des textes mais là, "Jean-Claude il faut te ganaïser" et "chasser le lémurien qui est en toi". Pour atteindre ce degré de platitude musicale quand on a frôlé le génie, il faut avoir été envoûté! C'est cela, ils ont été envoûtés...
Il n'y a décidément pas d'explication rationnelle à cette ineptie.
Merci pour tout les gars, vous donnez avec cet album le meilleur argument pour télécharger les albums avant de les acheter!


Black Ice - Edition limitée (inclus livret de 28 pages)
Black Ice - Edition limitée (inclus livret de 28 pages)
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 8,60

2 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Profitons de leur dernier album?, 24 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Ice - Edition limitée (inclus livret de 28 pages) (CD)
Salut à tous
Je m'amuse bien à la lecture des divers commentaires des uns et des autres sur ce nouvel album du Monument absolu de notre musique favorite qu'est AC/DC. Voici donc un commentaire qui, je l'espère vous sera utile.

1) Après For Those About To Rock, à mon sens le dernier album heavy de AC/DC, la voix de Brian a eu tendance à me gonfler sévère, sur disque et surtout en concert où il massacre l'ancien répertoire et parfois même le "nouveau" (bientôt 30 ans quand même qu'il a remplacé Bon, seulement 5 ans à la tête de AC/DC...). Soyons clair, sur ce disque Brian chante comme un dieu, module sa voix et monte dans les aigus comme jamais. Magnifique performance.
2) Ca faisait quand même 25 ans (depuis "Flick Of The Switch") qu'ils nous pondaient des disques truffés de titres-remplissages mous du genou. Sur les 15 titres présents ici, il y a de quoi faire un CDr de 10 titres qui assurent bien (relativement à leur production passée à partir de "For Those..."), et surtout homogènes en termes de qualité.
3) La production de "Black Ice" est une production rock'n'roll mais certainement pas "hard rock". Les guitares des frères Young, même si ça riffe sévère sur les titres enlevés, s'éclaircissent d'années en années au point de les faire sonner comme du Rolling Stones (de plus en plus). Où sont les riffs de plomb et les rythmiques agressives des années bénies? De ce point de vue, "Ballbreaker" et "Stiff Upper Lip" étaient mieux produits, avec un son plus sale et brut. A moins de mettre le volume à 50, il n'y a plus de densité dans le son (à moins que cela ne soit dans les morceaux). C'est quand même un peu fort pour un tel groupe de ramener l'épaisseur des morceaux aux seules basse et batterie. Faites l'essai, baissez le son de votre chaîne hifi, qu'est-ce qu'il vous reste? La basse et la batterie, où sont les grattes? C'est vraiment dommage parce que Malcom nous a quand même ressorti quelques bons riffs qui auraient mérité un meilleur sort.
4) Angus est de plus en plus transparent. je soupçonne ses doigts d'être atteints depuis de longues années par de l'arthrite aigüe. Il faudrait qu'il arrête de faire des solos de 5 notes qu'il étire à l'envie en tirant sur ses cordes. Il veut faire du blues? Je lui souhaite d'en faire dès le prochain album, que j'achèterai avec plaisir mais en connaissance de cause.
5) Quelle inspiration pour ce nouvel album en 8 ans? Quelques "surprises" (on ne va pas non plus crier au génie parce qu'il y a du bottleneck et une ballade - réussie d'ailleurs). Beaucoup de réminiscences de l'esprit "For Those about To Rock", notamment sur les riffs d'accompagnement de la rythmique principale, dans le style "Put The Finger", avec des guitares claires, une pincée de "Fly On The Wall" - je vous laisse retrouver sur quelles chansons, un peu de "Back In Black" avec un titre pompé sur "Given The dog A bone", en moins bien évidemment, et un peu de "Highway To Hell" sur les titres les plus rapides (pas de quoi s'exciter non plus) qui rappellent "Get It Hot", notamment dans sa version très "stonienne" présentée en démo sur Bonfire. Globalement cet album me semble aussi très marqué quand même par l'esprit de "Powerage", la profondeur - notamment celle qu'apportait la voix de Bon - en moins.

Alors finalement, pourquoi ce 4/5? Parce que vous avez tous raison, cet album est malgré tout un miracle, après le très bon "Stiff Upper Lip" lorsque l'on devine qu'il y a des chances que cela soit le dernier album un peu pêchu (je parle bien de hard rock, si je veux écouter plus soft je me mets Bryan Adams ou Lenny Kravitz) de ce groupe que j'adule depuis plus de 25 ans, mais dont le compteur s'est quand même arrêté pour moi en 1981. J'assume d'autant plus mon statut de vieux schnock (38 ans) que le dernier Metallica vient de nous rappeler qu'on pouvait maintenir encore une intensité de taré plus de 20 ans après un album mythique ("Master Of Puppets").

