Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Johan Rivalland > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Johan Rivalland
Classement des meilleurs critiques: 238
Votes utiles : 9835

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Johan Rivalland (LEVALLOIS-PERRET France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Grafismi per i 2-3 anni
Grafismi per i 2-3 anni
par Michelle Rivalland
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Per i piccoli bambini italiani, 1 décembre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grafismi per i 2-3 anni (Broché)
Je ne parle pas un mot d'italien, mais il suffisait de traduire grâce à internet...

C'est toujours amusant de découvrir un ouvrage de sa propre maman, traduit en italien.
Le tout premier d'une série de huit ou neuf livres édités (un nouveau devrait sortir prochainement, je crois).
Un fascicule que je connais bien et qui, je sais, a connu un certain succès dans les écoles maternelles en France (d'où sa version italienne).

En version française, "Graphismes pour les 2-3 ans. Fiches à photocopier", une méthode très ludique pour un premier apprentissage de l'écriture tout en s'amusant.
Un très bon souvenir personnel, avec mes enfants quand ils étaient petits.
Une version italienne très colorée.
Bel libro colorato !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 3, 2016 11:01 AM CET


The Ones
The Ones
par Daniel Sweren-becker
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Egalité contre Liberté, 22 novembre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Ones (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Bon roman, classé pour ados, mais pouvant tout autant plaire à des adultes.
Le thème peut rappeler celui de "Bienvenue à Gattaca", sauf qu'ici on peut renverser la logique de fond : dans un cas, la génétique était au service d'une élite, les autres ayant tendance à être classés au rang de subalternes. Une pré-détermination inquiétante qui rappelle celle d'autres scénarios, à l'instar de ceux du "Passeur" ou de "Divergente" (avec aussi un petit côté "Utopia"). Dans l'autre cas, celui du scénario de "The Ones", il s'agit plutôt du fantasme de l'être créé génétiquement parfait, mais intégré au reste de la Société, sans distinction établie. Une situation plus proche du monde actuel tel qu'on peut le concevoir. Mais avec toutes les conséquences que l'on peut imaginer lorsqu'on se met à jouer aux apprentis-sorciers...

Et c'est bien là que le bât blesse.
Lorsque l'être génétiquement parfait se trouve fondu dans la masse, mais que la jalousie, l'envie et le fantasme, là aussi, de l'égalité ou d'une égalité qui vire à l'égalitarisme, s'en mêle, alors la situation devient dangereuse, voire périlleuse. Et c'est ce dont il va être question dans ce roman.
Que se passe-t-il lorsque les technologies modernes aboutissent à ce qu'un fichier complet répertoriant les noms et adresses des 1% de la population ayant subi ces modifications génétiques à la naissance est divulgué publiquement sur le net par quelqu'un dont on ignore les motivations ? Et que les politiques, jamais avares de démagogie, en viennent à voter des lois égalitaires dont les conséquences s'avèrent dévastatrices pour ceux que l'on dénomme les "Ones" ?
Un climat de persécution, de violences, de ségrégation s'installe alors, suscité par les mauvais instincts flattés par la situation et la rancoeur enfouie chez certains et les traditionnels mouvements extrémistes (ici le "Mouvement Egalité"). Climat qui en rappelle d'autres, historiques, qui n'ont rien eux de factices.

Un roman passionnant, captivant, sans être pour autant exceptionnel et qui se lit rapidement. Sur un thème tout à fait d'actualité et une situation plausible, qui doit donner à réfléchir sue les orientations prises par la science et les choix éthiques à considérer.
Avec une petite réserve quant à la fin, qui se situe en pleine action, donnant le sentiment qu'il y aura forcément une suite, alors même que l'auteur dans ces remerciements semble dire que non (mais peut-être sera-t-elle commandée par l'éditeur si le succès est au rendez-vous).


Châteaux de la Loire calendrier 2017
Châteaux de la Loire calendrier 2017
par Collectif
Edition : Broché
Prix : EUR 9,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Beau calendrier, lumineux, culturel, 22 novembre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Châteaux de la Loire calendrier 2017 (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Je n'avais pas encore commandé mon calendrier mural 2017, on m'a proposé gracieusement celui-ci.
Je dois dire que le choix n'est pas inintéressant. Il change de ceux que j'ai pu effectuer ces dernières années. J'ai donc décidé d'en profiter.

