Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici nav_CDW17 Jeux Vidéo
Profil de Contrairement > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Contrairement
Classement des meilleurs critiques: 61.448
Votes utiles : 62

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Contrairement

Afficher :  
Page : 1
pixel
Moulinex - CE701010 - Cookeo - Multicuiseur Intelligent avec 50 recettes - Blanc
Moulinex - CE701010 - Cookeo - Multicuiseur Intelligent avec 50 recettes - Blanc
Prix : EUR 165,97

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Parfait pour diversifier son alimentation, 30 décembre 2016
Depuis mon départ du foyer maternel je me nourrissais de Pringles et de Mcdonald, jusqu'à ce qu'on ait la bonne idée de m'offrir un Cookeo (version sans usb avec 50 recettes incluses). Grâce à lui j'ai pu diversifier considérablement mon alimentation, en y intégrant des viandes et des poissons que je n'avais jamais eu l'audace de cuisiner auparavant, mais aussi toutes sortes de légumes et d'épices. Certains diront qu'il s'agit somme toute d'une banale cocotte minute, mais le fait que l'appareil vous prenne par la main et s'occupe tout seul de la cuisson incite fortement à l'utiliser, et vous donne le courage de vous lancer. Psychologiquement, pour quelqu'un d'aussi inexpérimenté et feignant que moi, ça change tout (par ailleurs, la cuisson est plus rapide qu'à la cocotte...). Pour beaucoup de recettes, il suffit de mettre les ingrédients dans la cuve et de lancer la machine : il y a un côté magique à tout ça, surtout pour les noobs complets de la cuisine. Généralement, on peut même ajouter du riz ou des pâtes pour accompagner le tout et faire d'une pierre deux coups,en préparant un (et même des) repas complet(s) en une fois.

Concernant le nettoyage de la cuve (seul élément à devoir être lavé après chaque utilisation), il est très facile, bien plus que celui d'une poêle un peu usagée. Même pour un gigantesque flemmard tel que moi, c'est bien peu de chose, surtout lorsqu'on vient de préparer 6 repas d'un coup d'un seul. Car la quantité, outre la qualité des préparations, est bien le point fort du Cookeo ! Avec sa grosse cuve, on peut en effet préparer des quantités titanesques qui peuvent potentiellement dépasser largement les 6 repas. Pour peu qu'on ait un congélateur et des boîtes, il est facile de se préparer en une journée des déjeuners et des dîners pour les 2 semaines à venir.

Finalement, pour quelqu'un qui ne cuisine jamais, le seul effort supplémentaire que demandera un Cookeo consiste en la recherche et l'achat des divers ingrédients au supermarché (et en leur éventuelle découpe). M'enfin bon, il fallait s'y attendre ^^.

Même si je me rends compte un jour que le Cookeo n'est rien de plus qu'une banale cocotte, je lui serais toujours reconnaissant de m'avoir montré la voie et de m'avoir débloqué psychologiquement vis-à-vis de la cuisine.*

PS : en ce qui me concerne, l'appareil était livré avec des manuels multilingues, y compris le français.


Essais (Tome 1-Livre premier)
Essais (Tome 1-Livre premier)
par Michel de Montaigne
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

37 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sur l'édition Folio Classique, 15 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Essais (Tome 1-Livre premier) (Poche)
/!\ Ce commentaire se réfère à l'édition Folio Classique des Essais /!\

Dire que je recommande chaudement la lecture des Essais dans l'édition de poche que propose Gallimard serait en-deçà de la vérité. Il s'agit, à mon sens, de l'intermédiaire parfait entre l'édition proprement scientifique, et celle destinée à ceux qui... qui... bon, qui ne veulent pas, selon leurs mots, "se prendre la tête".
Le texte est présenté dans sa version originale, et contrairement à ce que j'ai pu en entendre dire, elle est tout à fait abordable à ceux qui n'ont jamais de eu contact avec la langue française du XVIème. J'avais déjà été étonné par la grande lisibilité de Rabelais - je le suis encore plus au sujet de Montaigne.
Le texte est certes présenté dans sa version originale, à l'exception toutefois de son orthographe, quelque peu modernisée pour faciliter la lecture. Les éditeurs ont pris le parti très intelligent de moderniser l'orthographe uniquement dans les cas où cela n'altérait pas le style, si bien qu'en lisant l'édition originale et la présente édition de vive voix, les mêmes sons sortiraient de notre bouche. Montaigne se fichant éperdument de l'orthographe, je ne vois pas pour quel motif on s'offusquerait de cette modernisation. Pour ce qui est du vocabulaire, de la syntaxe, de la grammaire, de la ponctuation, ou de la mise en page, tout est intacte. Bref, lire Montaigne dans cette édition, c'est le lire dans sa langue.
De même, l'appareil critique est adapté à un lecteur lambda : des notes en bas de page pour donner un synonyme d'un mot obsolète ou dont le sens a changé (elles sont peu nombreuses mais indispensables), et des notes en fin de volume qui fournissent les variantes et les références littéraires et historiques, pour ceux que ça intéresseraient (elles aussi sont assez peu nombreuses). Enfin, on trouvera en fin de lire un petit texte (une vingtaine de lignes) introduisant brièvement et pertinemment chaque chapitre.