Ne boudons cependant pas le dernier baroud d'honneur des frères Young, ils le méritent pour avoir marqué à jamais le hard rock. Cet album serait à mon sens leur meilleure révérence pour leur public de hardos eu égard à leurs productions de ces 20 dernières années. Et contrairement à ce qui s'est produit pour leurs derniers albums depuis 25 ans, je crois que je vais quand même me remettre un coup de celui-ci avant de retourner sur la collec' 1974-1981.
Respect pour vous les mecs, mais ne faites pas l'album de trop...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 4, 2014 1:18 PM CET


Death Magnetic (Edition limitée - Digipack)
Death Magnetic (Edition limitée - Digipack)

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les géants sont éternels, 20 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magnetic (Edition limitée - Digipack) (CD)
Bonjour à tous
Peu de temps après que Slayer ait lâché la bombe "Christ illusion", nous rappelant qu'ils étaient encore capables d'être à la hauteur du mythique "Reign In Blood", après le déluge "The Blackening" lâché par Machine Head, désigné par beaucoup comme un équivalent de "Master Of Puppets", après la seconde jeunesse des vieux comme Def Leppard, Judas Priest ou on l'espère à l'écoute du single, AC/DC, je le dis tout net : Metallica revient au devant de la scène. J'avais 12 ans quand j'ai commencé à écouter du hard, un an après Kill'em All (et Show No Mercy) sortait. Pour moi l'écoute de Metallica s'est arrêtée après le Black album, déjà lui-même trop calibré pour le grand public, trop rond par rapport ax brûlots précédents. je n'ai as participé à la curée accompagnant St Anger, aimant au conraire beaucoup ce son de batterie brut (je suis moi-même batteur) et un certain retour de rythmiques plus thrash. Et aujourd'hui..., c'est quasiment l'extase. Cela fait déjà 2 semaines (vous avez bien lu...) que cet album tourne en boucle dans mon lecteur. La chronique précédente, assez mitigée bien que positive, correspond probablement à ce que j'aurais pu écrire après une ou deux écoutes.C'est au bout de 10-15 que tout se joue. Donnez lui sa chance à ce p..... d'album, vous ne pourrez plus vous en passer : double grosse caisse, riffs de plomb, rythmiques typiquement thrash, tout y est. Ils ont quasiment fait la synthèse de tout ce qu'ils ont fait de mieux depuis...25 ans. Alors oui, "The Day That never Comes" est une resucée de "One" (j'aurais tendance à dire : et alors?), "The Unforgiven III" est un peu too much (bien qu'excellent avec son intro qui reprend un peu le thème d'intro de leurs concerts), l'instrumental "Suicide & Redemption" est probablement le titre le plus faible de l'album en même temps qu'un pêché (de vieillesse) consistant à croire qu'ils pouvaient faire aussi bien que leurs précédents instrumentaux (c'est raté!). Pour le reste, ça dégage sec : on se prend les 5 premiers titres dans la gueule, les influences de "Master Of Puppets" se ressentent clairement, on y retrouve même des structures à la "Seek & Destroy" (titre beaucoup re-joué ces dernières années en live).
Alors que les derniers titres baissent un peu en intensité, on se prend "My Apocalypse" dans les gencives, qui me fait vraiement penser au thrash de la bay area de la fin des années 1980. Exodus ou Testament ne sont pas loin, même si Metallica garde son style très reconnaissable. Non vraiment, loin des débats qui ne manqueront pas d'accompagner cette sortie, ils viennent vraiment de sortir un excellent album que beaucoup d'entre nous n'attendions plus (et je crois même qu'on s'en foutaient!).
Allez les gars, allez y les yeux fermés!


AC/DC : Stiff Upper Lip (live)
AC/DC : Stiff Upper Lip (live)
DVD ~ AC/DC

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 fidèle à la légende...sans plus, 5 novembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : AC/DC : Stiff Upper Lip (live) (DVD)
Rien à dire sur le track listing ("Hell Ain't A Bad Place To Be" et "Up to My Neck In you" en bonus quand même)
Avec l'âge, il faut bien avouer que certaines versions studio finissent par dégager plus que les versions live ("For Those About To Rock") à cause notamment de la différence de voix de Brian et des solis d'Angus (parfois on a l'impression qu'une arthrose rampante commence à lui figer les doigts, cf "Whole Lotta Rosie").
Bien sûr la voix de Brian (et ses attitudes)continuent à agacer les puristes, bien sûr Angus commence à faire son âge et ses gimmicks sont minimalistes si on les comparent à ceux des années 70 mais bon, regarder un de leurs concerts est toujours une bonne bouffée de rock'n'roll...
Ce DVD vaut surtout à mon sens pour la version de "Up To My Neck In You" parfaitement (hors solo)interprétée.
Pour le reste, je retourne sur mes vieilles vidéo VHS des concerts de Colchester 1978 ou de Glasgow 1978 (et le superbe sweat de Bon)
A quand une version DVD de ces fameux concerts (ou des tournées Back In Black et For Those)?.


Page : 1 | 2