Sur la forme, le calendrier est classique, sa tenue très bonne, l'idée des spirales est pratique pour tourner plus facilement les pages.
Ensuite, on trouve tous les classiques du calendrier mural habituel : page calendrier complet 2017, page dates des vacances scolaires par zone (+ encart notes personnelles sur des événements "à ne pas oublier", petit espace que l'on retrouvera à chaque page mensuelle), dernière page consacrée au calendrier 2018.

Sur le fond, chaque mois présente l'un des grands châteaux de la Loire les plus connus. Accompagné du nom du château et un très bref descriptif, en deux ou trois phrases tout au plus, de son origine et ses caractéristiques historiques les plus marquantes.
Pour chaque mois, une page répertorie les différents jours, ainsi que l'éphéméride habituel, et les jours fériés.

Un calendrier classique, donc, mais lumineux et sur le thème des châteaux de la Loire. Pour les amateurs ou ceux qui veulent simplement découvrir, rêver, décorer, contempler.


Montre bracelet - Unisexe - ICE-Watch - 1585
Montre bracelet - Unisexe - ICE-Watch - 1585
Prix : EUR 63,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Sobre et élégante, 22 novembre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Montre bracelet - Unisexe - ICE-Watch - 1585 (Montre)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Voici une montre qui allie féminité, élégance et sobriété à travers la couleur blanche de son bracelet et son cadran doré, le choix des matériaux et le style épuré, tout en étant moderne, attirante pour le regard, et agréable à porter (douceur du bracelet).

Une belle harmonie d'ensemble, dont chacun appréciera la valeur en fonction de ses propres goûts (Ice Watch proposant toute une gamme de montres, dont les nuances permettent d'affiner ses choix selon ses desiderata).


Sire, surtout ne faites rien ! Vous nous avez assez aidés
Sire, surtout ne faites rien ! Vous nous avez assez aidés
par Charles Gave
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vivifiant, 19 novembre 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sire, surtout ne faites rien ! Vous nous avez assez aidés (Broché)
Cet ouvrage de Charles Gave est en réalité une compilation de différents articles sélectionnés parmi ceux écrits sur le site de son Think tank l’Institut des libertés depuis 5 ans. Ce qui n’enlève rien à la cohérence de l’ensemble, ces articles étant regroupés au sein de trois parties qui ont pour titres respectifs, en forme de clin d’œil à Karl Popper :

- Les concepts qui sous-tendent une société ouverte, dont l’objet est de présenter un ensemble de concepts économiques, politiques ou philosophiques au sujet desquels le bon sens est malheureusement trop souvent oublié et dont il y a pourtant de très bonnes leçons à tirer. Treize concepts qui tournent autour de l’idée de l’état de droit, thème cher à l’auteur. Un état de droit sérieusement mis à mal dans un pays où règne trop souvent le droit de l’Etat.

- Les ennemis de la société ouverte, qui s’attaque aux théories proches de cette défense du droit de l’Etat, les erreurs graves qu’elles entraînent et les méthodes employées par leurs promoteurs. Des théories très souvent basées sur la démagogie et dont Charles Gave va nous révéler les effets très concrets.

- La réflexion face à la réalité, qui vise enfin à tirer des leçons des observations précédentes et offrir des clés de lecture de notre monde, en vue de tâcher de mieux savoir l’analyser et s’en inspirer dans l’action. Une troisième partie qui élargit le spectre du champ d’étude précédent aux questions internationales, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles sont loin d’être secondaires et sans effets sur nous.

Charles Gave est un entrepreneur actif, mais aussi comme il y insiste simple citoyen, et observateur infatigable et de longue date de notre vie économique, politique, sociale ou encore internationale. Un homme d’expérience dont les découvertes multiples, tout au long de sa vie, méritent d’être partagées et transmises, avec pour dessein d’en tirer les leçons qui permettront à d’autres à leur tour d’en tirer des enseignements utiles pour le présent et l’avenir.

A travers de nombreux préceptes, formules et proverbes du passé toujours aussi pleins de vérités et qu’il remet au goût du jour, il parvient à nous convaincre de l’importance de faire appel, aussi souvent que possible, au bon sens et à la connaissance de ce que nous ont transmis les anciens (philosophes, économistes, penseurs, scientifiques et praticiens dans de nombreux domaines).
Il décrit ainsi, par exemple, de manière très concrète et pragmatique, des mécanismes économiques connus et éprouvés, tout en se référant à une parfaite connaissance des théories économiques et grands auteurs du passé.