Une édition parfaitement adaptée au lecteur lambda. Folio m'avait déjà comblé avec son édition des chroniques de Pantagruel (une page de notes sur la gauche, le texte original sur la droite) ; j'en suis tout aussi satisfait en ce qui concerne les Essais de Montaigne.

Note : petit point noir : le changement de police pour signaler les ajouts manuscrits de Montaigne ; était-ce bien nécessaire ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 2, 2014 4:30 PM MEST


Leçons sur Kant : La déduction transcendantale dans la deuxième édition de la Critique de la raison pure
Leçons sur Kant : La déduction transcendantale dans la deuxième édition de la Critique de la raison pure
par Mario Caimi
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La déduction transcendantale pour ceux qui veulent la comprendre, 3 décembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
De tout ce que j'ai pu lire en français concernant la déduction transcendantale, ce livre est de très loin le meilleur. Pour tout lecteur honnête, soucieux de comprendre véritablement ce qu'il lit, la lecture de la Critique s'arrête souvent à la Déduction transcendantale des concepts purs. Ce morceau de la Critique, pourtant crucial à l'ensemble de l'oeuvre, est en effet d'une obscurité sans nom, en raison de la difficulté intrinsèque de son sujet, mais aussi et surtout de la méthode d'exposition qu'emploie Kant.

Dans ce livre, Caimi se propose d'éclaircir pas à pas le texte de la Déduction en évitant de s'en écarter, et il y parvient admirablement bien. Nulle part ailleurs vous ne trouverez un ouvrage français aussi précis sur la question, et je pense pouvoir dire sans crainte de me tromper qu'il est parfaitement indispensable de le lire si l'on souhaite pénétrer sérieusement la pensée kantienne, que l'on soit docteur en philosophie ou non (je précise qu'il ne s'agit absolument pas d'un livre de vulgarisation : il est réservé aux lecteurs compétents pour lesquels la Déduction - et c'est bien normal - pose problème).

Quoiqu'il se concentre sur la seconde version de la Déduction, le travail de Caimi n'en demeure pas moins utile à la compréhension de la . Déduction de 1781.Même si vous vous entêtez à vouloir percer le mystère de la déduction de 81, vous ne devez pas pour autant vous priver de l'aide précieuse proposée par Caimi, car ses explications vous offriront les clefs nécessaires pour comprendre aussi bien la seconde que la première édition.

Malheureusement, mais il s'agit là d'un avis tout personnel, le travail de Caimi souffre d'un défaut majeur : il ne prend pas en compte le problème du constructivisme ; autrement dit, au terme de sa lecture, on sera bien incapable de répondre d'une façon ou d'une autre à cette question pourtant cruciale : Les catégories sont-elles nécessaires pour que l'intuition soit possible, ou l'intuition est-elle au contraire possible sans leur intervention ? Caimi ne se prononce jamais clairement sur cette question, et ne la soulève même pas, ce qui constitue à mon sens une immense lacune. Je pense que d'après lui les catégories sont nécessaires pour que l'intuition empirique soit possible (conception à laquelle je m'oppose vigoureusement), mais certains passages laissent penser le contraire... Je regrette qu'il soit passé à côté du problème.


Comment l'esprit vient aux filles et autres contes libertins
Comment l'esprit vient aux filles et autres contes libertins
par Jean de La Fontaine
Edition : Poche
Prix : EUR 2,00

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La Fontaine besogne ardemment, 11 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment l'esprit vient aux filles et autres contes libertins (Poche)
Bon, qu'on se le dise, même parmi Corneille, Molière, Boileau, et autres grands du 17ème, La Fontaine semble trôner. Et ce n'est pas ce petit ouvrage qui va lui ôter le droit de tenir son sceptre, qu'il soit de vers ou de Vénus !
Alors naturellement, tout comme dans ses fables et dans ses contes moins licencieux, la langue n'est pas toujours évidente à qui n'est pas coutumier de la versification, et à cela s'ajoute ici les grivoiseries, toujours subtilement prononcées qu'à demi-mot. Mais l'effort en vaut le prix.

Indépendamment du talent de l'auteur, on regrettera dans cette petite édition l'absence totale d'appareil critique.


Page : 1