Dans cet ouvrage, Charles Gave rend aussi hommage à tous les grands auteurs ou hommes d’Etat qui ont pu exercer une influence positive sur sa pensée (Mises, Hayek, Revel, Soljenitsyne, etc., je ne peux tous les citer, ils sont trop nombreux, dans tous les domaines).
Parmi eux, Alfred Sauvy, à l’égard de qui Charles Gave exprime toute son admiration, tant du point de vue de la démarche d’esprit de celui-ci que de son caractère visionnaire. Un grand esprit adepte, comme Joseph Schumpeter, des analyses à partir des données disponibles plutôt que des préjugés, caractéristiques de la démarche scientifique (avec, bien sûr, tout le recul nécessaire).

Un ouvrage dont la lecture est véritablement vivifiante et stimulante et dont je ne puis que conseiller la lecture.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 24, 2016 12:50 PM CET


Sigel GL710 Lot de 5 Marqueurs pour tableaux en verre - tableaux blancs, pointe arrondie de 2-3 mm - effaçables - noir
Sigel GL710 Lot de 5 Marqueurs pour tableaux en verre - tableaux blancs, pointe arrondie de 2-3 mm - effaçables - noir
Prix : EUR 11,88

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bonne qualité, 19 novembre 2016
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
On ne l'imaginerait pas a priori, mais les marqueurs pour tableaux blancs sont de qualité variable et pas toujours fiables.

Certains d'entre-eux, par exemple, de type "discount", ont une durée vie extrêmement réduite, ne sont pas fiables quant à l'écriture, peu efficace sur le tableau, et parfois sont même très difficiles à effacer (c'est sans doute le pire de tout). Inutile, donc, de penser réaliser des économies sur ce type de produit, ce n'est pas le cas au final.
On trouve ensuite d'autres modèles, parfois de marques connues, cette fois-ci plus fiables du point de vue de la netteté de l'écriture, mais dont la durée de vie n'et pas non plus forcément très étendue.

Concernant les présents marqueurs, on peut dire que l'écriture est nette et la durée de vie tout à fait satisfaisante. En outre, ils se rebouchent de manière nette et aisée et sont ergonomiques. Sans odeur également, comme l'ont précisé plusieurs commentateurs avant moi.
Pour effacer, aucune difficulté non plus, c'est sans effort. Un tout petit doute, en revanche, concernant l'effaçage : j'ai constaté à plusieurs reprises que l'on devine encore un peu les mots en transparence après effaçage. Pas vraiment gênant en soi, mais est-ce le marqueur ou peut-être le tableau que j'utilise, peut-être un peu usé après les années ? En tous les cas, aucun autre commentateur ne l'évoque jusqu'à présent ; ce n'est donc pas forcément lié aux marqueurs. Mais je répète : de toute façon, ce n'est pas véritablement gênant.

Une chose demeure : ces marqueurs me semblent être d'un bon rapport qualité-prix. Efficaces et fiables à la fois.


Trois controverses de la pensée économique: Travail, capital, temps
Trois controverses de la pensée économique: Travail, capital, temps
par Jean-Marc Daniel
Edition : Broché
Prix : EUR 18,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tirer les leçons du passé..., 31 octobre 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trois controverses de la pensée économique: Travail, capital, temps (Broché)
Dans la lignée de son Histoire vivante des idées économiques, suivi entre autres de ses 8 leçons d’histoire économique, Jean-Marc Daniel nous conte, à sa manière unique, l’histoire de trois grandes controverses qui ont traversé les âges, au point de perdurer, malgré les enseignements que l’on devrait en tirer.

On ne dira jamais assez l’importance que revêt le poids du passé et les enseignements qu’il y a à en tirer. Trop rarement, hélas, suivi d’effets, par simple méconnaissance des grandes leçons oubliées de ces controverses et évolution des idées qu’elles ont pu susciter.

Plus que jamais, le terme d’histoires « vivantes » n’est ici nullement usurpé, surtout lorsqu’on se trouve replongé de manière si réelle dans la dynamique des débats du passé et les progrès de la « science économique ».
Ce dernier terme lui-même est-il d’ailleurs le mieux approprié ? Jean-Marc Daniel rappelle qu’il a remplacé celui d’ « Economie politique », inventé par Antoine de Montchrestien au XVIIème siècle, alors que « même les sciences les plus neutres et les plus incontestables sont menacées de « lyssenkisme ». » Une idée que l’on retrouve chez Pierre Cahuc et André Zylberberg dans leur essai sur « le négationnisme économique », avec qui on peut dire que Jean-Marc Daniel partage l’idée selon laquelle :

« de fait, l’économie a souffert et souffre souvent encore de la méconnaissance qui l’entoure et de la pollution de son message par des prises de position qui semblent d’autant plus fasciner qu’elles sont fallacieuses ».

- Première controverse : Nos emplois sont-ils menacés par les machines ?

Intitulé « La manivelle de Sismondi, ou quel est l’avenir du travail ? », ce chapitre aborde la question demeurée traditionnelle des craintes liées au progrès technique et aux incidences qu’il pourrait avoir en termes d’emploi. Question lancinante qui remonte au moins à l’Empereur Vespasien qui, déjà, craignant les effets du progrès technique sur l’emploi, décida purement et simplement de l’interdire. A l’encontre de tout bon sens, de l’efficacité et du bien-être qu’il était pourtant en mesure d’occasionner.

Jean-Marc Daniel nous expose ainsi l’évolution de la question à travers les époques, à travers notamment l’épisode de la révolte des luddites (avant celle un peu plus tard des canuts lyonnais). Une présentation passionnante, qui se prolonge par l’évolution des idées en la matière chez les économistes classiques et, de manière presque étonnante, un Karl Marx qui désapprouvait ce mouvement luddite, lui reprochant de s’en prendre à la machine, qui n’est pas coupable, au lieu de s’en prendre au système capitaliste et ceux qui organisent l’exploitation de l’homme au travail, ne cherchant que le dégagement du maximum de plus-value.

La controverse se prolonge jusqu’à nos jours, avec l’essor des théories protectionnistes, puis la loi du déversement et les débats récents sur l’ubérisation de la société et les inquiétudes qu’elle suscite, une forme de « néo-luddisme » apparaissant ainsi, laissant ressurgir un débat dont on aurait pourtant pu imaginer qu’il était enterré depuis longtemps.

- Deuxième controverse : Peut-on parler d’une « bonne » et d’une « mauvaise » dette ?

Intitulé « La lettre de Keynes, ou qu’est-ce que la dette ? », ce passionnant chapitre nous convie à une exploration de l’évolution de la réflexion sur la question de la dette publique. Partant de la problématique de son caractère de « transfert » ou au contraire de « promesse » vis-à-vis de l’avenir, David Ricardo, montrait en quoi la dette publique était un mécanisme antiredistributif (bénéficiant à ses souscripteurs, donc aux rentiers).

D’Aristote, puis Saint Thomas d’Aquin, sur la question de l’usure et du prêt à intérêt, on entre véritablement dans la science économique avec les réflexions sur l’endettement des Etats. Des conceptions hostiles de François Quesnay, Anne-Robert Turgot, ou Frédéric Bastiat, entre autres, on évolue, avec le XIXème siècle, dans le prolongement de celles plus nettement favorables d’Adolph Wagner et des socialistes de chaire, vers l’avènement de John Maynard Keynes et ses disciples.

Un chapitre instructif, au cours duquel nous allons retrouver, en pleine réflexion sur le New Deal, l’opposition entre, d’une part, Henry Morgenthau et sa mise en garde contre l’effet d’éviction de la dépense publique et, d’autre part, un John Meynard Keynes opportuniste et quelque peu méprisant, appelé à la rescousse par un certain Alvin Hansen non moins opportuniste qui en sera un digne vulgarisateur et successeur.
Le théorème d’Haavelmö, le multiplicateur, le modèle IS-LM du keynésiannisme triomphant de Hicks et Hansen, Bretton Woods, l’influence de Walter Heller, autant d’épisodes entremêlés qui nous font vivre la dynamique du XXème siècle en matière de politiques budgétaires et monétaires, jusqu’à l’échec des politiques de relance de 1975.

Place alors à la critique théorique, avec Robert Lucas, Robert Barro et la Nouvelle économie classique, le retour en grâce de Ricardo à travers le théorème de Ricardo-Barro, mais aussi John Muth et les apports novateurs de Richard Musgrave en matière de justification des fonctions de l’Etat. Un vaste panorama qui nous est ainsi offert dans sa pleine dynamique. Un chapitre qui se conclut par une intéressante recension des arguments en faveur et contre la dette et une tentative de réconciliation post-mortem de Keynes et Morgenthau.

- Troisième controverse : Le capital est-il trop rémunéré par rapport au travail ?

Intitulé « La controverse des deux Cambridge », ce troisième et dernier chapitre, assez technique, aborde la question du capital, en partant des travaux de Thomas Piketty et son ouvrage « Le capital au XXIème siècle ». Le problème, selon Jean-Marc Daniel, provient de la définition que l’on donne au Capital. Or, toute la théorie de Piketty repose sur la fameuse équation r>g, selon laquelle la rémunération du capital aurait augmenté plus vite que la croissance, contrairement à l’égalité supposée normale par les économistes. Sans qu’il ait ignoré pour autant la difficulté de cette définition que l’on donne au capital, et les débats auxquels elle a donné lieu, Jean-Marc Daniel constate que Piketty n’en passe pas moins un peu vite dessus, ce qui est gênant et prête le flanc à la critique.
L’occasion de revenir sur une controverse née dans les années 1950 au sujet de la nature du capital et de sa rémunération, opposant les chercheurs et professeurs anglais de Cambridge à leurs homologues du Cambridge américain. Avec toutes les conséquences que cela implique en matière à la fois fiscale, de science économique, mais aussi « d’ultime tentative de résistance anglaise à la prise de pouvoir intellectuel par les économistes américains », après celle d’Hansen sur les théories keynésiennes (chapitre précédent).

En conclusion, et comme Jean-Marc Daniel y insiste lui-même, l’échec des économistes et des politiques économiques récentes est malheureusement en partie lié au manque de leçons tirées des expériences et controverses du passé. Il est donc essentiel de s’y référer de manière plus importante si l’on entend commettre moins d’erreurs et assurer mieux l’avenir et la condition des populations. Et c’est tout le mérite de cet ouvrage, à découvrir avec intérêt.


Philips Flite Everlite SHL4805DC Casque Filaire avec Micro, Ultra fin et Léger, Pliable, Gris Anthracite
Philips Flite Everlite SHL4805DC Casque Filaire avec Micro, Ultra fin et Léger, Pliable, Gris Anthracite
Prix : EUR 29,00

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Léger, design et de bonne qualité, 31 octobre 2016
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce casque allie confort et qualité, à travers différents aspects :

- Léger et compact, il se plie de manière pratique et astucieuse pour être rangé ou transporté plus facilement,
- Confortable, il couvre bien les oreilles et leur offre une douceur appréciable,
- Le réglage de l'arceau s'effectue très facilement, avec une grande souplesse et sans résistance, tout en assurant un maintien satisfaisant,
- Il isole bien du bruit ambiant, sans toutefois vous isoler totalement de ce qui vous environne (bien heureusement, de mon point de vue),
- Le son est de bonne qualité, avec un bon niveau de basses (même s'il existe certainement mieux, mais pas forcément à ce niveau de prix),
- fonction mains libres pour qui souhaite communiquer avec quelqu'un d'autre à distance,
- et, originalité tout à fait appréciable : un câble plat anti-noeuds, qui permet d'éviter le côté désagréable du fil qui a trop souvent tendance à s'emmêler.

Le tout pour un prix qui semble raisonnable, avec la caution d'une grande marque qui a fait ses preuves. Et un casque d'une esthétique (design) tout à fait agréable et raffinée, qui est sans doute l'aspect que j'apprécie le plus pour ce modèle (celui que j'ai étant celui de couleur noire).


Dirt Devil  M319-0  Aquaclean Nettoyeur Vapeur Universel 1 L
Dirt Devil M319-0 Aquaclean Nettoyeur Vapeur Universel 1 L
Prix : EUR 74,00

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le nettoyeur multi-tâches sans tache., 31 octobre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt Devil M319-0 Aquaclean Nettoyeur Vapeur Universel 1 L (Cuisine)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Je n'étais pas familier du tout de ce genre d'appareil. Je découvre donc l'efficacité d'un tel nettoyeur, ce modèle-ci étant à la fois compact, facilement maniable et très pratique. Sans oublier le nombre incroyable d'accessoires, qui se rangent de manière optimale et bien ordonnée dans le petit caisson roulant au design moderne et pas désagréable.

D'un point de vue fonctionnel, cet appareil est conçu pour nettoyer aussi bien des surfaces de sol (carrelage, moquette, ...) que des vitres, tapis, canapés, baignoires, etc. (je précise que je ne l'ai testé, jusqu'à présent que sur du carrelage et des vitres).
Avec un réel confort d'utilisation : le caisson sur roulettes vous suit sans effort (il paraît même plus léger à tirer qu'un aspirateur classique) et sans être embêté par le fil de raccordement électrique, qui est suffisamment long pour parcourir les pièces sans se sentir restreint dans ses déplacements.

La vapeur offre un résultat intéressant, tout en ne laissant pas de traces sur vos surfaces et en assurant un séchage ultra-rapide (contrairement au passage de la serpillère ou équivalent, peu d'humidité au sol et un séchage quasi-instantané).
Les ustensiles fournis sont là pour les cas difficiles ou zones difficiles d'accès (coins, renfoncements, ...). Et une sécurité permet d'éviter l'accident, si vous avez des petits, le pistolet ne s'enclenchant pas sans qu'on le débloque auparavant.

En conclusion, un appareil multi-usages efficace et compact qui vous simplifie bien des tâches. Et à un prix tout à fait abordable compte-tenu de tous les éléments fournis et la multitude des services rendus.

Une petite suggestion au fabricant, pour finir : un simple échantillon du détergent à utiliser dans cet appareil, au-delà de la seule vapeur d'eau, serait bienvenu. Un partenariat avec un fournisseur, j'imagine, permettrait d'en contenir le coût et rester ainsi sous le seuil psychologique des 80 euros. Faisable, je suppose. Et le fournisseur y trouverait certainement son compte.


Bienvenue à Gattaca [Edition Deluxe]
Bienvenue à Gattaca [Edition Deluxe]
DVD ~ Ethan Hawke
Proposé par CASHNET
Prix : EUR 6,27

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Science sans conscience..., 25 octobre 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bienvenue à Gattaca [Edition Deluxe] (DVD)
Jusqu'où ira la science ? Telle est la question que permet de poser cet excellent film d'anticipation (qui se déroule "dans un futur proche", ainsi qu'il est précisé en préambule).
Un film qui rappellera un peu l'univers de romans tels que "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley, ou de divers films de science fiction ayant rapport à la surveillance généralisée, à l'image de "Minority Report", à la pré-détermination, à l'instar de "Le passeur", au temps de vie espéré, comme "Time out" ou "Renaissances", ou d'autres univers futuristes proches et relativement réalistes, comme dans certains épisodes de "Black Mirror".

Le thème central, ici : la génétique, et les questions profondément éthiques induites par les contrôles et manipulations auxquelles elle peut donner lieu.
Qu'advient-il lorsqu'on peut prévoir à la naissance quel est votre patrimoine génétique, les probabilités estimées que vous soyez atteint de telle ou telle maladie, les causes probables de votre mort à venir et même votre espérance de vie ? Au-delà du côté éblouissant de la chose, des espoirs que cela ne manque pas de pouvoir susciter et du contrôle que l'on peut envisager sur certaines déterminations, on imagine moins spontanément toutes les conséquences bien plus négatives que cela peut induire, et les dérives ô combien dramatiques auxquelles elles peuvent donner lieu, pouvant aller jusqu'à l'eugénisme.

Ce qui est imaginé dans le film n'en est qu'un aperçu. On en conçoit bien d'autres. Et la réalité immédiate nous en offre d'ores et déjà quelques avant-goûts parfois bien lugubres.
Quoi qu'il en soit, la force de ce film est de briller par son caractère particulièrement réaliste, bien plus que dans les autres films cités ci-dessus.
De vraies questions éthiques, qui se posent face aux biotechnologies et au génie génétique.

Un film puissant, au scénario bien pensé, qui plus est aux superbes images et au jeu d'acteurs impeccable.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20